Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Manger en tentant de concilier mes valeurs, ma gourmandise et ma flemme


Publié le 7 juillet 2015 par Claire Gezillig

Aujourd’hui, on va parler bouffe. Miam.

Je te préviens tout de suite, cet article n’est pas un pamphlet. Mon but n’est pas de faire du prosélytisme culinaire. Donc si tu n’as pas les mêmes valeurs que moi, ne le prends pas pour une agression.

Non, non, je veux juste te raconter mon expérience parce que j’adore raconter ma vie je me suis dit que si tu avais les mêmes sensibilités que moi, tu cherchais peut-être aussi un moyen de les concilier. Mon vécu peut te donner des pistes.

Alors, détends-toi, tu as le droit de ne pas être d’accord, et même de me le dire en commentaire. Je ne considère pas détenir LA vérité et je suis ouverte à la discussion. En vrai, j’adoooore les commentaires, surtout s’ils me permettent de réfléchir grâce à des avis contraires -tant que c’est présenté « de manière constructive, avec respect et bienveillance » (bisounours power).

Bref, après une telle introduction, tu te demandes bien de quoi je vais te parler… Ben de ce qu’on mange tous les jours dans notre foyer !

Sujet trivial s’il en est, mais qui peut amener de bien grandes discussions. Surtout dans notre doux pays, où on parle de ce qu’on mange quand on le mange, mais aussi avant et bien après… (Je parle bien entendu de la France, pas des Pays-Bas où j’habite : les néerlandais ayant plutôt la fâcheuse tendance à ne même pas réaliser qu’on peut manger pour autre chose que se nourrir, à mon grand regret.)

Bon voilà, avouons, j’adore manger. J’adore parler de bouffe. J’adore préparer des repas. J’adore discuter de ce délicieux plat que j’ai mangé (aaaah les délicieux mazza du restaurant libanais…) ou que je vais manger (mon amoureux a même fait une liste des plats qu’on doit manger une fois dans notre vie). D’où la gourmandise dont je te parle dans le titre !

Mais bon, je n’ai ni le budget pour aller au resto trois fois par semaine, ni l’envie de me transformer en Cyril Lignac deux fois par jour pour manger de bons petits plats à chaque repas. Quant à mon cher et tendre, s’il partage mon plaisir de manger et de cuisiner, il partage aussi ma tendance à l’emploi du temps plein et à la flemme…

À ces paramètres, s’ajoutent les principes qui me parlent. Comme Nya, on pourrait me ranger chez les bobos (bourgeois bohème). J’ai des tendances écolo. J’ai bien envie de garder notre jolie planète riche de toute sa beauté.

Légumes en magasin

Crédits photo (creative commons) : Dion Hinchcliffe

Manger de saison et localement autant que possible

Pour moi, manger des fraises au mois de janvier n’a pas de sens… Je suis donc une grande adepte des principes « fruits de saison » et « manger local », autant que possible.

Sauf qu’aux Pays-Bas, tu trouves vraiment tous les fruits et légumes toute l’année, et pas du tout systématiquement la provenance dessus. Si j’allais au bout de mes principes, je devrais privilégier le magasin bio, et mener l’enquête auprès du vendeur pour découvrir s’il sait d’où proviennent ses produits. Ou voir s’il n’existe pas par chez moi des organisations de type AMAP.

Mais le magasin bio est loin, et les produits me paraissent chers… Poil dans la main, difficulté à me motiver pour faire des démarches en néerlandais et procrastination (sous couvert d’un emploi du temps trop chargé) font que, pour le moment, je me contente d’acheter mes légumes au marché ou au magasin de fruits et légumes. En essayant de suivre les saisons et de ne pas me laisser tenter par ce qui a l’air de venir de loin, alors que dans quelques mois, je pourrai acheter les mêmes produits cultivés localement et sans serre (ou, en tout cas, cultivés moins loin : je doute que les Pays-Bas fassent un jour mûrir des abricots au soleil).

Préparer ce que je mange autant que possible

Je suis aussi sensible aux questions de qualité des produits, et j’aime savoir ce qu’il y a vraiment dans mon assiette. C’est pourquoi nous n’achetons (presque) jamais de plats cuisinés (en plus, c’est cher… oui, j’aurais dû ajouter « radine » dans les paramètres à prendre en compte).

