Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Achat en VEFA : le mot de la fin


Publié le 7 novembre 2018 par Mélimélanie

Il y a un peu moins d’un an j’étais venu te faire un article « bilan » sur notre achat en VEFA.

Je concluais en te disant qu’on commençait déjà a se projeter dans 5 ans pour un nouveau bien.

Alors oui je ne suis pas complètement sénile et pourtant je viens bien t’écrire, moins d’un an après, le mot de la fin sur cette histoire de VEFA.

Mon aversion pour les immeubles

Dans la conclusion de mon dernier article bilan je t’expliquais que mon rêve c’était d’avoir une maison.

Je n’ai pas été tout a fait honnête.

Mon rêve surtout c’est de ne plus être dans un immeuble.

Je ne supporte plus cette promiscuité.

Je déteste devoir partager des parties communes avec des gens moins respectueux et moins soigneux que moi.

J’abhorre devoir attendre 10 minutes l’ascenseur le matin (et avec mes deux enfants de moins de 3 ans descendre quatre étages par les escaliers est juste inenvisageable).

Je n’en peux plus de croiser des gens alors que je suis verte et que je reviens de chez le médecin et que j’ai juste envie de faire mon asociale.

J’ai envie de laisser mon fils sauter sans devoir lui répéter mille fois « arrête il y a des voisins en dessous ».

Je veux pouvoir recevoir en extérieur sans avoir le voisin d’en face qui sort mille fois sur son balcon en caleçon juste « pour voir ».

Crédits Photo: Pexels (Creative Commons)

Bref, tu l’auras compris la vie en appartement et moi ça fait deux.

C’est sûrement dû au fait que je n’avais jamais réellement vécu en immeuble avec mes parents mais c’est comme ça.

Je ne suis pas un animal social comme je te disais et cela me poursuis même dans l’endroit ou j’habite.

Quand mon fils s’y met

Et puis je ne vis pas seule.

J’ai un merveilleux mari et deux magnifiques enfants.

Et mon fils aîné adore l’extérieur! Il réclame non stop de sortir, d’aller au parc, d’aller dans l’herbe.

Jusqu’à septembre il était gardé chez une nounou qui avait un jardin. Je me disais donc, qu’au final, il n’avait pas de jardin chez nous mais il en profitait tellement chez nounou que ce n’était pas si grave.

Mais il est rentré à l’école. Et, même si son école est super, une cours ne vaut pas un jardin.

Et j’ai commencé à culpabiliser.

Son frère lui est encore chez cette assistante maternelle. Il va encore avoir pour deux ans les plaisirs d’aller récupérer les framboises mures sur le pied et de se rouler dans l’herbe régulièrement.

Mais les envies d’espaces vert de mon grand ne faiblissent pas eux. Et dès le matin il réclame d’aller dehors.

Et j’avoue que pouvoir n’avoir qu’à ouvrir une porte-fenêtre pour le laisser aller gambader tout en restant en pyjama avec mon thé bien chaud me tente énormément.

On regarde juste mais…

On a donc décidé de commencer à regarder ce qui était disponible sur le marché.

On regarde juste, on n’est pas pressé, on a environ cinq ans devant nous avant de vraiment se dire qu’il est temps de déménager.

On a établi un budget rapidement avec les quelques simulateurs disponibles en lignes et on a commencé à regarder ce qui était disponible dans notre ville (oui nous souhaitons rester dans la même ville).

Au départ on était assez désabusé. Les prix de l’immobilier ont beaucoup augmenté chez nous à cause des promoteurs.

Du coup on se retrouve avec sur le marché des maisons où tout est à refaire avec un prix au mètre carré du neuf…

Et puis pendant ce temps là je rêvais sur des maisons affichées « hors de nos moyens ».

Crédits Photo : image4you (CreativeCommons)

-« Regarde mon amour comme elle est belle celle là. La pièce à vivre est tout à fait ce qu’il nous faudrait ».

Mais tient, cette maison, quand on y réfléchit, n’est pas si loin de notre budget. Un jour au hasard d’une conversation avec un agent immobilier à propos d’un autre bien je lui demande si par hasard cette maison est négociable.

Aparté : Ici le marché est très tendu. Une maison au prix se vend en une journée. Cette maison est sortie il y a environ un mois c’est donc que soit il y a un défaut caché, soit elle est trop chère. Et comme je te l’ai dit plus haut ici les maisons sont souvent trop chères. Alors dans un budget « classique » elles partent quand même mais dès que le budget devient un peu plus important les acheteurs avec les moyens sont moins nombreux et plus exigeants donc une maison sur-estimée va rester sur le marché.

J’annonce directement la couleur à l’agent immobilier et nos capacités maximales avant de visiter pour ne pas lui faire perdre son temps ou le notre.

La maison est négociable et une offre dans nos moyens peut être acceptée nous décidons d’aller la visiter.

Cinq ans ou maintenant qu’est-ce que ça change?

Et cette maison nous plaît. Beaucoup.

On imagine son potentiel.

On se projette dedans.

Il y a un gigantesque séjour, une cheminée, une cuisine ouverte, un grand garage pour la voiture de Monsieur Génial, juste le terrain qu’il faut.

Elle fait même 20 a 30 m² de plus que ce qu’on espérait avoir.

Alors est-ce qu’on saute le pas? On ne pensait pas que ça arriverait si vite. On ne pensait pas dire au revoir à notre appartement si tôt.

