Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

La recette pour un couple heureux pour toujours ?


Publié le 27 juillet 2015 par Claire Gezillig

Avoue, tu as cliqué sur ce titre prometteur en te disant : « Qu’est-ce qu’elle va bien pouvoir nous raconter ? »

Eh bien, je vais être honnête avec toi, cette recette magique de l’amour qui dure toujours, je ne l’ai pas.

Et puis, même si je croyais l’avoir, je ne serais pas super bien placée pour te la donner… Ce n’est pas vraiment ma situation qui me permettrait de prouver que oui, ça marche sur la longue durée : mon couple a cinq ans, mon mariage, une petite année seulement. C’est pas d’hier, mais presque ! (Et je ne peux pas évoquer un apprentissage grâce au passé : il n’y a rien eu de sérieux à l’horizon avant Monsieur Gezellig.)

Alors bon, pourquoi ce titre ? Parce que j’étais sûre que ça éveillerait ta curiosité. Parce que je trouve que c’est une bonne question, et que j’aime me prendre la tête réfléchir sur des questions profondes.

Gâteau coeur

Crédits photo (creative commons) : Bonita Suraputra

Tu le sais peut-être si tu me lis depuis quelques temps (ici ou ailleurs), je n’aime pas trop les cases, les étiquettes et tous les « il faut »… Un livre comme Les hommes viennent de Mars, les femmes de Venus ne me parle pas vraiment… Comme si on était tous faits pareils ! (Oui, oui, il y a des hommes qui aiment parler de leurs sentiments, et des femmes qui ne savent pas faire plusieurs choses à la fois !)

Pour m’auto-citer (même pas honte) : « La vie, c’est toujours beaucoup plus compliqué que ça. »

Alors les idées toutes faites, les principes à l’emporte-pièce et les soi-disant recettes magiques qui marchent à tous les coups, je m’en méfie, quand il s’agit de parler de relations humaines !

C’est pourquoi aujourd’hui, j’ai décidé de gratter un peu le vernis de toutes ces recommandations sur l’amour qui paraissent sensées, mais qui ne sont peut-être pas tant que ça des vérités générales…

Ces maximes entendues doivent-elles vraiment être gravées dans le marbre ?

« Communiquez toujours ! », et autres « N’allez pas vous coucher fâchés ! »

Tous les articles sur la question le diront  : « Parlez ! », « Dites ce que vous avez sur le cœur ! », « Discutez ! » Dans mon couple à moi, on parle beaucoup, beaucoup, beaucoup. Et on aime ça. Pourtant, je me demande si ériger ça en règle inviolable est une bonne idée…

Ne peut-on pas trop parler ?

Par exemple, en partageant des pensées fugaces, des pulsions secrètes, n’existe-t-il pas un risque de faire plus de mal que de bien ? Confesser : « J’ai toujours un peu fantasmé sur mon ami Paul », par exemple, alors même qu’on ne veut absolument pas qu’il se passe quelque chose avec Paul, qu’est-ce que ça va apporter, sinon de la peur et de la jalousie ?

Et puis, parfois, les mots sortent trop vite, mal, ou sont compris de travers. On gagne alors à ne rien dire sur le coup (de la colère, de l’émotion…), et à s’exprimer plus tard, en prenant soin de peser ce qu’on veut dire (et ainsi dire : « J’étais triste/frustrée/en colère que tu ne m’aies pas aidée », plutôt que « Tu ne sers à rien, tu m’énerves, tu pourrais bouger ton c** ! »)

Je crois que certaines personnes ont besoin de laisser passer la nuit pour se calmer, et qu’il ne sert à rien de vouloir tout résoudre avant d’aller se coucher.

Inversement, il y en a d’autres qui n’apprécieront pas qu’on revienne sur quelque chose qu’elles auront classé comme « ancien », « c’est-du-passé-on-en-parle-plus ». Tout dépend des fonctionnements…

« Ne cesse jamais de le séduire ! », et son copain « Garde une vie sexuelle régulière ! »

Les films américains te font croire qu’il FAUT être glamour en tout temps. Quoi, tu ne te réveilles pas légèrement maquillée, le sourire aux lèves, avec les cheveux élégamment posés sur les épaules ??

