Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Changer de maison : le bilan un an après


Publié le 13 mai 2020 par Colombine

Cela fait un an que nous avons emménagé dans notre nouvelle maison. A vol d’oiseau, nous ne sommes pas à plus de 4 kilomètres de l’ancienne. Nous continuons de travailler au même endroit, nous n’avons pas changé de commune. Bref, dans ma tête il était évident que cela ne changerait rien à notre quotidien et notre manière de vivre.

Et pourtant…

Dans notre chez nous

Les travaux ne sont pas finis, loin de là, mais nous avons avancé. Néanmoins, nous nous sentons très bien dans notre nouvelle maison qui est un vrai cocon.

Le vrai plus est notre cuisine. Dans notre ancienne maison, elle était si petite qu’il était compliqué de s’y retrouver à plusieurs. Maintenant, nous avons une cuisine de 20m2, avec un très grand îlot. Mes parents adorent d’ailleurs y manger et quand ils viennent nous rendre visite c’est là qu’ils s’installent de préférence. C’est un vrai plaisir et nous nous y retrouvons Mon Chéri, Belle Fille et moi au moment de la préparation des repas. C’est nouveau et vraiment agréable de ne pas être seul en cuisinant.

Nous adorons toujours cette maison pour laquelle où nous avons eu le coup de cœur. Le fait d’avoir une cuisine et une pièce à vivre avec 2 entrées nous amuse énormément. On a l’impression de vivre dans un palais tant tout nous semble grand.

Crédits photo (creative commons) : Edu Lauton

Nous profitons de notre jardin et du calme de notre quartier. Ça a été une vraie bouffée d’air. Notre ancienne maison était au bord d’une rue passante aux heures de pointe. Si cela ne nous dérangeait pas quand nous y habitions, nous nous demandons maintenant comment nous l’avons supporté. Notre nouveau quartier a un air de campagne : peu de voitures, des gazouillis et on entend les poules de certains voisins !

Changement d’habitudes de vie

Quand on habite quelque part, on prend des habitudes et on a « une zone de rayonnement » (copyright moi-même) c’est-à-dire les lieux où tu te rends souvent. Pour nous c’était appréciable de tout avoir à côté, on allait 2 ou 3 fois par semaine au supermarché, je me rendais de manière hebdomadaire à la mercerie, et surtout nous passions beaucoup de temps à la médiathèque.

Comme beaucoup de gens, depuis quelques temps nous voulons un mode de vie plus sain, plus respectueux de l’environnement. Nous avions débuté cette transition avant notre déménagement. Cependant, tout s’est accéléré depuis, sans doute car un changement aussi radical nous permettait de repartir du bon pied.

Fini les courses dans une grande surface. Nous y allons désormais uniquement pour acheter des produits ménagers, ce qui doit arriver tous les 2 mois. Nous privilégions les magasins bio et le marché. Alors oui, les produits nous coûtent plus chers. Mais nous avons remarqué que nous n’étions plus « tentés » par le superflu. Nous cuisinons beaucoup plus de produits frais. Au final, nous dépensons moins et nous avons très nettement réduit nos déchets.

Si je continue à aller au travail en voiture (45 kms sans transport en commun ou covoiturage possible), Mon Chéri utilise pour sa part le vélo, la marche à pied et le bus de ville. C’est bien simple : le jour où sa voiture rend l’âme, nous avons décidé de ne pas en racheter une. Il faut dire que nous habitons désormais à moins de 10 minutes à pied du centre ville.

Un autre changement que cette proximité des commerces a entraîné est notre décision de nous fournir au maximum sur place et de diminuer nos commandes en ligne. Et nous y arrivons : pour Noël, nous avons absolument tout acheté dans les petites boutiques du centre ville.

Le voisinage

Dans notre ancien quartier, nous n’avons jamais noué de contact avec nos voisins. Au bout de 7 ans, nous appelions encore le voisin d’en face « le fou du karcher » (il l’utilisait le dimanche soir à 23H30… je ne compte plus le nombre de fois où j’ai eu envie de le massacrer pour ça !), celui habitant derrière chez nous « le papy d’à côté »… Et c’est tout. La seule personne dont nous connaissions le nom était notre pizzaïolo qui habitait au bout de la rue. Durant tout ce temps, je ne crois pas avoir parlé à plus de 3 voisins, et pas toujours dans des situations agréables (une voisine par exemple avait pris l’habitude de venir nous demander de la dépanner financièrement… sans nous rembourser).

La situation est radicalement différente dans notre nouveau quartier. Dès le début des travaux, certains sont venus se présenter. Une situation totalement inédite pour moi. Je ne sais pas si tu te rends compte, mais en moins de 4 mois, nous appelions plusieurs de nos voisins par leur prénom et discutions régulièrement avec eux.

Crédits photo (creative commons) : Kelsey Chance

Nous avons également pris l’apéro chez 2 d’entre eux. Notre quartier est un petit village dans la ville et les habitants ont vraiment à cœur de maintenir ce lien et cette ambiance très conviviale.

Par ailleurs, Belle-Fille a bien sympathisé avec les 2 voisines d’à côté : elles ont le même âge et ont des connaissances communes. Elles vont donc régulièrement les unes chez les autres. Et Belle-Fille apprécie énormément, elle qui n’a jamais eu personne avec qui jouer dans notre entourage direct.

En fait, si je recherche des points négatifs à notre déménagement je n’en trouve que très peu. Je regrette la cheminée de notre ancien logement et le feu de bois l’hiver. Je regrette les souvenirs que nous y avions mais je chéris déjà ceux que nous sommes en train de nous créer ici.

—–

Et toi, as-tu modifié ta manière de vivre en déménageant ? Qu’apprécies-tu ? Y a-t-il eu des points négatifs ?


Commentaires

2   Commentaires Laisser un commentaire ?

Cricri2j

Aaah les grandes cuisines le bonheur!
Nous avons déménagé de 700metres l année dernière et refait également plein de nouvelles habitudes

le 13/05/2020 à 23h02 |

Colombine

700 mètres c’est vraiment à côté !! Ce n’est pas trop dur de repasser à côté de ton ancienne maison ? Ici ce n’est plus sur notre chemin mais les rares fois où on passe devant j’ai un pincement au coeur (surtout parce que la nouvelle propriétaire n’entretient absolument plus l’extérieur et que ça me donne une furieuse envie de tailler la haie, planter des fleurs, ouvrir les volets !!)

le 20/05/2020 à 09h31 |

Les commentaires sur cet article sont fermés.