Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

J’ai le vertige


Publié le 5 juillet 2019 par Doupiou

Je me doute bien qu’un grand nombre de personnes vivent avec le vertige. C’est une peur assez « classique » je pense, au même titre que celle pour les araignées (par contre je n’ai pas du tout peur des araignées !).

Bien sûr, je ne suis pas confrontée à ma phobie tous les jours ! Néanmoins, c’est une peur qui m’handicape dans ma vie quotidienne, surtout dans mes loisirs

Le point de départ

J’habite dans un département très montagneux où la randonnée est le loisir ultime. Je ne te parle pas de la petite balade en forêt, quand on part en rando c’est toujours avec un équipement strict.

Depuis toute petite, mes instituteurs étant férus de randonnées, je partais avec mon école un moins une fois par mois. Je n’avais jamais ressentie le vertige avant cette randonnée qui m’a terrorisée.

Je m’en rappelle comme si c’était hier, il fallait longer une grande paroi rocheuse sur le flan de laquelle était accrochée une grosse chaîne. Avant de prendre ce passage dangereux, le guide nous avait bien mis en garde : nous avions un reposoir d’environ quatre-vingt centimètres à nos pieds, la paroi et la chaîne sur notre gauche et à droite : le vide. Il ne fallait surtout pas regarder en bas bien sûr.

Lorsque je me suis lancée, j’ai accroché la chaîne mais sans avoir peur. Puis mes yeux se sont posés sur le précipice. Je savais pourtant qu’il ne fallait pas regarder mais c’était plus fort que moi, comme si quelque chose m’attirait en bas.

Et je suis restée bloquée, complètement tétanisée. Après avoir été aidée par le guide, je suis tombée en larmes une fois sortie d’affaire, complètement en état de choc.

Est-ce que cette expérience a été l’élément déclencheur de mon vertige ? Ou étais-je déjà atteinte de cette phobie avant sans avoir jamais eu l’occasion de le remarquer ? Je t’avoue que je n’en ai aucune idée…

Comment le vertige se manifeste

Je pense que j’ai des symptômes tout à fait classiques. Cela commence par une sensation de mal être, la tête qui tourne et des nausées.

Si je continue malgré les premiers signes, mes membres se tétanisent. Je reste coincée, incapable de faire un mouvement.

Par une fois, alors que j’avais commencé la traversée d’un (magnifique) pont très haut, je suis restée bloquée en plein milieu. Je me suis mise à ramper sur le sol car mes jambes ne pouvaient plus avancer. Cela a fini en crise de panique et trou noir : mon mari est venu me chercher alors que je suis tombée dans les pommes…

Crédit photo : Alexas Fotos (Pixabay)

L’handicap quotidien

Comme je te le disais dans l’introduction, je ne suis pas constamment mise en face de mon vertige. Cependant, ma phobie est suffisamment développée pour me pourrir quelques acte du quotidien.

Du tourisme ? Ok s’il n’y a pas de monuments en hauteur à visiter. Ce qui a le don d’agacer fortement mon mari qui adore monter sur les toits des plus hauts bâtiments pour admirer la vue. Bin du coup, je l’attends en bas ….

Le problème c’est que j’arrive même à avoir un malaise juste à regarder un monument trop haut (oui j’ai fais un malaise au pied de la Tour Eiffel…)

J’ai même fait un malaise en montant une tour dont je ne voyais pas l’extérieur.

Ensuite, je dois faire une croix sur mes randonnées préférées. Je suis cantonnée aux promenades sans passages difficiles et lorsque mes proches veulent faire une randonnée plus sportive, soit je reste à la maison soit on cherche un passage moins compliqué pour moi.

Un autre dommage que je n’aurais pas pensé : l’achat d’un bien immobilier. Mari Barbu et moi avons du refuser certains biens car trop hauts. Entends trop haut = deuxième étage. Le premier étage est mon seuil limite !

Quelles solutions ?

J’ai essayé diverses « solutions » alternatives : sophrologie, yoga, acupuncture… Mais rien de concluant.

Puis j’ai poussé la porte d’un psychothérapeute hypnothérapeute mais la séance n’a rien donné non plus.

La prochaine étape est d’aller consulter un ORL pour vérifier l’oreille interne, dont le dérèglement peut occasionner le vertige.

Et toi ? As-tu le vertige ? Est-ce qu’il t’handicape au quotidien ? As-tu des solutions à proposer ? Dis-nous tout !

Commentaires

4   Commentaires Laisser un commentaire ?

Sarah

Oula en effet c’est plutôt violent si tu t’évanouie comme ça, je ne savais pas qu’on pouvait en arriver jusque là avec le vertige mais je compatis étant moi même hématophobe, je m’évanouie facilement et c’est chiant.
J’ai appris récemment que le vertige pouvait « s’attraper » à n’importe quel âge et je t’avoue que c’est ma trouille sachant que j’adore les randonnées engagées.
Je t’aurais bien conseillé de voir un hypnothérapeute mais si c’est déjà fait, sinon les thérapeutes spécialisés en TCC ont aussi une approche particulière pour comprendre comment ton cerveau réagit et analyse une situation.
J’espère que tu trouveras une solution qui te permette de vivre plus sereinement avec ou sans le vertige!

le 05/07/2019 à 08h38 | Répondre

Mary

Je travaille dans une tour au… 36ème étage 😉

le 05/07/2019 à 19h15 | Répondre

Elodie

Qu’est ce que je comprends !
Mon vertige à moi à commencé sur la Tour Eiffel !
Et depuis, il n’a fait qu’empirer.
J’ai pourtant lutté et essayé de me dépasser jusqu’à la limite de trop.
Aujourd’hui, c’est devenu un vrai handicap. Même passer sur un pont en voiture commence à générer des crises d’angoisse.
Comme toi, ça en devient handicapant pour mon mari qui a dû apprendre à me gérer dans ces cas là.
On m’a conseillé la thérapie cognito comportementale. Il paraît que ça a de bons résultats. Je vais essayer et j’espère que je pourrait enfin passer au dessus de ça !

le 05/07/2019 à 23h03 | Répondre

Rusalka

J’ai un peu de vertige moi aussi, surtout en rando (j’aime bien monter, mais redescendre est une autre paire de manches quand je vois l’aplomb et le dénivelé !).
Comme je ne fais pas de la rando tous les jours, je n’ai même pas songé à consulter pour dépasser ce vertige.
Ma sœur par contre est tétanisée dès qu’elle passe sur un pont, je vais sûrement lui conseiller d’en discuter avec son médecin d’abord, puis peut-être l’ORL ou un autre spécialiste.
Bon courage à toi en tout cas !

le 09/07/2019 à 10h23 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?