Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Donne un second souffle à ta vie sociale grâce au coworking


Publié le 16 juin 2015 par Nya

Si tu es à ton compte ou que tu as la chance de faire du télétravail, il y a de grandes chances pour que tu travailles depuis chez toi.

Cette façon de travailler, qui reste atypique, est pourtant en plein développement chez les jeunes générations, qui osent plus naturellement demander à travailler depuis chez elles, ou qui créent plus facilement leur petite entreprise grâce au fabuleux système de l’auto-entrepreneuriat.

Travailler depuis chez soi, ça signifie :

  • ne pas avoir d’horaires trop stricts,
  • rester en pyjama si on veut,
  • avoir un chat qui ronronne sur ses genoux, ou un chien qui réchauffe ses pieds,
  • travailler depuis son canapé, sur le tapis, sur le lit,
  • sortir quand il fait beau et rattraper ses heures de travail le soir,
  • ne pas avoir de collègues.

Je suis coupable de tous les points ci-dessus : je trie souvent mes mails en pyjama (mais je m’habille après, sinon ma productivité en prend un coup), j’aime bien travailler sur mon canapé le soir, et j’adore avoir mon assistante personnelle féline (chargée du soutien moral) sur les genoux. L’hiver, je sors souvent tant qu’il fait jour, et je travaille après le dîner. Bref, la belle vie.

Ne pas avoir de collègues est sûrement l’une des choses qui m’a poussée à me mettre à mon compte : après six mois de stage de fin d’études dans un service à 98 % féminin, où les ragots allaient bon train dans l’ascenseur, et où j’avais l’impression d’être au collège quand une collègue ne venait pas s’asseoir à la bonne table à la cantine, je voulais être tranquille dans mon coin. Pour vivre heureuse, je voulais vivre cachée.

Et c’est ce que j’ai fait, travaillant depuis mon salon et allant de temps en temps chez une amie-consœur, assumant pleinement mon statut de paria de la société. Car vraiment, voir des gens tous les jours, ce n’est pas mon truc. On reparlera peut-être de mon côté asocial une autre fois, si tu veux ?

Sauf que quand ladite amie-consœur est repartie dans sa région d’origine, en même temps que d’autres amies. Je me suis retrouvée bien seule avec mon chat et mon homme, à ne plus voir personne du tout. Peu de contact social, d’accord… pas du tout de contact social, bonjour les dégâts !

C’est alors que le travail partagé est entré dans ma vie.

Coworking

Crédits photo (creative commons) : K2 Space

Qu’est-ce donc ? Le lieu de travail appelé « espace de coworking » consiste à mutualiser :

  • un espace de travail pour les professions indépendantes et les télétravailleurs (généralement les métiers du web),
  • les compétences (on réseaute sans s’en rendre compte),
  • les activités sociales (on voit des gens),
  • et, si on fait de belles rencontres professionnelles, on peut aussi dire les relations amicales.

On loue un « droit d’accès » à un open space, sans avoir de bureau défini. On vient avec son ordinateur et ses dossiers, on se pose où il y a de la place, et on travaille aux côtés d’autres personnes dans le même esprit. Pas question de bavarder à outrance pour autant : il y a des salles à part réservées pour ça. Ou alors la pause déjeuner, dont on profite pour papoter. Ou faire des brainstormings, on reste des entrepreneurs.

Selon le lieu, on paiera un forfait fixe ou au temps de présence. Ces espaces sont aussi dotés de tout ce qui est indispensable à une entreprise : machine à café, photocopieuse, scanner, domiciliation d’adresse, canapés, salles de réunion…

À Lyon, j’ai pris mon courage à deux mains pour aller m’inscrire à la Cordée, un excellent espace mi-hippie, mi-hipster où se côtoyaient des spécialistes en référencement, des wedding planners, des développeurs, des créateurs d’entreprise dans le domaine de l’épicerie fine, du vin, des touches de clavier ou de l’accompagnement d’enfants en train, des journalistes, des couturières, des formateurs PNL, des juristes, des traductrices comme moi… Une belle petite communauté !

Le propre de ce type d’espace, c’est aussi d’être à la pointe de tout ce qui touche aux nouvelles économies collaboratives : c’est ainsi que la première Ruche qui dit oui lyonnaise a ouvert dans nos locaux et que des nombreux projets Ulule y ont vu le jour. L’entraide allait bon train.

Tous entrepreneurs, tous solidaires ! Les membres de ce type d’espace connaissent les difficultés propres à la création d’une entreprise et n’hésitent pas à faire appel les uns aux autres, à se donner des coups de pouce mutuels. Certains créateurs d’entreprise n’hésitent pas non plus à faire appel à la communauté pour affiner leur projet, en brainstormant sur leur nom, leur concept, leur site web…

Les espaces de ce type fleurissent un peu partout et si tu es en mal de contacts sociaux, c’est un moyen idéal pour avoir des collègues qui n’en sont pas : ce sont des personnes avec qui tu partages un espace, avec qui tu peux discuter, mais avec qui tu n’auras pas de relation hiérarchique, ni de pression. Tu veux aller sur Facebook pendant deux heures ? Personne ne te jugera !

