Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Préparer une expatriation ou un mariage : même combat ?


Publié le 16 avril 2015 par Nya

Si tu lis ce blog, peut-être es-tu fraîchement débarquée de Mademoiselle Dentelle, fiancée toute neuve ou jeune mariée. Peut-être as-tu connu les affres ou les joies des préparatifs de mariage, peut-être es-tu en train de découvrir les montagnes russes émotionnelles qu’un événement de cette ampleur peut générer..

Quand je me suis mariée en 2012, j’ai connu une période de préparatifs qui furent un long fleuve tranquille pendant onze mois et un enfer pendant le dernier mois.

Je ne me doutais pas que s’installer à l’étranger en couple allait suivre le même schéma ! Voici un petit comparatif des deux préparatifs.

La décision

  • Mariage : suit généralement une demande en bonne et due forme, un genou à terre ou non, avec une bague ou non, l’important étant de se sentir euphorique.
  • Expatriation : la décision peut être conjointe ou unilatérale, le plus souvent mûrement réfléchie, calculée, raisonnée, l’euphorie est donc absente du processus initial mais peut apparaître par la suite, surtout lorsque l’on reçoit enfin son permis de séjour.

Les formalités

  • Mariage : choisir un ou deux témoins, publier les bans, aller à la mairie, dire oui, l’affaire est dans le sac. L’affaire peut être réglée tellement vite que tu n’as pas l’impression d’être mariée. Si tu vas à l’église ou opte pour une cérémonie laïque, le temps de préparation est partagé et plus considérable. Il est proportionnel au nombre de convives et à l’implication de ta famille.
  • Expatriation : de quelques mois à deux ans de démarches selon ta destination, possiblement des centaines de documents à fournir, une visite médicale, un stress à chaque email émanant de ton pays d’accueil. Rien d’immédiat, tout est dans l’attente.
s'expatrier et se marier : quelques similitudes de parcours

Crédits photo (creative commons) : Kim Love

La logistique

  • Mariage : une longue suite de choix : le traiteur, le lieu, les prestataires, les cadeaux d’invités, la roooobe ! Autant de choix soumis aux doutes. Ta liste de choses à faire s’allonge tous les jours de détails qui te sembleront bien risibles après le jour J.
  • Expatriation : une longue suite de choix : le lieu, les prestataires du déménagement, la date du départ, autant de choix soumis au doute. La liste de choses à faire s’allonge chaque jour de choses à faire que tu n’avais pas budgetées, c’est la ruine et tu te mords les doigts de ne pas avoir mieux réfléchi à la question.

Les proches

  • Mariage : ta mère pleure sur « sa petite fille qui a grandihihihi trop vihihiihte (trémolos dans la voix), tu dois gérer les jalousies des uns, l’incompréhension des autres, les conseils intempestifs des copines qui veulent revivre leur propre mariage par procuration.
  • Expatriation : ta mère pleure sur « sa petite fille qui a grandihihihi trop vihihiihte (trémolos dans la voix), mais globalement, les gens sont contents pour toi, même s’ils ont tendance à te poser toujours les mêmes questions (« à quand le départ ? » « vous avez un emploi ? »…).

 Le conjoint

  • Mariage : si tu as de la chance, il met la main à la pâte, s’occupe de choisir le menu, la voiture, s’investit jusque dans la nuance de violet des faire-part. Si tu es poisseuse, il se contentera de se pointer le jour J et laissera épuisée par un an de préparatifs seule.
  • Expatriation : si tu as de la chance, il s’investira dans le choix du lieu, de la date, contactera de lui-même sa banque et ses administrations. Si tu es poisseuse, il redeviendra le Procrastinator 2.0 qu’il était pendant les préparatifs du mariage et te laissera sur les rotules le jour du départ… et après, car les formalités ne s’arrêtent généralement pas au moment où tu montes dans l’avion, ce serait trop simple.

Le quotidien

  • Mariage : tu vis, dors et respires mariage : tu contactes des prestataires entre deux réunions, tu plies des ballotins de dragées devant la télé et tu tournes des heures la nuit à stresser sur le déroulement de la journée. Tu connais une baisse de productivité professionnelle de 85 % due à la consultation excessive et monomaniaque de blogs autour du mariage.
  • Expatriation : tu vis, respires et dors déménagement : tu envoies des demandes de devis pendant ta pause déjeuner, tu tries ta paperasse après le dîner, tu gères les stocks en prévision du jour J pour ne pas se retrouver avec 2 kg de pâtes et 10 boîtes de croquettes en trop. Ce qui sauve ta vie professionnelle, c’est l’absence de grands blogs sur l’immigration, bien que certaines destinations (Canada notamment, la vie est bien faite, hein) aient des forums qui peuvent s’avérer chronophages.

