Menu
A la une / témoignage

Et si on partait ? Deux ans après

Il y a très très longtemps (tu as peut-être même oublié depuis) je t’ai raconté sous forme de feuilleton comment l’Homme et moi avons décidé de quitter l’Ile de France pour la Dordogne.

J’ai voulu attendre un peu pour te raconter comment notre adaptation sociale et professionnelle s’était déroulée et finalement, ça fait maintenant deux ans que nous sommes périgourdins !

Oui, deux ans !

Je vais donc essayer de te raconter comment se sont passées ces deux années et à quel point notre vie a changé.

L’arrivée

Je ne sais pas si tu te souviens, mais nous avons décidé de partir à ce moment parce que mon CDD venait de prendre fin, l’Homme ne supportait plus son travail et notre fille n’était pas encore scolarisée. C’était le bon moment.

En plus, on disposait d’une maison de famille dans laquelle on pouvait loger le temps de trouver des emplois et une maison à nous.

On a donc déménagé avec le strict minimum, en laissant la plupart de nos meubles dans notre appartement seine-et-marnais. L’appart allait être racheté par le frère de l’Homme (pas de pression pour le vider) et la maison où on se rendait était déjà meublée, un souci en moins !

Notre fille de deux ans était très heureuse de cette aventure, le voyage s’est très bien passé. On s’est installé très rapidement et avons pris nos marques en quelques jours.

La recherche d’emploi et de maison

Nous voulions trouver du travail mais nous n’étions pas non plus pris à la gorge. J’espérais même secrètement ne pas trouver avant septembre, pour ne pas à avoir à trouver un mode de garde de quelques mois/semaines avant la première rentrée de Petite Fleur.

Nous cherchions tout de même activement, sur internet et en déposant des CV partout en ville. L’Homme avait plus de chance que moi, il a eu de nombreux entretiens quand moi j’en ai eu deux en un an.

Crédit photo : Free-Photos (creative commons)

A côté de cette recherche, nous nous renseignions également sur les maisons à vendre dans le coin. On a fini par en trouver une que l’on trouvait parfaite pour nous : quatre chambres, une grande pièce à vivre et une véranda qui donnait sur une vallée boisée, le rêve !

Mais nous ne trouvions toujours pas de travail. Il faut dire qu’il n’est pas très répandu en Dordogne et il y avait écrit en gros Parisiens sur nos CV, ce qui n’a pas aidé. La maison a donc fini par ne plus être disponible.

Petit à petit, on s’est habitué à la maison de famille dans laquelle on vivait et on a décidé d’y rester, avec l’accord de tous les membres de la famille bien sûr. Dès que nous aurons tous les deux un emploi stable, nous rachèterons les parts qui ne nous appartenaient pas. En attendant, on a rapatrié nos meubles et aménagé la maison à notre goût et commencé à réfléchir aux travaux que l’on pourrait entreprendre pour la rafraîchir.

La vie continue

Malgré notre chômage qui durait, nous avions tout de même une vie sociale et faisions des choses tous les jours.

L’appartement a été finalement racheté par mon beau-frère et nous avons pu nous offrir des vacances durant l’été, ce qui nous a fait beaucoup de bien. Tourner en rond sans trouver de travail devenait pesant et nous voulions offrir plus à notre fille.

Crédit photo : sarahbernier3140 (creative commons)

Nous avons également eu l’occasion de partir à l’étranger quelques jours par un heureux concours de circonstances. Ce furent des moments magiques pour tous les trois.

Petite Fleur est entrée à l’école en septembre 2018, je me suis investie à fond dans l’association des parents d’élèves. Ces deux événements nous ont permis d’élargir notre cercle de connaissances de façon exponentielle et nous avons maintenant, notre fille comme nous, de très bons amis avec qui passer de bons moments.

Nous avons récupéré un chaton dans le jardin, nous avons maintenant deux chats à la maison ! Et nous avons installé des poules dans le jardin pour avoir des œufs frais tous les jours (article à venir).

