Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Notre-Dame en flammes


Publié le 24 avril 2019 par Madame Parenthèses

Lundi 15 avril 2019, vers 18h50, Notre-Dame de Paris a pris feu.

Crédit photo : 139904 (Creative Commons)

Lorsque j’ai appris ce qui était en train de se passer, vers 20h50, j’ai ouvert mon navigateur. Les images de la flèche en train de s’effondrer m’ont brisé le cœur.

Peut-être parce que je suis Parisienne depuis toujours ? Peut-être parce que j’ai étudié l’histoire de l’art, et que Notre-Dame figure évidemment en bonne place des cathédrales étudiées en architecture du Moyen-Age ? Peut-être parce que j’ai reçu une éducation catholique, même si je ne suis pas croyante depuis de nombreuses années ?

En tout cas, j’ai pleuré devant ce spectacle lugubre. Je n’ai évidemment pas passé une bonne soirée. J’ai lu jusqu’à 22h20, puis je n’ai pas résisté aux sirènes d’Internet, et je suis revenue parcourir le site du Monde.

Heureusement, la situation était passée de « désespérée » à « en cours d’amélioration ». Cela m’a aidé à ne pas dormir trop mal. Mais le lendemain, une boule s’était formée dans mon ventre et ne m’a pas quittée jusqu’au soir. Elle a fini par rétrécir aujourd’hui, 3 jours après la catastrophe.

Notre-Dame représente tellement. Pour les chrétiens, c’est un lieu de culte quasi incontournable de Paris. Pour les Parisiens, c’est un édifice majestueux, qui fait partie du paysage urbain depuis plus de 850 ans. Pour tous, c’est un témoignage architectural de l’art religieux européen du Moyen-Age, un haut-lieu du tourisme et un digne symbole de la France. Notre-Dame est un joyau, que dis-je, un coffre au trésor. Qui contenait tant de merveilles en son sein et sur ses murs. Certains perdus à jamais, comme des vitraux, la charpente ou la flèche. D’autres miraculeusement rescapés, comme le coq qui ornait la flèche, ou sauvés grâce aux pompiers, comme le trésor de la cathédrale.

Je veux tout particulièrement saluer le courage quotidien de ces derniers. Leur intervention sur cet incendie a été décisif, c’est grâce à eux que Notre-Dame ne s’est pas écroulée irrémédiablement sur elle-même. Les 400 pompiers qui ont travaillé pendant plusieurs heures d’affilée pour venir à bout du feu ont accompli un exploit. Il n’existe pas de mot assez fort en langue française pour exprimer toute ma gratitude à leur égard.

Notre-Dame fait partie de notre histoire, de notre patrimoine, de ce que nous allons léguer à nos enfants et à leurs enfants, au même titre que la planète sur laquelle nous vivons. Déjà, elle ne sera plus jamais comme avant ; la Notre-Dame que nous avons connue ne sera pas celle avec laquelle nos enfants grandiront. J’espère que dans vingt ans, cet incendie ne sera qu’un mauvais souvenir, et que la cathédrale se dressera de nouveau fièrement sur l’île de la Cité, avec sa nouvelle flèche et son nouveau toit. Des catastrophes, elle en a connues ; des meurtrissures, elle en a subies. Ce cauchemar finira par s’effacer, prendra place dans la longue liste des événements marquants de l’histoire de ce bâtiment exceptionnel.

Lundi 15 avril 2019, Notre-Dame de Paris a pris feu.

Si tu veux participer à la restauration de Notre-Dame de Paris, la Fondation du Patrimoine a mis en place une collecte. Chaque euro compte, alors d’avance, un très grand merci.

