Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Gérer son argent : mon expérience avec un CGP


Publié le 31 juillet 2017 par Lalie

2014 : 18 000

2015 : 24 000

2016 : 29 000

2017 : ???

Ces mystérieux chiffres ne sont pas une suite de Fibonacci, non, non. Il s’agit juste du montant de nos impôts ces dernières années…

gestion finances

Crédit: pixabay

Je te laisse reprendre ton souffle. Moi aussi l’année dernière j’ai mis du temps à digérer. Comment en deux ans je pouvais en être arrivée là ? Alors oui, certes j’ai eu une augmentation, mais m’imaginer dépasser le seuil fatidique des 30 000 cette année je ne pouvais pas. Une année de salaire pour certains, en impôts !

Alors avant que tu ne t’emballes, je précise, je ne suis pas contre les impôts. Je suis même pour la solidarité et je trouve que c’est ce qui fait la force de notre pays. Mais je préférerais pouvoir utiliser cet argent pour acheter un bien immobilier et loger des personnes aux revenus modestes. Pour moi, c’est bien plus concret que de payer une somme qui va dans les caisses de l’état pour on ne sait pas qui ni quoi. Je rêve d’un pays ou je pourrais choisir les ministères ou les projets auxquels je souhaite participer avec mes impôts… Bref je m’égare.

Tout ça pour dire qu’en septembre dernier, après avoir reçu mon avis d’imposition, je me suis dit que ça ne pouvait pas durer. Il fallait trouver une solution pour ne pas être les dindons de la farce. Oui, c’est bien beau ça, mais concrètement on fait comment? Je sais qu’il existe plein de façons de défiscaliser, mais justement il en existe tellement, comment savoir la quelle est la meilleure dans notre situation? Qui pourrait nous aider? Certainement pas notre banquier !  Mais qui alors?

Pur hasard ou coïncidence, quelques jours après nous avons vu un couple d’amis qui nous a parlé de leur investissement dans l’immobilier. Je leur ai demandé comment ils avaient fait, et ils m’ont donnée le nom de leur Conseiller en Gestion de Patrimoine.

Le GCP c’est quoi ?

Le Conseiller en Gestion de Patrimoine (ou GCP pour les intimes) c’est qui, c’est quoi? C’est quelqu’un qui, comme son nom l’indique, aide les gens à bien gérer leur argent. Et quand je dis les gens, c’est n’importe qui, hein, pas seulement les grosses fortunes. Celui-ci peut travailler en tant qu’indépendant ou bien dans un cabinet ou une agence.

Le GCP intervient notamment pour donner des conseils sur les points suivants:

  • meilleure gestion de son argent au quotidien
  • préparer au mieux la retraite
  • défiscalisation
  • héritage
  • transmission du patrimoine
  • régime matrimonial
  • investissements et placements bancaires

En gros, tout ce qui concerne la gestion de ton argent dans des buts bien précis.

Dans notre cas, c’était exactement ce que l’on recherchait mais on ne savait tout simplement pas comment ce métier se nommait. Pas facile pour faire des recherches google ou pagesjaunes.

Les rendez-vous

On était fin mi-octobre et j’ai donc rapidement pris rendez-vous avec le GCP conseillé par nos amis (que j’appellerais GCP1) mais j’ai aussi pris rendez-vous avec un autre GCP (GCP2) afin de pouvoir un peu comparer leurs propositions. On parle d’argent quand même, de notre argent. Je ne laisse pas n’importe qui faire quoi avec, nanmaisho!

Ce qu’il faut savoir c’est que les premiers rendez-vous avec le GCP sont gratuits. Selon la raison pour laquelle tu en as besoin, le CGP facturera des honoraires ou prendra une commission seulement si ses propositions te plaisent et que tu acceptes de continuer avec lui.

Une chose est sûre, en tout cas que nous avons constaté, ici les délais pour les rendez-vous sont très rapides, dans la semaine ou dans les 15 jours grands max. Et autre point non négligeable, c’est le GCP qui se déplace chez toi à l’heure qui te convient, même le soir en semaine. On a d’ailleurs posé plusieurs rendez-vous comme ça à 19h.

  • Rendez-vous 1 : premier contact

Pendant le premier rendez-vous, les GCP ont commencé par se présenter. On note déjà quelques différences: Le GCP1 fait partie d’un cabinet depuis 20 ans et a un diplôme dans la finance. Le GCP2 est à son compte depuis 1 an mais a eu des expériences variées dans les départements financiers de grosses entreprises et possède des diplômes variées dans la finance et dans l’immobilier.

