Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Comment j’ai commencé à me diriger vers le « mieux consommer »


Publié le 8 juillet 2014 par Urbanie

Je te l’ai dit, le bio et moi, ça n’a pas toujours été l’amour fou. Par où m’est donc venue mon envie de « mieux consommer » ? Par trois choses complètement opposées :

Ma coquetterie. Le chômage. Mon chat.

Je sais, ça n’a rien à voir… mais laisse-moi t’expliquer.

moulins à vent - Sorae Ecology Park - Incheon Corée du Sud

Crédits photo (creative commons) : travel oriented

La coquetterie

Ma peau est sensible. Je me suis rendue compte au fil des ans qu’utiliser le dernier sérum qui coûte un rein et promet des miracles ne transformait pas ma peau. Pire : parfois, j’avais carrément de petites irritations qui se déclenchaient au bout de plusieurs semaines d’utilisation. Idem pour mes cheveux, qui devenaient de plus en plus secs, malgré tous les soins achetés.

Et c’est un cercle vicieux: plus ta peau ou tes cheveux souffrent, plus tu investis dans des produits « révolutionnaires » qui coûtent une fortune. En parallèle, des tests chez l’allergologue ont révélé des allergies à quelques composants cosmétiques industriels. Aïe !

Le chômage

Et puis est venue une période de chômage… Là, je n’avais plus du tout les moyens de m’offrir les produits de beauté que j’achetais tous les mois. J’ai donc dû me tourner vers d’autres produits… et devine quel est le meilleur rapport qualité-prix ? Les produits bio ou de parapharmacie (ceux avec une composition la plus saine possible) !

Ça a été une révélation pour ma peau ! Mes irritations se sont envolées, ma peau est plus fraîche, plus lumineuse… Je ne dis pas que ma peau est parfaite, mais mes soucis ponctuels d’irritation ont totalement disparus.

Et c’est là que j’ai commencé à me poser plus de questions : si ma peau réagit comme ça, c’est que les produits que j’utilisais avant sont vraiment bourrés de saletés ! Et du coup, si cela concerne les produits de beauté… a priori, cela concerne l’ensemble de mon environnement.

Mon chat

Comme je te l’ai raconté, mon vieux chat est tombé très malade : je l’ai vue souffrir et lutter contre la maladie pendant 18 mois.

Ça m’a pas mal chamboulée sur la question de la souffrance animale, à laquelle, jusque là, je ne pensais pas trop non plus. J’aurais fait n’importe quoi pour soulager sa souffrance à l’époque ; pourquoi ne serais-je pas capable de me préoccuper de la souffrance des autres animaux ? Ça m’a pas mal fait réfléchir du coup.

Je suis toujours une vraie carnivore, mais je consomme différemment et beaucoup moins :

  • je boycotte littéralement les marques de grande distribution,
  • je n’achète plus ma viande que dans des boucheries de qualité,
  • et mes oeufs coûtent une fortune mais viennent de poules élevées en plein air (à ce prix là, j’espère qu’elles ont chacune un coussin brodé à leur nom d’ailleurs…).

Est-ce que cela vaut le coup ? En terme de goût, je t’assure que oui (désolée pour les végétariens que cette phrase choquera).Par contre, là encore, je ne psychotte pas sur l’origine du produit si à midi au boulot ou chez des amis, il y a de la viande ou du poisson.

Mes produits d’entretien sont aujourd’hui pour la majorité « bio » lorsque c’est possible, et je suis passée au vinaigre blanc pour pas mal de tâches ménagères. Je n’arrive pas à me passer de javel cela dit, ni de lessive chimique.

Pour l’alimentation, je privilégie le bio lorsque c’est possible, mais je ne vais pas m’empêcher de manger quelque chose qui me fait envie sous prétexte que ce n’est pas bio. En revanche, je favorise les commerçants locaux plutôt que les rayons de mon supermarché. J’apprends aussi à faire moi-même mes pâtes à tarte, mes gâteaux, et à utiliser le moins de produits industriels possible.

Il y’a encore du chemin, mais la route est longue, comme on dit ! La prochaine étape ? Apprendre à faire moi-même mes produits de beauté… et continuer d’améliorer ma façon de « mieux » consommer, tout doucement.

Et toi ? Tu as commencé un chemin vers le « mieux consommer » ? Qu’est-ce qui t’a décidé ? Comment t’y prends-tu pour avancer dans ta démarche ? Viens en parler !

Pssst ! Si tu cherches toi aussi à consommer de façon plus écologique… Reviens demain ! On a un petit concours pour toi.

