Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Consommer local, j’y gagne quoi ?


Publié le 20 février 2020 par Doupiou

Depuis que j’ai déménagé, je me suis considérablement éloignée des hyper marchés. Et puis j’en viens à repenser concrètement mon mode de consommation, consommer moins mais mieux.

C’est donc au détour d’une discussion entre parents d’élèves que j’ai posé la question : « vous les faites où vos courses ? ». La réponse était unanime : dans ma commune, on consomme local !

Comment j’en viens à déserter les hypers marchés

Dans un premier temps, c’est un cas de conscience. Je préfère donner mon argent à des personnes qui se lèvent le matin pour travailler et offrir une vie à leurs enfants qu’à des grands PDG de multinationales. Tu vas peut-être me trouver utopiste, mais tant pis, on se dit tout ici !

Ensuite, il faut l’avouer, c’est une corvée pour moi de faire les courses. Quand Barbouille gigote dans le chariot, que PetitePerle fonce à toute vitesse au rayon chocolat et qu’au milieu de tout cela je dois manœuvrer mon chariot entre des bousculade de gens de mauvaise humeur… Je dis stop ! J’ai provisoirement trouvé mon salut dans le drive mais quand on achète des produits frais, ce n’est pas l’idéal.

Désormais, je vais dans le super marché le plus proche de chez moi pour acheter des produits très précis : couches (je n’ai jamais réussi à sauter le pas des couches lavables), papier toilette, hygiène et surgelés.

Et finalement, je réduis aussi l’utilisation de la voiture car j’achète en grosse quantité, moins souvent mais plus !

Pousser la porte d’un commerce local

Dans le milieu rural, beaucoup d’agriculteurs ont tiré profit de cette nouvelle vague du « mieux consommer ». Et cela pour le plus grand plaisir du consommateur !

En attendant de pouvoir faire grandir mes propres légumes dans mon potager, je fonce au GAEC (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun) à côté de chez moi dont je connais bien les gérants. Leur fille produit ses propres légumes bio. C’est l’assurance pour moi de consommer des légumes sains, de saison et que je vois pousser en passant devant tous les jours pour aller à mon travail !

Récemment, je suis allée à la ferme située à deux petits kilomètres de ma maison. Le fromage est fait sur place, la viande et salaisons proviennent de leur élevage.

Mes enfants et moi-même avons été accueillis par une horde de chaton trop mignon et j’achète mes produits avant d’aller visiter l’étable avec mes petits !

La qualité des produits n’a rien de comparable aux légumes, fromages et viandes du commerce. Je sais ce que j’achète et je n’ai jamais été déçue.

Crédit photo (creative commons) : Free-Photos

Un inconvénient ?

Alors tu t’en doutes, le consommer local a un prix. Celui de ton porte-monnaie. Pour ne pas te mentir, les produits sont légèrement plus chers que ceux vendus dans le commerce.

Pour ma part, je ne suis pas du tout freinée par cet aspect. Bien au contraire, il est normal pour moi de payer le juste prix à cet agriculteur qui se lève aux aurores, ne connait pas de vacances et se démène pour proposer des produits de qualité.

Néanmoins, je suis toute à fait consciente que l’aspect budgétaire puisse être un frein.

Et donc, j’y gagne quoi ?

J’y gagne des produits de qualité.

J’y gagne cette fierté de faire vivre une économie locale.

J’y gagne des produits de saison, et repense ma façon de cuisiner.

J’y gagne des chouettes moments avec mes enfants à se balader dans les fermes.

J’y gagne l’impression d’inculquer une valeur de consommation responsable à mes enfants.

Après je suis toute à fait consciente que j’ai cette facilité d’accès au monde agricole. Je me doute qu’un citadin doit certainement trouver plus difficilement des produits locaux !

Et toi ? Consommes-tu local ? Essaies-tu ? Dis-nous tout !


Commentaires

14   Commentaires Laisser un commentaire ?

Sarah

Tout comme toi j’ai arrêté les grands supermarchés … mais pour autant je n’arrive pas à consommer autant local que j’aimerais. C’est pas faute d’habiter dans un petit village de campagne avec une ferme en plein milieu et une grosse fromagerie pourtant. Alors ? Ben justement, à part la fromagerie et la charcuterie qui va bien, niveau fruits et légumes c’est compliqué. Il y a bien quelques fermes ici et là, mais clairement entre leurs horaires d’ouvertures qui ne concordent pas et le fait qu’elles ne soient pas à côt, c’est encore trop difficile de m’organiser pour aller chercher mes carottes le lundi soir et mes poireaux le jeudi matin. Il y a bien un marché l’été… mais ironie, il vise plus les touristes que les locaux en étant ouvert le mercredi matin seulement ! Donc pour le moment, je me limite aux légumes / fruits de saisons français et sans emballages dans le petit supermarché du village. Vivement qu’un marché ouvre le samedi matin !

le 20/02/2020 à 08h22 |

Doupiou

Je te rejoins entièrement sur les horaires d’ouverture parfois difficilement compatibles avec les personnes actives !
Et je te souhaite qu’un marché se développe le samedi dans ta commune à proximité !