Commentaires

6   Commentaires Laisser un commentaire ?

Rigel

J’ai été totalement bouleversée également. Ce n’est pas juste un bâtiment qui brûle, ce sont des siècles d’histoire, ce sont des heures de travail d’hommes qui ont mis leur art et leur talent au service de Dieu en bâtissant ce monument. Ce qui m’a fait le plus mal, c’est notre incapacité à transmettre ce patrimoine intact. La cathédrale a eu son toit pendant plus de 800 ans, et voilà, nous ploucs arrogants du XXIe siècle réussissons à l’enflammer.
Je ne veux pas d’une cathédrale plus belle encore, je veux juste récupérer ma cathédrale, et dire à mes enfants : elle, Notre-Dame, se trouvait là bien avant nous et restera là pour de nombreux siècles encore.

le 24/04/2019 à 07h33 | Répondre

Madame Parenthèses

Moi aussi, cet aspect m’a fait mal au coeur. La cathédrale a failli être détruite plusieurs fois, mais je pensais qu’elle était à l’abri désormais. De toute évidence, non.

le 24/04/2019 à 11h15 | Répondre

Athéna

Ici nous étions en plein repas de famille chez mes beaux parents quand nous avons appris la nouvelle.
Belle famille très croyante et pratiquante, je te laisse imaginer l’effondrement total, surtout en ce lundi de semaine sainte.
Nous avons beau être bien loin de Notre Dame de Paris, c’est un monument de notre religion qui s’effondre et ça fait toujours mal.
Surtout un monument de cette ampleur.
Pour moi c’est un endroit de recueillement et de prière incontournable, ça fait partit des choses à voir absolument dans sa vie, au même titre que Lourdes et le Vatican. C’est une sorte de lieu de pèlerinage.
Et même si elle va être reconstruite, ce ne sera jamais totalement pareil, il n’y aura plus les même vibrations énergétique qu’avant, elles seront différentes.

Le plus important restant quand même qu’il n’y est eu aucune perte humaine à déplorer.
Pour ma part j’ai donner ce que je pouvais dès le lundi soir via la plate-forme Dartagnans.fr c’est un site où j’ai l’habitude de donner, ils font des cagnottes de crowdfunding pour restaurer des monuments du patrimoine. Ils ont récolté à eux seul
98332€ qu’ils vont reversé pour la reconstruction de Notre Dame.

le 24/04/2019 à 11h03 | Répondre

Madame Parenthèses

C’est très généreux de ta part. Aujourd’hui, la cagnotte a largement atteint son objectif je pense, et c’est grâce aux dons de chacun. Mais je suis d’accord que Notre-Dame ne sera plus jamais la même…

Je connais Dartagnan, c’est un chouette site pour le patrimoine. Perso, j’utilise Teaming pour un don régulier.

le 24/04/2019 à 11h13 | Répondre

Mme Lau

Le début de ton article me correspond tout à fait aussi : parisienne de naissance (jusqu’à 20 ans puis j’ai quitté mais je reste assez attaché même si je n’ai pas envie de revenir y vivre), étude d’histoire de l’art puis de valorisation du patrimoine et éducation catholique et toujours croyante même si plus trop pratiquante.
J’ai été profondément choquée et attristée mais malheureusement je pense que ça devais arriver un jour vu qu’il n’y a pas forcément beaucoup de contrôle et de mesure lors de la rénovation de monuments historiques mais ça va peut-être faire bouger un peu les choses.
Ce qui m’a le plus choqué ce n’est peut-être même pas l’incendie mais les réactions de certaines personnes qui disait que ce n’était que des pierres et que ce n’était pas grave…
Maintenant place à la reconstruction mais j’appréhende déjà les polémiques qu’il va y avoir…

le 24/04/2019 à 20h23 | Répondre

Madame Parenthèses

C’est vrai que le patrimoine n’est pas beaucoup prioritaire dans le budget de l’Etat actuellement.

Pour les réactions des personnes, je pense qu’il ne faut pas tomber dans le piège de vouloir hiérarchiser les catastrophes. Les attentats contre les chrétiens du Sri Lanka qui ont eu lieu quelques jours après sont tout aussi graves et atroces, et il est tout à fait normal de s’en indigner, de pleurer et de compatir à la douleur de ceux qui ont été touchés par ce drame. Cela ne touche pas aux mêmes sensibilités et dans un cas, on parle de vies humaines, dans l’autre d’un patrimoine qu’on transmet depuis des générations. La perte des deux est terrible, et il faut se battre pour que de tels événements ne se produisent plus.

le 25/04/2019 à 11h25 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?