Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Quand j’ai fait un crédit pour me soigner


Publié le 6 décembre 2017 par Madame Givrée

Cette histoire se passe en France, en l’an 2017 de notre ère, les noms des personnages ont peut-être été changés, mais les faits sont, eux, bien réels.

J’estime que Sir Givré et moi gagnons plutôt bien notre vie. Je suis enseignante et il travaille dans la fonction publique, ce qui signifie que nous bénéficions d’une certaine sécurité et d’un niveau de vie que nous estimons confortable — en tout cas, bien meilleur que celui de la génération précédente.

Nous avons un crédit immobilier, rien de bien exceptionnel pour un couple de notre âge, nous avons aussi un petit crédit voiture, et nous partons en vacances environ une fois par an, certaines années, pas du tout.

Bref, un couple normal dans une vie ma foi, pas très rocambolesque.

Crédits photos (creative commons): Jarmoluk

Comme je te l’ai expliqué dans un article précédent, quand j’avais la vingtaine, j’ai arrêté de m’alimenter. Je ne saurai jamais si c’est à cause de cette période de ma vie que mes dents se sont mises à casser les unes après les autres, dans les années qui ont suivi, mais le dentiste de mon enfance (et moi-même) le suspecte fortement et, comme je n’ai jamais eu aucun problème avant cet épisode anorexique, je pense qu’on peut considérer qu’il n’y a pas de hasard.

Toujours est-il que, un an après que j’ai arrêté de m’alimenter, une de mes molaires s’est cassée net, en mangeant un bonbon, au cinéma avec mes élèves (oui, à l’époque, je travaillais en internat, ce qui veut dire que le weekend, mon boulot consistait à accompagner les enfants en sortie: cinéma, karting, musées, shopping, randonnées, compétitions sportives…). A l’époque donc, je vivais en Angleterre, et vu les tarifs du dentiste et le fait que je n’avais pas mal… J’ai attendu de rentrer en France pour me soigner. Devis, retour en Angleterre, retour de ma mutuelle, retour en France, 400€ plus tard le problème était réglé. Jusqu’à l’an dernier où la couronne a sauté et j’ai dû la faire refaire.

Ma deuxième dent s’est cassée un an plus tard. Celle-ci était une dent du bas et elle m’a fait atrocement mal. Heureusement, mon employeur a réussi à m’avoir un rendez-vous rapidement chez le dentiste (en Angleterre toujours). Un bras, une jambe et la peau de mes fesses plus tard (ou plutôt, un mois de mon tout petit salaire), ma dent était remplacée par un composite qui n’était pas une couronne mais qui n’était pas non plus un cataplasme sur une jambe de bois. Ce composite tient toujours le coup, croisons les doigts pour que ça continue.

De retour en France l’année d’après, c’est une canine qui a décidé de me quitter. A l’époque Sir Givré et moi vivions ensemble depuis peu, je préparais mon concours pour devenir professeur, je n’avais pas un rond et l’affaire avait un peu traîné avant que ma mère intervienne et me permette de me soigner.

Crédits photos (creative commons): Tetzemann

Un an plus tard, encore, en vacances dans la famille, à l’occasion d’une sortie en Belgique, une dent de devant, cette fois-ci, s’est cassée nette quand j’ai croqué dans une frite molle (c’est important, les détails!). Heureusement que nous étions en vacances parce que j’ai très mal vécu le fait d’avoir un trou dans ma dentition, pile sur l’avant en plus ! Une gentille dentiste (femme de mon ancien professeur de maths de Terminale, ça ne s’invente pas), a bien voulu me prendre en urgence pour me poser un composite temporaire, ce qui m’a permis de sauver un minimum la face.

Et puis… j’ai laissé passer le temps. On était en train de préparer le mariage, les prix avaient augmenté de façon extraordinaire, ma couverture sociale était moins bonne que ce qu’elle était quand je dépendais encore de mes parents, Sir Givré travaillait à temps partiel (imposé par son employeur de l’époque sous la forme d’un très sympa « c’est ça ou la porte »), et je n’avais pas vraiment 600€ à mettre là dedans.

