Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Mon entrée en catéchuménat : le déclic


Publié le 17 janvier 2019 par Urbanie

J’en ai parlé rapidement sur mon blog il y’a plusieurs semaines de cela, mais voilà: j’ai décidé de me convertir à la religion catholique. Je suis en entrée en catéchuménat (prononcer: « katékuména », et pas comme moi, la première fois devant le curé: « bonjour monsieur, je voudrais devenir katéschumène ». Il a souri poliment et a rectifié. MINUTE DE SOLITUDE BONJOUR.).

J’ai décidé de te parler de ma démarche ici, plutôt que sur mon blog, parce que (pour le dire simplement) je ne veux pas tout mélanger. J’ai aussi parfaitement conscience que certaines lectrices viennent sur mon blog pour parler d’Interruption Médicale de Grossesse, et je ne voudrais pas que la position de l’Église sur le sujet (ils sont contre) (non, pardon: ils sont C.O.N.T.R.E) ne mette qui que ce soit mal à l’aise.

Pour préparer cette série d’articles, j’ai demandé à mes copines chroniqueuses de DMT et SNT de me poser toutes les questions qui leur passent par la tête. J’ai compilé ces questions en 4 grandes thématiques: le déclic, le processus, l’entourage, et l’idéologie.

L’idée, ce n’est pas de te faire un topo sur le dogme officiel de l’Église, mais plutôt de te parler de mon parcours à moi. Si le sujet t’intéresse, si tu te poses des questions, n’hésite surtout pas à m’en faire part dans les commentaires.

Bref, aujourd’hui, nous abordons le premier chapitre: le déclic.

Crédit photo: Steven Pavlov.

 

Quel a été le déclic ? Ca fait longtemps que tu y penses ?

La question a commencé à sérieusement se poser au moment de mon mariage. Nous avons brièvement envisagé une cérémonie religieuse (mon mari est croyant, mais non baptisé) tout en sachant pertinemment que nous aurions alors à nous convertir, et que cela prendrait du temps. Nous avons finalement opté pour une cérémonie laïque (que je ne regrette absolument pas), qui nous semblait le choix nous ressemblant le plus. Mais la graine était plantée, et elle a commencé à germer tout doucement.

J’ai aussi toujours ressenti un « manque », n’ayant pas du tout été élevée dans la moindre religion. Quand je me balade dans un musée, je ne comprends pas le quart des peintures exposées : ça pullule de références bibliques, qui me sont totalement étrangères. J’ai le même problème en littérature, moi qui pourtant adore lire (je te laisse imaginer la frustration). La question de la « culture » n’est certes pas l’élément déclencheur, mais elle a néanmoins joué un rôle dans le process.

J’en avais aussi marre de ne rien comprendre lors des cérémonies de mariage ou d’enterrement auxquelles j’étais conviée, de rester spectatrice et, quelque part, un peu exclue du truc. J’avais aussi envie de faire partie d’une communauté, de cette communauté.

Et puis en juin dernier, nous venions de déménager, nous étions posés sur notre nouveau balcon avec un verre de vin pour fêter notre arrivée, et je me souviens parfaitement avoir annoncé à Jean-Mi : « j’aimerais me faire baptiser ». Ne me demandez pas d’où c’est sorti, je crois que je ne le sais pas tout à fait moi-même. Je pense bêtement que je me suis rendue compte que si je ne le faisais pas maintenant, je risquais de passer à côté, qu’il n’y avait pas de bon ou de mauvais moment. Et puis déménager, c’est un peu un renouveau, donc voilà.

 

Pourquoi rejoindre les catholiques, les évangélistes c’est quand même bien plus fun et plus ouvert non?

C’est vrai que la religion catholique est contraignante pour qui veut se convertir sur le tard : il faut bien deux ans entre la demande d’entrée en catéchuménat, et le baptême, les rites sont extrêmement codifiés, on te demande un investissement personnel minimum… donc oui, c’est vrai que j’aurais pu aller « voir ailleurs » et être baptisée dans la foulée.

