Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

J’hésite


Publié le 14 février 2020 par Bagsie

Il y a des gens dans la vie pour qui tout semble tracé et naturel, des gens qui sont de vrais décideurs, des gens pour qui trancher est d’une simplicité enfantine. Malheureusement pour moi, je n’en fais pas partie.

Café ou thé ? Camembert ou comté ? Jupe longue ou courte ? Appartement ou maison ? Bibliothèque ou atelier ? Chaque choix, du plus anodin au plus complexe, est un effort et me demande du temps. Je peux passer plusieurs mois à hésiter entre différents modèles de chemises avant de passer à la couture, une soirée entière à comparer des yaourtières pouvoir laquelle correspondra le mieux à mes besoins, pour finir par en acheter une et me demander si je n’ai pas fait une erreur.

Tu veux rire ? Cela fait plus d’un an que je dois changer de manteau. A force de regarder ce qui se fait, j’ai fini par définir une liste de critères telle que je ne trouve pas le manteau idéal, ni de patron adapté pour le coudre, et qu’il me faut de nouveau faire un choix dans mes critères pour trouver un manteau et arrêter d’avoir froid.

Choisir c’est renoncer, et renoncer c’est douloureux. Je voudrais tout avoir : le choix qui me plait, et qui ne blesse personne. Le manteau chaud, léger, stylé, élégant et pratique.

Crédit photo (creative commons) : Arek Socha

J’ai appris à faire avec mes hésitations, à les apprivoiser et à me dire que si quelque chose me passe sous le nez parce que j’ai trop hésité, c’est tant pis pour moi.

Néanmoins, j’ai fini par développer plusieurs tactiques pour moins hésiter.

Re-la-ti-vi-ser

Ce ne sont que des enveloppes blanches. Certes on pourrait en avoir de plus jolies, mais celles là son bien et font le job.

A chaque hésitation, je me demande si c’est vraiment un sujet essentiel. Si ça ne l’est pas, au diable l’hésitation, s’il le faut je joue mon choix à pile ou face et je me force à choisir rapidement. Si j’hésite sur le choix d’enveloppes blanches, je te laisse imaginer le temps que peut me prendre un plein de courses !

Faire des listes

Reprenons l’exemple de mon manteau. A force de chercher et de fouiner, j’ai finir par avoir une liste de critères importants, d’autres pratiques, et d’autres sympa mais pas nécessaires. Par exemple, je veux que ce manteau contienne au moins 50% de laine, qu’il soit sombre, qu’il soit long, et que le col ne soit pas trop haut pour que je puisse porter une grande écharpe.

Pour tout choix qui prendrait un peu trop de temps, ou qui porterait sur un sujet important, je fais mes listes de critères, et je me pose au calme pour arbitrer entre les différents critères. Cela m’aide, et une fois ma réflexion posée je peux choisir tranquillement.

Demander

En dernier recours, quand le choix est vraiment trop cornélien, j’appelle quelqu’un qui connait le sujet (le jour où il a fallu que je change de voiture, j’ai appelé un ami féru d’automobile pour lui décrire la façon dont on utilisait notre voiture, nos critères essentiels, et il m’a sorti 2 modèles qui pourraient nous plaire, et un vraiment adapté), ou quelqu’un qui me connaît, et je lui demande ce qu’il en pense. Parfois cela confirme une intuition première, et parfois ça m’ouvre à un autre choix à faire… mais ça, c’est encore une autre histoire !

Et toi ? Tu te décides hyper facilement, ou la décision est une épreuve ? Tu as des techniques d’aide à la décision à nous partager ? Viens en parler en commentaires !


Commentaires

15   Commentaires Laisser un commentaire ?

Virg

LOL figure-toi que mon mari est pareil. Avantage ? C’est une aubaine pour moi 😉 dès qu’on doit acheter un truc important ou compliqué ou qui doit répondre à un besoin précis (ça va de la voiture au poste radio CD que nous prévoyons d’acheter pour l’anniv de ma fille), je le lance sur le sujet. « Chéri, faut enquêter sur ça ». Et hop ! Je sais que nous ferons le bon achat. 18 ans que la méthode se confirme 😉
Inconvénient ? Il a des difficultés à sortir de sa zone de confort, autrement dit à changer de plat au resto pour goûter un truc nouveau par ex. C’est dommage, du coup je le pousse à sauter le pas de temps en temps. Ce n’est pas souvent une réussite mais je sais que c’est bon pour lui, quoi qu’il arrive ça lui ouvre de nouveaux horizons. Il n’était pas du tout plage farniente et compagnie. Nous sommes partis aux seychelles pour notre voyage de noces. Avec la vie que l’on mène, il a finalement adoré ces vacances « pause, déconnexion et autres si affinité » 😉
Mais franchement je n’aimerais pas être dans ta tête, c’est trop compliqué.

le 14/02/2020 à 07h53 |

Bagsie

Je me reconnais bien dans la description de ton mari. En y réfléchissant bien, cette indécision est souvent liée à la peur de faire le mauvais choix. D’où l’inclinaison naturelle à choisir des choses déjà connues ! Au moins on est sûr de ce qu’on va avoir

le 14/02/2020 à 15h38 |

Ophelie

Connaissez vous la série « thé good place » ? 😁😉

le 14/02/2020 à 08h05 |

Bagsie

Oui ! Mais je n’ai pas aimé du tout !

