Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Faire des économies et mieux consommer : le point de départ


Publié le 8 janvier 2019 par Doupiou

Bonjour, c’est moi, la consommatrice lambda. Je fais mes courses à l’hypermarché, j’achète des marques (toujours les mêmes d’ailleurs), je consomme les produits que j’ai envie au moment où j’en ai envie. Bref, je pense vivre comme le français moyen.

Le problème écologique ? Le réchauffement climatique ? La consommation de masse ? L’hallucinante masse des déchets ? Oui bien sûr je connais tout ça… Mais moi je ne suis qu’une petite française moyenne. A mon échelle je ne peux rien changer de tout cela. J’essaye d’acheter bio de temps en temps mais c’est plus cher.

Attention, je ne cautionne absolument pas l’agriculture de masse, les OGM, les m—-s qui sont dans les choses que je mange. Mais je me sens complètement dépassée par cette société ultra polluante.

Alors je fais l’autruche (ou le mouton), en admirant les personnes qui sont persuadées de pouvoir faire changer les choses à leur échelle. Cela me parait être une gageure…

Et un jour…

J’ai commencé à me rendre compte de la masse hallucinante de déchets qu’une famille de quatre personne pouvait produire. En fait Mari Barbu a râlé parce qu’il fallait descendre encore la poubelle. Encore. C’est vrai qu’on en jette des choses ! Je me suis progressivement intéressée au contenu de ma poubelle et je me suis aperçue qu’il y avait un nombre fou de détritus qui pouvaient être évités : des emballages d’emballage, des sachets en kraft pour le pain, des cartons, du plastique, des bouteilles en plastique (eau, shampooing…)

Ensuite j’ai vu un article au détour d’une publication d’une amie sur les marques contrôlées par Monsanto. Je sais pertinemment les bad buzz qui entourent cette société. Et j’ai pris un gros coup dans la tête en voyant que la plupart des marques étaient celles que j’achetais. Bon.

J’ai commencé à creuser un peu l’histoire du « consommer autrement ». Toutes ces choses qui me paraissaient si compliquées à mettre en place quelques jours auparavant, toutes ces choses qui me paraissaient destinées à des écolo virulents, toutes ces choses qui me paraissaient chimériques et bien trop chères pour mon budget.

Quand je décide d’agir

Je me suis surtout intéressée à mon porte-monnaie. Peut-être me trouveras-tu vénale mais c’est ma principale motivation. Ce n’est qu’ensuite que je me suis aperçue que faire des économies pouvait aussi très favorable à l’environnement.

J’ai commencé cette démarche en m’achetant un coupe menstruelle (ou cup pour les intimes) : grosses grosses économies, bien-être interne et écologie. J’y consacre très vite un article !

Puis au détour d’un tableau Pinterest, j’ai vu une recette pour faire sa propre lessive. Sans grande conviction j’ai ouvert le lien et j’ai découvert une recette simplissime, efficace et hyper économique ! Quand j’ai vu le prix de fabrication par rapport au prix de vente d’un bidon de lessive, des euros sont sortis de mes yeux en mode Piscou ! Ici aussi un article arrive bientôt !

Fière de ma lessive maison, je me suis renseignée sur plusieurs choses que je pouvais faire moi-même. Malgré le prix d’achat parfois un peu onéreux des matières premières, elles durent tellement longtemps que finalement le prix de revient est sans appel. Pareil, un article arrive !

Un shampooing solide par exemple : légèrement plus cher à l’achat MAIS tu en utilise moins, il dure plus longtemps, il n’y a pas d’emballage plastique = rentabilité !

Le pourquoi du comment

J’ai commencé par boycotter les marques controversées. Bien sûr, je ne peux pas toutes les supprimer du jour au lendemain mais globalement sur la cinquantaine de marques, je n’en achète plus que trois ou quatre. Je ne le fais pas uniquement pour protester contre les pesticides, la déforestation mais surtout pour avoir des aliments sains dans mon assiette (et surtout celle de mes enfants).

En fait je ne m’étais jamais posée des questions sur ma consommation puisque je reproduisais la manière de consommer de mes parents. C’est flagrant d’ailleurs puisque j’achète les mêmes marques que ma maman achète sans réfléchir !

