Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Les services en ligne pour gérer ton e-réputation post-mortem


Publié le 12 juillet 2016 par Madame Givrée

La dernière fois que j’ai abordé le sujet de la mort et des réseaux sociaux, je t’ai dit que je te parlerais de ces services qui se développent en rapport avec ton… image post-mortem. Comme tu peux le constater, je tiens mes promesses ! Non, je ne t’ai pas oubliée.

C’est presque drôle, d’ailleurs, cette façon que j’ai de revenir sur la question deux ans après (ou presque). C’est intéressant quand on pense que ce qui m’amène à rouvrir le dossier, c’est le décès relativement récent d’un copinaute (comprendre : d’une personne que je n’avais jamais rencontrée dans la vie réelle, mais à qui je parlais souvent depuis des années, et que j’appréciais énormément).

Réseaux sociaux et décès

Crédits photo (creative commons) : mkhmarketing

En 2013, Google a lancé une option appelée « gestionnaire de compte inactif », qui permet aux utilisateurs de décider d’une date d’expiration pour toutes leurs données. Je ne sais pas si tu en as déjà entendu parler, parce que, comme tout ce que ces grandes firmes lancent, c’est passé un peu inaperçu.

Il faut aller fouiller et fouiner au fin fond des préférences et des paramètres (ce que je fais régulièrement, parce que j’aime bien aller voir ce qui change/ce qui reste), ou être une angoissée comme moi et faire une recherche pour savoir comment effacer ses données en ligne si on venait à disparaître. De la même façon, tu peux t’arranger pour qu’un proche prenne le contrôle de ton adresse email si quelque chose t’arrive.

Si tu es encore plus angoissée que moi, il existe des services en ligne qui te permettent de gérer tes comptes post-mortem. Oui oui. Tu pourras même être connectée par-delà la mort. Promets-moi juste que tu viendras me dire comment c’est, après la mort !

Deadsocial est une petite entreprise qui te permet de créer un message d’au revoir qui ne sera envoyé que si tu meurs, entre autres services. Tu peux aussi confier la gestion de tes données Internet à des proches (une à six personnes), qui pourront créer et planifier des posts de ta part sur Twitter ou Facebook. Ils travaillent même en collaboration avec des associations pour faire prendre conscience aux gens de ce qu’est la mort sur la toile, afin qu’ils puissent s’y préparer, gérer la mort d’un proche, etc.

The Digital Beyond est un site qui recense les services en ligne censés t’aider à planifier la vie de tes profils et de tes données après la mort. Du site internet qui te permet de gérer les condoléances des proches, à celui qui te permet d’allumer une bougie en souvenir de quelqu’un, en passant par celui qui te propose une solution « tout-en-un » pour effacer tes données, laisser la trace que tu souhaites, et permettre à tes proches de voir ce que tu choisis, et ce que tu choisis uniquement ! Il y a même un service qui te permet de simuler virtuellement ta mort, pour voir ce qui arrive à tes profils sur les réseaux sociaux.

Bref, il faut de tout pour faire un monde, et il faut encore plus de tout pour faire le monde d’Internet !

Je dois avouer que des services comme Tweet Hereafter ou LivesOn, qui te permettent de continuer à tweeter après la mort (tu apprends au robot ce que tu aimes, tes centres d’intérêt, ton style d’écriture avant ta mort, et il se charge d’écrire pour toi après) me font un peu peur… Je ne sais pas toi, mais je trouve ce besoin de laisser une trace plutôt inquiétant !

Si comme moi, tu préfères jouer la carte de la discrétion, tu peux recourir aux services de Perpetu, qui te permet de décider de ce que tu veux bloquer après ta mort. Ou alors, tu peux mentionner tout ce que tu souhaites à ce sujet dans ton testament, comme le conseille la BBC.

Et toi, qu’est-ce que tu fais pour protéger tes données en ligne ? Est-ce que tu as déjà réfléchi à la question ? Est-ce que l’idée de laisser une trace après la mort te tente ? Ou te fait peur ? Viens en parler !

Toi aussi, tu veux partager des conseils ou des informations ? C’est par ici !

Commentaires

3   Commentaires Laisser un commentaire ?

Virginie

J’admets que le sujet est un peu noir mais je n’y avais jamais pensé…et c’est une super idée ! Pour mon entreprise, j’ai fait un petit carnet d’adresse avec tous les comptes créés le pseudo et le code, me disant que, s’il m’arrivait quelque chose, mon mari pourrait ainsi gérer la vente/liquidation/fermeture (selon) sans se prendre la tête. Et je n’ai jamais pensé à mon image perso…! Surtout que mon mari et moi sommes des adeptes du « pas ma tête sur Internet » mais qu’en sera-t-il s’il venait à l’idée de quelqu’un de créer une page trucmuche pour organiser des covoiturages pour l’enterrement, l’achat des fleurs, un mur où laisser des messages ou je ne sais quoi ?
Merci de cet article. 😉

le 12/07/2016 à 08h20 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

C’est un sujet très intéressant meme s il est triste et meme si on peut se dire « qu on s en fiche on ne sera plus la pour savoir comment ca va se passer ». Pour ma part j ai choisi la version simple, mon mari sait ou sont cachés tous mes mots de passe (mais il n y a pas acces non plus trop facilement). Je sais que je peux lui faire confiance et qu il n y touchera qu en cas d extreme nécessité (d autant plus que si il y touche avant, je le saurai 😉 ).

le 12/07/2016 à 09h54 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

J’avoue, je ne m’étais pas spécialement posée la question. Et pourtant en effet, c’est quand même important d’y réfléchir.
Je fouille aussi pas mal sur facebook notamment pour la confidentialité, mais je n’avais pas vu l’option dont tu parles. Je vais aller regarder de ce pas.

le 12/07/2016 à 10h44 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?