Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Mon tour d’Europe en train : épisode 1, l’Europe de l’Est


Publié le 25 septembre 2014 par Nya

Après t’avoir raconté comment j’ai osé partir deux mois seule pour un grand voyage, voici le récit de mon périple, avec quelques conseils.

Destination l’Europe du Nord et de l’Est : Russie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Allemagne, Danemark, Suède, Pays-Bas

Durée : sept semaines entre février et avril 2014

Budget : environ 2500 euros

Le concept du voyage

Faire un tour des grandes villes européennes avant d’émigrer au Canada.

Voyager uniquement par voie terrestre parce que :

  • j’ai l’habitude de prendre l’avion, mais je n’aime pas ce moyen de transport
  • le chemin doit être tout aussi intéressant que la destination

Alpes autrichiennes

Se réveiller dans les Alpes autrichiennes après être parti de Nice la veille au soir, c’est pas le bonheur ça ?

gare de Minsk

En gare de Minsk, le cyrillique fait son apparition

Si j’avais eu un budget illimité, j’aurais probablement fait un tour du monde concentré mes efforts sur les pays nordiques (si tu te souviens, mon voyage de noces s’était déroulé en Laponie finlandaise). Mais comme ce n’était pas le cas, j’ai panaché avec des pays d’Europe centrale et de l’Est. Grand bien m’en a pris, car c’est finalement cette partie du voyage que j’ai préférée. Aujourd’hui, je t’emmène de la Russie à la Pologne.

Je voulais voyager à petit prixn et j’ai donc dormi en auberge de jeunesse ou couchsurfé. Pour me déplacer, j’ai pris le train, le car ou covoituré.

train russe

Ce que j’ai vu

Partie de Lyon en février 2014, je suis arrivée à Moscou 47 heures plus tard. Il existe un train direct entre Nice et Moscou. C’est de ce train qu’est né mon voyage, car je rêvais de faire ce long périple.

Une fois arrivée à Moscou, les possibilités étaient immenses. Le retour le long de la Baltique s’est imposé ou presque, de grandes villes en grandes villes.

Mon trajet en Europe

En bleu, les trajets en train. En violet, ceux en car. Et en orange, le covoiturage.

Moscou

Je suis restée seulement sept jours en Russie pour m’éviter certaines formalités embêtantes quand on voyage seul. J’ai été hébergée par un couple de Moscovites, amateurs de jeux de société, à une heure de métro du centre, une broutille pour eux !

Le cyrillique et le fait que les Russes ne parlent pas vraiment anglais (et ont tendance à te laisser crever la bouche ouverte n’y mettre aucune bonne volonté) m’ont un peu limitée. Je n’ai pas osé m’aventurer vers des sites intéressants en banlieue, de peur de me retrouver littéralement perdue au milieu de nulle part.

Je me suis donc concentrée sur la zone de la Place rouge et des berges de la Moskva, déjà assez dépaysante comme ça, avec tous ces clochers à bulbes et ces bâtiments magnifiques.

Moscou

Moscou

Moscou

Saint-Pétersbourg

Je rejoins ensuite Saint-Pét’ en train. Pas en train de nuit, hélas : cela me revenait plus cher qu’un voyage en TGV local et une nuit en auberge. Je passe une nuit à la minuscule auberge Baby Lemonade car mon train arrive vers 22 heures. J’ai visité l’Ermitage sans faire la queue (véritable exploit digne du Livre des records) et exploré le centre-ville.

J’étais hébergée en périphérie de la ville, dans une maison centenaire au milieu de la campagne ! Dépaysement garanti. Mon hôte dirigeait un chœur dans une église orthodoxe, et elle m’a invitée à fêter la Chandeleur avec sa paroisse, un beau moment.

Saint-Pétersbourg

maison russe

Saint-Pétersbourg

Tallinn

Après la Russie peu facile d’accès, Tallinn était un pur régal ! C’est une petite ville où tout se fait à pied, avec un centre historique mignon et désert, et des quartiers périphériques intéressants : quartier diplomatique, quartier industriel-bobo-rénové, quartier moderne pour le shopping, et même un ancien bunker/opéra soviétique !