Mais la famille de mon père et de ma mère sont d’obédience catholique, et même si mes parents ont fait le choix de ne pas me baptiser, c’est de cette religion-là dont je me sens proche. Quelque part, je crois bien que je fais un retour aux sources.

 

Pourquoi se convertir officiellement? Je veux dire, tu peux être croyante chez toi et aller à la messe sans être « officialisée », non?

Alors mon côté « bonne élève » qui ressort de nouveau sans aucun doute, mais quitte à aller à la messe, autant le faire en se préparant au baptême, histoire de pouvoir communier à la fin. Et puis je ne veux pas y aller en « touriste », la démarche est bien plus profonde que ça, dans le fond. Last but not least, je suis d’une ignorance assez crasse en ce qui concerne la religion catholique, j’ai réellement besoin d’apprendre les bases. Aller en catéchuménat me permet aussi d’apprendre à devenir catholique.

 

Et voila, ce sera tout pour aujourd’hui! La prochaine fois, nous parlerons du processus d’entrée en catéchuménat.

Et toi, tu as d’autres questions à me poser au sujet du « déclic »? C’est quelque chose qui te parle? Dis-moi!

Commentaires

25   Commentaires Laisser un commentaire ?

Maye

Oh comme c’est intéressant ! J’avoue ne pas du tout comprendre la démarche, ayant fait celle inverse. Je trouve ça passionnant et je sens que je vais adorer te lire. Merci beaucoup de partager ça, et merci d’avoir le courage de le faire (je crois bien que ce n’est pas facile de parler religion sur internet de nos jours…).
Quelque chose qui m’échappe ici : tu parles d’entrer dans le catholicisme, mais Dieu dans tous ça ? Pardon si je dis des bêtises, mais j’ai l’impression en te lisant que ce n’est pas ça qui compte (alors que la première chose en toute religion, c’est bien la croyance en Dieu). Tu y croyais déjà avant sans avoir fait partie d’une paroisse ou la croyance elle même est venue plus tard et a motivé ta démarche ?

le 17/01/2019 à 08h27 | Répondre

Maye

Pardon si c’est trop personnel, tu n’es pas obligée de répondre évidemment.

le 17/01/2019 à 08h29 | Répondre

Urbanie

Ta question est très pertinente: en fait je n’en parle pas parce que pour moi, c’est « évident » d’être croyant quand on demande une conversion. J’ai été longtemps croyante sans savoir en quoi croire, justement. La démarche de conversion vient canaliser tout ça et m’aider à mettre des mots sur ce que je ressens.

le 17/01/2019 à 10h23 | Répondre

Madeleine

Coucou, je vais suivre tes articles avec attention, comme je fais le catéchisme aux enfants !!
La remarque de Maye me paraît aussi très intéressante sur la place de Dieu dans ta decision: que tu nous répondes ou pas, de toute façon, ce sera le point central de ton voyage vers le baptême !!
Par ailleurs, j ai eu recours à une fiv icsi pour notre enfant , alors que ce n est pas dans les « clous » du catholicisme, comme tes IMG. Pourtant, notre prêtre nous a accompagné sans jugement et nous avons même reçu le sacrement des malades ce qui m a grandement soutenu dans l épreuve de la FIV.
Pour l anecdote, nous avons reçu mes résultats de prise de sang annonçant ma grossesse… Pendant la messe de Noël!
Très beau parcours et à bientôt !

le 17/01/2019 à 08h57 | Répondre

Mme Infertile

Bonjour Madeleine, je suis catholique pratiquante et ai aussi un long parcours PMA derrière moi dont plusieurs FIV, sans succès… Je n’ai jamais eu l’idée d’avoir recours au sacrement des malades. Peux-tu m’en dire plus? ici ou en privé 🙂 merci. Je suis heureuse pour toi que ta démarche ait été courronnée de succès!