Mais comme parfois, aucun de nous n’a envie de sortir du canapé pour faire à manger, on a plutôt des conserves en pots, qui contiennent généralement beaucoup moins de conservateurs et autres additifs alimentaires…

J’ai l’idée de tenter un jour de faire mes conserves moi-même, pour manger de la tomate et de bons haricots verts l’hiver. Mais pour le moment, c’est la flemme qui gagne…

Limiter la viande

Je sais aussi (et ça me fait réfléchir de le savoir) que :

  • consommer beaucoup de viande est mauvais pour l’environnement,
  • l’élevage intensif et l’abattage pratiqué en masse actuellement ne sont pas respectueux de l’environnement et de l’animal,
  • on n’a pas besoin, d’un point de vue nutritif, d’ingérer autant de protéines animales qu’on le fait.

J’ai beaucoup d’amis qui sont devenus végétariens ou végétaliens pour toutes ces raisons. Je n’en suis pas arrivée là. J’aime beaucoup la viande.

J’aimerais, sans doute assez naïvement, qu’on puisse réduire notre consommation et avoir un élevage et un abattage plus respectueux des bêtes et de l’environnement. Tout comme j’aimerais qu’on n’asperge pas mes tomates de pesticides et qu’elles poussent plutôt dans la terre sous le soleil que sous des lampes.

À l’heure actuelle, ce que je fais, donc, c’est réduire ma consommation de viande. Nous n’en mangeons plus à tous les repas… Et ça satisfait d’autant plus notre gourmandise quand on en mange !

(C’est comme le dilemme bain/douche. Je sais que les douches consomment moins d’eau, mais j’aime beaucoup les bains ! Alors mon compromis, c’est d’être raisonnable sans me priver totalement. Le luxe chez moi, c’est donc un bon steak suivi d’un bain, oui, oui !)

Consacrer du temps à faire à manger

J’aime faire à manger et pour moi, c’est assez naturel.

(D’ailleurs, je ne me suis toujours pas remise de cette conversation avec mon colocataire en Angleterre :
« Claire, pourquoi cuisines-tu tous les jours ?
– Euh… Parce que j’ai besoin de manger tous les jours ?! »)

Mais c’est vrai que parfois, on aimerait que les journées fassent plus de vingt-quatre heures… Alors, j’ai trouvé des compromis.

J’ai, dans mon emploi du temps de base, une heure à une heure trente le soir pour faire de bons petits plats. Comme je travaille majoritairement chez moi pendant la journée, et à l’extérieur le soir, je peux faire une pause entre les deux. C’est devenu une vraie habitude de cuisiner pour le soir. Par contre, le midi, pour moi toute seule, je n’y arrive pas… Je tourne donc sur les restes du soir.

Quand je ne suis pas à la maison, je me soumets bon gré, mal gré à la mode néerlandaise, qui consiste à manger en vitesse du pain complet avec une tranche de fromage au milieu (j’exagère à peine). Par contre, je fais de la résistance par rapport aux pratiques répandues autour de moi : j’évite au maximum de manger en travaillant…

En ce qui concerne le weekend, c’est un peu plus du grand n’importe quoi.

Le vendredi soir, on a tendance à se faire livrer quelque chose par flemme (chinois, indonésien, argentin, japonais… On la joue découverte du monde !).

Le samedi, on va souvent à la boulangerie française. C’est croissants pour le petit-déjeuner, et on mange le midi « à la néerlandaise améliorée » : c’est-à-dire à base de pain, mais du très bon pain, avec de super trucs pour accompagner (houmous fait maison, charcuterie, différents fromages…). Ça nous arrive souvent aussi de faire un apéro dînatoire le samedi ou le dimanche soir.

Enfin, le dimanche matin, c’est brunch aux airs d’English breakfast : œufs-bacon, oranges pressées. Et puis, j’aime beaucoup faire des gâteaux le weekend…

Oui, notre weekend est une catastrophe au niveau calories ! Ça n’aide pas à faire attention de faire partie de ces gens qui ne prennent jamais un gramme (oui, tous les deux : tu as le droit de nous détester pour ça…).

