Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Ma (non) vie sociale


Publié le 10 août 2016 par Hermy

Cet été, Sous Notre Toit prend quelques jours de vacances… Nous serons de retour le 22 août avec de nouveaux témoignages ! En attendant, nous t’avons concocté un petit best of des articles les plus vus de l’année 2016. Ce sont donc tous tes billets préférés que tu retrouveras dans les jours à venir ! ?

Je n’ai jamais été très populaire à l’école, et le fait d’avoir une sœur jumelle a compliqué un peu plus ma vie sociale. Les autres enfants ne nous considéraient pas comme deux personnes distinctes et avaient tendance à nous laisser dans notre coin, comme si nous n’avions besoin de personne d’autre que de nous-mêmes.

Tout ça m’(nous) a énormément pesé, et au final, que ce soit à l’école, au collège ou au lycée, je n’ai jamais eu une foule de gens autour de moi. Néanmoins, j’avais quelques très bonnes amies (deux ou trois), avec qui j’ai d’ailleurs gardé contact.

Cette période a été très difficile (mais je pense que ces années scolaires le sont pour beaucoup de gens, malheureusement). Je me sentais rejetée à cause de quelque chose que je ne pouvais pas changer.

Construire sa vie sociale

Crédits photo (creative commons) : Hans Splinter

Par la suite, je suis partie à la fac, dans une ville où la plupart des gens que je connaissais n’allaient pas étudier (j’avoue que c’était un peu voulu). Du coup, il m’a fallu reconstruire ma vie sociale. Ma sœur et moi suivions des parcours différents, et j’espérais que le fait d’être seule faciliterait mon intégration.

Au cours des premiers jours, j’ai rencontré une fille avec laquelle j’avais de nombreux points communs. Elle est devenue ma meilleure amie et ma sœur de cœur, tant nous étions (et sommes toujours) sur la même longueur d’onde.

Nous sommes vite devenues inséparables, et par la suite, elle m’a intégrée à son groupe d’amis (qu’elle avait construit au fil de ses années collège et lycée). J’y ai également intégré ma sœur, et ça n’a pas du tout entaché ces amitiés (comme quoi, c’est surtout une histoire de maturité).

Ce petit groupe a pris de l’ampleur au fil des années et des amours de chacun et chacune. Je n’ai jamais été une grande fêtarde, mais nous passions pas mal de weekends et de soirées à nous réunir, pour discuter de tout et de rien, ainsi que pour faire des activités diverses ensemble.

Et puis les stages et les boulots de chacun nous ont éloignés géographiquement. Nous réunir est devenu plus difficile. Mais encore aujourd’hui, nous essayons tout de même de nous voir dès que c’est possible.

Pour mes stages et, par la suite, pour mon travail, j’ai quitté la province pour la capitale. Je me suis retrouvée une nouvelle fois à reconstruire ma vie sociale. Sauf qu’au travail, les collègues restent des collègues (surtout dans mon entreprise) : même si de temps en temps, nous sortons ensemble, il ne m’est pas possible de discuter avec eux de sujets intimes, comme je le ferais avec des amis proches.

Sur un forum (et par la suite, dans la vraie vie), j’ai rencontré une fille qui est devenue une grande amie, et qui m’a présenté mon mari. Elle n’habite plus sur Paris, mais nous essayons de nous voir régulièrement. J’avoue que ça me manque, de ne pas la voir plus souvent.

Mes rares sorties dans la capitale, je les fais avec des amis de mon mari et leurs copines. Mais comme avec mes collègues, je ne peux pas m’épancher sur des sujets plus personnels. Je pense également qu’ils me considèrent plus comme une pièce rapportée que réellement comme une amie.

Pendant ma grossesse, je pensais que les cours de préparation à l’accouchement seraient l’occasion de rencontrer des parents dans mon voisinage et de pouvoir échanger sur des sujets communs. Sauf que bébé en a décidé autrement, et qu’en fait, je n’ai pas pu suivre les cours. J’ai passé la fin de ma grossesse alitée, et je n’ai pas accouché dans la maternité de mon quartier.

Les débuts avec le Choupi ont été assez difficiles (surtout vis-à-vis de la nourriture) et ne pas pouvoir m’échapper de cette situation d’une manière ou d’une autre a beaucoup pesé sur mon moral. Je pense que cette période a renforcé mon sentiment de solitude et mon impression de n’avoir personne à qui parler.