Le composite s’est effrité, puis cassé, évidemment, ce qui m’a valu pas mal de larmes et un nouveau rendez-vous en urgence. Aucun dentiste n’ayant accepté de me recevoir en Normandie, je suis retournée dans le Nord en urgence un weekend pour me faire prendre en charge par le dentiste qui m’avait suivie toute ma vie.

Le temps a encore passé, j’ai un peu ignoré les conseils des uns et des autres me disant de m’en occuper. Sir Givré et moi nous sommes mariés, puis nous avons enchaîné avec la construction de la maison. On était tellement pris par tout que la question de ma dent est passée au second plan. D’autant plus que le composite s’est cassé une seconde fois, et qu’un dentiste de la région me l’a remplacé le jour-même. Au final 100€ le composite qui durait deux ans ou plus, je crois que je me voyais bien continuer comme ça pendant un bon moment.

Bon, entre deux, il faut dire que deux autres de mes molaires se sont brisées, et que j’ai dû faire poser des couronnes sur celles-ci aussi. Contrairement à la dent de devant, ces deux-là me faisaient terriblement souffrir, et m’empêchaient vraiment de manger. L’une d’elles frottait contre ma langue et m’a causé douleur, zozotement, et même un gros pic de fièvre pendant un voyage scolaire avec une soixantaine d’élèves (sinon ce n’est pas drôle).

Parce que c’est ça, aussi, le truc: j’avais un peu pris l’habitude de ne jamais croquer dans rien, depuis le temps que ma dent de devant était cassée.

Crédits photos (creative commons): Free-Photos

Oui, mais. L’autre jour, en mangeant, je me suis rendu compte que le composite bougeait un peu, qu’il ne tenait pas aussi bien que d’habitude. Et puis ça fait un moment que j’ai parfois l’impression d’avoir le goût de l’espèce que colle qu’ils utilisent pour poser ce genre de choses dans la bouche. Et ma gencive est vaguement bleue, au-dessus, depuis quelques temps, et ça me fait vaguement mal. Et ça fait un moment qu’il est posé, le composite. J’ai donc pris rendez-vous avec mon dentiste pour lui en reparler, avec, derrière la tête, l’idée de faire enfin poser cette couronne dont on parle depuis si longtemps.

Sauf qu’entre temps, l’état de ce qu’il reste de ma dent en-dessous du composite s’est détérioré. De la dent, il ne reste presque rien, et ma racine est en trop mauvais état pour envisager la pose d’une couronne. Ajoute à ça un abcès latent (comprendre, il est là, et il n’attend qu’une occasion de se déclarer), et non seulement une couronne n’est plus envisageable mais, en plus, si le composite casse ou tombe, il sera impossible d’en remettre un. Il faut envisager une autre solution.

Et voilà où j’en suis : j’ai deux possibilités, un bridge ou un implant dentaire. Chaque possibilité comporte des avantages et des inconvénients, et pour l’instant je ne sais pas trop où j’en suis.

Pour résumer de façon très grossière, le bridge est une fausse dent qui est fixée sur les deux dents voisines, et il faut souvent les tailler ou les dévitaliser pour pouvoir le poser. Il coûte 1500€, n’est pas remboursé du tout par la sécurité sociale et sera remboursé 250€ par ma mutuelle. L’implant dentaire ne se présente pas, je pense, mais il coûte plus cher (entre 1800 et 2000€ selon les devis que j’ai faits), n’est pas remboursé par la sécurité sociale, et il est remboursé au même niveau que le bridge par ma mutuelle.

Le dentiste a bien insisté sur le fait que je ne devais pas tarder à prendre une décision: mon abcès ne demande qu’à se déclencher, et si mon composite tombe je ne pourrai pas le faire remplacer. La situation est urgente.