Mais en général, on mange pas mal de fruits, notamment en smoothie (le blender, c’est la vie). Et dès que c’est la saison, j’ai une consommation de tomates proprement hallucinante (je mange des tomates comme d’autres des bonbons… j’essaie de remplacer ça par des carottes crues l’hiver, mais ça marche moyen… d’ailleurs si tu as des idées pour manger des crudités l’hiver, je prends).

Et heureusement, avec l’été qui arrive, je fais pleiiiiin de salades. J’adore être créative avec les salades quand il fait chaud… J’ai plein d’idées plus ou moins farfelues.

Voilà, tu sais presque tout de nos habitudes alimentaires.

Je peux ajouter qu’une fois par mois, on va au resto. (Et quand on est en voyage, beaucoup plus, mais ça ne compte pas, parce que c’est de la découverte culturelle.) Par contre, je ne vais JAMAIS au Mac Do.

Pour conclure, je peux dire que je ne suis pas toujours fière de la manière dont on mange. Dans mon monde idéal, je mangerais bio, local, équilibré, avec plein de saveurs à chaque repas. Mais je trouve qu’on a trouvé un bon équilibre entre nos valeurs écolo, notre flemme et notre gourmandise. C’est déjà pas mal.

Et toi, comment tu manges ? Quelles sont tes valeurs ? Est-ce que tu arrives à les respecter au quotidien ? Est-ce que tu manges avant tout pour te nourrir ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

26   Commentaires Laisser un commentaire ?

Miss Chat

Oulala la bobo mais quelle prise de tête pfff !! 😉
Blague à part, je ne me considère pas du tout comme bobo ni comme particulièrement écolo (mais je devrais peut-être du coup ?) car je vois beaucoup de gens autour de moi qui le sont bien plus. Cela dit, je me reconnais complètement dans ta description ! 🙂 On évite les produits qui sont clairement en provenance de l’autre bout de la planète (ou alors, comme pour les bananes par exemple, j’essaye au moins de prendre celles issues du commerce équitable), on achète local quand on a l’occasion et on a drastiquement réduit notre consommation de viande (et un steak oula ça arrive peut-être une fois par mois ? et encore…).
Ah au fait, l’habitude de manger pain + charcuterie ou autres à midi, c’est aussi une tradition qu’on retrouve en Belgique ! Moi, j’adore ça !

le 07/07/2015 à 08h51 | Répondre

Madame l'Abeille

Peut être « responsable » plutôt que « écolo »? Sans jouer sur les mots, on comprend l’état d’esprit de Claire. Je le rejoins et essaie aussi de l’appliquer sans me considérer pour autant bobo écolo. C’est peut être encore une histoire de clichés ;-). Merci Claire pour ton article.

le 07/07/2015 à 12h33 | Répondre

Claire Gezillig

Ah, j’aime bien l’adjectif « responsable » 🙂
Mais j’ai pas dit que je me considérais comme écolo / bobo (ou les deux), j’ai dit « on pourrait me ranger dans la catégorie » 😉

le 07/07/2015 à 12h53 | Répondre

Miss Chat

Ah voilà, « responsable » ça me semble parfait pour décrire cet état d’esprit ! C’est effectivement à cause des clichés qui y sont liés et de l’attitude assez extrémiste de certaines personnes que je n’aime pas ces termes.
Pour moi, l’article reflète parfaitement un équilibre entre tout et rien 😉

le 07/07/2015 à 17h03 | Répondre

Mme Alenvers

je me retrouve assez dans ton article 🙂 pour ma part je cuisine beaucoup plus en hiver ou souvent je passe mon dimanche matin a cuisiner et je congèle pour le reste de la semaine, et je fais beaucoup de soupes aussi en hiver. alors que l’été surtout en ce moment avec la chaleur j’ai du mal a cuisiner, rien que de penser à faire bouillir de l’eau je sue :p donc l’été en gros mes menus sont simples melons/tomates/mozza/feta/olives/concombres/courgettes avec un peu de blanc de poulet ou de lardons pour accompagner tout ca, mais c’est vrai aussi que l’été je mange bien moins de viande qu’en hiver (bon je me rettrape sur les BBQ en fait). la semaine les menus sont simples alors que souvent le weekend on se fait plaisir. Par contre je déteste allez au restau! je trouve ca bien plus sympa de savoir exactement ce que j’ai dans mon assiette, pour moi c’est un tout, j’apprécie mon repas que si je l’ai préparé moi même… et sinon ma petite révolution c’est quand même mon robot multifonction qui me permet de préparer des plats sans passer 1h a surveiller !

