Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Ce concert qui a failli être parfait


Publié le 12 février 2018 par Madame Givrée

Hier je suis allée à un concert. C’était le deuxième en quatre jours, et si tu me suis depuis un moment tu sais déjà qui je suis allée voir deux fois en moins d’une semaine. J’ai nommé James Blunt, ce chanteur que je suis depuis environ de treize ans, et qui m’a aidée, d’une certaine façon, à surmonter de lourdes épreuves.

C’était au Zénith de Paris. J’avais vérifié en amont les consignes de sécurité, et la liste des objets autorisés, ou pas, dans l’enceinte du Zénith. J’avais parcouru avec attention la Foire aux Questions pour être sûre de ne pas commettre d’impair. J’avais donc vu que je ne pouvais pas apporter mon appareil photo Reflex, et je me suis dit que, tant qu’à faire, ce n’était pas plus mal. J’avais acheté bien en avance des places au premier rang, au milieu, pile devant la scène, pour profiter au maximum de ce moment que j’attendais avec impatience depuis quelques mois, alors l’interdiction d’apporter des appareils photos m’arrangeait, quelque part, j’allais pouvoir profiter à fond de ce moment.

Crédits photos (creative commons): Free-photos

Mais ça, c’était sans compter sur les gens, tous ces gens autour de moi, et surtout… Leurs satanés smartphones.

Pendant la première partie, le bal des SMS

C’était Jamie Lawson qui assurait la première partie du concert de James Blunt. C’est lui qui le suit partout en Europe pour cette série de concerts consécutive à la sortie de son album, The Afterlove. Tu ne le connais peut-être pas, mais c’est le protégé d’Ed Sheeran, rien que ça ! Il est très populaire outre Manche. Je ne sais pas toi, mais j’ai tendance à penser que quand tu es chanteur, que tu es le protégé d’Ed Sheeran, et que tu fais la première partie de James Blunt dans toute l’Europe… c’est que tu es bon ! Et effectivement, maintenant que j’ai acheté ses albums, que je les écoutés une bonne dizaine de fois et que je l’ai vu deux fois en concert, je peux confirmer : il est vraiment bon. J’espère qu’il va percer en France.

Quand il est arrivé sur scène avec sa guitare, la moitié du Zénith n’était pas rempli. Les gens commençaient à arriver en masse, certains discutaient, d’autres retrouvaient des amis ou de la famille, beaucoup étaient sur leurs portables en train de charger des selfies sur les réseaux sociaux, d’ajouter des hashtags et d’identifier leurs connaissances. Moi qui aime beaucoup Jamie Lawson, j’avais envie de profiter de ces quarante-cinq minutes comme du concert qui avait lieu après, mais c’était difficile avec tout ce monde autour de moi qui continuait à tapoter sur leurs portables et à parler à voix haute comme si de rien n’était.

En bon stéréotype d’homme anglais, il a réagi avec beaucoup de sarcasme. Au bout d’une vingtaine de minutes à chanter devant une foule rivée sur son smartphone, il s’est arrêté et a parlé de son nouvel album, Happy Accidents, en disant qu’il était en vente depuis le début du mois de novembre. Il a dit que, normalement, il en avait à vendre au stand de marchandises, mais qu’il n’avait plus de stocks, mais que ça n’était pas grave, puis que tout le monde était déjà sur son portable en train d’acheter la version digitale.

Crédits photos (creative commons): Tomasz_Mikolajczyk

Je ne suis pas sûre que les gens aient saisi le sarcasme.

Pendant le concert, la valse des vidéos

Pendant la pause, une (grosse) poignée de fans inconditionnelles et (il faut bien l’avouer) une pincée de resquilleurs s’étaient installés devant les barrières de sécurité, juste devant la scène. Oui oui, tu as bien compris, juste devant moi qui avais acheté des place devant la scène pour profiter d’être au premier rang. Respectueuse des consignes de sécurité (les personnes de la sécurité avaient dit qu’on ne devait pas le faire), je suis restée à ma place, et j’ai observé, passablement agacée, les gens devant moi s’amasser.

Juste avant le concert, les vigiles ont repoussé tout le monde et demandé aux personnes debout de retourner à leur place. Peine perdue. A peine quarante secondes après le début de la première chanson, tout le monde était de retour sur l’avant de la scène.

Sir Givré me dit que je suis peut-être un peu psychorigide, mais, personnellement, quand on me dit de ne pas faire quelque chose… eh bien, je ne le fais pas. C’est comme ça que je me suis retrouvée derrière une bonne centaine de personnes, toutes plus grandes que moi, toutes équipées d’un smartphone et de la 4G. J’ai donc passé le concert derrière, au choix, des gens qui n’avaient rien à faire là et qui dansaient avec les bras en l’air, des gens qui n’avaient rien à faire là et qui filmaient les bras en l’air, pour bien montrer sur Facebook, Twitter, Instagram ou je ne sais où qu’ils étaient juste devant la scène, et aussi ceux qui filmaient et dansaient les bras en l’air en même temps. Il n’y a pas eu un seul moment pendant tout le concert où j’ai vu la scène en entier. J’ai dû m’adapter, jouer des coudes, me décaler, changer de place, me mettre sur la pointe des pieds pour voir ce pour quoi j’étais venue, et ce pour quoi j’avais payé : mon chanteur préféré, sur scène, devant moi. Et par-dessus tout : j’ai passé le concert à essayer de ne pas voir le chanteur à travers les écrans de portable des gens.

