Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Mes rituels de l’été


Publié le 26 juin 2017 par Nya

En matière de météo, on ne peut pas dire que je sois difficile : j’aime toutes les saisons. Ma préférée d’entre toutes est le début de l’automne avec les couleurs qui changent, puis vient l’hiver et les activités de neige me remplissent de joie, le printemps me donne de l’énergie avec la vie qui revient… Mais l’été est particulier. Ce n’est pas ma saison de prédilection, mais je lui trouve une ambiance unique. Au fil des ans, j’ai développé des petits rituels pour cette saison qui fait office de parenthèse enchantée où l’esprit des grandes vacances de mon enfance flotte toujours un peu.

Vivre en short et en tongs

Même si ma météo préférée est celle où on peut se promener en pull au soleil (souvent en automne, donc), j’adore remiser pantalons, chaussures fermées et chaussettes au placard une fois le mois de juin venu.

En 2006, pendant mon année d’études en Nouvelle-Zélande, j’ai enchaîné trois hivers : un hiver dans l’hémisphère nord, un dans l’hémisphère sud, et rebelote dans l’hémisphère nord ! Pas facile. Je t’avoue que depuis, je suis toujours un peu étonnée de pouvoir vivre le plus court vêtue pendant trois mois. Étonnée, et émerveillée.

C’est pourquoi je choisis une garde-robe qui expose le plus de peau possible à la douceur du soleil, sans me prendre la tête : je choisis un short, une jupe, quelques tee-shirts, une bonne paire de sandales, remise tout le reste de ma garde-robe à la cave et je suis parée pour l’été !

Regarder Forrest Gump

Quand j’étais petite, ma mère avait des principes assez stricts et jusqu’en terminale à un âge assez avancé, je devais être au lit à 21 heures. Autant te dire que je n’ai pas souvent regardé de films pendant l’année scolaire. Les films, pour moi, c’était uniquement l’été. Du coup, je me rattrapais en regardant autant de fois que possible les VHS que j’aimais et qui avaient l’autorisation parentale. C’est ainsi que Forrest Gump est devenu mon film de l’été. Parce qu’il est positif, un peu naïf, un film pour être de bonne humeur, avec une ambiance qui me rappellera toujours ce sentiment de liberté à pouvoir regarder la télé pendant les grandes vacances.

Et donc depuis ce temps-là, je regarde Forrest Gump tous les étés.

Les siestes dans l’herbe

Voilà un plaisir purement estival : une serviette de plage, une pelouse, un coin d’ombre et hop, il ne m’en faut pas plus pour me livrer à une sieste absolument dénuée de culpabilité.

La brise qui caresse la peau, le soleil qui réchauffe malgré l’ombre, les oiseaux qui chantent : une parfaite image d’Épinal de la sieste. Et si je suis au bord de l’eau, c’est encore mieux ! La sieste, c’est le moment sacré de l’été, celui où on a le droit de se reposer.

Lire Le Trône de Fer

La saga du Trône de Fer, qui a inspiré la série télé Game of Thrones comme tu le sais sûrement, c’est mon livre de l’été. Et quel livre ! Je lis la version anglaise, déformation professionnelle oblige, qui compte cinq volumes colossaux.

Chaque été, je poursuis la saga à raison d’un tome. Ce n’est pas de la grande littérature, mais suffisamment passionnant pour avoir envie d’y consacrer un mois entier. Ce n’est pas léger, loin de là, mais assez divertissant pour reprendre la série où j’en étais restée l’année précédente. Alors oui, les premières pages, ça patine un peu parce qu’il y a trois mille personnages et qu’il s’est passé 700 rebondissements dans le tome précédent, mais les personnages du Trône de fer, ce sont un peu comme les copains du camping qu’on retrouve chaque année : on a tous un peu grandi de notre côté, mais ça fait plaisir de se revoir.

Étendre le linge dehors

Dans la famille des tâches ménagères que j’aime réellement faire en été, je demande : la corvée de linge. Le plaisir que j’ai étendre mon linge en été est inversement proportionnel à ma répugnance à cette tâche en hiver : en hiver, il faut sortir l’étendoir, trouver un coin de la maison où il n’encombre pas et où le chien ne l’atteindra pas, jouer à Tétris en trois dimensions pour tout caser, parfois recourir à des stratégies créatives si on a fait deux machines coup sur coup (mettre à contribution des chaises, la rambarde à l’étage ou même tout suspendre tout mouillé dans le placard, sur des cintres), attendre trois jours que les vêtements soient secs, supporter l’odeur d’humidité et une fois le tout rangé, il faut encore replier ce maudit ustensile. Et recommencer. Encore et encore.

En été, on déroule la corde à linge et c’est parti : on étend le linge en une belle ligne, on fixe avec des pinces à linge et le vent et le soleil feront le travail. Avec assez de vent, le linge n’aura pas besoin d’être repassé et surtout il sentira le propre, quelle que soit la lessive employée !

Et surtout, un corollaire essentiel au fait de pouvoir étendre son linge dehors : il fait grand beau, signe annonciateur d’une sieste sur la pelouse (voir plus haut) ou d’une séance d’observation des étoiles (voir plus bas).

Aller à un festival de musique

J’ai grandi à la montagne, dans une région où pour aller voir un concert d’envergure, il fallait faire au minimum une heure de route, sinon trois. Je n’ai jamais eu l’habitude d’aller en concert comme on va prendre un café, et ces moments restent spéciaux.

Encore plus spéciaux sont les festivals, qui fleurent bon la chaleur humaine, le soleil qui se couche à 22 h 30, l’exaltation d’un moment à part. Points bonus si en plus, on reste dormir sous la tente dans l’enceinte du festival.

