Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Ma vie d’anxieuse


Publié le 7 février 2020 par Rosa Evril

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été très inquiète et anxieuse des différents événements de la vie. Il est difficile pour moi d’expliquer ce fonctionnement, il a même été difficile pour moi de comprendre que j’étais comme cela et que ce n’était pas normal. Je lis souvent que des gens sont anxieux après un événement traumatique ou une enfance difficile avec des manques d’affection ou d’équilibre. Je ne pense pas que ce soit mon cas, j’ai eu une vie de famille relativement équilibrée, avec probablement quelques manques mais pas plus que quelqu’un d’autre. Je peux juste souligner le fait que mes parents sont des personnes assez carrées, à cheval sur certains principes de vie, avec un cadre très défini. Cela a peut être contribué à une partie de mes angoisses, sur les aspects professionnels ou organisationnels par exemple.  Par contre, je cherche toujours à expliquer mes angoisses sur le côté émotionnel ou sentimental, la peur qu’il arrive quelque chose à mes proches ou que ceux-ci m’abandonnent par exemple.

Crédit photo (creative commons) : Elisa Riva

Mon anxiété se manifeste pour à peu près tous les aspects de la vie :

  • L’argent : j’ai un rapport à l’argent assez délicat, j’ai une peur de manquer assez présente. Je suis actuellement en CDD et dans mon domaine de travail c’est plutôt compliqué d’obtenir un emploi fixe. Je pense donc que mon stress peut être légitime à ce propos ; cependant il prend parfois des proportions énormes où je m’imagine devoir manger des pâtes tous les jours ou pire parce que je n’aurais pas su trouver un nouveau travail.
  • Le travail : je suis assez exigeante concernant mon travail, je voudrais un métier où je puisse être pleinement épanouie et j’ai du mal à me contenter d’un à-peu-près. J’ai du mal à imaginer l’avenir, je me pose beaucoup de questions, à commencer par « Est-ce que je serai heureuse si j’avais un emploi stable dans mon domaine ? » « Dois-je me réorienter dès maintenant ? ». De manière plus générale, le climat social actuel n’aide pas à voir les choses de manière plus positive…
  • Les relations : de par mon côté « zèbre », dont je reparlerai prochainement, je dois souvent faire des efforts dans les relations humaines qui sont rarement fluides et naturelles pour moi, je réfléchis toujours à comment me comporter et j’interprète les mots où les comportements, souvent en me dévalorisant. Par exemple, si un ou unetel(le) ne me répond pas, c’est parce que j’ai dû dire ou faire quelque chose de mal, qu’est-ce que je pourrai faire pour remédier à ça… Et finalement, dans la grande majorité des cas, je me fais des nœuds au cerveau pour rien !
  • Les événements de la vie : j’ai la trentaine bien passée et j’ai rencontré mon amoureux assez tard (un anxieux aussi… petit bonus qui simplifie énoooooormément la vie). Je suis donc passée du grand questionnement « vais-je rencontrer quelqu’un un jour » à « vais-je avoir des enfants un jour » qui est finalement tout aussi angoissant surtout quand les événements de la vie font que ce n’est pas toujours possible à un moment donné.
  • Les médias : comme tu le sais, les informations relayées par les médias sont quasiment toujours négatives (morts, guerres, maladies, intempéries…) par un cheminement de pensée assez bizarre : c’est rare et triste, donc on en parle parce que ça sort de la normalité, mais comme on reçoit seulement ces infos négatives on se figure que ça peut toucher tout le monde n’importe quand et c’est très anxiogène !
  • La santé : alors là, je suis une championne toute catégorie dans le « j’ai des symptômes bizarres qui ressemblent à une maladie grave surtout quand je regarde sur internet ». Pour le moment, on ne m’a jamais détecté de problème sérieux (touchons du bois) mais ça reste quand même très angoissant quand de nouveaux symptômes apparaissent.
  • La mort : je n’ai jamais perdu de personne proche mais c’est mon angoisse numéro 1, le fait est que certaines personnes meurent jeunes, et que dans mon petit cerveau je le transforme en événement fréquent et je me figure que ça peut arriver à tout le monde…

Ça fait maintenant plusieurs années que je m’intéresse au développement personnel et mes recherches et lectures m’ont permis de de comprendre un peu mieux mon fonctionnement. J’ai fait également un travail de psychothérapie pour m’aider à gérer un peu mieux certains aspects de ma personnalité qui sont difficiles à vivre pour moi. De manière générale, j’arrive de mieux en mieux à gérer mon anxiété au fur et à mesure du temps qui passe (heureusement) même si ça reste très handicapant. Je te reparle bientôt de mes méthodes pour la réduire !

Et toi ? Es-tu anxieuse ou au contraire d’une sérénité à faire pâlir Bouddha ? Quels sont tes conseils pour gérer l’anxiété ? Viens nous en parler !


