Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Kitsuné

Jeune femme curieuse, j'ai deux passions : la lecture et la bonne bouffe. Ha oui, et aussi les voyages, le grand air, le sport, la danse, mon boulot, les fleurs fraîches, les documentaires animaliers .... sans oublier, bien sûr, mon chat et mon homme !

Ses contributions

Tests et résultats des rouges à lèvres Yves Rocher pour les fêtes !

Je partage avec toi les derniers tests que j’ai fait avec des rouges à lèvres achetés chez Yves Rocher. Ce que je préfère dans les rouges à lèvres, c’est les mélanger. C’est la meilleure façon que j’ai trouvée de créer des teintes réellement sur-mesure.

Idées pour une décoration d’automne

L’automne arrive ! Ça me donne toujours envie d’installer une décoration de saison. Je te livre ici quelques idées sans prétention mais faciles à reproduire : bouquet de feuillage, chemin de table aux couleurs automnales et mise en scène, sous cloche, avec des animaux de la forêt…

Dessert d’été express : pour utiliser des fruits un peu abîmés

Ca y est, c’est l’été ! Tu en profites pour faire le plein de fraîcheur en dévalisant le rayon fruits du supermarché. Mmmh, des pêches ! Haaaa, des fraises ! Et là, des framboises en promo ! Tu rentres chez toi les bras chargés de vitamines et d’anti-oxydants. Oui mais … quelques jours plus tard, certains de ces fruits ont déjà mauvaise mine avant que tu n’aies eu le temps de les manger. Ils ne sont plus très présentables, sans pour autant être bons à jeter (et puis bon, ça fait trop mal au cœur de jeter des framboises, même un peu défraîchies, non ?).

Que faire ? Aujourd’hui je te propose une recette vite faite pour mettre en valeur ces fruits cabossés.

10 indices qui prouvent que tu as envie d’être maman

Il y a quelques mois, je publiais un article sur le thème « je ne suis pas sûre de vouloir un enfant ». Hé bien, tu vois, maintenant, je suis sûre que oui. Je ne saurais pas te dire à quel moment j’ai basculé en faveur du « oui ». Il n’y a pas vraiment eu de déclic ni de décision à proprement parler. C’est plutôt un faisceau d’indices concordants qui m’ont conduit à dire que OUI, fallait que j’arrête de me voiler la face : c’était clair pour moi, je voulais devenir maman.

Mes 10 livres préférés de toute ma vie

Comme d’autres chroniqueuses, j’aime lire, que dis-je, j’ADORE lire, je lis tout le temps, partout, je vis pour lire, pour ainsi dire.

Je me souviens de tous les livres que j’ai lus, mais tous ne sont pas bons, loin de là. Certains sont corrects, d’autres sont bien. Mais certains m’ont semblé exceptionnels et m’ont marquée à vie. Ils continuent à résonner dans ma tête, je les ai lus plein de fois, et j’ai beau les connaître presque par cœur, je voudrais les emporter sur une île déserte.

Pour un déjeuner chic et frais : salade de poisson cru comme en Polynésie

Il y a quelques années, j’ai eu la grande chance de partir quelques mois en Polynésie (pour le travail, si si, c’est vrai). Là-bas, j’ai côtoyé un peu les familles qui vivaient sur l’île, et j’ai notamment partagé avec eux de nombreux repas. LE repas de fête par excellence, que j’ai pu découvrir et surtout apprendre à préparer, c’est la salade de poisson cru. J’ai trouvé ça tellement délicieux que je me suis demandé comment j’allais encore réussir à manger du poisson cuit après ça !

Je partage donc avec toi cette recette, que j’ai refaite de nombreuses fois depuis.

Pourquoi j’aime Thanksgiving

Thanksgiving, ou « action de grâce » en français, est une tradition qui remonte au XVIIe siècle aux Etat-Unis. La légende dit que les premiers pionniers, les « Pilgrim fathers », après avoir connu bien des difficultés, furent aidé par les tribus indiennes voisines qui leur donnèrent de la nourriture et leur apprirent à cultiver les plantes locales. Pour célébrer leur survie et remercier Dieu de leur avoir donné ses bienfaits, ils organisèrent un festin auquel ils convièrent leurs voisins Indiens.