Et j’en viens là à l’explication de mon titre: je ne sais pas toi, mais en ce qui nous concerne, nous n’avons absolument pas 1500 ou 2000€ à sortir là, tout de suite. On vient de finir de construire notre maison, ce qui veut dire que toutes nos économies y sont passées. On a financé nous-mêmes toutes les taxes liées à la construction et on s’en sort à peine. Autant te dire qu’on n’a pas encore réussi à remettre de l’argent de côté. Certains dentistes acceptent les paiements en plusieurs fois, mais j’ai tendance à penser que si je peux éviter d’imposer ça, ce n’est pas plus mal. Après tout, j’apprécierais très moyennement être rémunérée en dix mois pour un travail effectué en quelques heures.

C’est comme ça que ce mois-ci, malgré des salaires très corrects et un niveau de vie ma foi pas mauvais, Sir Givré et moi avons pris la décision de… contracter un crédit pour pouvoir me soigner. A l’instant où j’écris, nous venons de boucler notre dossier de demande, préférant prendre les devants et obtenir les fonds avant la fin des vacances.

Parfois, j’écoute les débats autour de moi sur le prix des soins en France. On a la chance d’être dans un pays où l’accès aux soins n’est pas trop difficile, et plutôt accessible financièrement.

Et puis, je me rends compte que j’ai dû faire un crédit pour pouvoir me présenter tous les jours au travail sans être une « sans dents », je pense aux centaines d’euros déjà engloutis dans ma dentition, et je suis assez… circonspecte.

Et toi, il t’est déjà arrivé de devoir faire un crédit pour payer des soins ? Viens en parler dans les commentaires !

Commentaires

25   Commentaires Laisser un commentaire ?

Leaureine (voir son site)

La Securite Sociale rembourse beaucoup de choses mais ni les dents ni les problèmes d’yeux…. reste à voir si notre gouvernement tiendra les promesses du candidat à ce sujet !

le 06/12/2017 à 08h08 | Répondre

Madame Givrée

Je l’espère, et j’ai hâte de voir ce qui va être proposé, quand, et comment !

le 06/12/2017 à 21h57 | Répondre

Virg

J’en suis au même point mais pour d’autres raisons. Je dois envisager la pause de trois implants, autant te dire que je ne suis pas pressée. En plus, je vais avoir besoin d’une greffe d’os, ma mâchoire étant trop fine. Le problème, si on traîne trop, c’est que les autres dents se déchaussent avec le temps (plus d’appui en face)… c’est la déprime. On me dit que le dentier est bien remboursé, c’te blague !
En tout cas, je comprends parfaitement ta situation et j’envisage, tout comme toi finalement, soit de faire sauter des vacances soit de faire un petit crédit. J’avoue aussi ne pas savoir quoi en penser. Je ne comprends pas que le bridge soit mieux remboursé alors qu’il nécessite d’abîmer volontairement les dents saines à côté. ça n’a pas de sens.

le 06/12/2017 à 09h59 | Répondre

Madame Givrée

Oh ma pauvre, quel casse-tête ! On se retrouve parfois à faire des choix impossibles. Je te souhaite plein de courage !

le 06/12/2017 à 21h58 | Répondre

MEL

j’ai déjà connu ça! de mon côté j’ai la chance de pouvoir étaler des paiements avec ma banque sans leur demander l’autorisation. je devais avoir un appareil dentaire pour réduite les migraines et comme ce n’est pas bien remboursé j’ai mis un an à payer mon étalement à la banque. bon courage à toi. Je me console de mon côté en me disant que des dents saines c’est le signe d’une bonne santé. c’est quelque chose que nous ne pouvons pas négliger. j’espère que le nouveau gouvernement en place va changer les choses, il faut également plus de contrôle auprès des dentistes qui se font plaisirs sur leur tarif……le mien m’a clairement fait comprendre qu’il ne baisserait pas les prix mais pouvait s’arranger pour faire passer une partie de l’appareil dentaire sur des soins 100% remboursés! ce n’est pas normal

le 06/12/2017 à 12h12 | Répondre

Madame Givrée

C’est effectivement inacceptable. C’est intéressant, ce système à la banque. Je vais me renseigner pour voir si ça existe dans la mienne. (bon après, on parle d’un crédit à tout petit taux et très avantageux et étalé sur longtemps dans mon cas donc rien de réellement handicapant)…