La dernière ligne droite

  • Mariage : tu cauchemardes que ta robe prends feu pendant que ton mari se barre avec une cousine juste devant le maire. Tu envoies des fichiers Excel d’une rare précision à tous les intervenants, qui te prennes pour une bridezilla alors que tu essaies juste de leur faciliter la tâche. Si tu t’es bien débrouillée, tu auras fini de plier tous tes ballotins en origami la semaine précédente et n’aura plus que quelques détails à régler. Si tu es mal organisée, tu restes debout jusqu’à 2 heures du mat la veille de ton mariage à finir de peindre tes bougies faites main.
  • Expatriation : si tu t’es bien débrouillée, tu as bien géré ce qui part en camion, ce qui reste avec toi, tout est clair et précis. Si ton Procrastinator s’en est mêlé, tu te retrouves le matin du déménagement à courir et chercher des affaires partout, à oublier de préciser que telle lampe ne doit pas partir et à réimprimer des formulaires dans l’urgence, tout ça en essayant de rattraper ton chat épouvanté qui cherche à se défenestrer.

Le jour J

  • Mariage : quoi qu’il arrive, tu seras mariée, ta robe n’auras pas pris feu, ton mari sera toujours là, tu auras toujours un toit sur la tête, un emploi qui t’attend derrière, voire un voyage de noces.
  • Expatriation : si tu te démerdes mal, tu auras certes tes papiers d’immigration en règle et tu seras arrivée dans ton nouveau pays d’accueil, mais tu seras à la rue, sans voiture ni toit en train de pleurer dans le caniveau avec ton mari et ton chat (non ça en vrai c’est seulement les pires craintes dans ta tête, normalement tu as au moins un point de chute pour le premier soir, non ?)

 Après

  • Mariage : le soufflé de stress et d’émotions retombe petit à petit. Tu es sur un petit nuage, tout s’est bien passé, tu es mariée. Il ne te reste plus qu’une mission : commander et signer tes remerciements, et tu pourras retourner à ton quotidien, des étoiles plein les yeux en repensant à cette belle journée.
  • Expatriation : il faut garder la motivation car seule la moitié du chemin est faite : tu as réussi ton départ, maintenant il faut réussir ton arrivée ! Ce n’est qu’au bout de deux ou trois mois, une fois que tu auras réglé tous les détails administratifs et logistiques, que tu pourras retourner à un nouveau quotidien, heureuse d’avoir eu le courage, l’énergie et les reins assez solides pour changer de continent.

Bref, mariage et expatriation : on a beau essayer de limiter le degré d’emmerdement au maximum, il arrive qu’on se laisse dépasser par les événements. Mais que cela ne te décourage pas : l’un comme l’autre sont de belles étapes de la vie !

Et toi, comment vis-tu les déménagements ? As-tu déjà déménagé d’un continent à l’autre ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

19   Commentaires Laisser un commentaire ?

Lone

C’est un bon article, très drôle.
Je crois cependant que l’expatriation devient plus simple car de plus en plus d’étudiant partent pour 6 mois à l’étranger pendants leurs études ce qui les prépare un peu aux joies du déménagement.
Par contre tout ce que tu racontes sur les problèmes adminitratifs (et la visite médicale!!!) est bien amoindri quand tu restes dans l’union européenne.
Je suis partie en Erasmus et ne suis jamais rentrée après. Les formalités ont consistés en deux visites de moins d’une heure au bureau de l’immigration ! J’ai bien conscience d’être chanceuse.

le 16/04/2015 à 08h25 | Répondre

Nya (voir son site)

Merci !
S’expatrier en Europe, c’est presque de la triche tellement cela semble simple (d’après les récits de nos amis en Angleterre ou ailleurs) en comparaison à la folie administrative à laquelle on a eu droit ! :p

le 17/04/2015 à 20h12 | Répondre

Claire Gezillig

ahaha, merci pour cet article, tu as illuminé mon matin 😉
Cela dit, quand tu t’expatries en Europe, y a quand même moins de boulot qu’un mariage (mais tu prévois moins, je suis arrivée en Allemagne avec un plan logement pour 4 petits jours… Et j’ai bien failli me retrouver à la rue…)

le 16/04/2015 à 08h59 | Répondre

Nya (voir son site)

Héhé merci ! Si un jour on revient s’installer en Europe, cela va nous sembler bien facile en comparaison à ce que l’on a vécu !

le 17/04/2015 à 20h13 | Répondre

Dada

Coucou !
Sympa et bonne comparaison ton article ! N’étant pas (encore) mariée je ne peux pas trop imaginer la ressemblance mais par rapport à la progression …. je suis d’accord avec toi ! Ayant vécu une année en Afrique , en devant apporter le minimum ce ne fut pas simple et oui il faut bien un temps d’adaptation après l’arrivée dans notre pays d’adoption, ménager nos proches, gérer les imprévus etc … Merci pour ce partage !

le 16/04/2015 à 09h10 | Répondre

Nya (voir son site)

Merci ! Je suis d’accord : déjà avec le minimum logistique, ce n’est déjà pas simple, alors en déménageant avec mari, chat et meubles, c’était encore moins évident.