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

15   Commentaires Laisser un commentaire ?

Vanouille

Coucou Urbanie ! Merci pour ton article ! Si ça t’intéresse j’ai une recette de lessive faite maison qui marche du tonnerre ! Certes, ça sent moins bon qu’une lessive industrielle, mais je crois que vu le chemin que tu as déjà fait, ça ne devrait pas gêner. Si tu as des recettes intéressantes de cosmétiques qui marchent tu pourrais aussi les partager ? Merci ! (perso, je fais aussi mon déo, mais je m’arrête là pour l’instant)

le 08/07/2014 à 13h16 | Répondre

Lutine Chlorophylle

Coucou Vanouille, si tu veux, tu peux partager tes recettes sur le blog ! 😉 http://www.sous-notre-toit.fr/proposer-billet/
« Ça ne sent pas aussi bon que les lessives industrielles », ça m’a fait sourire : je ne supporte pas ces odeurs de lessives industrielles ! (Et encore moins l’assouplissant.) Vraiment, ça me prend à la gorge. Pareil avec tous les produits cosmétiques d’ailleurs. Je suis vraiment hyper sensible aux odeurs chimiques.
Du coup mon mari a dû s’y mettre lui aussi, sans se permettre de « transition douce », parce que vraiment, ça ne passait juste pas. Il utilise seulement encore un shampooing anti-pelliculaire chimique célèbre, ponctuellement, en alternant avec d’autres plus naturels.
Il y a notamment eu une fois mémorable, où il s’est trouvé que pendant 3 jours de suite, il a utilisé un parfum, du gel, du shampooing, du déo chimique. Au bout du troisième jour j’étais littéralement en larmes, parce que ces odeurs, en plus de « m’agresser », cachaient l’odeur de mon amoureux…
Bref, lessives écologiques par ici… Et je serais curieuse de connaître ta recette maison. 🙂

J’ai grandi avec des parents hyper écolos, j’utilise moins de produits bio qu’eux (pour raisons économiques). Je suis végétarienne (pas eux !), mon mari ne l’est pas, mais il mange peu de viande, et exclusivement bio (sauf au resto ou quand on est invités).
On privilégie les produits laitiers bio, autant que possible (y’a peu de fromages bio malheureusement). Et sinon, les produits gras (huiles et beurre) aussi, car les graisses se fixent particulièrement dans l’organisme.
Produits cosmétiques et lessives bio aussi, pour les raisons citées plus haut (et pour les nitrates, aussi), pour l’odeur qui est la seule que je supporte.

En ce moment, notre objectif est de diminuer au maximum les produits alimentaires transformés. On progresse, on progresse !

le 08/07/2014 à 14h46 | Répondre

Mimi

Je me retrouve complètement dans ce que tu fais au quotidien, chez nous c’est exactement pareil : peu de produits transformés dans l’assiette, boucherie et fromager du marché, légume aussi, un producteur qui vend ses produits. Pas bio tout ça, mais local avant tout. Mais on se fait plaisir de temps en temps et au resto ou chez les copains on n’y pense pas.
Pour le ménage, vinaigre blanc, bicarbonate de soude et savon noir. Mais je continue la lessive et le produit lave-vaisselle industriels.
Et comme toi, j’ai commencé par les produits de beauté. Sauf pour mes cheveux, la c’est le fiasco total avec mes cheveux sec et bouclés, pour le coup c’est les produits bio qui m’ont détruit le cuir chevelu. Comme quoi…
Mon challenge actuel c’est consommer moins d’objets, récupérer ou recycler autant que possible, et n’acheter que quand on ne peut vraiment pas faire autrement. Et faire un lombricomposteur d’appartement!

le 08/07/2014 à 13h47 | Répondre

Urbanie

Pour les cheveux, est-ce que tu as essayé pendant plus d’un mois? Parce qu’il y’a un temps d’adaptation: en gros, quand tu abandonnes les produits bourrés de produits chimiques comme les silicones, tes cheveux mettent du temps à éliminer ce qu’ils ont si bien absorbés pendant des années.
J’ai réussi à ne pas désespérer parce que je suis passée par des shampoings non bio, mais sans silicone et sans sulfates dans un premier temps, du coup mes cheveux ont bien vécu la transition. Par contre je suis obligée de bien bien bien les hydrater ensuite! (j’ai les cheveux bouclés, fins et secs aussi).
En ce moment par contre je suis revenue à des produits capillaires non bio, mais sans sulfates, silicones, et choses de ce genre.

