Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Les fêtes de fin d’année en famille ? Très peu pour moi


Publié le 17 décembre 2018 par Mme Alenvers

Nous sommes aujourd’hui le 25 décembre 2018, il est 14:31, et alors que tu es probablement en train de passer à table chez tonton Jacques, moi je regarde tranquillement un film sous ma couette. Et à cet instant, je me fais la réflexion que je suis quand même vachement bien chez moi!

repas-famille-noel

Du coup, hop vite à mon clavier, ce serait bien dommage de ne pas te faire profiter de ma grande réflexion de ce jour.

Depuis 8 ans maintenant, avec Chéri nous habitons à l’autre bout de la France. Nous ne rentrons que très peu chez nos parents durant l’année et de ce fait jusqu’à présent nous rentrions quelques jours dans la famille au moment des fêtes de fin d’année histoire d’en profiter pour voir tout le monde. En plus, tu me diras que nous avons de le chance puisque nos familles respectives habitent à 10 km l’une de l’autre, pas besoin de choisir chez qui passer les fêtes chaque année !

Donc grosso-modo, le planning des fêtes de Noël lors des 8 dernières années ressemblait à ça:

  • 23 décembre, 17h30: on rentre de nos 8h de travail, on prend un goûter, on mets tous les cadeaux, les valises et les animaux dans la voiture et c’est parti pour 8h de route !
  • 24 décembre
    • 2h: on arrive enfin chez les parents de l’un de nous! Avec un peu de chance si personne ne nous attend, on peut se coucher rapidement. Sinon pas de bol, on se tape la causette encore 30mn …
    • 7h30: réveil (que ce soit par les chiens chez les parents de l’un ou par les parents trop peu discrets chez l’autre)
    • 10h: on va voir les grands parents de l’un et de l’autre que nous n’aurons pas le temps de voir les autres jours
    • 14h: petite sieste
    • 16h: on se prépare (la salle de bain étant peu disponible il faut prévoir à l’avance!)
    • 18h: on va prendre l’apéro dans la famille de chéri
    • 20h: on va dans ma famille étendue (avec mes oncles et cousins) passer le réveillon (je te passe le nombre de plats…)
    • 4h-5h: on se couche enfin !
  • 25 décembre
    • 8h: réveil, il faut se préparer pour le repas du midi qui à lieu dans la famille étendue de chéri à 1h30 de là
    • 11h: départ (je te passe le nombre de plats …)
    • 20h: retour et ouverture des cadeaux chez les parents de Chéri (et parfois souvent un petit diner)
    • 22h: dodo
  • 26 décembre
    • 10h: après une grasse mat’ quand on y arrive, on se prépare pour retourner chez mes parents pour l’ouverture des cadeaux et le repas de Noël avec ma famille proche
    • 12h: 3ème repas de Noël
    • 22h: on se couche (si on ne s’est pas déjà écroulé de sommeil dans l’après-midi)
  • 27 décembre
    • 9h: on refait les valises, on remet les cadeaux et les animaux dans la voiture et on rentre chez nous
    • 17h: arrivés, enfin, on souffle, demain on reprend le boulot.

Comme tu peux le voir, il n’y a pas vraiment de place à l’improvisation. Parfois, nous avons le temps de passer 1h par ci, par là voir des amis, mais c’est compliqué.

Comme tu peux aussi le constater, notre quota de sommeil en 4 jours est très limité… et à contrario notre quota calorique est au bord de l’explosion. Enfin, pour chéri car je te rassure (ou pas) moi l’explosion j’y ai eu littéralement droit qusi à chaque fois les 8 dernières années. Que ce soit le 25 ou le 26 je termine la tête dans les WC. Chouette !