Plus sérieusement, on entend très souvent ici et là qu’il ne faut surtout pas oublier de séduire son partenaire au quotidien, de se faire belle pour lui aussi souvent que possible (l’emploi du féminin ici n’est pas anodin, dit-on aux hommes « Fais-toi beau pour ta femme » ?) et, bien sûr, qu’il faut s’arranger pour avoir une vie sexuelle régulière (le mythe des trois fois par semaine, tu connais ?)

Certes, je ne pense pas que c’est en me traînant tout le temps à la maison dans mon vieux pyjama troué, le cheveu un peu gras et l’air d’un bouledogue qui va mordre que je vais entretenir le désir de mon chéri… Et inversement (couplet féministe : la femme aussi a des désirs à entretenir, et j’aime que mon mari se fasse beau pour moi).

Donc oui, c’est beau et sain de vouloir plaire à la personne qu’on a choisie. Mais je crois aussi qu’on a le droit, à des périodes de sa vie, pour une raison X ou Y, de faire une pause dans la séduction, pour un temps plus ou moins long.

Tu te sens mal dans ta peau, tu es malade, tu fais une dépression, un burn-out, tu viens d’accoucher, tu es crevée, ton corps a changé… Il y a mille raisons de ne pas avoir envie, pour un temps, de séduire ou de faire l’amour. Est-ce bon de se forcer pour ce genre de choses ?

Je crois, personnellement (sans dire il FAUT cependant, je n’aime pas les « il faut » et j’accepte que d’autres personnes n’aient pas les mêmes principes que moi), que l’amoureux et moi sommes ensemble aussi pour prendre soin de l’autre dans ces moments où il ne peut pas donner… Ces moments où l’autre a juste besoin de compréhension et de soutien.

Bien sûr, il y a la question de savoir jusqu’où l’on peut donner (du temps, de la patience, de la compréhension…) sans recevoir (de preuve d’amour et de satisfaction à notre désir)… Mais tout ça dépend sans doute de la situation.

Et puis aussi, surtout, il y a mille autres preuves d’amour et d’affection que de se situer sur le terrain du sexe ou de la séduction !

« Ne cédez pas à la routine ! »

Oh la méchante vilaine routine qui tue les couples !! Il FAUT sortir du quotidien le plus souvent possible pour que le couple dure !

Tu le sens, mon ton ironico-blasé ?

Attends, je ne dis pas que je n’aime pas quand mon mari et moi profitons d’un weekend pour nous échapper loin du quotidien… Et je chéris ces moments spontanés où l’on décide de faire un truc fou-fou sur un coup de tête.

Mais j’estime aussi que notre routine participe à la beauté de notre vie ensemble. Chaque matin, l’amoureux se réveille quinze minutes avant l’heure de sortir du lit, juste pour se blottir contre moi en pleine conscience. Chaque dimanche, on a notre rituel de brunch… Et chaque soir, ce coup de fil quand il sort du travail et que moi, je me prépare à y aller…

Est-ce que dans dix, vingt, trente ans, j’aimerai encore notre quotidien ? Je l’espère ardemment… Mais rien ne nous empêche de créer de nouveaux rituels quand les anciens nous laisseront juste le goût de l’habitude usée !

« Garde ton jardin secret ! », et aussi « Aie des activités sans ton partenaire ! »

Un couple qui partage tout serait voué à imploser comme une cocotte-minute dont on aurait bouché toute sortie pour évacuer la pression… Il FAUT (aaah, encore ce « il faut ») se réserver des moments sans l’autre, de préférence pour faire des activités, et sociales si possible.

Comme si l’on fonctionnait tous pareil… Il y a des couples qui s’épanouissent très bien dans la symbiose. (Clique sur le lien si tu veux un exemple ! Mais si tu es pressée, voici la conclusion de cet article : « Tant que ça convient à tous les deux et que l’on s’épanouit ainsi… On se fiche bien des convenances ! » – je ne pourrais dire mieux !)

« Partagez, faites des activités ensemble ! »

À l’inverse, il me semble qu’il y a des couples qui fonctionnent très bien en n’étant pas fusionnels pour un sou. Qui ont des vies dissemblables, des centres d’intérêt différents. Qui ne seraient peut-être jamais devenus amis s’ils n’étaient pas devenus amoureux… Qui se retrouvent pour des moments d’intimité et vivent très bien de ne pas avoir beaucoup d’activités ensemble.

Oh non, vraiment, il ne semble pas y avoir de recette magique applicable à tous !