Ensuite, les 2 GCP ont fait un point sur nos finances et nous ont demandé ce qu’on attendait d’eux exactement. Pour nous c’était clair, on voulait trouver une solution pour défiscaliser en 2017 sur nos revenus de 2016 (en gros il nous restait 2-3 mois pour faire quelque chose), on voulait trouver une solution de défiscalisation pour les années suivantes et on voulait aussi renégocier notre prêt immobilier. Je ne savais pas si ce dernier point pouvait être géré par un GCP mais qui ne tente rien n’a rien. Les 2 GCP ont alors passé en détails les différents ‘produits’ possibles et nous ont demandé plein de documents (relevés de comptes…) afin de nous proposer une solution plus concrète pour le deuxième rendez-vous.

A la fin du rendez-vous nous avons noté du positif et du négatif chez les 2 mais je dois dire qu’on avait plus de feeling avec le GCP1 qui avait l’air plus sûr de lui dans ses explications, plus cadré. Les explications du GCP2 étaient un peu plus fouillis, plus vague, moins concrètes.

  • Rendez-vous 2 : premières propositions

A partir du deuxième rendez-vous, les 2 GCP ont pris des approches différentes. Après avoir épluché tous nos documents personnels, le GCP1 nous a clairement dit qu’il n’y avait rien à faire pour la fin de l’année. Et il nous a directement suggéré que le plan d’investissement immobilier en Pinel serait le mieux pour nous par la suite. Il n’a pas pris le temps d’évoquer les autres solutions, considérant qu’elles ne nous correspondaient pas. Soit, après tout c’est son métier, pourquoi perdre du temps avec des explications si ces autres mesures ne sont pas faites pour nous. Et pour finir il nous a expliqué qu’il ne s’occupait pas de renégocier les prêts immobiliers, mais qu’il pouvait nous donner des contacts de bons courtiers dans la région.

Le GCP2, quant à lui, nous a dit qu’il ne faudrait pas traîner mais que oui, il y a bien des solutions pour nous d’ici la fin de l’année et qu’il pouvait aussi nous aider à renégocier notre prêt mais qu’il fallait s’y mettre rapidement avant que les taux ne remonte. Il nous a aussi dit qu’il serait possible d’envisager un investissement en loi Pinel l’année suivante, mais qu’il préférait faire les choses dans l’ordre donc il n’est pas trop entré dans les détails de ce dernier.

A la fin de ce rendez-vous, on était vraiment dans le flou avec ces réponses assez différentes des 2 GCP. Pourquoi le premier nous disait qu’on ne pouvait rien envisager d’ici la fin d’année et que seul un Pinel nous correspondrait alors que le deuxième proposait plus de choix? Difficile de savoir qui dit la vérité, qui n’est pas pro, qui essaye de nous entuber… C’est bête mais au final on avait toujours plus de feeling avec le GCP1, on se disait que le deuxième avec sa boite toute neuve essayait peut-être d’appâter le client avec des propositions qui ne tiendraientt pas la route ensuite…

A la fin de ce rendez-vous là, mon mari était totalement convaincu par le GCP1 et m’avait même suggéré d’annuler le troisième rendez-vous avec le GCP2 (ça faisait quand même près d’1 mois qu’on bloquait 2 soirées par semaine pour ces rendez-vous). Mais, même si je pensais comme lui, qu’on allait continuer avec le GCP1, j’étais curieuse de savoir ce que le GCP2 pourrait nous proposer. J’ai donc maintenu.

  • Rendez-vous 3 : solutions concrètes

Nous avons eu le RDV avec le GCP1 en premier. Celui-ci est arrivé avec une proposition très concrète d’un investissement en loi Pinel avec les différentes simulations et le gain d’argent que cela nous rapporterait. Sans surprise, il nous a dit qu’il ne restait que très peu de place et, que si on voulait en profiter pour commencer la défiscalisation en 2018 il fallait signer rapidement. Il nous a donc fortement incité à signer un mandat l’autorisant à bloquer le bien quelques jours avant de signer pour de bon. Nous étions assez réfractaires à cette idée, préférant nous garder quelques jours pour la réflexion même si la signature du mandat ne nous engageait à rien. A ce moment, voyant que nous hésitions le GCP a sorti l’artillerie lourde si j’ose dire, à coup de techniques de vente assez agressives. Je ne te fais pas de dessin mais on a fini par signer ce p*** de mandat un peu contraints.