Je logeais à la mythique auberge Tallinn Backpackers, autrefois repaire de fêtards, mais heureusement si calme en cette fin de février… que j’étais la seule cliente ! Je la recommande, ne serait-ce que pour le sauna divin après une journée glaciale à arpenter le pavé !

Tallinn

Tallinn

Riga

La seule déception du séjour. J’ai un peu bâclé la visite sous un temps maussade, et j’en garde une image très sombre… J’étais hébergée par une lycéenne un peu blasée qui n’appréciait pas forcément assez sa ville pour me la faire visiter avec amour, malheureusement.

Riga

Vilnius

J’ai a-do-ré ! Je suis tombée par le plus grand des hasards pendant la Saint-Casimir, une immense foire d’origine médiévale qui envahit la ville entière pendant trois jours. Je logeais à l’auberge Fabrika, à deux pas de la rue principale, c’était parfait.

À Tallin, j’avais dû faire un choix : privilégier Riga ou Vilnius pour éviter de trop courir, et on m’avait dit du bien de la capitale lituanienne. J’ai trouvé cette ville très intéressante, sûrement grâce à la foire, mais aussi parce qu’elle est faite de petits quartiers très distincts : la vieille ville, la ville nouvelle de l’autre côté du fleuve, la république d’Uzupis et ses artistes…

Vilnius

Vilnius

Vilnius

Cracovie

Après Vilnius, je devais rejoindre ma mère qui venait m’accompagner quelques jours à Cracovie, loin, très loin de là. Me voici donc partie pour dix heures de car pour relier Varsovie. Mais quels cars : mieux que l’avion ! Prises électriques, wifi, écrans individuels avec choix de films et musique et même de la place pour les jambes… royal !

À Varsovie, je suis hébergée par une sympathique Polonaise, qui poussera la gentillesse jusqu’à m’aider à acheter mon billet de train. Cinq heures de train plus tard, me voici à Cracovie, où je m’arrêterai une semaine entière.
C’est de loin la ville la plus touristique du lot, mais c’est mérité : Cracovie est une ville magnifique d’un point de vue architectural et avec beaucoup de sites à voir, comme les mines de sel de Wieliczka, le musée souterrain sous la Grand Place, l’héritage juif et celui de la deuxième guerre mondiale. On se régale pendant cinq jours !

Avec ma mère, pas question de camper sur un canapé : direction la pension Globtroter, un peu vieillotte mais parfaitement située.

Cracovie

Cracovie

Ma mère repartie, je reste deux jours de plus, chez un couple de Polonais hyper sympas. Je tenais à faire une visite, malheureusement galvaudée par les tours-opérateurs, à une heure de Cracovie, qui revêtait pour moi des allures de devoir de mémoire, une plongée dans l’Histoire à laquelle rien ne prépare.

P1190562

Wroclaw

Petite ville très mignonne, Wroclaw se prononce « Brrrostlav » et est plus touristique qu’il n’y paraît. Sa grand place est aussi immense que superbe, et elle a une particularité : des statues de nains, qui surgissent à l’improviste dans le centre-ville, installées par on ne sait qui… On en compterait plus de 200 !

Je loge à l’auberge Grampa’s Hostel.

Les nains de Wroclaw

Les nains de Wroclaw

Mes moments préférés :

À Saint-Pétersbourg, me retrouver invitée à l’opéra à regarder Eugène Onéguine en russe pendant trois heures avec des amis de mon hôte : un père et ses deux enfants, tous non anglophones, que je ne connaissais ni d’Ève ni d’Adam. Ils ont poussé la gentillesse jusqu’à me raccompagner dans la campagne russe au milieu de nulle part, chez mon hôte qui vivait dans une maison vieille de 100 ans chauffée au poêle à bois. LE dépaysement.

Le voyage en train était incroyable. J’ai adoré traverser l’Europe de cette façon.

Mes conseils :

  • Apprendre des rudiments de cyrilliques pour s’orienter en Russie.
  • Se renseigner sur les visites gratuites (« free tour »).  Un excellent moyen de découvrir une ville à moindre frais (je donnais environ 5 euros de pourboire).
  • La période février-avril est synonyme de basse saison partout, ce qui est parfait pour ne pas être noyé dans une masse de touristes et avoir le choix des hébergements. Quant au mauvais temps… J’ai eu littéralement 5 jours de pluie en deux mois de voyage !