« Ayez des projets et des rêves ensemble ! »

Puisqu’on s’interroge sur ce qui est nécessaire pour que ça marche… J’en viens même à me demander : « A-t-on vraiment besoin de projets communs pour ancrer son couple dans la durée ? Est-ce vrai qu’un couple plongé dans le présent, qui ne se projette pas, ne tiendra pas la route ? »

(Tiens, tiens, ça pose une question philosophique, pas forcément liée au couple d’ailleurs : a-t-on besoin de se projeter dans l’avenir pour être heureux durablement ?)

Quand j’ai rencontré l’amoureux, ce n’était absolument pas LE bon moment. Et pourtant, rien n’était plus naturel que d’être avec lui : quand j’étais à ses côtés, je ne me posais aucune question, je vivais pleinement le bonheur, je n’avais pas besoin de savoir de quoi demain sera fait…

(Je te rassure, je ne parle pas au passé pour dire que j’ai quitté mon bain de bonheur, j’utilise le passé parce qu’aujourd’hui, bon, on a parié sur l’avenir, à très très long terme puisque j’ai quand même promis de l’aimer à vie.)

Alors est-ce que notre couple dure (relativement : on n’est pas encore à cinquante ans de mariage, hein !) parce qu’on s’est projetés dans l’avenir, ou parce qu’on essaie chaque jour de vivre le présent (l’idée, c’est un petit bonheur pour chaque jour) ? Bonne question… Qu’est-ce que tu en penses ?

« Cherchez à toujours trouver un compromis ! », et autres « Il faut faire des concessions… »

Enfin, je vais m’attaquer aux fameux « compromis nécessaires ». Oui, oui, je n’ai peur de rien, je remets TOUT en question !

Le compromis semble obligatoire pour un couple qui marche, non ? Un couple, ce sont deux volontés différentes, qui veulent être ensemble, mais qui veulent aussi sans doute d’autres choses pas toujours compatibles… Alors comment faire ? Il faut faire des compromis.

Il me semble en effet qu’on doit s’efforcer de trouver un terrain qui permette aux deux personnes de n’être pas trop frustrées de la situation. Je crois qu’il est primordial que le couple se nourrisse des idées et des influences de chacun, qu’il n’y ait pas un dominé qui impose toutes ses envies, tous ses besoins.

Mais parfois, le compromis n’existe pas, il n’y a pas de décision intermédiaire… C’est ou noir, ou blanc. Vient donc le temps des concessions, ce qu’on accepte pour l’autre aux dépends de ses propres envies ou besoins.

Et alors, se pose la question de savoir jusqu’où on peut aller par amour dans la négation de ce qu’on veut… Avoir des enfants, ou ne pas en avoir, vivre ici, ou ailleurs, se marier, ou non, tout quitter pour l’aventure, ou avoir une vie pépère. Comment fait-on quand nos envies sont antinomiques sur des points importants ? À quel point l’amour peut-il être plus fort sur la durée ? Comment savoir si ça vaut le coup de se sacrifier ? Comment savoir si l’on ne le fera pas payer à l’autre ?

Jusqu’où aller parce qu’on aime ?

J’ai la chance de ne pas expérimenter pour le moment ce type de dilemmes. Mais je ne peux m’empêcher de me poser la question de ce qui arriverait si… Surtout quand il s’agit de s’engager sur l’avenir (j’en parlais d’ailleurs avant mon mariage).

Je n’ai pas de réponse toute faite pour ces questions…

À toi d’inventer ta propre recette !

Voilà, j’ai bien fait le bazar dans les mille et un conseils qu’on nous donne habituellement. Tu me détestes peut-être, là, tout de suite, d’avoir balayé tous ces mantras avec mes questions. Le doute peut en effet faire peur…

Mais tu sais, je crois qu’il ressort tout de même quelque chose de ma réflexion…

C’est qu’on a la possibilité de trouver et de construire ce qui marche pour nous-mêmes. Nous sommes tous différents, nous avons nos forces, nos faiblesses, nos besoins, nos envies. Il s’agit donc de trouver qui l’on est, ce que l’on veut, ce que l’autre veut, comment il fonctionne, pour construire ensemble un couple qui fonctionne pour NOUS. Quelle aventure riche et intéressante !

Quelques principes généraux tout de même ?