le 09/07/2014 à 20h39 | Répondre

Sarah

Coucou! moi aussi j’aimerais bien mieux consommer et j’essaye de faire attention quand je peu et que ce n’est pas trop contraignant… mais je suis un quand même assez méfiante car je trouve que le ‘bio’ / ‘mieux consommer’ est pas mal mis en avant à l’heure actuelle et j’ai l’impression que beaucoup de marques se disent bio, vantent les mérites de leurs produits, sains, naturels et aux final parmi toute l’offre proposée j’ai la mauvaise impression de me faire pigeonner… que beaucoup de marques surfent sur cette vague avec des étiquetages pas toujours très réglementés et pas très clairs… du coup je préfère acheter moins de ‘mieux’ mais au moins ce que j’achète je suis sûre a 90% que c’est vraiment ce que je recherche 🙂

le 08/07/2014 à 21h36 | Répondre

Urbanie

Oui, tu as raison de souligner que les emballages sont trompeurs… j’essaie de faire attention, mais c’est une vraie jungle. Donc ben, je fais au mieux! 🙂

le 09/07/2014 à 20h35 | Répondre

Mlle Saphir

Effectivement, je crois qu’on commence tous à en avoir marre de manger n’importe quoi, et les affaires récentes de problèmes de tracabilité des viandes dans les produits tout prêts a certainement déclenché des réactions !
Nous avons emménagé il y a un peu plus de 2 ans dans notre nouvelle maison qui a un grand terrain pas facile à entrenir (c’est du champ!). Nous y avons mis 2 moutons en s’installant pour tenir le champ propre, et deux poules pour manger quelques bons oeufs. On s’est pris au jeu, ça nous a plu de manger ces oeufs frais, on a rajouté quelques poules, et pis on a fait naitre des poussins. Quand les poussins ont grossi, on s’est mis à manger nos poulets. Et quelle différence avec le poulet du commerce !! Puis on nous a donné une lapine, on a acheté le mâle et on mange les petits. Et de fil en aiguille, ça s’agrandit !

On n’achète désormais plus de viande (on a des pigeons, des oeufs frais, des poules, des lapins, des canards, et des agneaux régulièrement. On tue un cochon par an et un bovin par an avec des copains pour ce qui nous manque, et on transforme tout nous même, charcuteries, tripes, saucisses etc)

On fait notre huile de noix, et on achète le lait directement chez un agriculteur pour faire nos yaourts, notre beurre, et notre crème. Notre jardin nous donne la majorité des légumes dont on a besoin. Désormais, on n’achète quasiment plus aucun produits frais.

Plusieurs avantages : le goût, c’est évident, et le prix !
Bien sûr, ça prend énormément de temps, mais on aime faire tout ça, et on ne s’interdit pas d’acheter quand on n’a pas envie de faire.

Par contre, je ne me suis pas encore lancée dans mes produits d’entretien, mais ça m’intéresse bien ! Si vous avez des astuces !

le 09/07/2014 à 10h39 | Répondre

Urbanie

Je t’admire! En effet, c’est un vrai choix de vie, mais ça doit être payant!

Par contre je vais t’avouer un truc: je serais incapable de tuer un animal pour le manger (je sais, c’est naturel, et ma viande ne pousse pas avec les tomates; mais j’ai un vrai coeur d’artichaut. Si j’avais des lapins je les câlinerais 😀 . Et quand je les mange en civet ben… ils ont déjà été tués et préparés par le boucher. Mais on a perdu cette habitude relativement récemment, par exemple mes grands-parents chassaient. C’était une autre époque, et il n’y avait pas tous les commerces qu’il y’a aujourd’hui.

le 09/07/2014 à 20h34 | Répondre

Mlle Saphir

Je comprends ton point de vue parce que je ne peux pas tuer non plus, et je ne pensais pas pouvoir manger mes animaux, au départ.

En fait, on fait le distingo entre nos reproducteurs (que je caline! ma lapine je l’adore par exemple) et tout ce qui nait pour la gamelle. Quand ma lapine nous fait 10 petits identiques d’une portée, je ne les reconnais pas, et donc je ne m’y attache pas. Ils sont mignons tout petits, mais en grandissant, ce sont tous les mêmes.
Pareil pour les poules, j’ai quelques reproductrices qui viennent se faire gratter entre les ailes, mais pour les autres, et ben je garde mes distances pour ne pas trop m’attacher.
Par contre, c’est mon mari qui tue, et je ne veux pas y assister. Je ne peux pas, bien que je sache qu’il est en train de tuer qqch, j’aime mieux ne pas voir.

