Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Madame Béret


Derniers articles commentés

Rompre avec ses amis d'enfance

Comment j’ai perdu mes amies d’enfance

Ah les amies ! Les copines d’enfance, de collège et de lycée. Celles qui connaissaient tous nos secrets d’adolescente, celles qui ont partagé notre joie d’avoir le bac avec mention, nos premières histoires d’amour…

Oui, c’est bien de ces amitiés-là dont je vais te parler aujourd’hui. Ces amitiés qui sont vraiment importantes et façonnent ta vie d’adolescente. Force est de constater qu’en vieillissant (les premières rides me guettent !), les amitiés vieillissent elles aussi, et ne se bonifient pas forcément !

Perdre un proche du SIDA

Moi, orpheline du SIDA

Il y a des articles faciles à écrire, et puis, il y a les autres. Je me suis longuement questionnée sur l’intérêt de publier celui-ci parce que, avouons-le, ce n’est pas très sexy, comme sujet.

Et puis un jour où j’étais à la maison, malade, j’écumais les archives de Sous Notre Toit, et je suis tombée sur un article présentant le cancer comme plus inéluctable que le SIDA. L’auteur a bien raison : il y a des moyens d’éviter le SIDA, mais ça ne veut pas dire que ça fait moins mal de le voir emporter ses parents. Du coup, je me suis dit qu’après tout, il était temps de te parler un peu de cette partie de ma vie dont je n’aime pas parler.

Couple bilingue

Couple bilingue : comment le vit-on ?

Claire Gezillig et Die Franzoesin ont toutes les deux épousé un homme d’une nationalité différente : un néerlandais pour l’une, un allemand pour l’autre. Leurs époux n’ont donc pas la même langue maternelle qu’elles ! Au fil de leurs articles respectifs, elles ont découvert que leurs couples géraient différemment le bilinguisme : les Franzose utilisent deux langues, les Gezellig, trois !

Une famille, plusieurs langues, c’est un sujet qui fascine souvent ! Alors, au quotidien, qu’est-ce que ça donne, Mesdames ?

verre de vin alcoolisme léger

Ce petit alcoolisme ordinaire…

Il ouvre une bière pendant qu’il prépare le repas de midi. Il boit quelques verres de vin en mangeant, et puis un dernier après le dessert. Parfois, il prend encore une bière dans l’après-midi, pour se désaltérer après un travail harassant. Puis une autre, en préparant le repas du soir. Et il boit quelques verres de vin en mangeant, et un dernier après le dessert.

Je me suis rendu compte très récemment que mon père, de petit coup en petit coup, buvait ainsi plus que de raison.