Au final, la seule personne constante dans mon quotidien, qui me soutient dans tous les moments (bons ou mauvais), qui est toujours à l’écoute et qui est proche géographiquement, c’est ma sœur jumelle. Mais malgré notre très bonne entente, je ne veux pas lui imposer les deux rôles : celui de la sœur et celui de la meilleure amie. Elle a sa propre vie, et le droit aussi de ne pas toujours supporter mes états d’âme.

Grâce à elle, j’ai toutefois découvert l’univers des blogs (surtout Dans Ma Tribu et Sous Notre Toit). Elle m’a beaucoup encouragée à écrire sur des sujets personnels qui me tenaient à cœur et à partager avec d’autres personnes. Les amitiés (pourtant virtuelles) que ça a engendrées m’ont permis d’échanger sur divers sujets (personnels ou non) et de récupérer une confiance dans mes paroles et mes actes que j’avais un peu perdue au fil des années.

Je ne peux pas encore dire que j’ai de nouveau une vie sociale, mais je me sens quand même mieux dans mon quotidien. Le chemin est encore long, mais j’ai de nouveau l’espoir de faire de nouvelles rencontres, qui se transformeront en belles amitiés.

Et toi, penses-tu que tu as une vie sociale épanouissante ? Comment l’as-tu construite ? Es-tu proche de tes frères et sœurs ? Les amitiés « virtuelles » sont-elles aussi importantes dans ta vie ? Viens en discuter !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

29   Commentaires Laisser un commentaire ?

virginie

Je me demande si ton vécu actuel, c’est à dire des amis oui mais éloignés géographiquement, n’est pas le lot de beaucoup de gens finalement. Après tout, on ne choisit pas sa carrière professionnelle selon ses amis et du coup l’éloignement est parfois inévitable. Comme toi, j’ai de très bons amis mais ils n’habitent pas tout près. Comme toi, nous essayons de nous voir le plus souvent possible mais je sens bien que, sans un minimum d’effort de la part de chacun, tout cela pourrait s’effilocher rapidement. Lorsque l’on essaie de se voir, c’est toujours très très compliqué de trouver une date qui colle à tout le monde, la vie nous rattrappe, les priorités changent peut-être… du coup, je considère plutôt que mon mari est mon meilleur ami 😉 et, quand j’ai besoin d’un peu plus de « féminité » dans la discussion, j’appelle une amie et on se fait une journée fiiiiille ! Ça me permet de conserver un certain équilibre.
Toutefois, je comprends ton sentiment d’isolation ou de solitude. Au quotidien, c’est quand même une réalité. Chez moi, c’est amplifié car je travaille en grande partie à mon domicile, il peut donc arriver que je ne parle à personne d’autre que mon mari pendant une semaine. Dans ces cas-là, je ne le ressens pas comme un manque mais je sens que je pourrais facilement basculer en mode « asocial ». Pour éviter cet enfermement, je me suis un peu forcée à faire connaissance avec mes voisins.

En revanche, ton histoire m’étonne un peu. En général, les enfants aident au lien social. Mais ton p’tit chou est peut-etre trop petit pour crèche/école ?

le 07/06/2016 à 07h48 | Répondre

Hermy

Merci beaucoup pour ton commentaire. Cela fait du bien de voir que je ne suis pas la seule dans cette situation.
J’ai du mal à considérer mon mari comme mon meilleur ami parce qu’il ne m’intègre pas forcément dans ses activités et n’en a pas envie non plus.
Mon fils à 18 mois et il va à la crèche. Pour l’instant je n’ai pas vraiment tissé de liens avec les autres parents non pas parce que je n’en ai pas envie mais plutôt parce que je ne les vois pas quand je récupère le choupi le soir (il est souvent dans les derniers).

le 07/06/2016 à 11h59 | Répondre

Dada

Moi aussi je n’ai pas de vie sociale et encore de « véritable amie ». J’ai quitté mon pays d’origine il y a maintenant 10 ans et l’une de mes plus fidèles amies est restée là-bas. On ne se parle pas souvent mais elle reste présente et fait même le déplacement pour mon mariage 🙂

Mais ici, rien de rien pas l’ombre d’une épaule sur laquelle m’épancher ou même partager un verre entre amie. Je n’ai malheureusement pas de sœur et comme toi j’écris parfois ici et surtout surtout sur Mademoiselle Dentelle où je suis chroniqueuse cela me permet de me sentir moins seule et d’avoir des échanges sur un sujet commun. Par contre, je m’y suis fait à l’idée que peut-être je ne trouverai jamais plus d’amie « réelle » même si un jour je suis maman car je me suis habituée ainsi à toujours faire des activités seule ou avec mon mari. Je ne suis plus dans la dynamique de rencontres avec l’âge et les amitiés avortées : j’essaie d’y croire et sans regrets. Je vis ce qu’il y a à vivre et si c’est sans amie et ben tant pis.

