Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Idée de visite : la grotte de Pech-Merle


Publié le 12 mai 2017 par Kitsuné

As-tu déjà vu un mammouth ?

Quelle question idiote, me diras-tu. Aucune d’entre nous n’a jamais vu de mammouth, puisqu’ils sont tous morts il y a 15000 ans à cause du réchauffement climatique (enfin, c’est ce qu’on m’a dit, je n’y étais pas).

Hé bien moi, je te jure, j’ai vu un mammouth. Ou presque. En tout cas, l’espace d’un instant, j’y ai cru.

Au départ, une visite banale

Cela se passait l’été dernier dans le Quercy. Nous étions en vacances avec Chéri. Nous avons commencé par visiter Cahors, mais la visite n’a pas été très longue. Au déjeuner, nous avons replongé dans le Guide Vert avec l’envie de trouver une autre excursion à faire dans les environs. Tiens, une grotte, par cette chaleur, ce doit être sympa, non ? Une grotte avec des peintures préhistoriques, en plus. Nous n’en avions jamais vu. Un coup de fil pour s’assurer qu’il reste de la place à la visite de 15h45 (car il faut réserver sa place à l’avance), et hop, nous voilà partis.

J’ai toujours aimé voir des lieux qui transpirent l’histoire. Un château-fort en ruines, une maison vieille de 400 ans, un temple grec : je jubile. Je me fais mes films, j’essaie de me pénétrer de l’ambiance du lieu, de reconstituer comment c’était, ce que les gens qui y ont vécu pensaient, souhaitaient, redoutaient. Bref, nous voilà donc en route pour la grotte de Pech-Merle (un nom que je n’avais jamais entendu avant), et je m’attends à être émue tout pareil. Ben oui, des peintures qui datent de la Préhistoire, imagine !

Parking, ticket, file d’attente, petit gilet pour-pas-avoir-froid, rien de surprenant. Et on descend dans la grotte avec le groupe (et avec le monsieur qui guide, surtout).

Et puis en fait, non

Je me mets en mode « ouaaaah ». Ouaaaah, des mains peintes en négatif (faites en projetant de la peinture autour de la main). Attends, mais c’est dingue ! Il y a 25 000 ans, les hommes préhistoriques s’amusaient déjà à dessiner leurs mains, oui oui, comme ta fille en maternelle en 2016. Allez, on continue la visite. Des stalactites, des stalagmites, oui, OK, mais rien de transcendant. Je me serre contre Chéri, je plaisante avec lui, je suis surtout contente d’être en vacances.

Source : www.pechmerle.com

Et là, au détour d’un coin de grotte mal éclairé : un auroch*. Peint en noir sur la roche. Il est très beau, cet auroch. Je reste scotchée devant l’élégance du trait, la courbe parfaite qui dessine toute l’identité de l’animal en une seule ligne, comme une calligraphie. Le ventre rond, tout en douceur, et l’encolure épaisse, puissante. Des pleins et des déliés pour suggérer le mouvement de la tête vers l’avant, le trottinement des pattes. Une autre émotion naît en moi, l’émotion qu’on ressent quand on regarde quelque chose de beau. Juste beau.

Source : www.pechmerle.com

* J’avoue que je ne me souviens pas de l’ordre exact des peintures. Je te raconte tout ça tel que c’est resté dans mes souvenirs, mais je me trompe peut-être dans le déroulé de la visite.

Je ne dis plus grand-chose et je serre la main de Chéri. C’est alors que nous arrivons au mammouth. Et là, je te jure, je l’ai vu, le mammouth. Vu comme le voyait l’artiste, il y a 25 000 ans : gigantesque, magnifique et ridicule à la fois. Limite, je peux entendre le bruit qu’il fait en mastiquant de l’herbe. Sa tête un peu difforme, trop grosse, surmonte le dos qui fait une bosse, puis se creuse et tombe en pente abrupte vers le sol. Une queue toute mince, comme effilochée, s’agite là en-bas. La trompe balaye le sol d’un geste souple et nerveux, vaguement inquiétant. Et les défenses, immenses, crèvent littéralement l’écran ; je veux dire : elles débordent du cadre, viennent empiéter sur les peintures d’à côté, au point qu’on les imagine très bien crever la chair tendre du chasseur qui l’approche de trop près. En dessous de tout-ça, des poils, des poils, plein de poils, empêchent de distinguer la gorge et le ventre de l’animal. Ce mammouth, avec sa forme triangulaire, son petit côté laineux et ses défenses si formidables, j’ai l’impression que je le vois comme le voyaient les hommes qui l’ont côtoyé. Dans ces quelques lignes noires sur le caillou, l’artiste a tracé un résumé de tous les mammouths que nos ancêtres ont chassés, combattus, redoutés, racontés, et mangés (par contre, ça, j’avoue la peinture ne le restitue pas : personne ne saura donc jamais quel goût ça a, un mammouth. Snif).