le 17/01/2019 à 09h17 | Répondre

Madeleine

Pour répondre à Mme infertile, j ai été voir le prêtre de ma paroisse qui nous a marié, pour lui demander s il était possible pour notre couple d avoir le sacrement des malades comme nous n arrivions pas à avoir d enfants. C est donc moi qui ai eu l idée. Il a d abord voulu nous voir à deux pour en savoir plus sur nos motivations à recevoir ce sacrement et comment on envisageait la Pma. On a discuté (je crois qu il voulait surtout nous aider à réfléchir en couple à ce que nous voulions comme soins et vérifier qu on ne pensait pas que c était un acte magique qui allait nous permettre d avoir un bébé miracle.)
Et puis on a pris rendez vous pour faire le sacrement, juste nous 3.
Je pense que tous les prêtres ne le feraient pas, bien sûr. Je savais le nôtre assez large d esprit. Mais ça doit se trouver !!

le 17/01/2019 à 18h11 | Répondre

Mme Infertile

Merci!

le 22/01/2019 à 10h04 | Répondre

Urbanie

Bonjour Madeleine,

J’ai l’impression que la réaction aux parcours « différents » dépend énormément du prêtre et de sa « sensibilité ». Là où je vais, je les sens très très « tradis », ils font régulièrement des remarques sur la « filiation » ou « la mort naturelle » des êtres vivants, donc je n’ose pas aborder le sujet avec eux. Si je rencontre un prêtre qui me semble à l’écoute un jour, pourquoi pas?

le 17/01/2019 à 10h26 | Répondre

Galeopsis

J’allais justement écrire un commentaire à ce sujet ! Je confirme que tu pourras trouver des discours très différents (et même contradictoires) au sein de l’Eglise, qui rassemble par exemple tous les bords politiques. L’essentiel est de trouver une paroisse, et surtout un(e) catéchiste, avec qui tu te sens bien (quitte, justement, à changer de paroisse si quelque chose coince).

Je me retrouve dans ta démarche : le premier déclic est venu, moi aussi, au moment du mariage. Nous souhaitions nous aussi nous marier religieusement ; Monsieur était croyant mais pas baptisé, et mois j’étais baptisée mais pas confirmée. Du coup nous avons décidé de vivre cela en couple : monsieur s’est fait baptisé, je l’ai accompagné dans sa préparation, puis nous avons tous deux fait notre confirmation. Au final, près de 5 ans après notre mariage civil et 2 enfants plus tard, bien qu’ayant coché toutes les cases du « parcours catholique », nous n’avons toujours pas célébré notre mariage religieux !(difficile d’en trouver le temps et l’argent, nous avons désormais d’autres priorités avec 2 boulots et 2 enfants !) 😉 Mais nous continuons assidûment la catéchèse, c’est même un moment fort de notre vie de couple. Et notre aînée va désormais à l’éveil à la foi.

En tout cas je te trouve moi aussi courageuse, tant pour la démarche que pour le fait d’écrire à ce sujet, et je suis pressée de lire la suite !
Une question : que choisis-tu pour Kate ? La laisser libre de son choix plus tard, comme l’ont fait tes parents, ou l’accompagner à l’éveil à la foi et au catéchisme, ne serait-ce que pour le bagage culturel dont tu parlais ?

le 17/01/2019 à 11h26 | Répondre

Urbanie

Merci pour ton gentil commentaire!

Pour le catéchuménat, malheureusement le parcours est « sectorisé » à Paris: je n’ai pas eu le choix de ma paroisse, et on me l’a bien précisé au moment de mon inscription. Je ne peux donc pas choisir la paroisse pour le moment. Une fois baptisée en revanche je pourrai aller où je le souhaite.

Pour ma fille, c’est plutôt simple: j’ai décidé de la faire baptiser (dans une dizaine de jours) pour lui « épargner » le parcours un peu long qui l’attendrait autrement à l’âge adulte. Elle aura ainsi un bagage religieux et culturel dont elle fera ce qu’elle voudra quand elle sera grande. En revanche nous ne la forcerons à rien: elle ira à l’éveil à la foi et au catéchisme, mais si, une fois en âge de décider par elle même, elle ne souhaite pas poursuivre, personne ne la forcera. 🙂

le 17/01/2019 à 11h40 | Répondre

Nathalie (voir son site)