Et je crois (mais tu as le droit de ne pas être d’accord, et même d’ouvrir la discussion en commentaires) qu’il y a quelques principes qui aident à trouver sa voie, pour construire un couple qui dure…

  • Réaliser que ça ne coule pas forcément de source, et qu’il va falloir faire des efforts parfois si l’on veut que ça dure,
  • Comprendre comment l’autre fonctionne (par exemple : aime-t-il parler des problèmes à chaud ou à froid ?), comprendre comment il exprime son amour et comment il aime donc en recevoir (Gary Chapman parle des cinq langages de l’amour : paroles valorisantes, cadeaux, services rendus, moments de qualité, toucher physique) pour éviter les frustrations,
  • Faire preuve autant que possible de bienveillance,
  • Accepter que parfois, ça ne marche pas super bien,
  • Se rappeler pourquoi l’on a envie que ça dure !

Ma vision de la beauté d’un couple, et la raison pour laquelle j’ai eu envie de me marier, c’est cette certitude quasi permanente que ma vie est bien plus belle avec lui. C’est pourquoi, même sans recette magique, je vais tout faire pour que ça dure !

Et toi, qu’est-ce que tu en penses ? Tu crois qu’il y a des recettes d’un couple qui dure ? Qu’est-ce qui marche dans ton couple ? Que conseillerais-tu à un couple qui voudrait savoir les secrets de la longévité à deux ? Dis-moi !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

22   Commentaires Laisser un commentaire ?

sarah

et beh, quel article! tu aimes te triturer les méninges 😉 je ne reviendrais pas sur tous les points que tu as abordés mais chez nous, dans notre couple ce qui marche c’est la sincérité, l’honneteté à tous les niveaux et dès le début de la relation histoire que l’homme sache que je suis comme ca. Je pense que tout se base dès le début alors autant montrer tout de suite qui l’on est. je ne suis pas une princesse, et mon chéri l’a compris tout de suite. je ne suis pas glamour mais c’est comme ca. et au final c’est comme ca qu’il m’apprécie. et au final il apprécie d’autant plus les jours ou je le séduis. Il n’y a jamais eu de jalousie dans notre couple et on ne considère pas que l’autre nous appartiens, du coup on se respecte mutuellement sans se juger. Et je rajouterai la tolérance aussi, on n’est pas pareil, on a chacun un vécu, une éducation et on ne peut pas imposer notre façon de voir ou de faire à l’autre alors oui il y a certaines choses qui me sont inconcevables (depuis quand on fait la poussière APRES avoir passé l’aspirateur???) et les possibilités de prises de têtes seraient nombreuses, mais bon je me dis que ca ne sert à rien de s’embrouiller pour des futilités. Life is too short 🙂

le 27/07/2015 à 08h42 | Répondre

Claire Gezillig

L’honnêteté et la tolérance, je dirais que ce sont des valeurs qui aident beaucoup dans les relations humaines quand on veut qu’elles soient riches, il me semble 🙂
C’est super en tout cas que vous ayez trouvé votre équilibre si rapidement 😉

le 28/07/2015 à 15h38 | Répondre

Madame Fleur

Merci Claire pour cet article.
Pour ma part, je pense qu’il n’y a pas de recette magique. Rien n’est acquis, tout se construit au fur et à mesure. Je suis intimement convaincu que dans chaque couple il y a des personnalités différentes et qu’il est important de rester en phase avec soi même afin que cela puisse fonctionner. Comprendre le fonctionnement de l’autre me parait essentiel de même que les efforts inhérent. Se rappeler également que la vue n’est pas toujours facile, et qu’il est sans doute plus simple de quitter le navire quand cela ne va pas, mais que c’est dans les épreuves que se révèlent vraiment les gens.

le 27/07/2015 à 08h59 | Répondre

Claire Gezillig

il est sans doute plus facile de quitter le navire dans les épreuves mais la vraie question à se poser selon moi est : quelle est le chemin le plus sûr vers le bonheur (durable) ? J’ai personnellement envie de croire que c’est à deux 🙂

le 28/07/2015 à 15h40 | Répondre

Myriam

Bonjour Claire, j’ai suivi ton conseil et suis passée de la lecture de Mademoiselle dentelle à Sous notre toit.
Des secrets magiques, il n’y en a bien sûr pas. Un couple, c’est compliqué et déséquilibré. C’est ce qui le rend riche et intéressant. J’ai vécu 23 ans avec un homme sans avoir aucun goût commun. Et une séparation, même si ça n’est jamais agréable, est aussi un moment du couple à gérer. Nous avons réussi, mon ex-mari et moi, à rester des amis et confidents; à rester les parents de nos enfants. Et ce mariage reste un bon moment de mon passé.