Tu peux aussi y faire de belles rencontres personnelles, et je dois dire que bon nombre de mes amies à Lyon sont issues de cet espace, où j’ai passé d’excellents moments entre 2012 et 2014.

Bref, je suis conquise par le concept et la première chose que j’ai faite en m’installant dans ma nouvelle ville a été de m’inscrire à un nouvel espace de travail partagé. Désormais, si je travaille seule, c’est uniquement parce que je l’ai choisi.

Et toi, tu connaissais le concept ? Tu fréquentes un espace de travail partagé ? Où ça ? Dis-nous tout !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

8   Commentaires Laisser un commentaire ?

Claire Gezillig

Ici aussi, c’est mails en pyj ! Il m’est arrivé aussi de ne m’habiller que tard dans la journée mais c’est vrai que bizarrement, on a l’air moins efficace comme ça.
Par contre, j’évite de bosser du lit ou du canapé, là, je suis carrément moins efficace !
Ce que j’adore dans le travail pour moi, à la maison, c’est en effet le fait de bosser comme je veux, où je veux…

Après pour revenir au co-working, ça me tente par curiosité mais dans mon cas, j’ai quand même un tiers de mon temps devant des élèves donc je vois du monde, je parle etc.
Mais je me dis que ça vaut sans doute le coup pour le réseautage !

le 16/06/2015 à 08h38 | Répondre

Margot

Ce qui est drôle, c’est que tu te décris comme introvertie, mais tu donnes l’impression de quelqu’un de très sociable, ne serait-ce que par le nombre d’articles que tu écris!
J’aime beaucoup travailler chez moi… sauf depuis que j’aborde la fin de thèse où j’aimerais toujours mais où je n’y arrive plus. Donc SNIF, la mort dans l’âme, direction bibliothèque (mais avec écouteurs et thermos de café quand même). D’ailleurs je crois qu’il faut que j’y aille là.. .

le 16/06/2015 à 09h16 | Répondre

Nya (voir son site)

Haha les apparences sont trompeuses ; à part mon homme, je suis la personne la plus asociale que je connaisse :p
Bon courage pour ta thèse !

le 16/06/2015 à 19h15 | Répondre

Madame Nounours

Je trouve ce concept très intéressant. Je ne suis pas entrepreneur et travaille en entreprise classique mais si j’étais à mon compte, ce serait un lieu qui me plairait je pense car c’est clair que ça ne doit pas être tous les jours drôle de ne pas avoir de collègues pour échanger (quoique parfois je me passerai bien de mes collègues!).

le 16/06/2015 à 10h32 | Répondre

Miss Chat

Le co-working, j’adore ! C’est exactement tout ce que tu as décrits 😉
Je travaille pour une toute petite entreprise (6 personnes) qui a opté pour le co-working. Dans notre cas, nous avons un bureau privatisé (notre métier nécessite de téléphoner beaucoup et comporte trop d’informations confidentielles) mais c’est génial de pouvoir sortir de la pièce et de rencontrer des dizaines de gens différents, venant d’horizons tous plus différents les uns que les autres : dans notre co-working, il y a des agences de recrutement, une école de pole dance, des sociétés de gestion financière, des web développeurs, un entrepreneur en construction, une franchise de nettoyage, etc. Pouvoir discuter et interagir avec toutes ces personnes est vraiment enrichissant ! 😉

le 16/06/2015 à 11h01 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je pense que si je travaillais de chez moi, c’est clairement ce que je ferais.
J’adore quand je travaille à la maison, je me trouve beaucoup plus productive mais les interactions sociales me manqueraient à la longue !

le 16/06/2015 à 11h41 | Répondre

sarah

Je ne travaille de la maison qu’un jour par semaine donc ca va le côté social ne me manque pas encore de trop ^^ par contre impossible pour moi de travailler en pyjama ou n’importe ou, la seule fantaisie que je m’autorise c’est de me lever un peu plus tard et d’aller faire mes courses dans la journée, voir de prendre un peu de temps pour cuisiner ou faire mes lessives (mais rarement tout à la fois sinon je ne travaille plus!) Sinon par curiosité existe -il un site qui regroupe la liste et les lieux de ces espaces de travail si l’on souhaite savoir s’il en existe un près de chez nous?

le 16/06/2015 à 15h57 | Répondre

MlleMora

Si je travaillais chez moi, peut-être qu’avec le temps j’aurais opté pour cette solution effectivement, car comme tu le dis très bien, ne pas vouloir avoir de collègues c’est une chose, mais ne voir personne du tout, c’est autre chose… Ne serait-ce que pour dire bonjour à quelqu’un d’autre que sa moitié, c’est une bonne chose je crois ! 🙂

le 18/06/2015 à 12h13 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?