Selon ce même schéma, je me suis dis que si mes enfants me voyaient préparer mes propres produits (cosmétiques, lessive, entretien) ils prendraient cela comme une habitude de consommation et ferait de même plus tard. Ce qui me rendrais hyper fière quand même !

Faire des économies et mieux consommercrédit photo : nattanan23 (pixabay)

 

Comme tu l’as compris, je te prépare une petite série d’article sur comment on peut faire des (grosses) économies en consommant mieux ! Le thèmes (non exhaustifs) que j’aborderais sont : la coupe menstruelle, la recette de lessive maison, les cosmétiques DIY, le potager, le consommer local… Et si tu as des thèmes à me proposer, ils seront les bienvenus ! L’objectif : me passer complètement des courses en hypermarché !

Et toi ? As-tu changé tes habitudes de consommation ? As-tu des idées ou des conseils à nous donner ? Dis-nous tout !

Commentaires

19   Commentaires Laisser un commentaire ?

Laurie

Super article, ! Je me suis lancée dans la même démarche (mais ma recette de lessive a ses faiblesses… peut mieux faire!) Hâte de lire la suite du coup!

le 08/01/2019 à 09h52 | Répondre

Doupiou

L’article sur la lessive arrive bientôt ! Je ne vais pas spoiler 😉 !

le 09/01/2019 à 10h27 | Répondre

MamBat

Hâte de lire la suite !
Ici on n’achète presque plus en super marché : les légumes viennent de l’AMAP, le sec et les quelques produits d’entretien (lessive, produit vaisselle, shampoing, savon, vinaigre et savon noir) viennent de l’épicerie en vrac, et pour tout ce qui est viande / oeufs / poisson / crèmerie c’est soit le marché, soit le supermarché (exceptionnellement). J’essaie de faire le plus de choses possible maison, d’abord parce que ça me revient moins cher, et ensuite parce que j’aime savoir ce que je mange et ce que je donne à mes enfants. Par ici donc, le granola et les goûters maison ! En revanche je n’ai pas sauté le pas pour l’apéro, et je suis revenue sur le pain maison faute de temps.

le 08/01/2019 à 10h39 | Répondre

Doupiou

J’avoue que je n’ai pas le temps d’aller au marché (qui est sur mes heures de travail bien entendu …) c’est un grand regret

le 09/01/2019 à 10h28 | Répondre

Chaperon Rouge

Jette un oeil aux communes alentours! Chez moi le marché a lieu les jeudis et dimanches matin. Nous préférons donc nous rendre dans celui de la commune voisine, les mercredis et samedis matin. La meme commune, très étendue, fait aussi des marchés le mardi et vendredi après midi dan un autre quartier. Et a 10min de là, il y a un marché le jeudi soir et ailleurs encore un le vendredi soir. Bref, on a toujours une solution de repli chez nous 😉

le 14/01/2019 à 06h55 | Répondre

Doupiou

Chez moi il n’y a rien le samedi matin (sauf faire 30min de voiture…) et encore moins le soir (snif snif !) Par contre on peut acheter directement aux maraichers mais ça sera l’objet d’un autre article 😉

le 14/01/2019 à 11h26 | Répondre

Aurélie Barbançon

Super intéressant cet article. je suis moi aussi en train de me questionner la-dessus et j’ai hâte de lire les prochains article comme la lessive maison etc…

le 08/01/2019 à 12h21 | Répondre

Doupiou

Merci ! Bientôt pour la lessive 😉

le 14/01/2019 à 11h26 | Répondre

Croco

Je serai très intéressée par tes articles car je ressemble un peu à celle que tu décris dans le premier paragraphe. Moi ce sont les couches qui m’ont fait vraiment réagir, on est passé aux lavables aux 4 mois de notre aîné car quand je voyais les poubelles se remplir j’avais l’impression de littéralement jeter de l’argent à la poubelle. Du coup, j’aimerais m’investir dans une épicerie coopérative qui est en train de se monter pas loin de chez moi, mais en ce moment je suis tellement fatiguée/débordée que je me demande comment je pourrais donner 3h par mois à ce projet. en attendant, tes recettes m’intéressent !

le 08/01/2019 à 12h53 | Répondre

Doupiou

Alors pour les couches je n’ai pas pu passer le cap des couches lavables… mais je trouve cela génial si tu y trouves ton compte !

