Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

L’agriculture de proximité m’a fait changé ma façon de manger


Publié le 9 juillet 2018 par Madame Zou

J’ai eu la chance de grandir avec une maman très bonne cuisinière. C’est simple presque tout est fait maison chez elle. J’ai grandit avec le goût des bonnes choses : légumes frais de mon grand-père, excellents bouchers, petits commerces de bouche avec des produits locaux, etc… C’est la cuisine de ma mère qui m’a permis d’apprécier la bonne nourriture et de savoir faire la différence entre du fait-maison et du déjà cuisiné. C’est aussi avant tout sa cuisine qui m’a permis d’apprécier la nourriture « sans artifice », c’est-à-dire que l’on n’est pas obligé de mettre une tonne de sel ou de beurre pour que ce soit bon ! Les plats les plus simples avec de bons produits sont bien souvent les meilleurs.

Quand j’ai commencé à vivre seule pendant mes études, j’ai commencé à cuisiner. Bien sûr, je me faisais des plats simples, pour une personne. J’achetais principalement en grande surface, mais déjà du frais. Je suis ensuite arrivée sur Paris pour travailler, et ma façon de me nourrir à évoluer au fil du temps. Au départ, j’allais dans les enseignes de quartier classiques : j’y achetais tout. Par simplicité sans doute et parce que je ne me posais pas trop de questions. Quand les magasins bio ont commencé à arriver dans ma ville de banlieue, je suis passée de plus en plus au bio : j’y voyais le côté sein, de plus beaux fruits et légumes, etc… Cependant, le bio me paraissait quand même cher par rapport à la qualité proposée. En effet, ce n’est pas parce que c’est bio qui c’est toujours très frais et plein de goût !  Et, un jour est apparu, proche de chez mois un magasin Au bout du Champ (ce réseau n’existe qu’à Paris & sa première couronne).

Crédits photo (creative commons) : PublicDomainArchive

Je crois que c’est cette boutique qui m’a permis enfin d’être comblée et de retrouver les saveurs de mon enfance. Le principe ? Une agriculture paysanne de proximité, c’est-à-dire que les fruits et légumes proposés sont produits à moins de 100 km. Ils sont bien évidemment de saison. Par rapport au marché de mon quartier, très honnêtement, la qualité est meilleure ! Alors certes, il y a bien d’autres réseaux tels que la Ruche qui dit oui, mais ce qui m’a plus dans le concept, c’est de pouvoir y aller quand je veux. Les produits sont en outre très frais, cueillis la veille ou le jour même. A partir de là, j’ai changé ma façon d’aller faire les courses : je cuisine en fonction de ce que je trouve, et non en fonction de ce que « j’aimerai manger ». Mon rapport à la nourriture a changé parce que j’ai cette chance d’avoir des produits de qualité et plutôt accessibles à proximité. Ce n’est pas forcément plus cher qu’au marché ou qu’en boutique bio dans la mesure où il y a peu d’intermédiaires.

Cette petite boutique m’a permis de découvrir ou re-découvrir certains légumes que je ne trouvais pas forcément dans les commerces classiques. Récemment je me suis essayée à la soupe de cresson (gros succès à la maison). Lorsque j’ai vu le cresson en boutique, c’était déjà tellement appétissant ! J’apprécie aussi maintenant de cuisiner des légumes que je n’appréciais pas plus que cela avant. Par exemple, faire des endives braisées ou un bon gratin de chou-fleur. Auparavant, je ne me serai pas trop posée de question, et j’aurai pris des carottes, des pommes de terre, des poireaux pour faire une soupe, et j’aurai sans aucun doute pris les légumes qui « m »auraient semblé les moins moches » en grande surface / magasins bio. Bref, grâce à cette possibilité de trouver facilement de bons produits frais, j’ai diversifié aussi mon alimentation. Acheter des fruits et légumes est devenu un vrai plaisir. Alors, le hic de cette agriculture de proximité, c’est bien sûr parfois la diversité car les fruits & légumes sont de saison : il y a certains mois où il n’y a pas beaucoup de choix. De même il est bien sûr impossible de trouver un ananas ou une mangue dans cette boutique.

Dans tous les cas, pour moi, un retour en arrière n’est plus possible. Je suis devenue accro à cette petite boutique et j’avoue que mon prochain déménagement en province me stresse un peu. J’espère retrouver ce même type de service ou de la vente directe directement en ferme.

Et toi quelles sont des habitudes alimentaires ? Ont-elles évolué dans le temps ? Accordes-tu beaucoup d’importance à ce que tu manges ?

Commentaires

5   Commentaires Laisser un commentaire ?

Lily

Elle a l’air trop chouette cette boutique ! C’est un vrai plaisir de réapprendre à cuisiner en fonction des saisons 🙂
Habitant en province, je te confirme que tu trouveras très probablement des boutiques similaires, notamment de la vente à la ferme 🙂 On a chez nous une ferme qui fait des légumes (de saison, du coup… on les voit pousser), ils sont ouverts deux jours par semaine et le reste du temps il y a un « distributeur » ouvert 24h/24.
Ils vendent aussi les produits des producteurs voisins (viande, produits laitiers, fruits, boissons, farine, huile, œufs, et même des glaces…) et presque tout est produit dans les 50km à la ronde…
Ce genre de démarche se multiplie depuis quelques années et ça marche super bien, les gens ont de plus en plus envie de savoir ce qu’ils mangent 🙂

le 09/07/2018 à 10h09 | Répondre

Ecila (voir son site)

Et bien je suis dans le même cas que toi ! Cela fait 2 mois que je vais dans ce type de magasin de producteurs, où je trouve tout ce qu’il me faut depuis les légumes jusqu’au pain en passant par les chocolats, bières, pâtes, poisson, viandes, beurre, glaces…et tout cela produit également à moins de 100km. Bon par contre je me doute que le choix va être plus réduit l’hiver venu, déjà qu’en ce moment ce n’est pas non plus très varié, mais bon tant pis, au moins cela fait marcher l’économie locale, et en plus les légumes sont non traités (pas Bio). Ce que j’apprécie aussi c’est de voir mes quantités de déchets diminuer, car pas ou peu d’emballage (contrairement aux chaînes bio). J’habite dans une moyenne/grande ville, donc tu devrais trouver ton compte en déménageant !

le 09/07/2018 à 10h12 | Répondre

Virg

Du coup, tu m’intéresses ! J’essaie de diversifier l’alimentation de bébé, une recette de soupe de cresson, je prends !

le 09/07/2018 à 10h39 | Répondre

Lucie

Moi aussi ça me parle beaucoup cette démarche. La seule chose que je trouve compliquée est que, selon là où tu habites, le choix des produits locaux peut est vite limité! Les aubergines et les poivrons, les pêches… dans la moitié nord de la France, tu peux oublier… sauf qu’en été c’est trop dur de faire sans (pour ma part!)

le 11/07/2018 à 11h54 | Répondre

Claudia

Les aubergines et les poivrons, ils poussent très souvent sous serre. Donc pas forcément dans le sud.

le 12/07/2018 à 21h03 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?