J’aime bien ton article parce que la « seule » réponse qu’il amène c’est « parce que », et je crois que c’est vraiment ça. Ce n’est pas un choix rationnel, mais un choix instinctif, de ce que je ressens de ton article. Bref je suivrai avec attention !

le 17/01/2019 à 09h21 | Répondre

Urbanie

C’est très juste ce que tu dis! 🙂

le 17/01/2019 à 10h26 | Répondre

Elisabeth

Quelle belle aventure tu commences …. très investie dans mon ancienne paroisse (éveil à la foi, catégorie pour les enfants, retraite de première communion…), je n’ai pas encore retrouvé le même élan là où nous avons emménagé… cet engagement me manque, pour moi le partage de la foi est aussi important que la participation à la messe, aux prières individuelles… bon chemin à toi, j’ai hâte de lire la suite !

le 17/01/2019 à 12h31 | Répondre

Lirbis (voir son site)

Je te souhaite un très bon parcours en catéchuménat. Une belle approche de la vie catholique !
Je pense que les raisons sont aussi nombreuses que les catéchumènes, et tant mieux. C’est ce qui donne la richesse de l’Eglis.
Sinon, je vais faire ma rabat joie, mais les évangélistes ne devaient vraiment pas être fun, car ce sont les rédacteurs des évangiles. Par contre les évangéliQUES, eux le sont beaucoup plus. Surtout si on aime dévisser les ampoules en priant 😀

le 17/01/2019 à 15h47 | Répondre

Urbanie

Hahahaha, OUPS! 😀
On va dire que ce type de maladresse fait partie de la « fraicheur » des catéchumènes, non? 🙂

le 17/01/2019 à 15h59 | Répondre

Joachim

Merci pour l’article ! Question : la « foi » que tu ressentais avant sans pouvoir mettre des mots ou une religion dessus, comment sais-tu que ça correspond au catholicisme et à la définition du dieu tout puissant qu’ils en donnent ? Je veux dire, tu peux t’être sentie touchée par certaines paroles, écrits bibliques, etc. mais pourquoi pas dans l’une des nombreuses autres religions existantes ? Même une autre religion chrétienne ?

le 17/01/2019 à 18h49 | Répondre

Urbanie

C’est une excellente question, et merci de me la poser! Eh bien en vrai, je ne saurais pas l’expliquer. Je me « sens » plus proche de cette religion que d’une autre (de ce que je connais des autres religions). J’avoue que cela reste aussi un mystère pour moi… j’imagine que, venant de familles catholiques, cela a du jouer dans mon ressenti.

le 17/01/2019 à 19h06 | Répondre

Madame Givrée (voir son site)

Hey ! Merci pour cet article. Je l’attendais avec impatience. J’ai hâte de lire la suite :). Je vais suivre tes articles avec un grand intérêt puisque je suis sur un chemin de conversion (qui dure depuis quelques années maintenant – et qui reste très personnel), mais pas vers la même religion… Tes articles m’intéressent donc d’autant plus que j’ai l’impression de vivre ça en parallèle :).

le 18/01/2019 à 11h50 | Répondre

SB

Bonjour,
Je très intéressée par ta série d’articles. Merci de nous partager ton cheminement.
Par contre, je me demandais comment se produit le choix de cette religion, alors que celle-ci condamne plusieurs épreuves que tu as vécues ? Est-ce pour toi une différence entre la religion/foie elle-même et les personnes qui la pratiquent (curés, moines, pape…) ?

le 18/01/2019 à 15h19 | Répondre

Urbanie

Bonjour SB,

Je fais en effet une distinction entre la foi, la religion, et… ceux qui la pratiquent. 🙂

Je suis également entourée de catholiques pratiquants qui ne raisonnent pas en suivant la « ligne éditoriale » de l’Eglise à la lettre. J’imagine qu’on s’entoure de gens qui nous ressemblent de toutes façons! 🙂 Ils me montrent qu’on peut tout à fait être pratiquant et ne pas être en phase avec certaines « directives » de l’Eglise. Que l’on peut aller à la messe tous les dimanches, mais considérer que l’IVG reste une nécessité (par exemple).