le 27/07/2015 à 09h33 | Répondre

Claire Gezillig

contente de te retrouver par ici. 😉
C’est intéressant ton témoignage, tu veux pas venir en parler dans un article ici ou sur Dans Ma Tribu (par rapport aux enfants) ?

le 28/07/2015 à 15h42 | Répondre

Madame Nounours

Merci pour cet article fort intéressant. C’est clair qu’il n’y a pas de schéma spécifique pour la durée à long terme d’un couple même si je pense que la communication est l’un des moteurs primordial pour un couple heureux. Pour exemple, dans mon couple, on priviligie la communication avec mon mari et par ailleurs, nous sommes assez indépendants l’un de l’autre car si je veux me faire un week-end avec des copines ou aller à un salon seule, c’est pas problématique et puis ça permets d’avoir des sujets de conversations supplémentaires. Sinon je rejoint ton avis sur le fait que si dans un couple il y a le schéma du dominé et du dominant (OMG ça fait un peu SM ce que je dis!) , lorsque l’un des deux impose à l’autre ses idées, je pense que tôt ou tard ces couples risquent d’exploser. Bref, je pense que chaque couple à sa façon de construire sa relation vu que certains se disputent sans cesse et pourtant leurs couples perdurent (j’ai un parfait exemple dans mes amis).

le 27/07/2015 à 10h02 | Répondre

Claire Gezillig

La communication est une « valeur sûre » en quelque sorte et comme je le dis, chez nous, on communique beaucoup.
Mais après, je pense, comme je l’explique, que ça dépend vraiment comment les deux personnes fonctionnent pour savoir où mettre le curseur… 🙂

le 28/07/2015 à 15h44 | Répondre

Ismérie

Je suis d’accord avec absolument tout ce que tu as dit, de la première majuscule au point final. Mieux même, certains de tes propos m’ont bien rassurés 🙂
Merci pour ce très bel article et longue vie à vous deux!

le 27/07/2015 à 11h09 | Répondre

Claire Gezillig

merci ! C’est rigolo de te retrouver par ici en tout cas 😉

le 28/07/2015 à 15h45 | Répondre

Fleur-Joséphine

C’est très intéressant mais je crois que je n’ai pas encore envie de jeter tous ces conseils à la poubelle trop vite…
Chez nous, ce qui fonctionne, c’est la communication aussi. Avec lui, je n’ai pas peur, parce que je sais qu’on peut se dire les choses dès qu’une situation pèse à l’un ou à l’autre, et on va s’arranger pour que ça s’améliore. Je sais aussi qu’il est honnête avec moi, il me dit quand il est d’accord ou pas d’accord, quand ça lui plaît ou pas et de mon côté, je suis prête à l’entendre et à en tenir compte.
Une autre des choses qui sont capitales pour moi dans une relation, c’est de toujours m’étonner de la chance que j’ai d’être avec lui, et qu’on ne soit jamais blasé l’un de l’autre. Pour moi, une relation est une chose fragile (sûrement à cause de nos expériences passées). Je la chéris comme un trésor, j’en prends grand soin et je mesure tous les jours le privilège que j’ai. 🙂

le 27/07/2015 à 11h20 | Répondre

Claire Gezillig

Le but de l’article n’était pas de dire « jeter tous ces conseils à la poubelle ».
J’ai écrit cet article juste pour partager mon ressenti : s’il suffisait de recette magique, il n’y aurait pas de divorce et de séparation.
Et aussi pour ces couples qui par exemple ne sont pas les rois de la communication et qui trouvent leur équilibre autrement. Mon message principal, c’est « à toi de créer ta recette » (et oui, heureusement, en général, y a du partage dans les recettes de couple, que ce soit par les mots ou autrement) – d’ailleurs, l’image de Bibichu plus bas me parle bien 🙂

le 28/07/2015 à 15h49 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

J’aime beaucoup cet article et il me fait beaucoup de bien 🙂 . Finalement je crois que je m’impose encore beaucoup trop ces principes sans oser les remettre en questions.