Alors l’année dernière, après une énième crise de foie j’ai voulu faire le bilan de ce que j’y gagnais réellement. Et au final, entre la fatigue, le temps de trajet et les frais que cela implique, les indigestions, le planning chronométré… le résultat est sans appel: beaucoup de stress et de tracas pour quoi? Voir ma famille? Certes, je la vois, mais franchement vu notre planning tu crois que j’en profite réellement? moi, non. En dehors des périodes de fêtes c’est un réel avantage d’avoir nos 2 familles à côté, mais à la fin de l’année c’est juste la catastrophe car tout le monde nous veut pour eux (à se demander si notre avis compte) jusqu’à nous faire culpabiliser certaines années d’avoir passé 10mn de plus chez la belle famille. Pour une période qui se veut familiale et festive, dans notre cas c’est dispute et crise de larmes assurées. Et pour couronner le tout, on retourne travailler plus fatigués que reposés.

C’est pour cela que cette année nous avons pris la décision de ne pas rentrer. Ceux qui voulaient venir chez nous étaient les bienvenus. Et tu sais quoi? Personne n’a voulu venir ! J’ai été vexée de voir que personne ne voulait prendre le temps de faire ce que nous nous coltinions depuis plusieurs années. Bah oui 8h de route c’est long, bah oui c’est fatiguant … à croire qu’ils ont réalisés les « efforts » que cela représente.

Bref, en fait c’était la meilleure décision qu’il soit! Oui, oui, comme ça je n’avais RIEN à faire! Et pour une fois, à bas le traditionnel menu hyper gras, on a pu manger léger! On a passé le réveillon en tête à tête avec notre lapin et on s’est couché tranquillement quand on était fatigué comme n’importe quel samedi soir. Et jour de Noël se passe comme n’importe quel autre jour férié, à glander à la maison. Et J’AIME ça !

Et tu sais quoi? On prévoit déjà de remettre ça l’année prochaine !

Et toi les fêtes de fin d’années ça te gave ou ça t’éclate ?

Commentaires

8   Commentaires Laisser un commentaire ?

Pippa (voir son site)

J’approuve complètement ton nouveau programme !!
Dans ma famille, on ne s’impose rien…. Habituellement, je passe le réveillon chez mes parents et mon compagnon le passe dans sa famille et on glande le 25.
Cette année, on va faire l’impasse sur le réveillon, je vais surement le faire avec mon compagnon (devant un marathon Big Bang Theory avec une pizza).
Le 25, nous irons faire un petit coucou à nos grands-parents respectifs (sans repas, juste boire un café et manger une part de tarte), car cela nous fait plaisir de les voir et que c’est important pour eux de continuer à nous gâter à Noël, comme lorsque nous étions enfant 😉

le 17/12/2018 à 07h56 | Répondre

Madame Nounours

C’est quelque chose qui me plairais bien. J’ai réussi à négocier avec mon mari de passer le 24 décembre à la maison et de partir le 25 décembre chez la belle-famille mais si on pouvais ne plus y aller ce serait cool parce que bon je ne m’y sens pas à l’aise. Vous avez raison de faire ça , au moins pas de contrainte.

le 17/12/2018 à 09h04 | Répondre

Caroline

Je suis tout à fait d’accord avec toi ! Il faut que les fêtes restent un plaisir, quel que soit le programme : si tu te sens mieux sous la couette à regarder un film, ou si tu préfères enchainer un marathon gastronomique, qu’importe, tant que ca te rend heureuse 🙂 Pour moi, Noël représente vraiment les retrouvailles en famille, donc je m’imagine mal en tête à tête, et puis surtout, comme je vis en Irlande, si je rentre pour Noël, je prends une ou deux semaines de congés, donc c’est beaucoup moins la course, et je peux profiter de tout le monde (et du foie gras…). Cette année nous restons en Irlande, et ce sera donc dans la famille de Monsieur. Par contre, le 26 est férié en Irlande, et là, c’est journée glande sous la couette 😀

le 17/12/2018 à 14h44 | Répondre

Freesia

J’avoue pour ma part que le seul noel passé loin de ma famille a été desastreux psychologiquement… Je l’ai détesté… Mais je comprends à quel point ça te pese ! Prend soin de toi 🙂