le 14/02/2020 à 15h38 |

Madeleine

Je venais juste de choisir ma robe de mariée, et j avais un doute. Un de mes amis, philosophe, m’a dit: « c’est la bonne robe, puisque c est celle que tu as choisi. »
Ca m a bcp fait refléchir: le bon choix, c est d’en faire un. L’erreur, c est de ne pas faire de choix… ca m aide bcp dans ma vie. J espère que cela t aidera!!!
Bref, achète ton manteau, du moment qu il fait le job, c est bon!!

le 14/02/2020 à 08h50 |

Bagsie

Merci beaucoup ! C’est vrai que faire un choix, c’est déjà faire un bon choix. Je tâcherai de me souvenir de cette petite phrase plus souvent à l’avenir.

le 14/02/2020 à 15h39 |

Welna

Oh, comme je me reconnais ! Mon mari se moque souvent de moi car à la simple question « veux-tu un verre d’eau ? » j’hésite quelques instants avant de répondre, pour savoir si j’ai soif maintenant, si je risque d’avoir soif plus tard, ou non … Toute cette indécision me fatigue, car prendre une décision me demande énormément d’efforts, et j’ai toujours le doute d’avoir fait le bon choix après.

le 14/02/2020 à 09h26 |

Bagsie

C’est exactement ça ! Toute décision comporte une part d’incertitude, et j’ai toujours au fond de moi cette petite voix qui me dit « es-tu vraiment sûre d’avoir fait le bon choix ? »

le 14/02/2020 à 15h46 |

Madame Givrée (voir son site)

Haha je me reconnais assez. Beaucoup moins maintenant qu’il y a quelques années, mais c’est surtout parce que j’ai appris à reconnaître ça comme de l’angoisse, et ça m’aide beaucoup à différencier ce qui est essentiel de ce qui ne l’est pas!

le 14/02/2020 à 11h01 |

Bagsie

Je pense qu’il y a effectivement un fond d’angoisse. En tous cas, je suis contente de savoir qu’il est possible de s’en sortir un peu !

le 14/02/2020 à 15h47 |

Sarah

Tout pareil ici ! Ca fait 3 ans que je dis que je vais changer de voiture … mais impossible de trouver celle qui me convient. Mais contrairement à toi, je ne me dis pas que le problème vient de moi, mais des constructeurs qui ne sont pas capables de répondre à mes besoins 😀 donc plutôt que de rabaisser mes choix et de faire un compromis je préfère ne pas acheter.
Et au final ça me fait relativisier sur le fait que c’était pas très urgent ni forcément important … parce que dans ces cas mes critères se réduisent drastiquement !
Perso je vois ce trait de caractère plus comme un avantage qu’un inconvénient, car quand je finis par me décider je suis sûre à 99% que c’est exactement ce qu’il me faut (et jusqu’à présent j’ai eu très peu de regrets sur mes choix), et c’est surtout très économique puisque je ne m’embête pas avec des trucs futiles. Chaque achat est clairement réfléchis sur le ratio coût/utilité/impact écologique et j’en passe.
Je me dis que dans notre société de consommation, il faudrait sûrement plus de gens comme nous 🙂

le 14/02/2020 à 12h27 |

Bagsie

C’est vrai qu’on peut le voir aussi comme un avantage économique et écologique. A vrai dire je n’y avais jamais pensé !

le 14/02/2020 à 15h49 |

Azu

Alors je ne suis pas incapable de faire des choix, mais je n’aime pas choisir. Et mon mari est un peu pareil. On est toujours en train de se chamailler quand on veut se faire un resto car aucun de nous deux ne veut choisir lequel XD. Pour les trucs importants, je sais trancher, mais dès qu’il s’agit de choses de la vie courante, je me complique la vie : je peux rester des plombes devant un rayon au supermarché car mon cerveau tourne a plein régime « celui la doit être bien, mais il est cher, du coup peut-être plutôt prendre un prix plus bas, oui mais s’il est mon cher, c’est ce que c’est moins bien, non ? »… bref un monologue sans faim dans ma tête, tout en prenant et reposant les produits sur leurs étagères… Les gens doivent me prendre pour une folle XD
Du coup je te comprends parfaitement. Courage, tu n’es pas seule, j’ai l’impression que ça touche pas mal de monde cette indécision chronique.

le 14/02/2020 à 13h55 |

Bagsie

Haha le monologue intérieur dans les rayons, c’est tellement ça ! Depuis que j’ai découvert le drive et la possibilité de réutiliser les listes de courses passées je revis (et je repose beaucoup moins de produits en rayon) !

le 14/02/2020 à 15h49 |

Charlène

Mon mari c’est pareil !!!
As tu déjà vu le film l’embarras du choix ?
Très jolie comédie.
Je pense que ça se travaille avec des petits exercices

le 17/02/2020 à 07h54 |

Les commentaires sur cet article sont fermés.