le 06/12/2017 à 22h00 | Répondre

MEL

c’est pratique l’étalement car tu modules et tu changes quand tu veux le nombre de mois de remboursement etc… ma banque porte les initiales CM^^

le 07/12/2017 à 11h30 | Répondre

Clara

Hum, je pense que les enseignants ne sont pas spécialement bien payés (et je n’en suis pas une!).
Mais sinon, je ne comprends pas vraiment ton idée de ne pas vouloir « imposer » au dentiste un payement en plusieurs fois. Si ils le proposent, c’est qu’ils peuvent se le permettre sans problème (je ne pense pas qu’ils se sacrifient pour leurs clients).
Plutôt demander à mon dentiste de s’il peut s’arranger que de filer plus d’argent à ma banque.

Je te souhaite bon courage pour tes passages chez le dentiste. Ce n’est jamais très agréable.

le 06/12/2017 à 13h49 | Répondre

Madame Givrée

Haha, la question du traitement des enseignants fait début partout :). Pour ma part, j’estime que nous avons un niveau de vie très correct, et ça me suffit.
Pour ce qui est de ne pas « imposer » cela au dentiste, ça vient de plusieurs choses: une vieille angoisse primaire par rapport à l’argent et l’avenir (que je ne vais pas détailler ici, je crois qu’il me faudrait un autre article rien que pour ça), et du fait que dans la région où je suis très peu de dentistes acceptent un étalement des paiements. Plusieurs m’ont déjà prévenue que c’était à payer comptant, ou rien. Du coup, je n’ose plus aborder le sujet. D’autant plus qu’au final, on a « profité » de ce souci pour emprunter un tout petit peu plus à la banque à très petit taux, étalé sur très longtemps, pour réaliser un projet dont on parlait depuis un moment, donc ça a fait d’une pierre deux coups.. sans avoir à sortir un truc énorme dans les mois à venir.

le 06/12/2017 à 22h05 | Répondre

Clara

Quand il faut un prêt pour payer une machine à laver ou le dentiste, j’estime que ce n’est pas un niveau de vie correcte mais un peu en dessous.

Après pour ce qui est de ne pas oser discuter des moyens de paiement avec le dentiste, je te comprends ca me mets aussi mal à l’aise.
Et si le prêt vous permet d’accomplir un autre projet, c’est un mal pour un bien !

le 07/12/2017 à 19h44 | Répondre

Annia

Je te rejoins tout à fait! Je suis étudiante, mon mari aussi, et nous avons un petit garçon de 2 ans, autant dire que les fonds sont inexistants. Quand j’ai du remplacer mes verres de lunettes (mince quoi, ça faisait 5 ANS que je les avais, et je ne voyais plus rien!), j’ai halluciné devant les devis. Evidemment, ça coûte beaucoup moins cher que ce qui touche à la dentition, mais même, je n’ai 400 balles à sortir comme ça! Pas de mutuelle parce que je suis étudiante, la sécu ne rembourse rien, et ça je trouve ça fou, parce que moi, sans lunette, je n’existe plus. Je suis à -7 à chaque oeil, c’est vital! Heureusement, un peu d’économie et de marchandage ont suffi, mais franchement, sur le principe, je trouve ça hallucinant!

le 06/12/2017 à 14h47 | Répondre

Madame Givrée

Au delà du besoin au quotidien, c’est même une question de sécurité pour toi ! On est parfois face à des situations absurdes. C’est tellement dommage.

le 06/12/2017 à 22h06 | Répondre

Madame Zou (voir son site)

Ce n’est pas évident… C’est clair qu’il y a un soucis en France sur le sujet. Mon dentise m’a quand même sorti que c’était bien d’avoir un livret avec de l’argent pour ce genre de situation. J’ai fait une grève de gencives récemment (et j’en aurai sans doute à nouveau à l’avenir car la génétique ne m’a pas gâté à ce niveau là), et rien n’est remboursé 🙁 C’est malheureux que ce ne soit pas remboursé, car ce n’est clairement pas du confort, ce type de soins…

le 06/12/2017 à 15h15 | Répondre

Madame Givrée

😮 avoir un livret pour ce genre de chose ?! Effectivement, je n’arrête pas de dire à mon mari que ça serait bien d’avoir un peu d’argent de côté. Au cas où il faudrait changer notre machine à laver par exemple… Mais au cas où on devrait se soigner, non, ça ne m’était jamais passé par la tête !

