Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Comment nous avons décidé d’acheter un appartement sur plan


Publié le 22 avril 2015 par Madame Zou

Monsieur Zou et moi vivions depuis quelques années dans un petit F2 en location en proche banlieue de l’Ouest Parisien (limite 17ème). Lors de nos fiançailles s’est ainsi posée la question : allions-nous rester de manière indéterminée en location, ou allions-nous sauter le pas afin d’avoir notre « chez-nous » ?

Avant de choisir d’acheter, il fallait être clairs sur ce que nous voulions, et comment nous imaginions notre vie à moyen terme. À savoir, rester à minima encore quelques années en région parisienne, histoire de rentabiliser un minimum l’achat et de ne pas perdre d’argent lors d’une éventuelle revente…

décision acheter un appartement sur plan

Crédits photo (creative commons) : Thomas Abbs

Le choix du lieu

N’étant pas parisienne, j’ai toujours trouvé la proche banlieue plus agréable et moins bruyante, avec pour certaines villes d’excellentes infrastructures, où tout se fait à pied !

Le choix a été vite fait : prendre une ville de petite couronne qui touche Paris et dispose du métro. Certes, les prix sont similaires à certains arrondissements parisiens, mais nous sommes rassurés quant à la sécurité de pouvoir revendre facilement le bien, car ce sont des villes qui restent toujours attractives avec le métro. Et en plus d’être résidentielles, elles abritent le siège de nombreuses entreprises.

Nous avions bien fait quelques recherches dans des banlieues un peu plus loin, mais nous n’avions pas été convaincus par les quartiers, les transports… C’était trop loin de Paris, surtout avec des postes à responsabilités qui supposent quelques journées dynamiques !

Les recherches

Ainsi, nous avions commencé à faire des recherches dans les bâtiments non récents de notre petite ville de banlieue, et clairement, même en « belle banlieue », il y a de tout, à tous les prix ! Immeuble des années 60 pas dans nos goûts, énorme vis-à-vis, vue sur un cimetière… Bref, après une dizaine de visite (ce qui est peu pour la région parisienne), gros coût de cœur sur un F3 dans un immeuble neuf, avec balcon et parking.

Monsieur étant fumeur, il était inconcevable de ne pas avoir de balcon. En outre, ayant une voiture, nous avons privilégié le neuf plutôt que l’ancien, afin d’avoir une place de parking…

Le coup de cœur ! Oui, mais…

Donc, un énorme coup de cœur sur un magnifique F3 au deuxième étage d’un immeuble récent, pas très loin du métro, dans une rue agréable et avec un vis-à-vis limité (un luxe à Paris et dans sa proche banlieue).

Nous avons fait venir mes parents afin de faire une contre-visite et de faire une offre. Et oui, comme de nombreux jeunes couples de la région parisienne, l’aide parentale est souvent nécessaire pour pouvoir acheter quelque chose qui ne soit pas minuscule (ce qui suppose deux chambres pour accueillir un éventuel petit bout) ! Nous avons une chance énorme, mes parents n’ayant plus d’emprunt, ceux-ci ont bien voulu investir avec nous…

Lorsque mes parents ont vu l’appartement, le verdict tombe : c’est très cher pour un F3 !

Et si on regardait dans les projets immobiliers en construction ?

Nous avons ainsi fait une proposition très en-dessous du prix affiché, et évidemment, nous ne l’avons pas eu… La dernière solution a été pour nous de se tourner vers le neuf, sur plan. Alors certes, l’inconvénient est d’attendre 1 ou 2 ans pour y vivre, et cela nécessite par définition de se décider sur plan uniquement ! Mais nous avons trouvé notre bonheur grâce à cette solution… Un super appartement traversant, avec deux grand balcons et 3 chambres, pour pratiquement le même prix que le F3 pour lequel nous avions eu le coup de cœur…. Et en plus, dans un quartier dont la cote est en train de grimper dans notre ville !

La prochaine fois, je t’expliquerai comment nous avons fait notre choix sur plan, et surtout comment nous avons géré l’attente entre la réservation du bien et notre emménagement (deux ans à attendre quand même, avec quelques déconvenues !).

Et toi ? Tu réussirais à te projeter sur plan ? Tu as envisagé d’autres solutions avant de te décider pour un achat dans un immeuble en construction ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

8   Commentaires Laisser un commentaire ?

Virginie

Sujet très intéressant, nous avons failli passer par un constructeur pour notre maison mais, vu les taux des banques et le marché chez nous, l’ancien était moins onéreux.
En revanche, cette histoire d’acheter sur plan est pour moi un mystère : comment on paie ? parce que, pendant la construction, on est locataire !
Comment as-tu fait pour te projeter sur un plan ? J’avoue que j’avais quelques difficultés, j’ai besoin de « voir du vrai ».
Hâte de lire le prochain article !

