Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Je passe le permis moto (partie 1)


Publié le 6 juin 2018 par Doupiou

Lorsque j’ai eu mon permis voiture il y a une dizaine d’années de cela, Mari Barbu passait son permis moto. Il a eu une moto très jeune car il habitait à la campagne et l’adolescent qu’il était avait besoin de voir ses copains ! Je n’avais jamais envisagé de passer le permis moto jusque-là et puis l’idée s’est faite progressivement dans ma tête…

Comment l’envie est venue

Après environ deux ans à faire le passager (sac de sable ou SDS en langage motard), l’envie de passer derrière le guidon fait son chemin dans ma petite tête. C’est tellement agréable de rouler les cheveux au vent, le bruit grisant du moteur et le plaisir d’être à l’extérieur !

J’ai alors vingt ans et je commence à me renseigner car mon code est encore valable mais plus pour longtemps. Si je ne veux pas repasser par la case du code, je dois me dépêcher. Je me renseigne auprès des auto-écoles mais, étrangement, j’ai peur. Je ne me sens pas prête, pas assez mure. Le tarif du permis fini d’enterrer ce projet : 1000€ en moyenne. On vient de s’aménager et je suis encore en CDD, ce n’est pas raisonnable.

Les années passent. Mari Barbu s’éclate toujours autant avec sa jolie moto : il fera d’ailleurs une arrivée fracassante à notre mariage en moto, avec son témoin lui aussi motard ! De mon côté, ma vie professionnelle et familiale me prennent beaucoup de temps : mariage, grossesse et naissance de PetitePerle, concours professionnel, changement de travail, grossesse et naissance de Barbouille… L’envie ne s’est jamais éteinte dans ma petite tête et je me sentais prête mentalement mais je n’avais pas envie de repasser mon code. Et c’est quelques jours après la naissance de mon fils que Mari Barbu relance le sujet : et si tu passais ton permis moto ?

Crédit photo : Amandine Foutrier

La classe non ?!

Quand je me suis lancée

Après la question fatidique de mon chéri, je n’ai pas vraiment réfléchi. Après tout on a qu’une vie et je ne veux pas arriver à soixante ans en ayant des remords de ne pas être allée au bout d’un projet qui pouvait être à ma portée. J’ai commencé par télécharger des applications pour faire des séries de code. Je fais pas mal d’erreurs et c’est rigolo de retourner plus de dix ans en arrière !

Dans le même temps je me renseigne pour faire réactiver le numéro NEPH de mon permis de conduire (qui se met en sommeil au bout de six ans sans changements). Je fais la procédure de demande de nouvelle catégorie sur le site du gouvernement et environ cinq jours après, ma demande est validée : je peux m’inscrire au code. Après une dizaine de jours d’entrainement intensif sur mes applications (le congé maternité est utile !), je décide de m’inscrire au code en candidat libre. Pour information La Poste le propose ! Je prends la première place disponible, deux jours plus tard, un samedi matin à 8h15 dans un bureau de Poste.

Parallèlement, je contacte différentes auto-écoles. Les tarifs se valent et je choisi donc une moto-école car le courant passe bien avec la gérante. Elle me pose des questions pertinentes comme ma taille et mon expérience de la moto. Elle me propose même de m’inscrire au code si j’ai des difficultés à le faire.

Première étape : le Code

Contre la somme de trente euros, je me rends au bureau de Poste quinze minutes avant l’heure indiquée. Nous ne sommes que deux, dont une jeunette de seize ans qui va faire la conduite accompagnée. Je ne me sens pas du tout à ma place ! L’examinateur nous installe dans une petite salle dans la salle de tri du courrier, style salle de classe avec des tablettes et des écouteurs sur les tables. Après une explication de la procédure : examen sur tablette tactile avec des écouteurs, des séries de questions différentes pour les candidats et vingt secondes pour répondre aux quarante questions ; l’examen commence, il faut faire moins de cinq fautes pour réussir. Les questions faciles me paraissent très faciles mais les plus difficiles me mettent vraiment dans le doute.