Mais la vie, ce n’est pas toujours rose.

Nous avons aussi connu des moments très difficiles. Le plus important a été le décès de ma belle-mère après des années de lutte contre la maladie. Je l’aimais énormément et ce fut un moment très difficile pour nous tous.

J’ai vécu des périodes de doute et d’angoisses très importantes, j’ai frôlé la dépression à de nombreuses reprises à cause de cette période de chômage qui s’éternisait, de nos finances qui déclinaient et d’une difficulté à concevoir un second enfant (j’en parle bientôt sur DMT).

Les choses évoluent enfin

L’Homme a fini par trouver un CDD, les choses évoluaient enfin !

Il a ensuite trouvé un CDI dans une grande entreprise locale, cela fait un an qu’il y est. Il n’a jamais été si heureux au travail, son poste est évolutif, il a des horaires qui lui plaisent, c’est parfait !

De mon côté, j’ai revu mon CV et ma façon de candidater et j’ai enchaîné les entretiens d’embauche. J’ai eu deux entretiens en 2018 et plus d’une dizaine en 2019 !

J’ai fini par trouver du travail, quelques mois en tant que secrétaire médicale en centre-ville. Puis j’ai connu à nouveau le chômage, durant trois semaines. Et j’ai trouvé (très très rapidement donc) un emploi à la CPAM du département.

C’est encore un CDD mais je m’y sens très bien, j’ai encore deux mois à y faire. Peut-être qu’il y aura une suite, ou peut-être pas. Mais si ce n’est pas le cas, j’ai bon espoir de retrouver du travail plus facilement qu’avant : j’ai une expérience récente et locale dans une institution reconnue. Les recruteurs regarderont mon CV avec plus d’intérêt que lorsque ma dernière expérience datait de plus d’un an et était située à plus de 500 km de là.

En conclusion

Après deux ans, nous approchons enfin de notre situation de rêve : nous avons tous les deux un travail (même si ce n’est qu’un CDD pour moi) qui nous plaît, Petite Fleur est scolarisée dans une école géniale, nous avons plein d’amis, une jolie maison (qui ne nous appartient pas encore totalement) avec un jardin plein de poules et d’arbres fruitiers,….

Et surtout, nous avons eu des moments magiques (vacances, famille, baptême, anniversaires, Noël,…) mais aussi des moments très difficiles entre le décès de ma belle-mère et l’angoisse de ne jamais y arriver.

Aujourd’hui, quand je regarde en arrière, je pourrais faire un bilan mitigé : 2018 a été l’année de la découverte, de la liberté et de la sérénité loin de l’Ile de France. La première moitié de 2019 a été très difficile avec des événements malheureux, mon chômage interminable et les finances devenues très anxiogènes. Aujourd’hui encore, j’y pense avec un nœud à l’estomac. La seconde moitié de 2019 a été pleine d’espoir et de renouveau, avec nos objectifs de vie qui se concrétisaient enfin, en partie.

Crédit photo : Free-Photos (creative commons)

A aucun moment nous n’avons envisagé de revenir en Ile de France malgré les difficultés rencontrées. Notre vie est ici maintenant. Pas tout à fait parfaite mais elle nous épanouit tous les trois et nous sommes plein d’espoir et de projets pour la suite de notre vie provinciale.

Et toi ? Envisages-tu de quitter un endroit pour un autre ? L’as-tu fait ? Est-ce que ce fut difficile ou une évidence ? Raconte !

A propos de l’auteur

Je suis une passionnée d'histoire, de dessins animés et de pâtisserie. Je vis dans un deux pièces avec mon mari tout neuf, notre fille et notre chatoune à poils longs.

