Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

À la recherche de notre maison : des premiers projets à l’achat final


Publié le 21 janvier 2015 par Mme Alenvers

Nous savions enfin que notre projet immobilier serait un achat et non une construction. Nous avons donc pu commencer les recherches.

Nous avons tout de suite privilégié les offres de particulier à particulier, afin d’éviter de payer les 15% de frais supplémentaires à une agence, et ainsi avoir une marge de négociation plus importante. C’est donc sur notre site d’annonce fétiche, Leboncoin, que nous avons commencé à passer la plupart de nos soirées en quête du Graal.

Nous commençons par faire la liste des critères prioritaires et secondaires de ce que nous recherchons : pas la peine d’aller visiter une maison avec pleins de travaux alors qu’on souhaite pouvoir s’installer rapidement.

Parmi nos critères principaux :

  • 90m² minimum,
  • 2 chambres minimum,
  • du terrain extérieur (ou au moins une grande terrasse pour manger l’été),
  • des rangements,
  • une grande pièce de vie
  • et une cuisine aménagée.

Et surtout, nous voulions du contemporain !

trouver une maison - Monopoly

Crédits photo (creative commons) : Woodley wonder works

Nous sommes début 2012, et le petit nombre d’annonces nous démoralise un peu, mais nous prenons notre mal en patience. Quelques mois plus tard, au printemps, les maisons et appartements à vendre poussent comme des champignons sur la toile !

Après plusieurs visites infructueuses, nous tombons finalement sur un bien qui satisfait nos attentes : une petite maison mitoyenne en duplex, avec une grande terrasse et une jolie cuisine aménagée, 2 grandes chambres sous les combles et d’un style contemporain gris rouge et noir comme on aime. Nous sommes heureux, nous trouvons un bon prêt, nous signons le compromis, la vie est belle, nous allons bientôt déménager !!! Ce serait siiiiiii simple…

Eh oui, 10 jours après la signature du compromis, gros coup de massue : la boîte dans laquelle je travaille a décidé de fermer son antenne locale. L.I.C.E.N.C.I.E.M.E.N.T. Je t’avoue que le mois qui a suivi a sûrement été l’un des plus stressants de ma vie, car en plus de l’incertitude liée au licenciement, nous ne voulions plus acheter. Enfin, surtout nous ne voulions pas prendre de risques, sachant que j’étais l’emprunteur principal à 70%, et ne sachant ni où ni quand je retrouverais du travail, et avec quel salaire… Bref, il nous fallait rompre le compromis de vente, et la seule solution était d’obtenir un refus de prêt de la banque.

Tu penses que c’est facile ? Nous aussi, nous le pensions… Mais la banque, voyant nos revenus et calculant que même au chômage nous serions en mesure de payer l’emprunt, elle, ne voyait pas pourquoi nous refuser le prêt. Et le vendeur, de son côté, essayait lui aussi de nous convaincre d’acheter malgré tout… Chéri à très bien géré la situation, et finalement, nous avons pu rompre le contrat et récupérer l’acompte payé lors de la signature du compromis ! Pfiouuuu, soulagement.

La chance tournant, j’ai retrouvé du travail assez rapidement dans une autre région (je passe sur les détails du énième déménagement dans un appartement…), et le projet immobilier refait surface dans nos conversations. Sauf que cette fois, la donne n’est plus la même, car étant l’emprunteur principal, nous savons d’avance que les banques ne voudront pas nous faire un prêt à un taux intéressant avant 1 an d’ancienneté dans ma boite. C’est avec un peu de tristesse que nous repoussons donc notre projet. En plus, je culpabilise de n’avoir pas vu le licenciement venir…

Mais ma tristesse est vite remplacée, puisque nous décidons de mettre à profit l’année devant nous pour, pour, pour… Tu as deviné ? Pour nous marier bien sûr !!! Et ce revirement de situation nous arrangeait presque, puisque le fait d’être mariés simplifie quand même la paperasse administrative pour l’achat immobilier.

L’année aura finalement passé super vite avec la préparation du mariage. Une fois mon année d’ancienneté atteinte, nous nous sommes relancés, gonflés à bloc, pour trouver le petit nid d’amour pour cette nouvelle famille que nous étions devenue ! Nos critères restaient les mêmes qu’avant, sauf que cette fois, nous avions un peu plus de recul sur le marché de l’achat immobilier : ça faisait quand même près de 3 ans que nous regardions les offres…

Rapidement, nous avons visité des maisons, mais à chaque fois il y avait un ou plusieurs problèmes : la vétusté, le manque d’entretien, les anciens chalets « transformés » pour avoir plus de place, mais qui du coup perdaient de leur charme… Rien qui ne nous plaisait. On commençait à se dire qu’on n’avait vraiment pas de bol avec ce projet, quand je suis tombée sur une annonce posté le jour même, complètement à l’opposé de ce que nous recherchions, mais qui retenait mon attention.

Chéri ne semblait pas emballé : « Pourquoi aller voir un bien qui ne correspond pas à nos critères principaux ? ». Il n’avait pas tort… mais je ne pas pourquoi, celui-là je le « sentais ». On dit que la nuit porte conseil, et il semblerait que bien ce soit le cas, car le lendemain matin, Chéri me dit qu’il a réfléchi et qu’il veut bien que je prenne un rendez-vous pour une visite ! Le rendez-vous est fixé le lendemain soir. J’ai été impatiente toute la journée !