le 22/04/2015 à 08h25 | Répondre

Madame Trilingue

Merci pour ce partage Madame Zou.
J ai hâte de lire la suite et comment vous avez gèré l attente.
J ai fait de même pour mon appartement, j ai fait un unique rendez vous avec un bailleur social qui m a proposé un T2 sur plan,
Je venais d arriver dans la ville pour un nouveau boulot et m y projetais à plus ou moins moyen terme. J ai signé et les deux ans sont passés très vite et je suis ravie de mon chez moi.
Cependant, à peine après avoir signé j ai rencontré celui qui est désormais mon mari, nous attendons notre premier enfant et je sens que notr deux pièces va rapidement être un peu étroit à trois.
Mais j ai au moins la satisfaction d avoir investi, de pouvoir le revendre et d avoir un projet immobilier un poil plus grand la prochaine fois 🙂

le 22/04/2015 à 10h26 | Répondre

MlleMora

T’inquiète, tu as facilement un an avant que la cohabitation avec bébé marcheur devienne plus contraignante… Nous, on a déménagé alors que j’étais à 2 semaines d’accoucher, j’allais chez Leroy merlin tranquille le jour où était prévu l’accouchement, no stress ! hihi

le 22/04/2015 à 15h51 | Répondre

Virginie

mon frère et ma belle-soeur vivait en F2, donc une chambre et n’ont déménagé qu’à partir du moment où le p’tit loup commençait à crapahuter partout. A priori, cela demande de l’organisation et de l’efficacité dans les rangements mais ça se fait bien.
Bon courage !

le 23/04/2015 à 09h16 | Répondre

Madame Zou (voir son site)

Pour répondre à Virginie, nous avons acheté en VEFA (vente en état de future achèvement), c’est-à-dire que nous devions payer des acomptes en fonction de l’avancée de la construction. La banque débloquait l’emprunt ainsi progressivement. Nous avons commencé à rembourser dans un premier temps uniquement les intérêts, et ensuite seulement quelques mois avant l’aménagement le capital. Du coup, nous avons réussi à gérer la location et le début du remboursement (mais nous avions budgété en amont avec l’aide de nos parents et mis un minimum de côté pour éviter d’être trop serrés financièrement sur quelques mois). Après, nous avions la chance d’avoir une location pas très chère pour la région parisienne, et cela nous a beaucoup aidé ! Je compte en parler dans un prochain article.

Pour la projection sur plan, je l’expliquerai aussi dans un prochain un article 🙂 Je pense qu’il faut une bonne dose d’imagination. Avant la construction du projet, je passais sur le chantier à différentes heures de la journée afin notamment d’imaginer l’ensoleillement, et d’imaginer l’éventuel vis-à-vis.

Je te comprends Mme Trilingue ! Les choses peuvent changer rapidement, mais ça reste toujours un bon investissement s’il est bien réfléchi. Nous avions beaucoup réfléchi à cela avant d’acheter pour être certain de pouvoir revendre facilement. Après, nous avons de la place maintenant pour un petit bout de chou, et nous comptons bien rester quelques années 🙂 D’ailleurs, félicitations pour l’heureux évènement ! Dans tous les cas, j’ai beaucoup de collègues & amis dans ta situation, et ça se gère bien. J’ai une collègue qui a déménagé à 8 mois de grossesse ! J’ai des amis qui sont restés aussi en F2 la première année du bébé, et ça allait (mais c’est devenu compliqué quand il a commencé à marcher).

le 22/04/2015 à 11h53 | Répondre

Pauline

Après notre mariage, nous aussi, la question de l’investissement s’est vite posée car nous étions tous les 2 sur des contrats longues durée et pas d’envie de bouger de Lyon pour un moment.
Pour moi, au départ, il était hors de question d’acheter du neuf parce que c’était cher, et que ca ne finissait jamais à l’heure (ça l’avenir nous le dira mais pour le moment tout se passe bien !).
Sauf que quand nous sommes aller à la banque pour avoir une idée de quelle somme nous pouvions mettre dans notre nid d’amour, on a appris que les frais de notaire n’étaient qu’à 2.5% au lieu de 8% (ce qui peut faire une différence de plusieurs milliers d’euros) et qu’on avait le droit (attention ça dépend les revenus) à plus de 50K€ de prêt à taux zero. Ajoutez à ça le fait que nous n’aurions pas de travaux à faire dans l’appartement (nous ne sommes pas bricoleur : le lustre qui est tombé il y a 6 mois est toujours par terre…) ni à envisager dans les 3 ou 4 ans une hausse des charges dû à un ravalement de façade ou un changement d’ascenseur. Nous nous sommes donc orienté sur du neuf. Il est possible souvent de négocier avec les promoteurs les frais de notaires ou l’achat de la cuisine (soit quand ils sont en phase de lancement d’une opération ou au contraire quand il ne reste que quelques appartements à vendre).
De notre côté nous ne devrions avoir qu’un an à attendre (plus que 8 mois), mais je pense que l’automne sera long ! on passe devant le chantier toutes les 3-4 semaines pour voir l’avancée (mais quand ils attaqueront l’intérieur on aura forcément l’impression que ca avance moins vite!). Hate de voir comment vous avez vécu l’attente!

le 22/04/2015 à 13h48 | Répondre

MlleMora

Le seul inconvénient c’est l’attente, car finalement, les frais de notaire sont moins cher, il y a le PTZ pour aider, et avec les normes environnementales, on a une habitation RT2012 bien isolée et qui utilise moins d’énergie… Et à nous de créer notre atmosphère car il est vrai que livré les appart en vefa ou les constructions neuves peuvent sembler manquer d’âme.
Hâte de connaitre la suite de ton récit, surtout comment vous avez géré l’attente !

le 22/04/2015 à 15h53 | Répondre

Madame Zou (voir son site)

Et oui, c’est vrai que c’est long … Après j’étais dans les préparatifs de mon mariage les derniers mois d’attente, donc ça m’a permis de prendre un peu de recul, d’une part par rapport à l’attente, et d’autre part sur les éventuels soucis rencontrés. J’expliquerai tout cela dans le prochain article 🙂

le 22/04/2015 à 20h30 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?