Une fois la série terminée, les réponses sont envoyées en direct au Ministère où une correction automatique à lieu. Environ deux heures après, j’ai les résultats par mail.

Je suis très mitigée car je ne me suis pas bien préparée et je me suis présentée au code en mode « on verra ». C’est donc très surprise que j’apprends que je n’ai fais que trois fautes ! J’ai réussi mon code ! La première étape du permis moto est passée !

C’est parti !

Le lundi je passe à la moto-école pour faire mon inscription et programmer les premières heures. Je suis surexcitée et le patron (mari de la gérante que j’ai eu au téléphone) me met à l’aise. C’est une vraie communauté les motards ! Je repars avec un livret contenant les épreuves du permis et les douze « fiches grises » à apprendre. Et oui, il y a une interrogation orale sur une des fiches tirée au sort !

Le lendemain je me rends dans une boutique spécialisée dans l’équipement du motard car je dois me racheter un casque, mon père ayant fait tomber le précédent lors du déménagement, des gants et des chaussures adaptées. La gérante du magasin me conseille très bien et me fais une remise car je passe par une moto-école partenaire. Pour information, les tarifs de l’équipement peuvent être assez élastiques. Mon casque a coûté 200€, mes chaussures 80€ et mes gants 30€ (sans remise).

Le dimanche, Mari Barbu et moi posons les petits une heure de temps chez mes beaux-parents et allons en moto sur un parking pour qu’il me montre le fonctionnement de la machine. Sa grosse cylindrée est bien trop haute pour ma petite taille mais je comprends rapidement les commandes au guidon et aux pieds. J’arrive même à me lancer doucement pour appréhender l’équilibre. Quelques jours après nous retentons l’expérience et je me sens de plus en plus l’aise malgré la taille et le poids de la moto de Mari Barbu qui n’est pas adapté à une débutante.

crédit photo : pixabay

La réaction des proches

Bien entendu je sais que la moto est un moyen de transport très dangereux : 23 fois plus de risques d’être tué à allure égale d’une voiture. L’accident ou la chute ont souvent des conséquences dramatiques (décès ou handicap fort). C’est la raison pour laquelle je me sens prête à passer le permis. J’ai conscience des risques, j’ai une conduite très prudente et encore plus depuis que je suis maman. J’ai conscience aussi quand dans la plupart des accidents, ce n’est pas le motard qui est en faute mais l’automobiliste qui ne l’a pas vu. Le danger c’est très souvent les autres !

Alors mes proches sont loin d’être enchantés que je passe le permis. Personne n’est motard dans ma famille mais l’image du jeune motard foufou roulant à fond est la première chose qui leur vient à l’esprit…

Mais je suis motivée et c’est d’ailleurs pour cela qu’on a besoin d’un permis pour conduire une moto : parce qu’il faut apprendre et savoir mesurer les risques

Je reviens très vite te raconter la suite !

Et toi ? Est-ce que tu as le permis moto ? As-tu envie de le passer ? Ou cela te fais peur ? Dis-nous tout !

Commentaires

11   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Nounours (voir son site)

C’est amusant pour ton article car il y a quelques jours j’ai entendu aux infos que de plus en plus de femmes passaient le permis moto. J’ai une amie qui l’a passé il y a quelques mois et elle en est très satisfaite y compris de la moto qu’elle a acheté. Moi personnellement le permis moto ne me tente pas vraiment, ni mon mari d’ailleurs alors que mon beau-père et mon beau-frère ont une moto chacun. Mais je trouve que c’est une bonne initiative de tenter ce permis surtout si vous envisager de faire des randonnées en moto en amoureux dans quelques années.

le 06/06/2018 à 08h50 | Répondre

Doupiou

Oui les femmes sont de plus en plus présentes dans le milieu de la moto! Et moi qui avait peur du comportement potentiellement sexiste des certains hommes, je n’ai absolument rien à déclarer jusque là ! Aucune remarque, les hommes et femmes sont traités à égalité !

le 06/06/2018 à 13h03 | Répondre

Nala

J’ai perdu un ami dans un accident de moto, j’avais 17 ans à l’époque (lui, 19) et je ne m’en suis jamais vraiment remise… Depuis j’ai la moto en horreur, une vraie phobie 🙁
Il ne me viendrait pas à l’idée d’être passagère et encore moins d’en conduire une !