Enfin, ça, c’est que dit la légende. Il semblerait que la célébration systématique de Thanksgiving soit plus récente, datant plutôt de la seconde moitié du XIXe siècle. Si tu veux en savoir plus, tu peux lire cet excellent article.

Devenir mère ? bien sûr que oui / que non / que … euh …

Quand on parle de devenir mère, autour de moi, je vois toujours deux camps. Le camp de « celles qui ont toujours su qu’elles voulaient fonder une famille » (pas forcément tout de suite-maintenant, mais un jour, c’est sûr). Et l’autre camp, minoritaire mais bien réel, de « celles qui ont toujours su qu’elles ne voulaient pas d’enfants » (et qui, accessoirement, en ont marre qu’on leur demande pourquoi et qu’on essaie de les faire changer d’avis – mais c’est un autre sujet).

Et moi ? Mais enfin, c’est évident ! Des enfants, c’est clair que … euh …

Donner des ovocytes : mon bilan

Voilà, je t’ai raconté tout le déroulement de cette aventure. Je vais maintenant te parler de mon ressenti global, et du bilan que j’en tire aujourd’hui (cela fait trois mois que la ponction a eu lieu).

Donner des ovocytes : la ponction

Le matin de la ponction, je m’éveille tôt et de très bonne humeur. Je suis un peu impressionnée et excitée à la fois : ça y est, 9 mois exactement (!) après mon premier e-mail au centre de PMA, ça se concrétise enfin ! J’espère que mon corps a bien « bossé » et nous prépare plein de beaux petits ovocytes.

Donner des ovocytes : le traitement de stimulation et ses faux problèmes

Quatre mois après le premier rendez-vous (hé oui c’est long), je reçois toutes mes ordonnances pour le traitement de stimulation. C’est une grosse liasse de documents, accompagnée d’une lettre et d’un schéma qui récapitule toutes les étapes. Ce schéma, je l’ai lu plusieurs fois, puis annoté au fur et à mesure, et il m’a été très utile.

Donner des ovocytes : les nombreux rendez-vous et examens

Je t’ai laissée après le premier rendez-vous au centre de PMA. Ce jour-là, je repars avec plein d’ordonnances pour plein d’examens. Ils vont s’échelonner au cours des semaines suivantes. Je me répète, mais il ne faut pas s’y perdre ! C’est ce qui m’a le plus embêtée dans tout le processus : il faut se dépatouiller avec tout ça, et ne pas se perdre dans ce labyrinthe administratif et médical.

Donner des ovocytes : le premier rendez-vous

Me voilà donc avec un premier rendez-vous dans le centre PMA que j’ai choisi. Le docteur qui me reçoit m’accorde une heure, c’est beaucoup. Elle m’explique tout le processus, les contraintes que cela entraîne, puis elle me pose quelques questions pour s’assurer que je n’ai pas de contre-indications majeures (par exemple : est-ce que j’ai mes règles à peu près régulièrement ?). Je la trouve bonne pédagogue, son discours est très clair et très sain. Elle n’essaye pas de « faire de la retape » mais m’explique sans tabou tout le programme.

Donner des ovocytes : pourquoi ?

Aujourd’hui, je viens te parler d’un projet un peu spécial que j’ai mené à bien le mois dernier : j’ai donné des ovocytes.

Pourquoi j’en parle ici ? Parce que ce type de don est très méconnu, alors que le besoin est immense : en France, il n’y a que 550 dons chaque année, pour 2800 couples en attente. Et que, si j’en ai eu connaissance, et si je me suis motivée pour le faire, c’est parce que j’avais lu ici l’article de Caro, donneuse, et ceux de Mme Arwen (dans Sous Notre Toit), receveuse. Bref, c’est de ce blog qu’est venue l’inspiration, alors je me dis que j’allais peut-être réussir à convaincre 2 ou 3 femmes de plus en écrivant ces articles !