Je suis contente aussi d’avoir une petit communauté virtuelle, toujours bienveillante et réconfortante face à mes témoignages. J’espère que tu finiras par tisser des liens durables et à vivre de belles histoires amicales.

le 07/06/2016 à 09h01 | Répondre

Hermy

J’adore ma soeur et heureusement que je l’ai sinon je pense que je finirais par sombrer comblètement dans la déprime.
La Blogosphère me fait vraiment du bien et comme toi j’adore le côté bienveillant et réconfortant que cela m’apporte.

le 07/06/2016 à 12h02 | Répondre

sarah

quand j’étais plus jeune, oui j’avais des ami(e)s a qui je me confiais sur tout et rien, mais maintenant même si ces personnes sont toujours présentes dans ma vie et même si je les considère toujours comme des amis, je ne me confie plus autant qu’avant. Mon ami de tous les jours c’est mon mari. A contrario j’ai des collègues avec qui je suis proches et avec qui je me confie, mais je ne les considère pas comme des amis puisque nous ne nous voyons pas en dehors du boulot. Nous avons quelques connaissances que nous voyons de temps en temps les weekend, mais pour le moment c’est assez récent, c’est plus des ‘potes’. Je ne suis pas à la recherche à tout prix d’amis, j’ai une vie sociale épanouissante au boulot et nous sortons de temps en temps le weekend (1 -2 fois par mois) et cette situation me convient parfaitement.

le 07/06/2016 à 09h47 | Répondre

Madame D

Commentaire très profond tu remarqueras ! 😉

le 07/06/2016 à 10h03 | Répondre

Hermy

Merciiii ! C’est pas grave si le commentaire n’est pas profond, cela fait quand même du bien !

le 07/06/2016 à 12h04 | Répondre

Weena (voir son site)

Je ne savais pas que toi aussi tu avais une soeur jumelle ^^.
Ce qui est amusant, c’est que pour nous la partie scolaire à été très différente de vous : ma soeur a toujours été populaire avec une cours d’admirateur, tandis que moi, je restais dans mon monde avec l’étiquette « la soeur bizarre de  » (sympa, hein, surtout que finalement, nous en souffrions toutes les deux …)
C’est effectivement en partant faire des études loins que les choses se sont débloqué entre nous et pour moi avec les autres, même si je reste quelqu’un de peu sociable.
J’ai rencontré ma mailleur amie à la fac, elle m’a présenté mon mari (un peu par hasard) et lui m’a intégré à ses bande d’amies (soyons honnête, ce sont beaucoup de fille dans l’entourage de mon mari) qui ont eu la gentillesse de me considérée comme une amie et pas une pièce rapportée 😉
Mais après les études, c’est vrai que chacun part de son coté et qu’il est de plus en plus difficile de s’organiser des week-end tous ensemble …
Et une fois dans le vie active, il est aussi plus dur de se créer de nouveau lien, je le vois avec les études de mon mari : une grande bande de copains à la fac, quelques amitiés solide pendant son internat et maintenant que nous venons de nous installer dans une petite ville de campagne sans attache, il est difficile de faire de nouvelle rencontre …
J’ai l’espoir de croire que ça va changer un peu avec l’entrée de FeuFolet à la maternelle …

le 07/06/2016 à 10h20 | Répondre

Hermy

On a beaucoup de points communs !!! ^^
J’ai également l’espoir de faire de nouvelles rencontres à l’entrée en maternelle du Choupi !!!

le 07/06/2016 à 12h07 | Répondre

Madame Zou (voir son site)