Puis quelques jours plus tard nous avons eu le RDV avec le GCP2, qui nous a fait des propositions très concrètes aussi pour défiscaliser dès 2017. En plus de cela, il avait aussi déjà contacté des banques pour estimer la renégociation de notre prêt et nous avons été bluffés par les taux très intéressants qu’il avait réussi à obtenir. D’un seul coup le GCP2 revenait dans la course. Et pour finir le RDV, il nous a aussi sorti une proposition d’investissement en loi Pinel très intéressante financièrement et géographiquement comparée à celle proposée par le GCP1. Lui aussi nous a demandé un mandat, mais voyant notre tête (chat échaudé…) il n’a pas insisté même s’il nous a averti que si nous attendions trop, le bien risquait de nous passer sous le nez.

Nous avions donc le weekend pour réfléchir et nous décider avec lequel des 2 GCP nous allions continuer… alors, à ton avis, qui avons nous finalement choisis?

… Suspense !

Le GCP 2 !

handshake

Crédit: pixabay

Eh oui, même si lors des premiers RDV il ne nous inspirait pas trop confiance, finalement c’est celui qui a réussi à remplir nos 3 postulats de départ alors que le GCP1 ne se contentait que du Pinel.

En plus de cela, ses propositions nous ont semblés tout à fait honnêtes, sans arnaque. Contrairement au GCP1, il a pris le temps de nous expliquer TOUTES les solutions possibles sans se restreindre à une seule. Après coup, nous pensons (peut-être à tord) que son statut de jeune indépendant lui a conféré son avantage puisque s’il souhaitait ‘gagner’ des clients, il n’avait pas le choix que d’essayer de trouver des solutions à toutes nos problématiques. Alors que le GCP1, faisant parti d’un cabinet bien établi, a déjà sa clientèle et peut donc se permettre d’être moins flexible en proposant des ‘packages’ standards à tous leurs clients. Enfin, je précise, il ne s’agit que de notre supposition personnelle.

Conclusion

Dès le lundi suivant nous nous rétractions avec le GCP1. Ce coup de téléphone n’a fait que reconfirmer notre choix pour le GCP2 quand le GCP1 a essayé de me soutirer des infos sur le GCP2 et a essayé de me faire peur en me mettant en garde contre les escrocs de la région… je n’ai vraiment pas trouvé ça professionnel.

Cela fait 7 mois depuis nos premiers rendez-vous et jusqu’à présent tout se passe bien, nous sommes pleinement satisfait de notre relation avec le GCP2. A ce jour nous avons donc investis dans un TEPA immobilier l’année dernière, nous avons renégocié le prêt de notre résidence principale et nous sommes en train de réaliser un investissement locatif en loi Pinel.

Si je ne t’ai pas perdu en cours de route, j’espère que cet article t’aura un peu éclairé et donné des pistes si tu cherches comment mieux gérer ton argent. Dans notre cas nous cherchions principalement un solution pour défiscaliser, mais je le répète, le GCP ne fait pas que ça. Il peut aussi donner des conseils pour mieux gérer son argent au quotidien avec juste des placements bancaires, accessibles à tout un chacun.

Si tu hésites, souviens toi que les premiers rendez-vous sont gratuits. Et si tu penses contacter un GCP, surtout je te conseille de t’adresser à plusieurs personnes. La qualité de la prestation est importante, mais le confiance et le feeling le sont tout autant.

Toi aussi tu as demandé conseils à un professionnel pour gérer ton argent? Tu as d’autres conseils à donner? N’hésite pas à m’en faire part dans les commentaires !

Commentaires

13   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Fleur (voir son site)

C’est très intéressant je trouve d’avoir ce type de conseils. Je n’aurais pas spécialement pensé à en consulter plusieurs afin de pouvoir comparer. Et j’ignorais que c’était comme les notaires et courtiers pour les premiers rendez vous où les conseils sont gratuits !

