Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Ces petites astuces pour ton voyage au Japon


Publié le 8 novembre 2019 par Colombine

Il y a 2 ans, Mon Chéri et moi partions en voyage de noces au Japon. Cette destination s’est imposée d’elle-même : c’est le voyage que nous avons toujours voulu faire. Et ce pays n’a pas déçu nos attentes, c’est tellement beau ! Et malgré la frénésie des grandes villes, c’est également reposant. Je suis partie vraiment très stressée, anxieuse qu’on se perde, qu’il nous arrive un problème, qu’on ne nous comprenne pas, qu’on soit épuisée par le programme que j’avais prévu… En fait, ce voyage s’est déroulé comme sur des roulettes. Je partage avec toi les astuces et les découvertes que nous avons faites pour que tu profites au maximum si tu décides de visiter ce pays.

1 – Tes deux amis : pocket wifi et Takkyubin

Oui au Japon, le wifi est présent dans beaucoup de lieux et d’hébergements. Mais nous voulions pouvoir être connectés tout le temps afin de pouvoir utiliser des applications indispensables pour nous me rassurer :

  • Google Maps (pour ne pas trop se perdre)
  • Hyperdia (pour les horaires de train)
  • Gurunavi (pour trouver le restaurant idéal)
  • Google traduction (idéal pour pouvoir savoir commander dans le restaurant que tu viens de trouver grâce à l’application précédente… et éviter de te retrouver avec des abats dans ton assiette -situation vécue !)

Avoir accès en permanence nous a vraiment énormément aidé ! Nous avions réservé notre Pocket Wifi avec Vivre le Japon et l’avons fait livrer dans le premier hôtel où nous sommes descendus mais il est possible de la récupérer à l’aéroport. Et pour la rendre c’est très simple : il suffit de la mettre dans l’enveloppe fournie et la déposer dans une boîte aux lettres.

De même, nous avons utilisé le Takkyubin. C’est un service de transport des bagages : idéal pour ne pas avoir à traîner de grosses valises d’une ville à l’autre ! Si tu loges à l’hôtel, rien de plus facile : demande à l’employé de l’accueil, il s’occupera de tout. Même en ne parlant que mal l’anglais et presque pas le japonais nous avons pu utiliser ce service si pratique (j’avais mis par écrit en écriture japonaise et en anglais l’adresse de tous nos hôtels).

2 – Les Goshuin

Avant de partir en voyage, nous avons regardé énormément de reportages sur le Japon, notamment les émissions Esprit Japon et Japan in motion (qui passaient sur feu la chaîne Nolife). C’est dans cette dernière que nous avons découvert l’existence des goshuins.

Un goshuin, c’est une calligraphie assortie du tampon d’un sanctuaire shintô ou d’un temple bouddhiste. Chacun a le sien et les visiteurs peuvent le demander pour prouver la visite du lieu. Sur la calligraphie est indiqué le jour de la visite, le nom du sanctuaire.

En pratique, il faut acheter dans le premier temple que tu visites un carnet pour goshuin (appelé goshuinchou) ou si tu veux avoir le choix tu peux en trouver en papeterie. Ce n’est pas un carnet ordinaire puisqu’il se présente en accordéon. Cela ne coûte pas très cher (1000 yens environ). Ensuite, après la visite du temple ou du sanctuaire, il faut se rendre à l’office des goshuin. Ils sont payants (c’est un don que l’on fait au temple), en moyenne 150 à 400 yens.

Notre goshuincho

Il faut prendre soin de ce carnet car il est considéré comme un objet sacré. Il est fascinant d’observer le moine ou la moniale tracer la calligraphie et apposer les tampons et nous n’étions jamais plus frustrés que lorsque la calligraphie se faisait loin de nos yeux (ou encore lorsque le goshuin est donné déjà « tout prêt »).

Certains goshuin que nous avons collectés sont tout simplement sublimes. Et très variés : certaines calligraphies vont être très chargées, d’autres plutôt épurées.

J’ajoute qu’il est très amusant et gratifiant de voir son carnet s’étoffer au fil des visites. D’autant que nous nous sommes pris au jeu et avons visité des temples devant lesquels nous serions passés sans nous arrêter, alors qu’ils recelaient tous un petit quelque chose à voir.

Commencé sans vraiment savoir s’il serait rempli et au final nous avons réussi à le compléter sur tout un côté : ça en fait des temples visités !

3 – Fan d’animation japonaise et de mangas ?

Le musée Ghibli : c’était pour nous LA visite indispensable ! Nous sommes très fans du studio Ghibli et de ses 2 réalisateurs phares, Miyazaki et Takahata. Nous avons donc profité de la visite à fond, entre le court-métrage, l’intérieur du musée qui est un enchantement, les diverses expositions très intéressantes.