le 07/07/2015 à 09h00 | Répondre

Claire Gezillig

J’ai une recette de soupe froide sans cuisson à écrire… c’est pas mal pour varier des salades l’été 😉

le 07/07/2015 à 10h28 | Répondre

Mme Alenvers

ah oui des recettes de soupes froides!!!! un article, un article, un article ! 🙂

le 07/07/2015 à 12h53 | Répondre

Claire Gezillig

J’avais acheté tous les ingrédients (dont le kafir qu’on trouve difficilement ici) pour vous faire un article pas à pas avec photos. Je suis rentrée tard hier soir et l’amoureux tout fier me dit « j’ai fait ta soupe froide mon amour »… Donc soit j’attends de retrouver du kefir, soit je vous fais un article avec seulement la photo du produit fini…

le 08/07/2015 à 10h00 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

J’ai été interpellée par le titre de l’article car il me correspond bien aussi ! Avant comme toi je passais tous les soirs une heure ou deux en cuisine. Depuis l’arrivée de bébé, c’est plus sportif ! J’essaie de trouver des idées de plats faciles et rapides mais quand même équilibrés.

le 07/07/2015 à 09h10 | Répondre

Margot

🙂 du coup, je vais finir par l’écrire mon article « comment concilier nourriture tout bio, flemme, et budget vraiment riquiqui! ». (et mari qui préférerait aller acheter de la viande dans un discount!) Mais oui, la nourriture c’est un vrai sujet quand tu t’interroges sur ta façon de manger, avec de multiples conséquences sur ton quotidien!
Poursuis ta croisade culinaire dans les pays du nord, et tu as raison de ne pas manger en travaillant ,ça donne des ulcères!
Il m’a donné trop faim ton article!

le 07/07/2015 à 09h22 | Répondre

Camille

On prend tous les articles, surtout quand ils sont intéressants comme ça 😉

Et je crois que Claire a donné faim à tout le monde 🙂

le 07/07/2015 à 10h12 | Répondre

Claire Gezillig

tu DOIS écrire cet article 😉
(j’ai faim aussi moi maintenant ^^)

le 07/07/2015 à 10h14 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je me retrouve parfaitement dans le côté flemme ! J’adore mangé par contre je n’ai pas du tout une passion pour la cuisine !
Et je fais parti de ces gens qui prennent des kilos rien qu’en regardant la gâteau au chocolat ! Mais je ne te déteste pas 😉

le 07/07/2015 à 09h31 | Répondre

Claire Gezillig

moi, j’aime bien cuisiner en général… Mais faut prendre le temps bien sûr…
Par contre, grosse flemme pour courir les magasins et les marchés, ça c’est sûr !

le 07/07/2015 à 10h24 | Répondre

Mademoiselle A

Je compatis, Mlle Fleur, je suis pareille (et les diabétiques dans la famille n’aident pas non plus) !

le 07/07/2015 à 17h52 | Répondre

Madame Lavande

Décidément Mme Gezillig j’adore tes articles ! Je me reconnais tout à fait dans ta description de la bobo-écolo-flemmarde.
J’aime beaucoup cuisiner, surtout le week-end, mais c’est vrai que je n’arrive pas toujours à aller au marché chaque semaine.
Je connais bien cette « tradition » des tartines à midi qui existe aussi en Belgique où j’ai habité pendant une peu plus d’un an, mais j’avoue que je ne m’y suis jamais fait. Chez nous c’est repas à l’extérieur le midi et souvent le soir j’ai tellement la flemme que je fais juste une salade composée rapide. D’ailleurs ta recette de la polenta est devenu un classique à la maison, je la prépare le dimanche et hop ça nous fait 3 ou 4 repas du soir facile (j’ai testé les dés de polenta poêlés dans une salade c’est top ;-))

le 07/07/2015 à 10h14 | Répondre

Claire Gezillig

oh, je trouve ça super que tu aies adopté la recette de l’amoureux… Faut vraiment que je teste les dés en salade !