Les formalités :

  • Il faut un visa pour aller en Russie, mais aussi un visa de transit pour traverser la Biélorussie. En passant par une agence, cela revient à 200 euros pour les deux.
  • Une fois de retour dans l’Union européenne, tout est semblable à ce qu’on connaît ou presque : eau potable, électricité… Presque tout le monde parle anglais. En revanche, il faut changer des devises hors de la zone euro.

La prochaine fois, je te raconterai la partie en Europe du Nord !

Et toi, tu as déjà visité l’Europe de l’Est ? Tu as des lieux (visites, hôtel) à conseiller ? Quels sont tes meilleurs souvenirs de voyage ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

12   Commentaires Laisser un commentaire ?

Margot

youhouuu j’adore les récits de voyages!

le 25/09/2014 à 09h05 | Répondre

Die Franzoesin

Oh un voyage comme je rêverai de le faire ! J’ai hâté de lire la suite. D’autant plus qu’a priori tu es passée tout prêt de chez moi !!

le 25/09/2014 à 11h20 | Répondre

Margot

oui ça donne vraiment envie, une fois la thèse finie par ex… et j’adore aussi voyager en train.
Tu habites où en Allemagne die Französin? (je suis prof d’allemand… dans une autre vie de non thésarde)

le 25/09/2014 à 15h42 | Répondre

Die Franzoesin

Bonjour Margot ! Je te repondrai volontiers en message privé !

le 26/09/2014 à 09h56 | Répondre

Margot

Hey, avec plaisir, mais comment fais-je pour t’envoyer mon adresse en privé justement?

le 26/09/2014 à 15h03 | Répondre

Die Franzoesin

Hi hi la voici : Die.franzoesin@gmail.com

le 26/09/2014 à 16h14 | Répondre

Jaseur Boreal (voir son site)

Bonjour – labdien,
Lors de votre prochain survol-sprint en Lettonie,
prenez le temps de vous y « re-poser »,
n’hésitez pas à nous questionner,
pour enchanter vos curiosités.

la Lettonie, est le pays champion du monde pour l’organisation de grandes chorales géantes : 15.000 choristes, 460 chorales venues de 74 pays , chantant d’un seul c(h)oeur le 13 juillet 2014 pendant près de 3 heures. Et ils refont cela tous les cinq ans .

Et beaucoup d’autres enchantements … dont des connivences trés fortes avec le Quebec ….
@+

le 25/09/2014 à 18h16 | Répondre

Dja

Wahou ! C’est un voyage que j’aimerais tellement faire !
A chaque fois, c’est les soucis d’argent …. Raaaa ! J’y arriverai un jour, j’y arriverai !

Pour l’instant, je me « contente » de ma vie d’expat’ au Canada, et je visite au fur et à mesure les provinces alentours ! D’ailleurs, je crois avoir compris que vous aviez emménager au Canada. Si jamais, tu veux venir visiter les maritimes, sache que tu es la bienvenue en Nouvelle-Ecosse !

le 29/09/2014 à 02h56 | Répondre

Nya (voir son site)

Il y a de belles possibilités de voyage au Canada aussi ! Nous y emménageons dans trois semaines, et on sera voisines (à l’échelle continentale) puisqu’on va s’installer à Moncton 😀 Tu vis à Halifax ?

le 29/09/2014 à 10h15 | Répondre

Dja

Nope, sur la baie de Fundy, à côté de Grand Pré, Kentville et tout. J’enseigne à l’université Acadia, à Wolfville !

Ah Moncton, c’est si proche (pour l’échelle canadienne haha!)

le 04/10/2014 à 04h37 | Répondre

Nya (voir son site)

Il FAUT qu’on se rencontre une fois que je serai de l’autre côté ! Quelle était la probabilité pour qu’on ait une lectrice précisément dans la baie de Fundy ? 😀

le 04/10/2014 à 13h58 | Répondre

Dja

Haha ! Ce serait avec plaisir !
Les lectrices sont « everywhere »!

le 04/10/2014 à 21h57 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?