Lors de nos pérégrinations nous avons à plusieurs reprises (4 fois !!) croisé des Donguri, des boutiques spécialisées en goodies de l’univers du studio. Chacun est très différent, nous avons trouvé des objets originaux à chaque fois. Ne te dis pas « je verrais plus tard » : il y a des risques que tu ne retrouves plus ce que tu as vu !

Mais outre ces endroits spécialisés, l’univers manga est partout. Dans l’uniforme des lycéens, dans les jeunes filles déguisées du quartier d’Akihabara, dans les ruelles qui ressemblent tellement à celles croquées par Taniguchi, dans les Japonais en tenue traditionnelle que l’on croise dans les temples, dans cette petite sonnerie si familière à la station Takadanobaba (« ce héros du futur, qui nous fait vivre de vraies aventures…« )

De haut en bas : le gundam de l’île d’Odaiba, les 12 animaux du zodiaque au Nezu-jinja , figurines à Akihabara
En fond : un robot gardien du « Château dans le ciel » au musée Ghibli

Nous avons vu le Gundam géant sur l’île d’Odaiba. J’ai sauté comme un cabri en voyant pour la première fois dans un temple les petites figurines des 12 signes du zodiaque chinois, si chères à mon cœur depuis Fruits Basket (et de me demander « mais il est où le chat ? ») Nous sommes passés sous le Rainbow Bridge, lieu de l’affrontement mythique entre Subaru et Seïchiro, héros de Tokyo Babylon de Clamp, mon manga préféré. Nous avons approché la Tour de Tokyo, également si chère à Clamp qui y situe plusieurs de ses aventures. A Akihabara, les figurines de nos animés préférés nous ont tenté. Nous avons également vu la grande horloge réalisée par Miyazaki pour l’immeuble Nippon Télévision. Et que dire de la joie de Mon Chéri de monter à bord d’un navire designé par Leiji Matsumoto ?

Il suffit d’ouvrir les yeux pour se retrouver dans cet univers dont nous rêvons depuis si longtemps.

4 – Souvenirs souvenirs

Quand tu pars en voyage, tu as bien sûr envie de revenir avec une tonne de souvenirs, pas seulement ceux que tu as dans la tête. Pour le Japon, nous avons suivi le conseil que notre prof de japonais nous avait donné il y a quelques années : choisir au maximum des souvenirs « utiles ». A savoir des objets que tu pourras utiliser au quotidien. C’est ce que nous avons fait, et sans regrets nous avons rapporté par exemple :

  • des serviettes de tables en coton japonais
  • des baguettes gravées à nos noms en japonais
  • des tasses à café
  • une boîte à gâteaux
  • des essuie-mains
  • une couverture Totoro

Et effectivement, c’est un plaisir de pouvoir jour après jour avoir ce rappel de notre merveilleux voyage.

J’ajoute une autre idée : si possible, partir avec une valise vide pour rapporter les cadeaux. Cela nous a été vraiment indispensable !

5 – Écouter ses envies

Azu t’a conseillé de sortir des sentiers battus. Je ne peux que renchérir !

Les grandes villes japonaises sont vraiment bondées. Se tenir debout au carrefour de Shibuya à une heure de pointe c’est une expérience unique ! A vivre une fois… mais pas deux ! Mon Chéri et moi sommes plutôt du genre à fuir la foule. Et nous avons trouvé notre bonheur au Japon. Si je te dis que nous avons même pu marcher au milieu d’une rue vide de voitures en plein cœur de Tokyo, tu me crois ? Il existe des lieux vides de touristes mais qui n’en manquent pas moins d’intérêt. Et pour les trouver, il faut savoir se perdre et écouter ses propres envies.

A Kyoto par exemple, nous avons décidé de parcourir à pied le Chemin de la philosophie qui est une promenade très connue. Tous les guides que j’ai feuilletés indiquaient qu’elle était dénuée d’intérêt en dehors de la saison des cerisiers en fleur. Nous l’avons empruntée en octobre sans aucun regret : cela a peut-être moins de charme mais ça reste une promenade plus qu’agréable et loin de la foule.

En haut à gauche : le Chemin de la Philosophie à Kyoto
En haut à droite : au détour d’une rue à Tokyo
En bas à gauche : Tokyo vue de l’île d’Odaiba
En bas à droite : en plein coeur de Tokyo

Et que dire de l’île d’Odaiba à Tokyo ? Je l’avais reléguée dans les visites vraiment pas indispensables (voire même à zapper pour un premier séjour de seulement 3 jours à Tokyo). Mais à notre arrivée nous étions fatigués du voyage et nous avons décidé de faire une promenade en bateau jusque là-bas. A notre grande joie, nous avons donc trouvé un donguri, vu beaucoup de références à nos animés préférés, eu une vue fabuleuse sur Tokyo de nuit en prenant le métro aérien pour rentrer et décidé de faire la grande roue sur un coup de tête, ce qui nous a permis de voir le Mont Fuji au soleil couchant (imagine les cris de joie que nous avons poussés en découvrant cette magnifique surprise alors que nous étions en haut de la grande roue !)