le 31/07/2017 à 10h00 | Répondre

Lalie

Je ne savais pas non.plus c’est bien pour cela que je me suis dis que ça pourrait profiter a d’autres 😉

le 05/08/2017 à 17h47 | Répondre

la grogniasse

Pour ma part, nous sommes constamment sollicités par ces messieurs (oui, ce sont toujours des messieurs) les conseillers en gestion de patrimoine.
Pourtant, nous n’avons pas tant d’argent que ça à placer (deux enfants en bas âge, un appartement tout neuf à Paris… il ne reste pas tellement de gras à la fin du mois)
Du coup je voudrais juste vous mettre en garde contre une grande partie de ces messieurs qui proposent en effet uniquement du Pinel avec des techniques agressives et des promesses tout à fait fallacieuses, et ce de façon tout à fait systématique sans aucune vraie investigation de la situation financière des prospects.
L’investissement Pinel doit absolument être réfléchi avec autant de sérieux que l’achat d’une résidence principale, sous peine de grosses déconvenues : l’investissement immobilier n’est pas extrêmement rentable en France dans la plupart des zones, voire un vrai gouffre en ce qui concerne certains programmes qui ne trouveront jamais de locataires.
Donc à toutes, faites extrêmement attention au choix d’un éventuel conseiller : les conseilleurs ne sont jamais les payeurs, vérifiez bien toutes les hypothèses des propositions qui vous sont faites, parlez-en également à votre conseiller bancaire si vous vous entendez bien avec lui – il pourrait avoir des contre-propositions – et ayez confiance en vous : si vous avez un job à responsabilités, c’est que vous n’êtes pas dénuées de bon sens, donc que vous pouvez aussi avoir votre avis…

le 31/07/2017 à 10h47 | Répondre

Lalie

Merci pour ces conseils avisés , nous n’avons pas du tout pris cet engagement a la légère. Au contraire nous étions prêt a ne pas nous engager si aucune proposition ne nous plaisait… Malheureusement seul le temps nous dira si nous avons fait le bon choix …

le 05/08/2017 à 17h50 | Répondre

Aurelie

J’ai trouvé ton article très intéressant. Personnellement, je suis un peu à l’opposé parce que je suis inspectrice des finances et que je traite surtout des dossiers de défiscalisation (outre mer en majorité) et je peux comprendre le raisonnement du Cgp 1. Je vois énormément de redevables « se faire avoir » qui pensent avoir eu de bons conseils, investissent dans un projet de défiscalisation et qui finalement n’est pas éligible aux conditions définies dans la loi et se retrouve avec un rappel d’impôt (+ pénalités /majorations et intérêt de retard )un projet inutile et coûteux et très souvent des frais d’avocat. Je vous trouve très sensés d’avoir pris votre temps, comparer les offres etc …

le 31/07/2017 à 15h11 | Répondre

Marina

Je paye 7000 € d’impôts par an et je suis dans la catégorie de revenus qui ne bénéficie d’aucune aide quelconque en terme de prestations sociales (et c’est normal) et en même temps ne gagne pas assez pour pouvoir optimiser dans des placements et bénéficier de niches pour défiscaliser. Pour en avoir le coeur net j’ai demandé un rendez-vous avec le conseiller financier de ma banque qui m’a fortement déconseillé le Pinel pour les mêmes raisons que données par les commentaires ci-dessus et m’a confirmé que j’avais une charge fiscale très lourde sans pouvoir y faire grand chose.
Lalie je comprends bien tes explications mais tu es quand même un peu maladroite dans ta façon de t’exprimer, quand, imposée à 29000 € sur une année, tu dis que tu préfères acheter un immeuble pour loger des personnes au revenu modeste (ce que le Pinel n’est pas, il me semble ; la défiscalisation dans le logement à caractère social existe aussi mais il y a un fort risque d’impayés), plutôt que « payer une somme qui va dans les caisses de l’état pour on ne sait pas qui ni quoi » : j’imagine que la personne qui galère au RSA parce qu’elle ne trouve pas de travail malgré tous ses efforts et ses diplômes a un peu d’amertume en lisant çà. Certes il y a une certaine gabegie dans les dépenses publiques, mais l’impôt sert aussi à financer l’éducation nationale, le système de santé, etc…
La défiscalisation que tu as choisie avec l’aide d’un conseiller financier ne va pas vraiment dans le sens de ce que tu indiques, c’est-à-dire d’investir tes revenus en restant dans l’optique de la solidarité et du partage…
C’est toujours compliqué de parler d’argent, et tu as au moins le courage de le faire.