Commentaires

10   Commentaires Laisser un commentaire ?

Virg

Question sans doute bête mais juste pour comprendre, tu dis n’avoir jamais perdu un proche, as-tu déjà été dans la galère au point de devoir manger des pâtes tous les jours comme tu le dis ? As-tu déjà réellement eu des difficultés à retrouver un contrat ? As-tu déjà perdu un ou une ami (e) par ta faute ? Etc. Si non à ces questions, quelque part, tu cries avant d’avoir mal (c’est une expression que j’aime bien 😉 ). Pour avoir vécu toutes ces situations, je peux déjà te rassurer que le fait que, certes, sur le coup, t’es mal mais on en ressort clairement plus fort.
Plutôt que de focaliser sur ce qui t’angoisse, tu me donnes plutôt l’impression d’angoisser tout court sur ce qui pourrait arriver, quel que soit le sujet. Ce que tu dis des médias n’aide clairement pas les personnes comme toi puisque toutes les horreurs qu’on entend tout le temps paraissent banal, ça en ajoute au « ça pourrait m’arriver ».
Je te souhaite bon courage pour en sortir, ça ne doit pas être drôle tous les jours de ne pas savoir s’endormir tous les soirs, serein sur le fait que, sur l’instant, on ne peut rien y faire, donc on lâche prise.

le 07/02/2020 à 08h47 |

Rosa Evril

Merci pour ton message ! Tu pointes du doigt exactement le problème, puisqu’en effet, il ne m’est jamais rien arrivé de grave et j’ai peur en avance ! Mais je te rassure, le fait de comprendre et mettre des mots sur mon problème m’a déjà bien aidée, j’arrive à vivre à peu près bien avec maintenant même s’il y a encore du chemin…

le 07/02/2020 à 09h02 |

Virg

Peut-être une astuce pour t’aider : trouve une solution à chaque problème qui t’angoisse : oui, manger des pâtes tous les jours, c’est pas terrible mais on s’en remet, puis on peut varier avec des patates 😉 ne pas trouver de taf, ça arrive mais en France on a quand même l’assurance chômage (ce n’est pas vrai dans tous les pays) et tu n’es pas seule, de la famille ou des amis peuvent dépanner ; si t’as fait une bourde avec quelqu’un, ba tu t’excuses ; pour le deuil, pas 36 solutions exepté accepter le fait que c’est le deal : on vit, on meurt.
Ce type de réflexion aide beaucoup à relativiser.
Bonne chance

le 07/02/2020 à 10h11 |

Ninou

Je me reconnais dans chaque point que tu as abordé…. Ça rassure un peu de savoir qu’on est pas seule 😁.
Je ne pourrai malheureusement pas te donner de conseils parce que je n’ai toujous pas trouvé pourquoi je suis si angoissé pour tout, ni de solutions miracle pour ne plus l’être… Par contre j’ai testé l’hypnose et même si je n’y suis pas suffisamment réceptive cela m’a permis en revanche de me sentir extrêmement détendu lors de ses séances… de même pendant des rdv avec des magnétiseur.
Je te souhaite d’être bien entouré par des personnes bienveillantes qui ne te jugent pas du mal être que tu peux ressentir et qui te soutiennent, le côté cool c’est que ça permet de faire du tri dans ses relations et de ne garder que les meilleurs 😉

le 07/02/2020 à 09h15 |

Rosa Evril

Non en effet on n’est pas seules et ça fait du bien !
J’ai testé aussi l’hypnose mais ça n’a pas du tout marché sur moi !
En effet, une des solutions à ce problème est de pouvoir en parler, ça permet beaucoup de relativiser ! Une autre astuce que j’avais trouvée est de transposer son inquiétude sur quelqu’un d’autre, c’est à dire imaginer qu’une amie nous raconte cette même angoisse et ce qu’on lui répondrait dans ce cas. Ça fait bien redescendre l’angoisse aussi !

le 07/02/2020 à 11h57 |

Rosa Evril

Merci pour ton astuce, c’est plus ou moins la même idée que m’avait conseillé mon psychothérapeute : faire un tableau mental avec chaque angoisse et pour chaque cas, identifier le pire qui pourrait arriver et la solution qui peut être apportée dans ce cas. Ça aide beaucoup aussi à relativiser !

le 07/02/2020 à 11h16 |

Madame Fleur

Je me retrouve énormément dans ton témoignage.
J’ai pour ma part effectué une thérapie TTC et je peux le dire avec le recul de 3 années maintenant, que c’était vraiment très bénéfique. J’en parle dans pas longtemps sur DMT et peut être un peu ici aussi car au final cela concerne beaucoup de gens.
En tous les cas tu n’es pas seule et merci d’être venue en parler, on se sent aussi moins seule derrière son écran.

le 08/02/2020 à 10h53 |

Rosa Evril

Merci pour ton commentaire ! En effet ça me fait du bien de voir que je ne suis pas seule dans ce cas, ce n’est pas le sujet le plus simple à aborder dans la vie quotidienne… Je lirai avec intérêt tes prochains articles alors !

le 08/02/2020 à 17h31 |

Marjolie

Zèbre ici aussi et anxieuse ici aussi! Il y a peut-être d’autres causes dans ton histoire ou celle de tes parents, mais peut-être quand même que les deux sont liés, non? Les petits zèbres cogitent sur tout, tout le temps et donc sur tout ce qui pourrait arriver…
D’ailleurs je ne vais pas du tout t’aider, désolée, mais la façon dont tu parles des aléas malheureux de la vie me saute aux yeux: tu écris « je me figure que ça pourrait m’arriver ». Bin oui, tu as raison, ça pourrait… Ca n’arrive pas qu’aux autres et il faut en être conscient, je pense que la solution, s’il y en a une, ne se situe pas dans le fait de se convaincre que ça ne nous arrivera pas, mais plutôt d’essayer de trouver un moyen de faire avec…

le 10/02/2020 à 08h39 |

Rosa Evril

Merci pour ton commentaire, oui je pense comme toi, que les côtés zèbre et anxieux sont intimement liés ! Mais je connais des zèbres qui ne sont pas spécialement anxieux, c’est donc que ça doit être possible…
Et pour la deuxième partie de ton commentaire, effectivement ça peut arriver comme tu dis, je ne suis pas dans l’optique de me convaincre que ça ne va pas arriver mais plutôt que c’est très rare donc ce n’est pas la peine de se gâcher la vie à y penser tout le temps…

le 11/02/2020 à 09h40 |

Les commentaires sur cet article sont fermés.