Crédits Photo : qimono (Creative commons)

Oui je n’en peux plus de la vie en immeuble et on a galéré pour enfin atteindre un fonctionnement optimal (les joies du neuf) mais je l’aime mon appartement.

J’y ai vécu ma deuxième grossesse. Il a vu la naissance de Petit Excité. On a fêté les premiers anniversaires ici, les baptêmes, les premiers pas, les premières fois.

Je l’aime mon appartement, mais cette maison est notre avenir.

Une vie c’est prendre des risques et on a décidé de se tenir la main avec Monsieur Génial et de faire ce saut.

De dire au revoir à notre premier appartement et de regarder vers l’avenir cette maison, cette maison où, si un jour on se sent à l’étroit on préférera sûrement l’agrandir que de déménager.

Cette maison qui nous permettra d’avoir un jardin et de regarder nos enfants courir dans l’herbe (et de pouvoir les enfermer dans la cabanes du jardin quand ils sont relous – n’appelle pas les services sociaux c’est une blague).

Cette maison ou on aura beaucoup de premières fois à vivre.

Et notre appartement nous allons le vendre à des voisins qui nous font penser à nous il y a 3 ans. Un tout petit tout juste né, une famille de trois souhaitant être quatre plus tard. Il va être entre de bonnes mains et ça me permet de le laisser plus sereinement.

Je sais qu’il va vivre encore pleins de jolies premières fois, de rire, de larmes, de petits pas dans le couloir.

Dans quelques semaines nous signerons l’achat et la vente.

Dans quelques semaines tout sera officiel.

Dans quelques semaines l’achat en VEFA sera complètement derrière nous. Et nous ouvrirons le premier chapitre d’un nouveau livre.

Commentaires

8   Commentaires Laisser un commentaire ?

Raphaelle

Et donc au final, vous regrettez d’avoir acheté ce premier appart ou pas? Vous avez perdu de l’argent dans cette double aventure? De notre côté on a failli acheter un appart sous la pression de nos familles pour qui on devait a tout prix « faire un investissement » mais qui s’est avéré avoir un vice caché. Au final maintenant que notre famille s’agrandit on est très heureux d’être restés locataires et d’attendre pour acheter une vraie maison un jour (d’autant que nos critères : taille, localisation, structures, voisins) ont complètement évolués au fil des années.

le 07/11/2018 à 09h42 | Répondre

Mélimélanie

Regretter oui et non. Il n’y a pas que du négatif dans cette aventure. On a eu accès a des facilités de prêt auquel on n’aurait pas pu prétendre autrement. On a pu mieux cerner notre projet final. Ce qu’on voulait vraiment et ce qu’on ne voulait pas.
Après oui honnêtement on perd beaucoup d’argent. Pour rentabiliser un appartement neuf il faut le garder au moins sept ans normalement. On en est très très loin vu qu’on va l’avoir gardé moins de trois ans.
Mais au final cet appartement nous a beaucoup apporté. On le trouve toujours aussi beau et fonctionnel. Je regretterai certaines choses quand on aura déménagé. Mais ce qui est sûr c’est que je ne suis pas faite pour vivre en immeuble et que ça ça compense tout le reste.

le 09/11/2018 à 09h38 | Répondre

MlleMora

Oh ouiiii ! Vous avez bien fait de saisir votre chance ! QUand on commence à se sentir mal quelque part de toute façon, on finira par en partir, donc comme tu dis : dans 5 ans ou maintenant…
Et vu l’immobilier par chez toi, si ça continue d’exploser d’ici 5 ans vous n’auriez peut-être pas pu avoir la même chose… donc autant faire quand vous le pouvez !!

le 07/11/2018 à 09h50 | Répondre

Mélimélanie

On s’était dit qu’on ne se fermait aucune possibilités et au final on a eu raison. Maintenant on a hâte de déménager. Dernièrement on a encore eu des problèmes avec des voisins sans gènes et clairement j’ai atteins mon max. Vivement Noël!

le 09/11/2018 à 09h40 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

Finalement, c’est super que vous ayez pu trouver une maison si vite qui vous plaise!! Parce que ça peut parfois être long ces recherches…
Dans 5 ans ou maintenant, qu’est-ce que ça change (tant que vous n’y perdez pas trop d’argent…)!!
A vous la nouvelle vie avec un jardin et loin des voisins 🙂

le 07/11/2018 à 11h04 | Répondre

Mélimélanie

Tu as bien pointé le problème : ce qui change entre dans 5 ans et maintenant c’est l’argent qu’on perd dans cette histoire. D’après les estimations on en aurait beaucoup moins perdu dans 5 ans. Mais honnêtement notre bonheur d’avoir une maison bientôt au final vaut bien plus que cet argent perdu. (et puis ce ne sont QUE des estimations en plus!)

le 09/11/2018 à 09h42 | Répondre

Colombine

J’ai vécu en appartement toute ma vie jusqu’à mes 28 ans. Notre premier achat a donc été une évidence pour moi : une maison ! Et j’avoue que j’aurais du mal à repartir en immeuble. Je comprends parfaitement que tu sois heureuse d’avoir trouvé un couple sympathique pour prendre la succession de cet appartement, ça doit rendre les choses bien plus faciles.

le 07/11/2018 à 11h32 | Répondre

Mélimélanie

Oui j’aime beaucoup nos acheteurs et ça rend tout ça beaucoup plus facile!
Maintenant je n’ai qu’une hâte c’est quitter ce satané immeuble qui me sort de plus en plus par les yeux (même si mon appartement me manquera un peu au départ c’est sûr)

le 09/11/2018 à 09h43 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?