le 20/02/2020 à 15h42 |

Virg

Bon … ça devient régulier, comme tu t’en doutes, je fais pareil… pour les mêmes raisons 😉
Pour le porte-monnaie, je trouve qu’au final ça ne revient pas forcément plus cher pour trois raisons principales :
– en supermarché, des tonnes d’autres trucs qui ne sont pas sur ta liste te font de l’oeil, si tu craques, tu dépenses plus.
– on n’achète pratiquement plus de produit transformé, seulement la base. Or, tu cuisines plus de repas en achetant les légumes à cuisiner qu’un plat déjà préparé qui ne fait qu’un repas. + tu peux congeler le surplus.
– tu perds moins de temps en course (je déteste y passer 3h), donc c’est autant de temps gagné en qualité. Comme tu le dis, ton passage en supermarché où tu spychottes « où est passée ma fille ? » Où tu dois rappeler à ton enfant que, non, les oeufs on ne les jettes pas par terre, idem les bocaux en verre, où tu dois expliquer aux enfants que, non, on n’achète pas des bonbons/livres/jouets, tu le transformes en sortie familiale plus sympa.
Du coup, j’ai opté pour le fonctionnement suivant : drive une fois par mois pour le « plein » (couches, eau, PQ, pates, etc.), passage au petit supermarché du coin pour les yaourts, crème fraîche toussa, puis viandes, légumes et fromage locaux.
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les grandes villes sont mieux loties que certaines campagnes qui n’ont pas encore chopé le truc. Je pense néanmoins que c’est pour le coup très cher parce que c’est souvent livré.

le 20/02/2020 à 08h42 |

Doupiou

Je me reconnais bien dans ton témoignage de l’enfer de faire les courses avec des enfants en bas âge ! J’ai l’impression que les familles des années 2020 sont bien moins dans la consommation de masse que celles des années 1990 !

le 20/02/2020 à 15h43 |

Maye

Je suis d’accord avec toi ! Je vis dans une grande métropole internationale et ça me manque tellement ! Les bons produits et savoir que son argent va a des causes justes…

Par contre je ne suis pas d’accord pour mettre les agriculteurs qui se lèvent le matin d’un côté pour subvenir aux besoins de leur famille d’un côté et les pdg de grandes entreprises de l’autre. Spoilers: eux aussi se lèvent le matin pour nourrir leur famille. Il ya pleins d’autres domaine où on peut le faire, et sur le fond je suis d’accord avec toi. (Et puis, je sais pas, je ne me lève pas tous les matins pour nourrir ma famille, je suis mère au foyer, je ne pense pas avoir moins de valeur aha. J’ai pas pris le message comme ça, mais juste cette ligne je la trouve très réductrice 😉 ).

le 20/02/2020 à 09h00 |

Doupiou

Oui effectivement ma phrase était tournée de façon assez maladroite. En fait je ne visais pas les mères au foyer ou les personnes sans emploi, simplement qu’en achetant 50 € de viande chez l’agriculteur, j’ai la conviction de mieux l’aider qu’en donnant cette même somme au PDG de carrefour 😉

le 20/02/2020 à 15h45 |

Louise

Je vais ajouter une raison qui va peut-être paraître très pessimiste à certain.e.s : la sécurité alimentaire. Quand on découvre un peu les notions de collapsologie et d’effondrement on se rend compte que notre société peut être fragile. On a déjà vécu des blocages de raffinerie avec pénurie provisoire d’essence par exemple. Et il ne semble pas idiot de se dire que ça pourrait arriver de nouveau, peut-être à plus grande échelle / sur une plus grande durée. Achète local et tu permets à des petits producteurs de s’installer près de chez toi, le jour où le supermarché n’est plus approvisionné pour une raison ou une autre, ça sera bien pratique de ne pas dépendre de légumes espagnols pour se nourrir ;-). (Et même si tout va bien dans le meilleur des mondes toutes les autres raisons évoquées dans l’article tiennent toujours bien sûr).

le 20/02/2020 à 09h35 |

Doupiou

Oui tu as tout à fait raison, c’est une notion à laquelle je n’avais absolument pas pensé !

le 20/02/2020 à 15h46 |

Ju

C’est un cauchemars les grande surface, ça m’angoisse et me déprime (et avec les enfants on n’en parle pas) !

J’ai quand même l’impression que même dans les grande ville il y a toujours des AMAP et que les petit magasins locaux se développe.

Je n’habite pas très loin de chez toi, à Annecy et pour le coup il n’y a aucun problème à manger local et/ou bio! Entre les Amap, les marchés et les magasins d’agriculteur, il y a le choix !

Quand au prix, au final, c’est certes un peu plus cher, mais en générale on n’achète moins de produits (exit les gâteaux, soda, plat préparé, jus de fruit, etc) ce qui revient un peu au même je trouve.

le 20/02/2020 à 09h47 |

Doupiou

C’est vrai qu’Annecy possède une offre très fournie en matière de consommation locale ! Et puis notre bassin est tellement réputé pour la qualité de ses fromages, ce serait dommage de s’en priver ! (chauvinisme 2.0 !)

le 20/02/2020 à 15h47 |

Viviane

Je pense que consommer local est effectivement source d’économies : pas de produits transformés, fruits et légumes de saison, et surtout beaucoup moins de gâchis liés à des achats en trop grande quantité (25% des produits alimentaires achetés sont jetés). Pour la viande, mieux vaut la payer plus cher et en manger moins 😉

le 20/02/2020 à 12h01 |

Doupiou

Je me suis fait cette réflexion très récemment. Quand j’achète le jambon à l’agriculteur, je le mange très rapidement (car délicieux), à contrario celui que j’achète en supermarché je le garde au cas où et finalement, il fini parfois à la poubelle car la date est dépassée de plusieurs jours

le 20/02/2020 à 15h50 |

Elodie

J’essaie au maximum de consommer local malheureusement je vis sur une île où on produit peu…j’adorerais avoir une petite ferme et des petits producteurs comme tu décris. Le budget ne me freinerait pas, je préfère réduire les quantités pour la qualité

le 20/02/2020 à 12h22 |

Doupiou

Effectivement, le fait d’habiter en métropole est un sacré avantage dans ce cas de figure !

le 20/02/2020 à 15h54 |

Les commentaires sur cet article sont fermés.