le 17/12/2018 à 17h23 | Répondre

Emilie

Noël a fini par me gaver au plus haut point.
2001-2011 : nous nous sommes scrupuleusement partagés entre Bordeaux, Biarritz et Saint Malo en habitant Paris puis Bordeaux.
Noël d’un côté dans la belle-famille, jour de l’an dans la famille et l’inverse l’année suivante.
Des heures de voiture, des tensions, de la fatigue, cette impression tenace que tout le monde s’en tapait de nos efforts, de ne jamais nous trouver au bon endroit.
Nous rentrions contrariés, excédés jusqu’à ce que je décrète après Noël 2011 (le 1er de notre fils) que désormais c’était fini nada terminé. Noël ce serait désormais chez personne. À nous de nous construire notre histoire autour de cette fête avec notre enfant.
Adieu le protocole on fait à notre guise, selon nos envies.
Cette année nous partirons le fêter à Carcassonne, à l’hôtel pour découvrir une autre ville, d’autres traditions et nous construire nos souvenirs heureux.

le 17/12/2018 à 21h47 | Répondre

Mariette

Est ce que le problème c’est de faire Noel en famille ou l’emploi du temps que vous vous imposez pour passer les fêtes en familles ?
En prenant 2 jours de congés en plus, j’ai déjà l’impression que çà changerait pas mal de choses.

Ou peut être essayer de faire une année sur 2 le Noel avec la famille étendue et l’autre qu’en famille restreinte (2 réveillons au lieu de 4).
Avec chéri nous groupons les fêtes en familles des deux côtés (parents + frères et soeurs + beaux parents et beaux frères et soeurs) et c’est très sympa. Et on ne court pas entre les 2 comme ca.

Après ca n’empêche que c’est toujours vous qui vous déplacez.
Et là je compatis, c’est énervant.
J’habite à l’étranger et j’ai la chance d’avoir une famille super qui me rend souvent visite. Mais les autres expats n’ont pas cette chance. Pour la plupart, les parents sont venus une fois, les frangins une fois ou jamais pour la plupart. Après c’est aux expats de se déplacer sous prétexte qu’on aurait choisi de vivre à l’étranger. (Pour travailler et qu’à 2h d’avion, pas aux Bahamas pour épouser un millionnaire !)
A eux les frais, la fatigue et les reproches de ne pas rentrer plus souvent.

Profite bien de ces fêtes de fin d’année, relaxantes.

le 17/12/2018 à 22h25 | Répondre

Carole

Ici, parents divorcés des deux côtés… toutes les années depuis 8 ans c’est pareil! on se tape 600kms pour voir tout le monde, 4 repas de Noël, des critiques… toujours! Je crois que c’est ça qui me fatigue le plus… les insatisfaites qui ne se rendent pas compte des efforts que ça nous demande de vouloir satisfaire tout le monde, de voir tout le monde… et c’est encore pire depuis qu’on a notre fille… Et je sais que si une année on décide d’arrêter, ça sera exactement comme chez vous! Personne ne fera l’effort de venir malgré les 2 petites heures de route qui nous éloigne de chacun de nos parents (pas tous au même endroit, ça serait trop simple)…

le 18/12/2018 à 22h03 | Répondre

Madame Colombe

Je mesure la chance d’avoir ma famille et ma belle-mère famille à quelques encablures de notre foyer.
On partage équitablement chaque année entre les deux familles : le réveillon du 24 chez mes beaux parents, le 25 chez mes parents.
En revanche, cette année, on boycotte les festivités du 31 et 01 Janvier. Mon chéri travaille pendant cette période et on préfère rester tranquille. J’approuve votre choix car il est important de prendre du temps pour soi.
Et le fait que personne ne veuille faire la route pour venir vous voir justifie pleinement votre décision.

le 24/12/2018 à 08h40 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?