Bref, chaque année, je me fais un devoir d’aller à un festival.

Ici, The Offspring au Festineuch de Neuchâtel en 2013 !

Regarder les étoiles filantes

Certes, on peut voir les étoiles en toute saison. Mais ce n’est pas le cas des étoiles filantes.

Tous les étés, que ce soit en camping ou d’une soirée en montagne ou à la plage, je mets un point d’honneur à prendre au moins une soirée pour contempler le ciel nocturne. Dans mes montagnes natales, j’allais à côté d’un observatoire; maintenant, au Canada, je vis à proximité d’une réserve de ciel étoilé.

Être allongée dans l’herbe, plonger dans la nuit, admirer la voie lactée, essayer de reconnaître les constellations et me souvenir de notre place minuscule dans l’univers… J’adore ce moment poétique de remise en perspective. Sans compter que je fais toujours un vœu ou deux à la vue d’une étoile filante.

Et toi, tu aimes l’été ? Raconte-moi tes petites habitudes estivales !

Toutes photos : photos personnelles

Commentaires

6   Commentaires Laisser un commentaire ?

sarah (voir son site)

sympa ces petites habitudes, pour ma part j’adore prendre mon petit dej sur ma terrasse chauffée par le soleil du matin qui ne tape pas encore trop fort, et rebelotte pour une bonne coupe de glace au gouter et un petit mojito le soir. (j’aime ma terrasse !), l’été chez moi c’est le retour de la rando (au printemps avec la boue de la neige c’est pas top) et de la plongée ! et sinon je suis aussi adepte de la sieste mais pas dans l’herbe (je sais pas comment tu fais avec les insectes…) j’adore me camoufler dans ma couette bien fraiche plutôt ! et la petite dernière, je prends souvent 1 ou 2 matinée ou je me lève tôt pour aller prendre des photos de la vie qui s’éveille 🙂

le 26/06/2017 à 08h50 | Répondre

Nya (voir son site)

Je me reconnais fort dans le passage sur la terrasse… Moi aussi j’emménagerais dehors si je pouvais (il faudrait vivre H24 avec des millions de colocataires pas sympas… les moustiques). Chapeau pour le courage de te lever tôt, mais c’est que le lever du soleil est un moment vraiment spécial…

le 28/06/2017 à 12h55 | Répondre

Delphine

Bonjour, c’est la première fois que je commente ici bien que je connaissance ce site depuis un bon moment. ^^
Cet article me parle puisque je suis une fille de l’été (je suis née au mois d’août).
Même si chaque saison a son charme, je me réjouis toujours des journées qui se rallongent et qui sont la promesse de beau temps.

Je me suis tellement reconnue dans le paragraphe du linge ! N’ayant pas de sèche-ligne, ma hantise chaque hiver est de ne pas trop accumuler de retard dans le linge. Et même comme ça, je renonce à laver tout ce qui est volumineux (rideaux, couvre-lit ou couvertures) en hiver car j’ai déjà fort à faire avec le linge récurrent (vêtements, draps, serviettes et linge de table).

Ce qui me plaît avec l’été, c’est d’alléger les couches de vêtements. Même si les détracteurs diront qu’en hiver on peut toujours multiplier les épaisseurs pour se réchauffer, alors qu’en été une fois en débardeur il n’y a plus rien à enlever. ^^

En été, j’aime l’absence des lessives de chaussettes, j’aime quand mes longs cheveux sèchent rapidement à l’air libre, j’aime ne pas attendre que l’eau chauffe pour me laver les mains, j’aime partir sans me trimbaler mon manteau, j’aime démarrer ma voiture sans avoir à gratter le givre et sans la faire préchauffer.

Non vraiment l’été, c’est une saison qui mérite d’être appréciée ! <3

le 26/06/2017 à 21h39 | Répondre

Nya (voir son site)

L’absence de lessive de chaussettes, je dis oui ! Et de chaussettes tout court, d’ailleurs… Mes orteils aiment vivre liiiibres et en sandales autant que possible !

le 28/06/2017 à 12h57 | Répondre

Choupichette

J’aime vraiment ce genre de petites habitudes. Au delà de ritualiser un moment/événement/saison… ça permet de s’en imprégner totalement et je trouve que ça aide à vivre le moment présent dans nos vies qui vont à 100 à l’heure
Pour l’été j’aime :
-Ressortir tous mes cosmétiques aux odeurs de monoï. Mon homme déteste par ce que ça lui rappel « le sable qui colle » mais moi ça me transporte instantanément
-Je me vernis les petons. Chose que je ne fais jamais en hiver
-Je suis aussi une adepte de la sieste mais plutôt comme sarah : sous la fraicheur de ma couette, dans la pénombre de ma chambre avec la fenêtre ouverte juste assez pour laisser passer une brise
-Mon style musical change (je passe du métal/rock à des rythmes plus entrainants)
-Le retour des salades composées ! et des fruiiiiiits !! je ne mange que ça !

Je suis certaine que je mets en place d’autres « rituels » dont je ne me rend même pas compte 😀

le 27/06/2017 à 10h19 | Répondre

Nya (voir son site)

J’adore l’odeur du monoï ! C’est une excellente idée d’associer un parfum à une saison 🙂
En parlant de brise, voici un autre rituel : prendre ma douche avec la fenêtre ouverte (on se rassure, il n’y a pas de vis-à-vis). J’ai immédiatement l’impression de prendre ma douche à la plage !
Et mille fois oui aux salades composées et aux petits plats frais et sains 🙂

le 28/06/2017 à 13h00 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?