Et il y a un autre aspect qui me réconforte dans le fait de tuer nos bêtes au lieu d’acheter la viande, c’est que tout le temps de leur vie, je sais qu’elles ont été chouchoutées, et je sais comment elles sont abattues.

le 11/07/2014 à 09h05 | Répondre

Milune (voir son site)

J’ai commencé moi aussi à essayer de consommer mieux il y a de ça quelques mois. Je dis essayer car j’ai bien consciente de ne pas être parfaite. Les habitudes sont tenaces. J’ai commencé déjà par faire attention à mes déchets c’est à dire de prendre tant que possible des produits lavables et non jetables. Les cotons, les lingettes et prochainement je pense acheter des serviettes hygiéniques lavables. Je suis passée au vinaigre blanc aussi pour beaucoup de chose dans mon ménage, sauf pour les toilettes j’ai l’impression que ce n’est pas suffisant j’achète donc encore des gels pour WC, j’ai encore de la javel mais je l’utilise moins systématiquement et par contre la lessive je suis repassée à la lessive chimique car je trouvais que mon linge puait les égoux avec la lessive bio . J’utilise du liquide vaisselle bio depuis quelques semaines maintenant, il est un peu plus cher, mais est plus concentré je trouve du coup j’en utilise moins et donc au final ça doit être kif – kif avec le moins cher que je prenais avant. En revanche au niveau de la nourriture je ne prends pas tout bio. Je l’ai fait une semaine et nos courses de la semaine qui nous revient environs à 100 euros habituellement nous est revenue quand même à 150 euros en prenant tout bio, ça fait quand même une sacrée différence. Je prends toujours le lait et les oeufs bio, par contre je prends des pâtes des fois bio, des fois pas bio, pareille pour le jambon, les yaourts, les petits suisses … Voilà voilà !

le 11/07/2014 à 10h16 | Répondre

Céline

Avec mon mari, cela fait quelques années que nous essayons de changer notre mode de consommation pour des raisons sanitaires mais aussi pour des convictions humaines.

Nous avons monté une AMAP, privilégions les produits locaux ou les produits bio et nous recyclons nos déchets. Je fais aussi ma lessive maison. A la maison, pas de lingettes.

Actuellement enceinte, j’essaye d’acheter des produits sains sans phtalates, sans paraben, sans alcool. Je compte d’ailleurs utiliser du liniment avec mon bébé.

Tout n’est pas parfait mais nous faisons avec nos petits moyens.

Consommer moins mais mieux!

le 12/07/2014 à 18h06 | Répondre

Madame Citron

Je te conseille clairement le liniment, pas pour une raison uniquement de consommer le plus sain possible, mais parce que les fesses de bébé sont bien mieux protégées ! Avec les lingettes ou l’eau micellaire, au bout de quelques jours apparaissent les rougeurs et je suis obligée d’utiliser de la crème hydratante. Avec le liniment, pas du tout !

Sinon (je réponds à Milune du même coup), pour la lessive, j’utilise une boule de lavage. Il parait que ça suffit mais pareil, histoire de garder une petite odeur de « propre », je mets quand même un peu de lessive, mais beaucoup moins que sans !

Et les serviettes hygiéniques lavables, pourquoi pas, mais le must du must dont je suis ultra-fan c’est la coupe menstruelle !

le 22/07/2014 à 23h04 | Répondre

Milune (voir son site)

Je ne supporte pas les tampons même les touts petits j’ai donc peur de ne pas supporter la coupe menstruelle.

le 25/07/2014 à 17h40 | Répondre

nana

bonjour! je m’incruste ^^ juste pour dire que je ne supporte pas non plus les tampons ( depuis mon 1er enfant ) par contre la coupe ca n’a rien a voir! ca ne deseche pas le vagin ca ne change pas de taille en longueur ou en epaisseur et si tu as celle qu’il te faut tu ne la sens pas, voir meme tu oublie carrement que t’as tes regles, c’est pas fantastique??? ^^
en tout cas ca ne coute pas bien cher d’essayer 😉

le 26/08/2014 à 16h18 | Répondre

nana

et sinon pour ma part le liniment c’est tres tres bien mais je déconseille de faire un stock tout de même! j’ai 2 enfants et mon ainée ne supporte pas le liniment! fesses rouge illico! j’ai testé plsrs marques et rien y fait par contre nickel avec le ptit frère!!!
les couches lavables sont a tenté aussi, j’ai vite arreté car débordée par les lessives et mon homme les a lavé avec de l’adoucissant grrrr toutes foutue! mais 1 enfant a la fois c’est bien ( et un seche linge ou du grand air !!!! )

le 26/08/2014 à 16h23 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?