le 01/08/2017 à 12h10 | Répondre

Marjorie

Sans vouloir parler a sa place, personnellement j’ai compris qu’elle préfèrerait être sûre que ses impôts vont dans le social par exemple (RSA inclus donc) plutôt que… Hum financer l’armée ? Ou aller la voiture grand luxe d’un élu voir le tabouret de son cabinet en or massif (mon maire c’est fait viré pour ça il y a quelques années). Les impôts payent énormément de choses et je pense que si on savait tout on serait horrifié.

le 02/08/2017 à 11h57 | Répondre

Jeanne

En effet tu as le mérites de parler d’argent, ce qui n’est pas simple mais je suis d’accord avec Marina tu es assez maladroite ! Tu parles de solidarité et de partage mais finalement tes actions ne vont pas vraiment dans ce sens là ! Si tu veux choisir où va ton argent, tu peux faire des dons à de nombreuses associations qui sont en grande partie déductible des impôts. Au lieu de ça tu choisi d’acheter pour défiscaliser et t’enrichir à nouveau. Bien sûr c’est ton droit le plus strict mais on est loin de la solidarité dont tu parles au début de l’article…

le 01/08/2017 à 13h40 | Répondre

Lalie

Cet article avait pour but de parler du Gcp et non de tous les moyens de défiscalisation qui existent et que nous utilisons. Je ne le mentionne pas ici mais oui, je fais deja des dons très conséquents (5000€ pour tout dire) mais a un moment je ne suis pas non plus mère theresa 🙂

le 05/08/2017 à 17h54 | Répondre

MlleMora

Je rejoins Marina et Jeanne, l’explication me parait un peu maladroite. Car effectivement pour moi, si tu souhaitais réellement être dans la solidarité, il y a des tas d’associations éligibles à la déduction d’impôts.
De plus, malheureusement, l’État ne communique pas assez sur ce que permettent de financer les impôts, mais c’est clairement un acte solidaire pour moi. Car certes, on peut se questionner sur les dépenses des élus, mais bon l’enseignement gratuit, les hôpitaux, la police, l’accès à la culture, les infrastructures (et vi les routes ça coûte extrêmement cher !) et j’en passe… ça vaut le coût, nan ?
Sinon, c’est intéressant de mieux connaître ce métier d’optimisation fiscale et de voir comment ils présentent les choses l’air de rien… Pour moi, l’Etat, et donc, nous, perdons plus d’argent à cause de ces métiers là, qu’à cause de fraudeurs à la CAF… mais ceci est un autre débat ! 😀

le 02/08/2017 à 16h18 | Répondre

Flora (voir son site)

C’est sûr que les plus riches ont plus de moyens de contourner le système que les pauvres. Mais il y a bien pire que la défiscalisation quand même (l’évasion fiscale par exemple).

le 02/08/2017 à 17h19 | Répondre

Flora (voir son site)

Très intéressant ton article, c’est dur de trouver ce genre d’info sans langue de bois alors merci. Je ne suis pas vraiment concernée et plutôt contre comme je le disais avant, mais je trouve que c’est intéressant de savoir comment ça marche.
Par contre qu’on ne se voile pas la face, la défiscalisation est légale et il n’y a pas de jugement à porter sur ceux qui choisissent cette voie. Mais la défiscalisation sert à Défiscaliser pas à choisir où vont ses impôts 😉 Les plafonds de loyer du Pinel n’en font pas une action sociale comme le disent les autres commentatrices.

le 02/08/2017 à 17h00 | Répondre

Emma

Très intéressant article et commentaires. Deux remarques à ce sujet. C est bien l état qui met en place les niches fiscales dans le but de financer des politiques publiques sans investissement direct d argent public. C est un genre de Deal gagnant gagnant avec les investisseurs (si tu met de l argent la ou ça m arrange tu paies moins de impot) . Ex le pinel est supposer produire du logement locatif dans les endroits où il en manque (pour les gens plus riche que le social mais pas assez pour acheter). En théorie c est donc assez vertueux en pratique ça rate souvent. (le pinel par exemple produit rarement le logement locatif la ou il y en a effectivement besoin)
Après pour savoir si votre investissement pinel va marcher pas besoin de attendre dix ans i’ suffit de un peu de bon sens. Est il situé dans une ville où il y a des besoins en petit logement (étudiants, personne âge…) ‘e loyer identifié par le cgp est il cohérent avec ce qui se fait déjà dans le coin. Des sites comme se loger permettent de faire l étude en deux heures. Il y a des endroits où vous êtes sur de louer et des endroits en France ou les prix présentés par les cgp sont juste absurde

le 09/08/2017 à 19h35 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?