Moi aussi copine !!!! Comme toi, j’ai quitté la province pour travailler à Paris. Ici, j’ai une amie très proche en région parisienne mais nous sommes toutes les deux prises par nos quotidiens et les sorties entre filles me manquent. En cas de difficultés, je ne peux réellement compter & parler à mon mari, mais est-ce vraiment son rôle sur certains sujets ? Après c’est évident que j’ai eu un véritable soutien des filles de DMT pendant ma grossesse et encore aujourd’hui, et ça me fait du bien. En tout cas, je ne me sens pas plus malheureuse que cela. Je me suis faite à l’idée : je préfère avoir peu de monde autour de moi, mais que les meilleurs 🙂 J’ai trop souffert de la jalousie (de mes témoins de mariage en plus), donc maintenant je trie et je sélectionne (oui, c’est horrible dit ainsi !).

le 07/06/2016 à 11h22 | Répondre

Hermy

Oui copine !!!
Tu as bien raison, il vaut mieux la qualité que la quantité.

le 07/06/2016 à 12h15 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Oh ton article m’a rendue un peu triste… J’ai eu beaucoup de chance pendant mon congé parental de rencontrer de super mamans qui m’accompagnent au quotidien je pense que sans elles ce serait très difficile. Cependant il y a aussi ce deuxiéme cercle dont tu fais partie et que je suis ravie que tu abordes à la fin de ton article : les mamans blogueuses ! Notre rencontre a vraiment illuminé ma grisaille allemande 🙂 . Alors longue vie à notre amitié 🙂 .

le 07/06/2016 à 12h50 | Répondre

Hermy

Je pense que cela m’a vraiment manqué pendant mon congé maternité (qu’en plus j’ai prolongé), la rencontre avec d’autres personnes dans le même cas.
Heureusement par la suite vous êtes arrivées !!! ^^

le 07/06/2016 à 17h19 | Répondre

Madame Vélo

Finalement on est beaucoup dans le même cas.. Moi aussi j’ai des bons amis, mais tous éloignés géographiquement. On commence à connaître quelques personnes là où nous sommes actuellement, mais ce qui me manque c’est une véritable amie avec qui papoter pendant des heures de tout et de rien ! (bon, même si le « pendant des heures » ne serait plus possible aujourd’hui avec Crapouillou !). Et puis le téléphone c’est bien mais c’est pas pareil. Comme d’autre, c’est mon mari qui joue ce rôle de meilleur ami. Des fois je me dis que c’est trop bête de pas savoir où habitent les blogueuses de DMT/SNT/Dentelle, car peut-être qu’il y en a une qui se trouve pas loin de chez moi :p

le 07/06/2016 à 13h30 | Répondre

Hermy

Je constate en effet à la lecture des commentaires que je ne suis pas un cas isolé. Je suis totalement d’accord avec toi sur les villes des chroniqueuses !!! ^^

le 07/06/2016 à 17h23 | Répondre

Nya (voir son site)

En ce moment, je me rends compte que je ne côtoie pas grand monde (j’ai plein d’ami.e.s à distance, mais trois que je peux voir pour aller prendre un verre). Et que je m’en moque. En arrivant au Canada, j’ai fait pas mal de choses pour retisser des amitiés, tout ça pour me rendre compte que je n’avais ni le temps ni l’énergie d’entretenir une dizaine d’amitiés.
L’expérience m’a montrée que pour se faire des amis, Internet et ses communautés sont fabuleux pour trouver des ami.e.s IRL. MeetUp, les rencontres CouchSurfing, etc. ont bien marché pour moi et je les conseille aux personnes qui sont à l’aise avec ce type de plateformes 🙂

le 07/06/2016 à 13h32 | Répondre

Hermy

Je n’ai jamais essayé ce genre de plateforme mais vu que j’ai déjà réussi à me faire des amis via des forums ou des blogs, je pense que cela pourrait également se faire !

le 09/06/2016 à 14h44 | Répondre

MlleMora

Je crois qu’on idéalise beaucoup les amitiés que nous nous sommes fait dans notre « jeunesse », ce sont des personnes qui nous ont vu grandir, et même si elles ne sont pas proches de nous géographiquement, elles le sont dans nos coeurs.
Je trouve aussi plus difficile de se faire des amis après, mais seul le temps pourra nous dire si cette collègue ou cette maman croisée régulièrement deviendra une amie ou pas…
Le tout c’est de trouver un équilibre qui convient à notre besoin de lien social…

le 07/06/2016 à 13h59 | Répondre

Hermy

J’espère en effet arriver à trouver un équilibre qui me convient (c’est en bonne voie tout de même).