Crédits photos (creative commons): StockSnap

Je sais qu’on a tous envie de garder une trace de ce moment qui est toujours unique. Moi la première, dans d’autres lieux, j’ai utilisé mon appareil photo pour filmer mes chansons préférées, et j’ai toujours plaisir à réécouter les vidéos. Mais j’ai toujours fait en sorte de ne pas gêner les gens autour de moi, et de limiter l’utilisation de mon appareil au strict minimum. J’étais déçue et attristée de voir que les gens autour de moi n’avaient pas assez de jugeote pour profiter du spectacle, plutôt que de le regarder à travers un écran, et trop peu de savoir vivre pour penser aux gens derrière eux. Et puis, j’ai bien conscience que je l’ai déjà dit, mais ça m’a mise en colère: si tu veux assister à un concert aux premières loges, paie le prix ! Se précipiter du fond de la salle jusqu’à l’avant de la scène est à mon sens déplacé et impoli, pour le moins !

Alors, bien sûr, l’ambiance était électrique, la sélection de chansons parfaite, je me suis énormément amusée, j’ai été tour à tour électrisée, amusée, et émue, et j’ai bien vite décidé que ma soirée ne serait pas gâchée par ce manque de savoir-vivre, j’en ai profité au maximum et ce concert compte parmi les meilleurs que j’ai pu voir (et, crois moi, j’en ai vu quelques uns…), mais j’avais besoin de partager ça quelque part.

Après tout, nous sommes tous coupables de petites et grandes incivilités de temps en temps. Mais en parler et échanger sur le sujet, c’est déjà engager une réflexion pour mieux vivre – et profiter des concerts – ensemble.

Et toi, il y a des choses qui t’agacent en concert ? Tu es plutôt une grande utilisatrice de ton portable, ou tu préfères le laisser de côté pour profiter du spectacle ? Viens nous raconter dans les commentaires ! 

Commentaires

9   Commentaires Laisser un commentaire ?

Audrey

Bonjour,
Je partage tellement votre avis!!!
Malheureusement ce genre de pratiques ne va pas en s’améliorant. La société est de plus en plus égoïste, et centrée sur elle même. Le plus frappant est pendant les concerts/ animations destinés aux plus petits où certains parents (souvent trèèèès grands) n’hésiteront pas à se mettre devant votre enfant mesurant au bas mots 90 cm pour ne pas rater le chanteur de comptines…. et par la même lui enlever toute vision et te regarder méchamment si tu as le malheur de faire une remarque. Sur que rater le chanteur reprenant faux « libéré délivré » ou la nana qui lit un livre destiné au moins de 3 ans… Ce sera aussi toujours ceux qui vont arriver bon dernier. Etant comme vous « psychorigide » des règles, ce genre de comportement me donne des envie de meurtre.
Un autre fléau est aussi (et malheureusement), Les gens ne profitent plus de l’instant présent mais veulent absolument donner l’image que leur vie est beaucoup plus intéressante que ce qu’elle n’est en réalité. Certain vont passer un concert à travers leur écran pour pouvoir dire « t’as vu j’y étais, j’ai tout le concert (en qualité moisie d’ailleurs ><)". Du coup cela donne plus l'impression qu'il fallait y être, qu'il va pouvoir mettre des super images sur facebook/ insta/ tweeter et avoir des "like. plutot que de se faire de vrais souvenirs. Qui se tape un concert complet filmé par tél par la suite? Personne il me semble. De même pour les voyages…, les enfants, les amis, les sorties. Certains donne l'impression de vivre pour paraître mais vivent t'il réellement? passer sa soirée sur facebook pour dire trop bien la soirée entre potes, bah pas si bien si tu préfère être sur ton écran plutôt que parler avec eux. …. C'est tellement dommage!!!

le 12/02/2018 à 11h30 | Répondre

Madame Pinpon

Comme je suis d’accord avec vous !
Le pire, ce sont les photos de feux d’artifice : c’est toujours moche sur un écran, personne ne va regarder ça plus tard, mais non, faut le filmer car si c’est pas dans la boîte, ça ne s’est jamais passé ! Et tant pis pour ceux de derrière, fallait arriver avant pour voir.