10 Commentaires

  • Madeleine
    2 février 2020 at 8 h 06 min

    Et bien quelle aventure!!! Vous avez super bien géré !!!!
    Je trouve que tu décris très bien en juste 2 ans ce qu est la vie: des bonnes surprises, des opportunités, des moments de deuils, des inquiétudes… et beaucoup de vie!
    J espère que 2020 vous apportera ce deuxième enfant que vous désirez et puis un CDI pour toi aussi!!

    Reply
    • Chacha d'avril
      4 février 2020 at 12 h 17 min

      Merci beaucoup, c’est très gentil.

      Reply
  • Rusalka
    3 février 2020 at 11 h 56 min

    Heureusement, tout s’est apaisé ! J’ai hâte de lire ton article sur les poules, on voudrait 2 ou 3 poules dans le jardin alors je prends les conseils 😉

    Reply
    • Chacha d'avril
      4 février 2020 at 12 h 17 min

      Tu n’es pas la première à me le dire, je vais l’écrire des que je trouve le temps, promis !

      Reply
  • Marjolie
    3 février 2020 at 13 h 11 min

    Félicitations pour ce changement de vie! Quelle belle region vous avez choisie…
    Tu écris que tu as changé ton CV et ta façon de candidater. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Pourrais-tu écrire un article sur ce sujet? Cela m’intéresserait, et je ne suis sûrement pas la seule ?

    Reply
    • Chacha d'avril
      4 février 2020 at 12 h 21 min

      Merci !
      Je ne sais pas si je suis assez légitime pour écrire un tel article.
      J’ai fait appel à un proche qui est coach en RH et qui m’a aidé à rendre mon CV plus actuel, moderne et coloré.
      Pour ce qui est des candidatures, j’ai reformulé mes phrases et surtout j’ai postulé à des offres qui s’éloignaient beaucoup de ce que j’ai pu exercer comme métier.
      Je ne sais pas réellement si ce sont ces changements qui m’ont permis de retrouver du travail ou le marché qui a évolué mais j’ai fini par trouver du travail.

      Reply
  • Virg
    3 février 2020 at 18 h 59 min

    À l’époque, je t’avais encouragée du coup contente de lire que ça finit par payer et surtout que cette vie vous convient.
    Nous c’est changement d’orientation pro, après l’avoir quittée, retour en IDF ! Pour avoir vécu les 2 vies, je n’appréhende pas trop bizzarement. En revanche, je ne me vois plus vivre dans une ville de plus de 5 ou 6 000 habitants.

    +1 pour l’article des poules, j’ai acheté un bouquin sur le sujet mais rien ne vaut le retour d’une expérience, surtout de quelqu’un qui débute

    Reply
    • Chacha d'avril
      4 février 2020 at 12 h 23 min

      Merci pour ton soutien.
      Qu’est ce qui a déterminé ce retour en IDF si ce n’est pas trop indiscret ?
      L’article sur les poules sera écrit des que je le pourrais. Il devrait être publié d’ici la fin du mois si j’arrive à faire ce que je veux.

      Reply
      • Virg
        4 février 2020 at 13 h 41 min

        Après avoir eu un boulot très très très bien payé mais sans aucune vie privée possible (astreinte permanente), mon mari a trouvé un autre travail moins bien payé mais avec perspective d’évolution professionnelle et horaires compatibles avec une vie de famille. Comme je suis indépendante, je peux suivre où qu’il aille. Donc retour en IDF 😉 j’envisage aussi une reconversion mais c’est chacun son tour 🙂 🙂 🙂

        Reply
  • Maud
    4 février 2020 at 15 h 36 min

    Je me souviens très bien avoir lu « ton feuilleton » ! Ravie de lire la suite. Effectivement un tel changement n’est pas évident et vous avez surtout eu de gros coups dur…

    De mon côté, changement de département également il y a 1 an 1/2 et pareil je ne regrette pas du tout. Chômage toujours mais par choix, je créer mon business en ligne. La pression est tout de même présente et prends le pas parfois sur le plaisir que je vis chaque jour de ce changement de vie !

    Reply

Laisser un commentaire