le 07/07/2015 à 10h27 | Répondre

Mme Ebène

la version belge de ton coloc anglais est : « mais tu manges chaud 2 fois par jour?! ». ça me fait rire à chaque fois qu’on me fait la remarque! le belge mange ses tartines à midi même l’hiver. Chez nous aussi on aime manger et on se fait plaisir (nous on grossit bien par contre mais on préfère manger et courir que ne pas manger 🙂 ). On ne jure que par les plats maisons, mon mari est plutôt cuisine et moi je plutôt pâtisserie. Sans me qualifier de bobo, je partage assez tes points de vue sauf que pour la viande on a encore du chemin à faire.
P.S: votre rituel weekend donne trop faim, vous prenez toujours des couchsurfers?! 😉

le 07/07/2015 à 11h26 | Répondre

Claire Gezillig

Le site CS nous envoie plus personne (je crois qu’y a un bug dans leur système) mais on serait heureux de vous accueillir si vous avez envie de venir visiter Amsterdam 😉 (on est à 20 min en train)

le 07/07/2015 à 11h41 | Répondre

Mme Saphir

C’est marrant, parce que notre démarche est assez différente, et pourtant elle tend aux mêmes résultats que la tienne (conso locale et de saison) :
Aimant le jardinage, on fait un grand potager, qui suffit quasiment à nous fournir exclusivement en légumes (et en patates). Du coup, on ne mange que ce qui pousse en saison. L’été, on fait des conserves/confitures et on remplit le congélateur. Et l’hiver, on mange ce qu’on a stocké, plus les légumes d’hiver (poireaux, navets, choux). Pour la viande, on a commencé par prendre 2 poules pour les oeufs, puis on a eu des poussins qu’on a élevé pour manger, puis on a agrandi le cheptel. On achète quasiment plus de viande désormais. On ne produit que ce qu’on consomme, et on sait comment les bêtes ont été élevées et abattues.
Au départ, on a commencé à vivre comme ça plus pour le plaisir d’avoir un potager et quelques bêtes, et pour le plaisir de dire « c’est nous qui l’avons fait ». Mais quand on fait le bilan, on sait ce qu’on mange, on n’achète, à peu de choses près, plus de produits frais qui nécessiteraient du transport. Et quand on regarde nos poubelles, ça réduit considérablement les emballages, le transport, et nos poules sont ravies de s’occuper de nos restes alimentaires. Et quel bonheur de dire « tiens, aujourd’hui, c’est tout du jardin, sauf le sel !  »
ça demande du temps bien sûr, mais on le fait par plaisir, alors c’est tout bénef !

(Désolé pour le comm à rallonge!)

le 07/07/2015 à 11h54 | Répondre

Claire Gezillig

tu veux pas transformer ce commentaire à rallonge en un joli article ? Comment vous vous organisez m’intéresse 🙂
Par curiosité que pour faire de même, non seulement je n’ai pas de jardin mais en plus, je n’ai pas la main verte… Et l’amoureux est intolérant à la plupart des volailles 🙁 Mais je suis sûre que votre démarche pourrait inspirer (beaucoup de gens doivent se dire que c’est trop compliqué mais tu n’as pas l’air de le penser donc si tu peux le montrer, ça serait top !)