le 13/02/2018 à 07h50 | Répondre

baptifan

Merci pour cet article. Tu as tout à fait raison nous sommes tous coupables de petites ou grandes incivilités et c’est nécessaire de s’en rendre compte !
Je suis allée à un concert au stade de France dernièrement et je n’étais pas la dernière pour faire des selfies pendant la première partie… (mais j’étais très loin de la scène et je ne gênais pas mes voisins (on se rassure comme on peut)). Bref pendant le concert l’artiste a demandé que pendant une chanson tout le monde coupe son smartphone et profite vraiment du spectacle et c’était magnifique, mais ma première pensée fût « dommage qu’on ne puisse pas prendre une photo de ce moment », l’ambivalence des sentiments… je pense qu’on a souvent du mal à profiter de l’instant présent et que faire des photos ou des vidéos nous rassurent, alors qu’au final la qualité des clichés/vidéos est souvent très faible…
Bref c’est un problème de société vivre le moment vraiment.
Merci encore de nous le rappeler.

le 12/02/2018 à 11h42 | Répondre

Clémence (voir son site)

Je suis 100% d’accord avec toi. C’est tellement dommage que certains ne puissent plus vivre un moment sans le voir à travers de son smartphone, et de ne se sentir vivant que pas le biais de likes sur les réseaux sociaux.
Si j’avais été dans ton cas j’aurai aussi été un peu déçue par le comportement des gens. J’espère que tu en gardes tout de même de bons souvenirs !

le 12/02/2018 à 13h00 | Répondre

Cricri2j

J adore James Blunt je l ai vu 3 fois en concert également ces dernières années! Je suis complètement d accord avec tes propos et ceux en commentaires

le 12/02/2018 à 13h00 | Répondre

Madame Pinpon

Bonjour,
Merci pour cet article qui, j’espère, va en faire réagir quelques uns ! Je ne suis pas bien grande non plus et je fuis les concerts en fosse pour cette raison, en plus des coups de coude. Je suis comme toi, j’ai très peur de déroger aux règles, de gêner. Et de voir ce comportement égoïste à côté, quelle tristesse…
Les parents qui amènent des petits bouts qui tombent de fatigue et qu’ils portent sur les épaules devraient aussi être mentionnés, car les enfants ne profitent pas, et ça gêne derrière. Je suis peut-être vilaine et on me dira peut-être que je ne suis pas maman donc je ne peux pas comprendre, mais je pense que si j’amenais mon enfant à un concert nous irions dans les gradins pour le confort de tous.
Quand à la guerre de la meilleure photo et les gens qui vivent à travers leurs écrans (et qui finalement n’auront jamais vu de leurs propres yeux les bons moments !) ça m’attriste et ça m’énerve. Ça me rappelle à la relève de la garde à Buckingham Palace où je n’ai pu rien voir, merci à la cohorte d’Ipad (le truc bien grand qui fait des photos pourries) devant moi.
Comme le dit Audrey, les gens se donnent une impression de vivre une vie hors norme et à force de vouloir partager cela et de se faire envier, ils oublient le principal : réellement profiter !

le 13/02/2018 à 07h48 | Répondre

Madame Zou (voir son site)

Je suis devenue dingue pour toi quand j’ai lu l’article. Je partage ton point de vue et aussi pas mal de commentaires ci-dessus. Les gens ont 1. Pas de savoir vivre, 2. Veulent se persuader & montrer à tout le monde qu’ils ont une vie « exceptionnelle ». A quoi ça sert, si on ne profite pas du moment présent ? Avec mon mari, nous allions à de nombreux concerts (moins depuis que je suis maman). Je repars en festival cet été, mais j’appréhende déjà… Du haut de mes 1m60, c’est mal barré. Déjà que dans le métro bondé, je deviens folle lorsqu’un mec de 1m90 me colle son portable sous le nez. Franchement on devrait interdire les portables comme à l’école ! 😀 😀

le 13/02/2018 à 12h36 | Répondre

Miss Chat

C’est une attitude qui m’horripile en concert et que je ne comprends pas. Je ne vois pas l’intérêt de ne faire même qu’une seule photo. Ca ne me viendrait jamais à l’idée…
D’ailleurs, je t’avoue que je ne comprends même pas pourquoi tu voudrais prendre ton reflex avec toi… Déjà, j’aurais peur de l’abîmer. Ensuite … pour quoi faire ?! On ne distingue de toute façon presque rien à cause de l’obscurité et des lumières de la salle et le son est pourri.
Bref, vraiment, je déteste quand les gens font ça.

le 14/02/2018 à 07h52 | Répondre

Virg

+1 avec Miss Chat, ça arrive en concert et au théâtre, l’avantage du théâtre c’est que les acteurs ont parfois assez de culot pour arrêter de jouer et signaler que c’est super gênant pour eux ! En plus, personne n’est debout, il est donc plus simple pour les « vigiles » d’intervenir dès que ça s’allume quelque part. En concert, c’est franchement plus compliqué pour eux. J’ai entendu parler de salles qui brouillent les ondes, je ne comprends pas pourquoi ce n’est pas un standard.

le 14/02/2018 à 14h54 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?