Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Madame Givrée

Chroniqueuse Madame Givrée, 30 ans, mariée en décembre 2012 à Sir Givré, une maison en bois, deux chats, anglophile, et pleine de projets.

Ses contributions

Faut-il séparer l’homme de l’artiste ?

La question revient à chaque scandale qu’on appelle pudiquement « affaire de mœurs ». Faut-il séparer l’artiste de son œuvre ? Peut-on en toute conscience aller voir J’accuse de Polanski, en sachant ce qu’il a avoué avoir fait ?

Le livre qui sommeille en moi

Il raconterait les violences sexuelles vues de l’intérieur, il expliquerait comme on peut être victime de violences sans que ça ait l’air d’être de la violence, il parlerait de manipulation, d’emprise, de chantage qui ne dit pas son nom, d’isolement.

Je suis super-pénible

C’est arrivé il y a quelques années: une ancienne camarade de classe a partagé une photo de classe datant du collège sur laquelle j’étais au premier plan. Je n’ai pas apprécié, je l’ai dit, et je suis passée pour la super-pénible de service.

Une heure dans ma vie

La sonnerie retentit, je me sens un peu comme un cerf pris dans les phares d’une voiture. Il n’y a pas à dire, l’anglais avec des 6èmes, c’est tout sauf ennuyeux.

Mes livres de recettes préférés

Si tu me connais « dans la vraie vie, » je te vois déjà recracher ton thé et éclater de lire ! Mme Givrée, utiliser des livres de recettes ? Elle qui ne jure que par son robot-super-génial-qui-fait-tout ? Elle qui râle tous les soirs au moment de faire le repas ? Elle qui affirme que c’est le pire moment de la journée ? Posséder des livres de recettes, et en faire bon usage ? Même pas en rêve !

Je fais confiance aux futures générations

« Quand je vois les générations à venir, je m’inquiète vraiment pour notre pays ». Ce n’est pas mon cas. Je regarde souvent les adolescents actuels avec beaucoup d’optimisme.

Quatre choses que j’ai apprises en regardant Outlander

Aujourd’hui, je vais te parler des leçons de vie qu’on peut retirer de cette histoire, parce que je pense qu’on peut trouver, dans cette histoire comme dans toute autre histoire, un morceau de soi-même, une pépite à garder précieusement. Attention, la suite de cet article contient des spoilers !

Mes douleurs, mes allergies, le reste du monde et moi

Dans mes deux articles précédents, je t’ai parlé de comment j’en suis venue à faire des tests d’allergies et d’intolérances alimentaires, et des changement que j’avais opérés dans ma vie après avoir reçu les résultats. A ce stade, il me semble important de faire un point sur quelques questions controverses autour de ça.

Mes douleurs, mes allergies, la vie et moi – Partie 2

La dernière fois, après t’avoir expliqué le cheminement qui m’a menée à passer des tests d’allergies et d’intolérances alimentaires, et après avoir énuméré les spécialistes (ou pas) de la question que j’ai vus pendant ces mois de douleurs pendant lesquels personne n’était capable de me dire ce qui n’allait pas chez moi, je t’ai laissée en plein suspens : mais à QUOI Madame Givrée peut-elle bien être allergique qui rende sa vie si visiblement compliquée ?

Mes douleurs, mes allergies, la vie et moi – Partie 1

Je suis la fille pénible, celle qui demande « la-feuille-info-allergènes-s’il-vous-plait » en tout premier au restaurant, qui fait attention à tout ce qui passe par sa bouche, qui prévoit deux ou trois choses à grignoter dans son sac quand elle va quelque part, « au cas où », celle qui ne mange jamais la même chose que les autres. En somme, la fille que tu n’oses plus inviter tant la liste de ses allergies et intolérances alimentaires est longue.

La Saint-Valentin, revisitée

Je pourrais te parler de la Saint-Valentin à l’étranger, de tous ces pays où ce n’est pas une célébration de l’amour entre un homme et une femme, de tout ce que c’est d’autre. Je pourrais également te dire que c’est tout de même l’occasion de se faire un bon repas avec la personne que tu aimes, ou de faire une sortie en couple, mais ce n’est pas vraiment mon propos. Aujourd’hui, je préfère te proposer de revisiter cette fête telle qu’on la connaît ici, essayer d’en faire quelque chose de plus.

Cinq choses que j’ai apprises en regardant Mary Poppins

Fidèle à ce que j’appelle ma « tradition hivernale », j’ai regardé Mary Poppins il y a quelques jours. Et ça m’est venu, comme ça : c’est fou le nombre de leçons de vie qui se trouvent dans ce film ! J’en ai fait une liste dans les « notes » de mon portable tout en regardant. Il y avait tout à fait de quoi t’en faire un article. Voici donc ce que Mary Poppins m’a appris.

Scène de ménage

Il est 20h et je n’ai pas envie de faire à manger. Ni une, ni deux, nous nous retrouvons dans un restaurant à quelques minutes de chez nous. Ils sont assis à table, elle, les bras croisés sur sa poitrine, la tête baissée, lui, le dos appuyé contre la chaise, les jambes croisées, les deux mains posées sur la table.

Je leur souris quand je rentre. J’essaie de ne pas écouter leur conversation, mais c’est difficile, parce que la salle est petite, il parle fort, et nous ne sommes que quatre dans la salle. Elle est gênée et lui dit sans arrêt que leur conversation ne nous regarde pas, alors je fais un effort particulier pour me concentrer sur ma conversation avec mon mari.