Et je considère également qu’il est quasi impossible de « comprendre » ce que nous avons traversé – le choix d’une IMG face à l’annonce d’une maladie mortelle – tant qu’on a pas été confronté(s) à une situation relativement similaire.

le 01/02/2019 à 09h49 | Répondre

SB

Merci de ta réponse.

le 04/02/2019 à 23h04 | Répondre

Séve

Bonjour,
En te lisant je me rapproche de certains autres commentaires. Pourquoi le catholicisme et non pas une autre relation chrétienne?
Oui j’ai bien utiliser le mot relation car je n’aime pas le mot religion?
Ma question est que cherches tu exactement? Tu crois en Dieu certes, qu’en est-il de Jésus, le Christ?
Pour expliquer mes questions, je suis se culture et éducation catholique, mais je ne me retrouvais pas le catholicisme, que je trouve trop impersonnelle, trop ritualisée, trop formelle et stricte. Et par des rencontres, je me suis donc intéressée à l’evangelisme. Et c’est là que tout à changer! Je suis passé d’une religion à une relation avec Dieu et surtout son fils Jésus! Je me suis donc convertie à l’evangelisme il y a peu.
Ta démarche est noble, mon commentaire est surtout pour que tu te poses.les bonnes questions pour savoir ce que tu recherches vraiment.
Je te souhaite une bonne quête de Dieu car si tu fais cette démarche aujourd’hui pour devenir enfant de Dieu c’est qu’il t’a appelé à lui et t’a touché. Je prie pour que le seigneur puisse te guider sur le chemin qui s’ouvre à toi!

le 31/01/2019 à 14h10 | Répondre

Séve

Bonjour,
Je me permet de t’écrire car ton article et parcours m’interpelle et m’intéresse. Je vais faire écho à certains des commentaires ci-dessus.
Ma question est : Pourquoi le Catholicisme? et pas une autre relation avec Dieu?
Oui je parle bien de relation et non pas de religion.
Je ressens clairement ton envie d’en connaître plus sur Dieu et d’en apprendre plus sur lui. Mais qu’en est-il de son fils Jésus Christ?
Pour ma part, je suis issue d’une famille et d’une culture Catholique, dans laquelle je ne m’y retrouvais plus car je trouvais cela trop formelle, ritualisé et stricte mais j’avais toujours cette foi et croyance en Dieu, comme je ne connaissais que cela je m’en contentais. Pourtant, je ne connaissais pas plus que ça la Bible, ni la vie de Jésus, de qui était Jésus, à part être le fils de Dieu, même en ayant été baptisée, fait du cathéchisme, ayant fait la 1ère communion, et la profession de foi.
Par des rencontres de gens proches, je me suis rapprochés des évangéliques. J’ai découvert avec eux, ce qu’était la vie avec Dieu, ce que pouvait être une relation avec Dieu et surtout avec Jésus Christ. Et je dois t’avouer que c’est beaucoup plus Fun que le Catholicisme.
Récemment, J’ai fait le choix d’avoir une relation avec le père créateur et son fils Jésus, plutôt que d’être dans une religion où je ne me retrouvais plus.
Ta démarche est noble et pour moi c’est clairement l’appelle de Dieu qui rappelle son enfant à lui.
Alors, je voudrais juste que tu te poses les bonnes questions : Que recherches-tu dans ta démarche? Qu’attends-tu de cette démarche? Que veux-tu exactement?
Je prie le Seigneur afin qu’il puisse te Guider sur le chemin de la vie et de la vérité.
Pries Dieu également pour qu’il puisse te guider à faire le bon choix.
Si tu as envie d’échanger n’hésites pas à me contacter.
Sois Bénie!

le 31/01/2019 à 18h14 | Répondre

Urbanie

Bonjour Sève,

j’explique en partie mon choix dans l’article: je reviens à mes racines familiales je pense. Pour le reste… je pense que ça ne se choisit pas tout à fait. Ma réponse est laconique mais cela fait partie des choses que je ne parviens pas encore tout à fait à expliquer. 🙂

le 01/02/2019 à 09h44 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?