Mais je comprends la sensation de liberté que cela peut procurer 🙂 Tu as su écouter ton envie, effectivement tu as eu raison de sauter le pas afin de ne pas avoir de regrets dans quelques années…

le 06/06/2018 à 11h10 | Répondre

Doupiou

Je comprends tout à fait l’appréhension. Le risque d’accident n’est pas plus élevé qu’en voiture mais il ne pardonne pas. Ça me fait un pincement au coeur quand je passe sur des routes où je sais qu’un motard à perdu la vie.
Mais le risque existe et le quand on passe le permis on nous le rabache tous les jours

le 06/06/2018 à 13h05 | Répondre

Vanouille

Bonjour Doupiou !!

Je suis dans la même situation que toi (à quelques choses près !) : j’ai passé mon permis B il y a 12 ans et je rêve de passer mon permis moto maintenant !
J’ai déjà fait les démarches pour renouveler le code, mais il se trouve que j’ai fait des erreurs dans mon dossier. J’ai donc la question suivante : comment as-tu fait pour réactiver le code NEPH de ton permis ?(car moi, en grande spécialiste de l’administration, j’ai demandé un nouveau permis… bravo)

Et tu as utilisé quelles applications pour t’entraîner ?

Merci et hâte de savoir tes impressions sur la conduite !
Bizzzzzzz

le 06/06/2018 à 13h47 | Répondre

Doupiou

Oui c’est bien un nouveau permis qu’il faut demander sur le site de l’ANTS en choisissant « demande de nouvelle catégorie » comme raison. Tu dois avoir comme moi un vieux permis rose donc tu auras un nouveau permis à puce à l’issue des épreuves du permis A2.
C’est bien ce que tu as fais. Dès que ta demande est déposée, tu dois attendre qq jours d’avoir le cerfa. Suite à cela ton NEPH est à nouveau actif (pour 6 ans).

Concernant les applications, je n’en ai utilisé qu’une qui me convenait : celle du code de la route 2018 de DigiSchool.

Bon courage

le 06/06/2018 à 14h15 | Répondre

Vanouille

Re ! Ok merci beaucoup pour ta réponse ! C’est parti alors ! A bientôt peut-être sur la route comme camarade motarde ! 🙂

le 06/06/2018 à 17h33 | Répondre

Doupiou

Bon courage pour ton code et à bientôt ✌️

le 06/06/2018 à 20h02 | Répondre

Vanouille

Merci ! Ca y est, ma demande a été acceptée et je fais de moins en moins de fautes dans les entraînements sur DigiSchool !
Par contre, je n’ai toujours pas mon code NEPH c’est normal ? Tu te souviens s’il arrive par courrier ou internet ? Car là je sèche… :/

le 18/06/2018 à 10h25 |

Madame Rêveuse

Super projet !
Je suis motarde – enfin SDS ! – depuis presque 20 ans maintenant (du coup je me considère comme motarde :P), et j’ai très souvent pensé à passer le permis. Mais comme toi, le prix me freinait … Quand on est étudiant, on a le temps mais pas les sous, et quand on travaille, on a les sous mais plus le temps !!! 😀
Enfin de mon côté j’ai toujours été en CDD à temps partiel et c’est une dépense que je ne peux pas me permettre, même encore maintenant malheureusement 🙁
Mais comme j’ai choisi un mari motard (exprès !), je ne suis pas prête de lâcher ce monde que j’adore ! On rencontre des potes qui deviennent des amis, on fait des balades ensemble, on découvre tous les coins de France, on s’entraide, on se marre, c’est génial quoi !

le 08/06/2018 à 16h48 | Répondre

Doupiou

Je suis d’accord avec toi, le cercle vicieux du temps et de l’argent !
Je trouve que c’est une vrai communauté avec beaucoup d’entraide. Jamais je ne me suis sentie jugée par d’autres élèves plus avancés que moi, au contraire, il y a toujours des conseils !

le 08/06/2018 à 21h31 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?