Le moment tant attendu arrive enfin ! (Oui, quand on est pressé on a toujours l’impression que les heures reculent, non ?) Et là, que dire… Nous sommes juste tombés sous le charme de notre petit chalet ! Car oui, il s’agit bien de ça. Adieu la maison contemporaine avec des grandes baies vitrées et un sol en béton ciré, bonjour notre petit chalet en bois massif et parquet !

À partir de ce moment, tout s’est enchainé très vite. À peine rentrés de notre visite, nous rappelions les propriétaires pour leur annoncer notre coup de cœur. Il n’aura fallu que 5 jours entre la publication de l’annonce et notre décision ! Rapide, je te disais !

Nous avons signé le compromis environ 3 semaines plus tard, et 2 mois après le compromis, nous récupérions les clés et déménagions ! Et cette fois-ci pas de licenciement en vue. Ça fait maintenant 5 mois que nous avons pris possession de notre chalet, et bien que ce n’était pas du tout, mais alors pas du tout ce que nous recherchions, nous en sommes au final plus que satisfaits. Car mis à part le critère clé du style contemporain, tous les autres critères sont présents, c’est même plus que ce que nous avions rêvé.

Finalement, avec du recul, c’est vrai que nous en avons chié n’avons pas été gâtés, et que notre recherche de maison relève plus d’une épopée que d’une simple recherche. Mais vu le résultat final, nous nous disons que c’était un mal pour un bien, puisque notre chalet actuel est de loin bien mieux que le premier bien que nous avions trouvé.

Et toi ? Tu as une idée très précise de ce que tu recherches et tu ne trouves pas ? Tu as du annuler un compromis de vente suite à un licenciement ? Tu as acheté une maison complètement à l’opposé de tes souhaits initiaux ? Raconte-moi !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

6   Commentaires Laisser un commentaire ?

Mlle Pas Rond

La belle aventure du premier achat ^^
Je vous souhaite plein de bonheur dans votre chalet.
Je viens de signer le compromis pour acheter, et signature de l’acte authentique début mars (on en apprend des jolies mots avec un notaire ^^).
Nous avons eu plutôt de la chance, nous cherchions seulement depuis l’automne dernier.
Nous aussi nous avions des critères obligatoires, mais on s’y est plutôt tenu (même si certains, comme le parking en sous-terrain, ne sont pas présents).
Nous avons très, très, très hâte de déménager et d’être enfin chez nous ! 😀

le 21/01/2015 à 10h06 | Répondre

Mme Alenvers

Merci Mlle Pas rond ! Et félicitations à vous! Comme je te comprends, nous aussi nous étions trop impatients, surtout avec l’été qui arrivait on ne rêvait que de BBQ (d’ailleurs c’est la première chose que l’on a acheté bien avant le déménagement, et c’est le premier repas que l’on s’est fait le jour du déménagement ^^) on est maintenant en plein dans la déco, on réfléchit aux travaux ou potentiel d’amélioration de certains espace et c’est trooooop bien 🙂

le 21/01/2015 à 16h22 | Répondre

MlleMora

C’est super que ça « finisse » comme ça ! plein de bonheur dans votre chalet d’amour ! C’est marrant de voir l’évolution entre les critères de départ et ce que vous avez choisi au final !
J’hallucine pour la banque qui ne voit pas de souci à vous endetter sur plusieurs années alors que tu étais au chômage ! Vous avez bien fait de tabler sur la sécurité, d’autant plus qu’après, tu serai restée « bloquée » dans la région où vous auriez acheté !
On va prochainement commencer à se lancer dans l’achat d’une maison (alors qu’on voulait faire construire au départ…), on a hâte et ton récit me rassure : on peut chercher longtemps et finalement tout peut se débloquer en 5 jours !

le 21/01/2015 à 15h38 | Répondre

Mme Alenvers

Merci MlleMora! nous aussi on a halluciné pour la banque surtout quand au final on voit les différences entre les taux des prêts entre 2 régions proches! avec du recul on est vraiment content de ne pas avoir acheté la bas avec ce taux, on est bien mieux maintenant! moi qui ne croit pas au destin, il y a des jours ou je me dis quand même que le vie fait bien les choses, et que si on ne doit pas acheter c’est que ce n’est pas le bon moment et que tout vient a point qui sait attendre 🙂 bon courage pour vos recherches!

le 21/01/2015 à 16h25 | Répondre

Poutou

Les déboires de l’achat immobilier ! On a connu ça avec le poutou aussi … Et c’est pas fini … Heureusement dans trois semaines on sera dans notre petit nid à nous alors certes en ce moment on est au milieu des cartons mais c’est que du bonheur !
Pour ce qui est des banques en revanches tu peux la choisir dans une région différente de ton lieu d’achat normalement.

le 27/01/2015 à 16h32 | Répondre

Mme Alenvers

Oui en effet tu n’es pas obligée de choisir une banque dans ta région mais au risque d’avoir un prêt moins intéressant… dans notre cas nous ne pouvions pas faire autrement car nous sommes frontaliers et nous achetons une partie de notre maison dans la monnaie avec laquelle nous percevons notre salaire, et peu de région offrent cette possibilité

le 29/01/2015 à 15h46 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?