Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Déménager : le deuil de la vie citadine


Publié le 30 avril 2019 par Leaureine

Nous allons déménager !

Après 4 ans passés dans notre super appartement, nous avons décidé de vendre. Notre projet ?  Une maison pour y élever notre (nos?) enfant(s), avec un jardin, de l’espace pour accueillir famille et amis, et pour avoir un atelier couture ! (On a déjà le Scenic et on ne veut pas de chien, merci 😄)

Nous avons trouvé notre bonheur il y a peu de temps. Une jolie maison, à aménager en partie, à 15 minutes chacun de nos boulots (en voiture hélas), dans une commune de 3000 habitants, avec supermarché, boulangerie, kebab, bibliothèque, deux écoles, un collège, une halte garderie, un centre de loisirs… bref.

A la joie de cette nouvelle, a succédé pour moi une angoisse… celle de quitter la vie citadine.

Crédit photo : Flickr

Oui, oui, je sais, on ne peut pas dire qu’on aille s’enterrer en rase campagne. Ceci étant, j’ai toujours vécu dans une ville de minimum 20 000 habitants, même enfant. Et je me suis rendue compte de toutes ces petites choses qui me sont habituelles et régulières et que j’aurais du mal à abandonner…

  • Prendre le bus ou le vélo et descendre en ville pour faire les boutiques
  • Aller au marché à pieds de l’autre côté de la rue
  • Aller au cinéma à pieds
  • Se faire un resto si on n’a pas envie de faire à manger et y aller en bus / en tram
  • Choisir sa piscine en fonction de ce qu’on veut y trouver (bébés nageurs / bassin extérieur / tranquillité de nage…)
  • Tester plein de boulangeries différentes dans le quartier pour trouver la meilleure baguette
  • N’avoir qu’une voiture
  • Aller facilement chercher les visiteurs à pieds à la gare
  • Avoir le choix de sa librairie / sa boucherie / son coiffeur…
  • Pouvoir trouver facilement une activité sportive ou culturelle

En un mot, la proximité et la diversité des commerces et activités vont me manquer. Je me rends compte que j’aime avoir le choix, j’aime flâner, et ce sans avoir besoin de prendre la voiture.

C’est donc une étape importante pour moi. Je ne m’y attendais pas. Je savais qu’au vu de notre budget on ne pourrait pas rester dans Caen, mais je ne me doutais pas que cela serait difficile pour moi de quitter la ville.

Il va me falloir apprendre à appréhender mon nouvel environnement… j’irai faire du vélo dans la campagne et je rentabiliserai chaque déplacement !

Commentaires

5   Commentaires Laisser un commentaire ?

Marjolie

Est-ce que tu pars côté mer? 🙂 (par exemple vers là où j’habitais quand je t’ai revendu de la déco de mariage!!! :D)
On s’habitue… Même si, quand je vais voir des copains en centre ville, je les envie d’avoir tout en bas de chez eux et de pouvoir tout faire à pieds. ….Mais où je mettrais mes poules??

le 30/04/2019 à 09h17 | Répondre

Rusalka

Nous venons de signer le compromis d’une maison presque à la campagne, et après 3 ans en appartement en ville j’ai les mêmes inquiétudes ! Nous avons pourtant déjà vécu beaucoup plus à la campagne (même aller à la boulangerie en vélo était long et assez dangereux), mais tout d’un coup, je m’inquiète de ne plus pouvoir prendre le bus quand ça me chante, de ne plus aller chez le médecin ou à la pharmacie à pied, etc.
Je pense en ce qui me concerne que c’est juste un peu d’angoisse, et j’espère que pour toi, tu apprécieras tous les bons côtés de ta nouvelle ville !

le 30/04/2019 à 10h00 | Répondre

Céline

Je comprend très bien ton inquiétude, car j’ai eu la même lorsque j’ai déménagé l’été dernier.
J’ai toujours vécue en ville, centre-ville même. J’habitais Bordeaux depuis 24 ans, je faisais tout à pied, en tram ou en vélo. Cela faisait 10 ans que nous vivions dans le même appart avec chéri.
Nous avons eu envie d’espace, d’une maison avec de la place pour bricoler, jardiner, avoir un chien et des poules, une cheminée pour l’hiver, tout ça tout ça. Bilan des courses, achat d’une maison en pleine campagne à 50 km de Bordeaux. Et pas un jour où je ne regrette ce choix ! Moi, la pure citadine, qui avait peur de ne pas avoir de lampadaire devant ma maison, je me suis adaptée à la vie d’ici avec une facilité déconcertante. Comme quoi, on peut toujours se surprendre 😉

le 30/04/2019 à 11h12 | Répondre

Virg

Nous faisons le parcours inverse, anciens parisiens partis en campagne, nous revenons vers la ville pour le boulot. J’ai hâte de retrouver tous les avantages que tu évoques mais je vais sérieusement regrettrer ceux de la campagnes :
– l’espace (le prix au mètre carré n’est pas du tout le même 😉 )
– la tranquillité : en campagne, tu démarres ta voiture l’hiver le temps de te préparer, personne ne va partir avec, dans le même esprit, tu peux la laisser ouverte l’été, oublier des trucs dedans, etc.
– la sécurité pour les enfants : une voiture toutes les demi-heure vs 1 par min, tes balades ne sont pas sereines en ville, dans le même ordre d’idée moins de monde dans les magasins, dans les rues, au marché, ton enfant reste en visuel.
Ces points peuvent sembler bénins mais ils reflètent une vraie tranquillité d’esprit qui n’a pas de prix.
Bienvenue à la campagne ! En plus la campagne normande est très sympa.

le 30/04/2019 à 15h56 | Répondre

Madame Zou (voir son site)

Je comprends tes inquiétudes, et je pense qu’on s’habitue à tout. Question de repères ! Ici, on a bougé de Paris à une ville de 50 000 habitants, et c’est déjà la campagne pour mon mari… Pour ma part, c’est l’idéal : j’ai grandi dans une ville de 40 000 habitants donc revenir à ce type de ville me va très bien. On a toutes les commodités rapidement (même si on est maintenant dépendant de la voiture et ça, j’avoue c’est un peu dommage versus Paris) mais sans les inconvénients de la très grande ville. En même temps, on est à 5 minutes de la « pleine nature ». En effet, on a choisi un quartier résidentiel situé à 20 minutes à pied du centre-ville donc forcément, l’épicier à 100 mètres, c’est pas possible 🙁 Je rejoins le commentaire précédent sur la sécurité pour les enfants : avant j’avais peur dès que mon fils était en vélo, là je suis beaucoup plus zen en promenade 🙂 Bref, je comprends tes craintes, mais je pense que tu apprécieras clairement certains côtés !

le 30/04/2019 à 17h52 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?