Mon conseil est donc : laisse-toi vivre et surtout n’écoute pas les gens qui te disent « il faut absolument faire/voir ça » ! Tu es la seule personne à même de savoir ce qui te plait. Certains « indispensables » nous ont déçus au delà de tout et nos plus belles découvertes ont été fortuites. Ce conseil vaut d’ailleurs pour tous les voyages !

—–

Et toi, quels conseils donnerais-tu à des personnes qui partent au Japon pour la première fois ? Quelles sont tes astuces ?

Crédits photos : photos personnelles

Commentaires

5   Commentaires Laisser un commentaire ?

Azu

Finalement ton article ne ressemble pas du tout au mien. Je le trouve vraiment chouette aussi ^^
Comme toi le Japon a été notre voyage de noces, mais aussi le pays où mon chéri m’a demandée en mariage (eh oui nous sommes allés deux fois au Japon, et une troisième fois est déjà en train de se profiler à l’horizon – j’ai dit qu’on était fous de ce pays ? lol).
Je n’avais pas entendu parlé de Gurunavi. On a découvert un autre site, majoritairement utilisé par les japonais : Tablelog. Grâce à ce site on est tombés sur de vraies petites pépites de quartier !
Contrairement à toi, le musée Ghibli m’a plutôt déçue, je crois que je plaçais mes espérances un peu trop haut.Et l’île d’Odaiba n’éveille en moi que des souvenir frustrés : des allers-retours entre les différents pôles sur ce bout de terre immense… Je pense qu’on n’a pas été extrêmement organisé quand on y a été, et en plus il pleuvait…
Par contre, comme toi nous avons adoré le chemin de la philosophie.
Côté souvenirs on a plus investi sur les sacs réutilisables de courses et les petits carrés de serviette à glisser dans le sac à main, ainsi que les portes-clés ^^
Je ne sais pas si tu as remarqué, mais partout où tu passes, il y a toujours le tampon du lieu. Du coup j’ai un carnet rempli de tampons, qui fait mon bonheur. ^^
Ah lala rien que de parler de tout ça, ça me donne envie de sauter dans un avion pour y retourner !

le 08/11/2019 à 13h26 | Répondre

Colombine

J’ai eu connaissance des tampons avant de partir ! J’avais prévu un jeu avec Belle-fille (en trouver le maximum) mais au bout de 2 jours nous n’en avions pas trouvé un seul. On ne doit pas être doués pour trouver… On s’est donc concentrés sur les Goshuins est c’était très bien (et nous permettait de la motiver quand elle n’avait plus envie de marcher).

le 09/11/2019 à 17h04 | Répondre

Azu

Ils sont souvent situés dans les gares près des bureaux d’information JR. Certains sont à l’entrée des lieux touristiques ou des temples 😉

le 12/11/2019 à 13h49 | Répondre

Sandrine

Ah le Japon ^^ fait en mars 2016 avec mon mari, un rêve pour nous 2! On a adoré et on attend que notre fils soit plus grand pour y retourner avec lui. J’étais enceinte de 3 mois pendant le voyage… bonjour les nausées dans les konbini à cause de la forte odeur de gras et le trajet jusque Nikko dans le vieux train bringuebalant j’ai cru que je n’arriverai jamais vivante 😀 les souvenirs qui nous accompagent au quotidien sont la vaisselle achetée dans un 100 yens shop, mes baquettes en forme de sabre laser Star Wars, et notre fridgeezoo. C’est une mini brique de lait en plastique qui a la forme d’un animal (le notre est un gorille bleu et j’ai ramené à mes parents le lion) qui nous dit bonjour en japonais qd on ouvre notre frigo et nous engueule en japonais toujours si on laisse la porte ouverte trop longtemps! ça fait 3 ans qu’il est là et j’ai encore la banane à chaque fois que j’ouvre mon frigo ^^ je conseille ce souvenir très drôle et insolite!!!

le 08/11/2019 à 14h28 | Répondre

Colombine

On avait hésité sur les baguettes Star Wars !! Finalement on a préféré opter pour du classique. Ce qui nous a le plus surpris c’est que les baguettes n’ont pas la même taille selon notre main ! On ne s’en rend pas compte mais quand on en essaye plusieurs à la suite c’est flagrant !

Je ne connais pas le fridgeezoo mais c’est original comme souvenir.

le 09/11/2019 à 17h10 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?