le 07/07/2015 à 12h56 | Répondre

Mme Saphir

Haha désolé pour le commentaire à rallonge … Une fâcheuse tendance à me rendre compte que j’ai raconté ma vie une fois que le commentaire est paru … Je pense que ça n’est pas une contrainte à partir du moment où on ne s’impose rien et qu’on fait les choses par plaisir. Il ne nous est jamais arrivé de dire « si on veut manger du fromage, il faut qu’on aille acheter du lait » … Quand on est pas motivés, on achète. Par contre, j’ai peur que ça ne soit pas racontable en un article … Nos productions vont de l’huile de noix aux andouillettes en passant par le miel et le beurre (uniquement quand on est motivés, le beurre, donc ya un moment qu’on en a pas fait^^) … Et pas sûre que les gens se projettent dans notre démarche, parce que ça peut paraitre très contraignant et compliqué ^^ ça n’inspire pas les gens autour de nous, ils sont plutôt motivés par le fait de manger nos saucissons que par le fait de les faire eux mêmes ^^

le 16/07/2015 à 10h04 | Répondre

Mme Ebène

Je plussoie pour les conseils potager! chez nous ça marche beaucoup moins bien :(. Entre nos mains tout sauf vertes, un sol pauvre et des limaces par milliers, nous avons juste réussi à avoir des radis et des fraises des bois. pas de quoi nous nourrir toute l’année…

le 07/07/2015 à 14h00 | Répondre

Mariounchka

Je me reconnais aussi pas mal dans ta description ! On essaie aussi de faire attention à ce qu’on mange ici, et j’avoue que pour la viande, j’ai de plus en plus de mal avec la viande de supermarché. J’ai la chance d’avoir près de chez moi une « ruche qui dit oui » et c’est super, une vente tous les 15 jours avec viande, produits laitiers, fruits/légumes de saison, je choisis ce que je veux. Après ça coûte quand même plus cher qu’au supermarché, alors on mange aussi moins de viande par exemple. Et il y a peu, j’ai découvert les yahourtières, tellement facile, j’étais épatée et ça vaut le coup avec des enfants je pense. Bref, peu à peu j’essaie aussi de faire attention à notre alimentation, en conciliant vie de famille et travail avec tout ça…

le 07/07/2015 à 14h21 | Répondre

Bibichu

Chez nous on cuisine tous les jours, toute l’année, tout le temps. Je suis une très grande gourmande (merci papa!), fais que je fais également beaucoup de dessert (en passant du gateau à étage à la crème dessert, et autre tartes ou dessert individuel). Déménager en Amérique du Nord a été un tel choc culinaire que nous nous battons bec et ongle à conserver notre façon de manger française (même si ça peut nous couter cher parfois). Nous sommes comme toi, les fruits et les légumes de saison uniquement (même si le Mexique n’est pas loin et que les fraises en hiver c’est tentant, mais bon…). Et parfois, si la flemme (ou plutôt la fatigue) arrive à grand pas, et bien, un concombre, des œufs ou bien du riz et c’est facile pour faire une petit repas grignotage. Il est vrai que le week-end ça nous arrive de sauter un repas. Enfin moi aussi j’aimerais réduire ma consommation de viande, fais que de plus en plus souvent nous mangeons des repas végétariens ou bien nous diminuons la quantité de viande dans certaines recettes.
Sinon pour tes crudités, nous ici nous les mangeons à la québécoise: carottes crues, poivron, choux fleur en petits morceau à croquer à volonté nature ou avec un peu de sauce type tatziki ou humus, c’est super!

le 07/07/2015 à 16h22 | Répondre

Stella

Je me reconnais bien dans ce que tu écris. Chez nous aussi on essaye de manger le plus possible bio et local et… enfin raisonnable quoi!

On achète la plupart de nos légumes et produits de base sur « la ruche qui dit oui » Pour les légumes, ils sont majoritairement bio et à un prix raisonnable, les laitages aussi, la viande en revanche est relativement chère mais on en mange peu!

Je cuisine au maximum et on achète presque jamais de plats préparés. Par contre j’aimerais réussir à me faire des menus pour la semaine mais c’est difficile!

En plus au boulot on a pas de quoi réchauffer et je vais donc devoir céder à la manière belge de faire, tartines (sandwich) le midi et chaud le soir. Autant en été ça ne me gêne pas, je m’emmène une salade ou je prends un sandwich autant cet hiver ne pas manger 2 fois chaud me parfait inconcevable! Comme les autres ont pu le dire, ici, les gens trouvent bizarre que je mange 2 fois chaud!

le 14/07/2015 à 12h48 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?