Source : www.pechmerle.com

Il y a aussi des bisons et des chevaux. Les chevaux ne m’ont pas du tout convaincue, mais j’ai adoré les bisons. Même principe, même vision : une simple ligne, et le bison surgit, avec son espèce de crinière, ses épaules monstrueuses, ses pattes graciles, et sa petite queue qui rebique. Le dessin de cette queue, c’est la signature de l’artiste, reconnaissable sur chaque animal. Nulle part, les yeux des animaux ne sont figurés, pourtant, il me semble bien qu’ils nous regardent, l’air furieux.

Mais il faut passer vite : pour ne pas abîmer ces fragiles vestiges de l’âge de glace, la grotte n’est ouverte que quelques instants. Déjà il faut continuer, éteindre derrière nous, laisser l’atmosphère se reconstituer. Dommage. J’aurais aimé, comme au musée, m’installer sur une petite banquette pour regarder ces œuvres d’art de tout mon soûl. Cela m’a un peu déçue, mais c’est pour la bonne cause, et cela rend cette expérience encore plus poignante.

Mon avis, en bref

En sortant, je me suis rendue compte que l’effet « ouaaaah » des vestiges du passé n’avait pas vraiment agit, cette fois. Par exemple, lors de la visite, on voit aussi la trace d’un pied d’adolescent figée dans la pierre (c’est une empreinte dans la boue qui a séché). Cette trace a au moins 10 000 ans. Hé bien, à côté des mammouths, des bisons et des aurochs, cette trace a l’air bien banale. C’est un pied, quoi. Merci, moi-même j’ai deux pieds, je sais à quoi ça ressemble.

En revanche, si les traces historiques de l’âge de glace m’ont laissée … de glace (haha), je suis sortie émerveillée par ces véritables œuvres d’art. Est-ce que ces peintures sont modernes, universelles, en avance sur leur temps ? Je dirais que c’est juste beau. Émouvant et inspirant. De l’art, quoi.

Nous ne saurons jamais qui a peint ces animaux : un homme ou une femme, respecté ou méprisé, jeune ou vieux, vêtu de vieilles fourrures pourries ou paré de beaux bijoux. Mais une chose est sûre : c’était un artiste.

Et si ces peintures étaient exposées aujourd’hui dans une galerie d’art branchouille, nul doute qu’elles feraient un tabac. Au final, c’est ça que je trouve dingue, archi dingue : entre ce jour, il y a 25 000 ans, où ont été peintes ces figures, et aujourd’hui, en 2016, notre sensibilité artistique est la même.

Infos pratiques

Si tu en as l’occasion, je t’encourage donc à visiter l’excellente petite grotte de Pech-Merle à Cabrerets (46330). Contrairement à Lascaux, ce ne sont pas des reproductions que tu verras, mais bien des œuvres originales. Le billet coûte 13 euros pour un adulte et 8 euros pour un enfant.

Attention, il faut réserver à l’avance, surtout en haute saison (appeler le 05 65 31 27 05 ou www.pechmerle.com).

Bonne visite !

Et toi, as-tu déjà visité une grotte avec des peintures rupestres ? Ressens-tu une émotion particulière devant les vestiges du passé ? D’autres bonnes idées à partager ? C’est à toi !

Commentaires

4   Commentaires Laisser un commentaire ?

Marie B

Ton article ton bien, je pars dans le coin cet été!

le 12/05/2017 à 08h36 | Répondre

Mademoiselle Bulle

Oh, ça a l’air chouette comme grotte !! J’en ai vu plein, mais j’aime toujours autant ça 🙂 Je connais surtout les grottes ardéchoises, mais ton article me donne envie d’aller faire un tour dans le Quercy (en plus, tu m’a appris ce nom ^^) !

le 12/05/2017 à 16h26 | Répondre

Viviane

Pech Merle est une grotte magnifique que j’ai visitée trois fois. Et la première à 15 ans c’est l’empreinte du pied qui m’avait le plus marquée, sans doute parce qu’il est facile de se projeter dans un adolescent marchant dans l’obscurité avec une torche à la main il y a 10000 ans…

le 13/05/2017 à 12h22 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?