le 17/04/2015 à 20h20 | Répondre

Madame Trilingue

Ah ah je m y retrouve totalement 🙂
Mariage : check
Bébé en route: check
Projet d expatriation en Suède : on s y attaque !! Le plan est de partir dans 3 ans pour 3 ans.
Votre expatriation au Canada est elle définitive??

le 16/04/2015 à 10h44 | Répondre

Acaciane

Coucou,
Comment t’es venue l’idée de partir en Suède ?
Je ne suis pas sûre qu’il y ait besoin de 3 ans pour préparer son départ là bas.
J’y habite depuis 4 ans. Si tu as des questions n’hésite pas.

le 16/04/2015 à 11h52 | Répondre

Madame Trilingue

Salut acaciane
On a des amis sur place et après plusieurs visites on se sent tres attires par ce pays.
Oui je veux bien échanger avec toi sur ton expérience ça nous serait très précieux : suis Amélie ô hasard sur facebook ou sdranne at hotmail point com

le 16/04/2015 à 13h35 | Répondre

Nya (voir son site)

Merci ! Nous avons un statut de résident permanent, que l’on peut garder à vie à condition de rester un certain nombre de jours sur le territoire par tranches de 5 ans (ou de devenir Canadien).
Donc en théorie, on pourrait rester dans ce pays indéfiniment. En pratique… Je suis sûre qu’on repartira à un moment, mais pour aller où ? Et quand ? Mystère 🙂

le 17/04/2015 à 20h22 | Répondre

Amélie C (voir son site)

Ton article me parle et m’a fait bien rire ! Car nous on a fait les deux à une semaine d’intervalle. (+ ma soutenance de thèse une semaine avant). C’était l’année la plus remplie de ma vie, je mangeais, dormais, vivais mariage/déménagement/thèse.
Mais après le retour de bâton a été assez dur, j’ai traversé quelques mois où je ne voyais plus de projets, je n’avais plus de buts… heureusement j’ai rebondi !
Mais comme tu dis les deux expériences sont vraiment proches l’une de l’autre !

le 16/04/2015 à 15h01 | Répondre

Nya (voir son site)

Waouh ! C’est très courageux d’avoir mené les trois projets de front comme ça ! Cela ne m’étonne pas que tu aies eu un moment de creux par la suite… Tout le monde aurait eu un coup de mou après tant de projets réalisés d’un coup !

le 17/04/2015 à 20h27 | Répondre

Madame Vélo

J’aime beaucoup la tournure de ton article ! Merci pour le partage 🙂

le 16/04/2015 à 15h55 | Répondre

Bibichu

Nous avons commencé par l’expatriation. Au final ça s’est très bien passé! Bon ok, on partait pour les études, mais vu que nous sommes resté pour travailler aussi, les formalités d’immigration reviennent régulièrement.
Maintenant on prépare le mariage, et au final, oui c’est stressant, mais pas plus que ça. Étant donné que notre mariage se fait sur un autre continent que le Canada, on le voit presque comme des vacances durant lesquelles il y aura une grosse fête.
Expatriation et mariage, si tu te mets la pression tu seras stressée. Il faut rester zen, car s’il arrive un couac, ce n’est pas en pétant un câble que tu vas arranger plus vite la chose.
Donc pour moi expatriation et mariage sont deux aventures distinctes, qui certes peuvent être stressantes mais pas de la même manière.

le 16/04/2015 à 17h38 | Répondre

Nya (voir son site)

Pendant mes études, je suis allée vivre un an en Nouvelle-Zélande avec deux valises et je peux témoigner : ce n’était vraiment pas du tout la même aventure, en rien comparable au fait de partir « définitivement » du pays, avec ce que ça comporte de logistique : se radier des différents organismes gouvernementaux (surtout moi qui avais une entreprise), gérer l’appartement qu’on avait acheté, gérer nos meubles, gérer le chat, gérer le conjoint (procrastinateur…)… Bref, même si j’étais zen, la quantité de choses était si faramineuse que le stress était inévitable. Cela dit, c’est chouette si tu ne trouves pas cela stressant de ton côté. On répond tous au stress différemment, et là je peux dire honnêtement que le dernier mois avant déménagement était le plus stressant de ma vie.

le 18/04/2015 à 02h20 | Répondre

Nya (voir son site)

*même si j’étais zen au début (sinon ça ne veut rien dire !) :p

le 18/04/2015 à 02h22 | Répondre

Virginie

Juste : excellent !

le 17/04/2015 à 11h14 | Répondre

Karine (voir son site)

aha ah comme Amelie C plus haut, nous on a tout fait en meme temps!
These de cheri en juillet, mariage fin aout, demenagement suisse-france 2jours apres le mariage (le mardi!), rdv à l’ambassade pour nos visas le lundi apres, soutenance de diplome pour moi mi septembre et demenagement france-usa fin septembre! Et comme tu dis… Apres l’avion c’est loin d’etre fini!!!

le 20/04/2015 à 06h47 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?