le 07/06/2016 à 17h24 | Répondre

Manon

Finalement, ça me rassure car je vois que je ne suis pas la seule à avoir peu d’ami. J’ai quitté ma région pour aller vivre dans une autre et j’ai connu beaucoup de galère qui ont fait que je n’ai pas beaucoup d’ami. J’ai des amis dans ma nouvelle région mais je ne me sens assez proche pour me confier à eux . Les amis de mon mari m’ont bien intégré dans leur bande et ne me considère pas comme une pièce rapportée mais j’ai du mal à me confier. Alors pour l’instant je considère que mon mari est mon meilleur ami. Je me dis que c’est la vie et que pour l’instant ça me va

le 07/06/2016 à 21h02 | Répondre

Hermy

Si cela te convient c’est le principal. Je pense vraiment que je me serais sentie moins seule si je m’étais sentie accueillie dans les amis de mon mari mais ce n’est pas vraiment le cas. Je ne me sens jamais complètement à mon aise.

le 10/06/2016 à 10h10 | Répondre

Camomille (voir son site)

Comme toi, mes ami(e)s sont loin. Mais je pense qu’avec les enfants qui grandissent, on va rencontrer plein de (jeunes) parents dans notre cas. Et même sans parler d’amis, je trouve que c’est quand même beaucoup plus facile d’engager la conversation avec d’autres parents ! Après, les amis de nos années étudiantes… c’est une page qu’il est difficile de tourner ! Et pour ma part, je me suis aussi beaucoup éloignée de ma jumelle, et quand j’ai un souci ce n’est jamais à elle que je me confie. Je vous envie ce lien !

le 07/06/2016 à 23h01 | Répondre

Hermy

C’est dommage pour le lien avec ta soeur jumelle mais je pense que c’est comme avec n’importe quel frère ou soeur, tu peux avoir une relation proche ou non.

le 10/06/2016 à 10h11 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Soeurette ? ????
Je suis contente d’avoir été là au bon moment. Et je suis heureuse quees conseils t’ais servi egalelent. La blogosphère et les copinautes c’est quand même des amitiés ultra précieuses quoiqu’on en dise.

le 07/06/2016 à 23h33 | Répondre

Hermy

Love uuuu ma soeurette !!!

le 11/06/2016 à 12h09 | Répondre

Mélimélanie

A quelques détails prés (je n’ai pas de sœur jumelle hi hi hi) j’aurais pu écrire ton article.

Mes meilleures amies sont loin (trop) et je suis arrivée dans une ville ou je ne connaissais personne pour rejoindre mon mari. Du coup notre « groupe d’amis » c’est surtout les siens et je suis la pièce rapportée.

J’ai réussi récemment à me faire des amis en dehors de ce groupe grâce à l’organisation de mon mariage et à mini relou (vive les cours d’aquagym) et ça m’a fait du bien. Mais je reconnais que je n’ai pas énormément d’amis et au final je ne m’en porte pas si mal (même si du coup mes copines de blog m’aide beaucoup sur énormément de sujets! C’est peut être pour ça que je ne me sens pas si isolée que ça.)

le 08/06/2016 à 16h00 | Répondre

Hermy

Les copines de blogs se sont les meilleures !!! ^^
Je me sens beaucoup moins isolée depuis que je lis des blogs et que je discute avec les personnes qui les écrivent.

le 11/06/2016 à 12h08 | Répondre

Pimousse_Fraise

Ma vie sociale est depuis toujours mitigée… jamais eu trop d’amis d’enfance, et en vieillissant, j’ai l’impression que ça empire ! J’essaie de faire partie d’associations, pour essayer d’avoir une vie sociale, mais rien n’y fait, il y a toujours des tensions et du coup, je retourne dans ma bulle de calme et de sérénité. Je suis en couple aussi, et mon mari n’a pas trop d’amis, il a ses activités et je ne connais pas tous les gens qu’il cotoie. Quant à la famille, j’ai rompu les contacts avec mes frère et soeur depuis quelques années. Ca me pèse de voir tout le temps que je passe seule, alors que j’aimerais sortir, bouger, partager des bons moments avec des gens que j’apprécie. Je me demande si cela vient de moi ou si c’est la société actuelle qui veut ça…
Merci pour ce post qui exprime un peu ce que je pense, même si je n’ai pas encore d’enfants (ça, c’est un autre débat), mais même au boulot, je fais ce que je peux mais je manque de forces.

le 10/08/2016 à 19h20 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?