le 27/07/2015 à 11h37 | Répondre

Claire Gezillig

Avoir des principes, c’est bien après, pour ceux régissant votre couple, l’important, c’est qu’ils vous permettent de tous les deux vous épanouir dans votre relation et que vous sachiez pourquoi ils sont là… Et puis, l’avantage, c’est que c’est pas gravé dans le marbre alors on peut toujours « renégocier » avec l’autre ou soi-même 😉

le 28/07/2015 à 15h53 | Répondre

Bibichu

Je réfléchis beaucoup à ton article depuis que je l’ai lu et j’avoue qu’il y a pas mal de règles établie que l’on s’impose. Mais finalement, une fois que ton couple a goûté à toutes ses règles, on finit tout de même par créer notre propre recette, comme quand tu fais un gâteau pour la première fois, tu suis la recette scrupuleusement, puis avec le temps et l’expérience (four trop chaud, gâteau trop farineux, trop coulant, etc.) tu finis par adapter la recette et a y intégrer des ingrédients secrets. Depuis, nous améliorons continuellement la recette tout en gardant nos meilleurs fournisseurs sous la main: partager du temps ensemble et avoir chacun ses passions, même si depuis que nous sommes au Québec j’ai fait énormément de concession. Mais je ne peux pas m’en empêcher, je veux qu’il soit heureux.

le 27/07/2015 à 21h45 | Répondre

Claire Gezillig

J’adore ta métaphore, c’est ça.
Et pourquoi voudrais-tu t’empêcher de vouloir que ton mari soit heureux ? C’est un des bonheurs de l’amour 😉

le 28/07/2015 à 16h07 | Répondre

Mme Ebène

Je suis d’accord avec ton analyse mais je me dis qu’il y a tout un tas de gens pour qui ces principes on marche. Le tout est de savoir les utiliser et de les customiser comme dit Bibichu. Je pense que rien n’est à jeter, on doit juste trouver la solution particulière à sa propre équation 🙂 Whatever works comme ils disent 😉

le 27/07/2015 à 22h04 | Répondre

Mme Ebène

*ont marché! honte à moi 🙁

le 28/07/2015 à 16h00 | Répondre

Claire Gezillig

je n’ai pas parlé de jeter, j’ai parlé de ne pas graver dans le marbre, de questionner, d’adapter, de voir ce qui marche mieux pour nous…
Le but c’était aussi de déculpabiliser celles pour qui ça ne se passe pas comme ça à la maison et qui se demandent si ça veut dire que leur couple explosera forcément un jour ou l’autre…

le 28/07/2015 à 16h11 | Répondre

Mlle Moizelle

Merci pour ton article! ça fait du bien de jeter les « il faut » à la poubelle. J’avais bien aimé l’article sur les couples fusionnels et leurs critiqueurs, et ton article va plus loin encore… un article à relire de temps en temps! 🙂

le 28/07/2015 à 12h01 | Répondre

Claire Gezillig

Ce n’est peut-être pas nécessaire de jeter mais disons relativiser, y réfléchir, décider ce qui nous correspond vraiment 🙂
Je suis heureuse en tout cas si mon article te sert un peu 😉

le 28/07/2015 à 16h13 | Répondre

Madame Vélo

Article plein de réflexion 🙂
Je voudrais juste apporter mon expérience pour la partie « concessions et compromis ».
Il y a 1 an nous avons dû prendre une décision pour notre couple, et quelque soit le choix que nous faisions l’un de nous deux s’en trouvait forcément « désavantagé ». Pour nous aider nous nous sommes dit 2 choses : la première c’est que quelque soit notre décision, il n’y avait pas une bonne et une mauvaise mais que les deux voies étaient possibles, et la deuxième c’est qu’il faudra l’assumer. Il se trouve que nous avons choisit la solution qui me « désavantageait » moi, mais avant de valider ce choix j’ai demandé un temps de réflexion à mon mari pour que je prenne le temps d’accepter ce choix et que je ne le regrette pas par la suite. Et surtout pour que je ne me dise jamais « c’est pas juste, c’est de sa faute » et que je lui en veuille. J’avais conscience qu’il fallait absolument que j’accepte et assume ce choix pour ne pas développer de rencoeur contre mon mari ensuite. Et puis on s’est dit que aujourd’hui c’est moi qui était « défavorisé » mais que peut-être un jour ça sera l’inverse !

le 05/08/2015 à 16h14 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?