le 09/01/2019 à 10h30 | Répondre

Raphaelle

Très hâte de lire la suite! Autant j’adhère à fonds aux principes autant je peine à les mettre en pratique.. J’essaye déjà d’augmenter ma part de bio/local/vrac de la nourriture, je composte, je minimise à fonds/fait tout ce qui est cosmétique et j’achète juste très peu de « choses » en général (je déteste le shopping et l’accumulation de toute manière) mais quand ça commence à demander vraiment du « temps » ou de l’investissement à proprement parler alors je bloque.. Machine à coudre, AMAP, pain maison, produits ménagers maison, tricot, couches lavables, potager de quartier.. j’avoue, j’aime la théorie mais la pratique me fait peur :-/

le 08/01/2019 à 13h21 | Répondre

Doupiou

Couture, tricot moi non plus je ne peux pas par manque de temps.
Mais tu fais déjà un nombre fou de choses éco-responsables c’est génial !
En tout cas je me retrouve dans ton commentaire : si cela demande trop de temps, ce n’est pas pour moi

le 09/01/2019 à 10h31 | Répondre

Chaperon Rouge

Tu as fait un premier grand d pas. 0prendre conscience que c’est le bordel et que tu peux participer a changer les choses 🙂 pour le reste, c’est un pas après l’autre. Quand tu as bien installé une habitude « propre », tu peux attaquer le dossier suivant sans craindre de perdre la 1ere.
Pour ce qui est de la flemme, je suis la reine des feignasse ici mais va savoir pourquoi, je m’amuse beaucoup avec le ZD. On fait notre pain, nos yaourts, nôtres fromage de chèvre, et meme nos savons! C’est en fait quelque chose dont on tire une belle fierté (surtout quand l entourage kiff telle ment le pain qu’on fait qu’ils se sont eux même mis a le faire, recette indatable de flemmard oblige!), que l’on fait en famille (la Lueur, 3 ans, sait ce qu’il faut pour faire du pain et est toujours très enthousiaste pour participer), et parfois même qui devient une passion (oui, j’ai offert des savons maison a Noël ^^’).
Mais si tu ne veux pas bousculer ton planning, tu as quand même un immense pouvoir pour faire bouger les choses, en boycottant les entreprises  » sales « , ou aux manières non éthiques. Déjà ce sera une aide immense 🙂

le 14/01/2019 à 07h08 | Répondre

Madame Givrée (voir son site)

De mon côté, ce sont mes nombreuses allergies et soucis de santé (ainsi que notre infertilité) qui sont venus interroger ma façon de consommer. J’en avais parlé ici dans un article sur les serviettes hygiéniques lavables, et ça a été pour moi le début d’une prise de conscience sur le sujet.

Après pour être tout à fait honnête, ça dépend aussi des périodes de ma vie. Pendant l’autoconstruction de notre maison, on a usé et abusé du jetable et des fast foods. Maintenant que nous sommes plus posés, et que nous ne passons plus la moitié de nos journées sur le chantier, il est beaucoup plus facile de faire attention à notre façon de consommer, de passer à la ferme avec nos cageots utilisés d’une semaine à l’autre plutôt qu’au supermarché, de chercher les chiffons plutôt que l’essuie-tout…

Merci pour cet article en tout cas !

le 08/01/2019 à 22h31 | Répondre

Doupiou

Je te rejoins complètement. Il faut aussi avoir les moyens de mieux consommer (dans le sens praticité).

le 09/01/2019 à 10h32 | Répondre

Joy

On part du même stade que vous et on est en train de réfléchir à la même démarche 🙂 je vais donc suivre tes articles avec attention !

le 10/01/2019 à 00h47 | Répondre

Chaperon Rouge

Argh Doupiouu! Moi qui me suis enfin botté le cul pour écrire med articles, en « maturation » depuis plus de 2 ans sur le sujet, paf! Coiffée au poteau! 😉 c’est rigolo parce qu’on a mis un pied dedans plus ou moins pour les mêmes raisons, meme si de mon côté j’avais la sensation de faire déjà le max (et en fait… NON! lol). Nos articles se complèteront bien je pense 🙂

le 14/01/2019 à 07h11 | Répondre

Doupiou

Oh j’ai tellement hâte de lire les tiens ! Tu vas m’apprendre énormément de choses !

le 14/01/2019 à 11h27 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?