le 06/12/2017 à 22h19 | Répondre

Chew

Le système de soins en France est parfois absurde. Je ne comprend pas pourquoi un dentier est remboursé et pas un implant. Quelqu’un qui a des dents saines se nourrit mieux donc est en meilleure santé globale. Je ne comprend pas on ne supprime pas les consultations obligatoires d’anesthésie avant une opération alors que l’anesthésiste pose 3 questions et une affirmation « 80€ svp » (alors que ces consultations sont remboursées !). Je ne comprend toujours pas pourquoi on rembourse une IVG mais pas tous les contraceptifs (non pas que je sois contre le remboursement de l’IVG hein ! Mais toujours selon le principe mieux vaut prévenir que subir dans ce cas présent). Quels seraient les coûts pour la sécurité sociale ? Et quelles économies on pourrait réaliser par ailleurs ? Je ne tape pas sur les dentistes ou les médecins en général parce que je sais qu’ils ont beaucoup de charges à assumer et que les soins « classiques » rapportent peu, mais en échange d’une revalorisation de certains actes, peut être qu’ils pourraient faire un effort ?

le 06/12/2017 à 16h55 | Répondre

Madame Givrée

C’est vrai que, sans remettre en cause le travail et les prix pratiqués par les différents domaines médicaux, une réelle réflexion sur la façon dont tout ça est pris en charge s’impose.

le 06/12/2017 à 22h07 | Répondre

Marjo

Oh cette histoire fait écho en moi ! Je n’en suis pas là, mais je fais caries sur caries et l’une d’elle m’a valu une couronne. Pour le coup je pense que c’est entièrement de ma faute, je suis accro a une certaine boisson sucrée à bulle pas saine du tout… Je le sais et pourtant, je n’arrive pas à arrêter. Et pourtant je rêve toutes les nuits que je perds mes dents, ça me fait très peur.
En ce qui concerne les remboursements, je trouve ça aberrant. La sécu française rembourse tellement de choses, je veux dire j’ai une amie dont la chirurgie mammaire a été prise en charge… Elle s’est fait refaire les seins parce qu’elle complexais énormément, et franchement je ne remet pas en cause cette prise en charge. Mais soyons honnête, ça reste de l’esthétique, alors pour quoi ça oui et pas les soins dentaires ou les lunettes ? Je ne comprends vraiment pas. J’avais la chance d’avoir une excellente mutuelle alors je n’ai jamais eu a payer cher mes soins, généralement mes lunettes sont prises en charge à 100% et j’ai payé 50€ ma couronne. Mais aujourd’hui j’habite à l’étranger, j’ai du résilier ma mutuelle… J’ai vraiment très peur.

le 06/12/2017 à 19h39 | Répondre

Madame Givrée

Comme je le disais avant, on se retrouve parfois devant des situations absurdes. Sans remettre en cause le remboursement d’implants mammaires, je trouve aberrant que ça soit remboursé, mais qu’on me demande de payer 1500€ pour pouvoir aller travailler avec toutes mes dents. Il y a un problème de priorité, ou de hiérarchisation des besoins…

le 06/12/2017 à 22h09 | Répondre

Madame Colombe

Votre témoignage est à la fois courageux et nécessaire.Souffrant de bruxisme, j’ai dû faire réaliser il y a quelques années une gouttière à porter la nuit. La mutuelle et la sécu ne remboursant pas grand chose, mon dentiste a proposé que je le règle en 5 fois.
Et j’ai accepté.
Je vous invite à faire de même, à plus forte raison s’il vous le propose. J’ai travaillé quelques mois dans un cabinet dentaire et il est très fréquent que les praticiens proposent un échelonnement des paiements.
Cela vous reviendra moins cher qu’un crédit.
Bon courage pour vos soins.

le 06/12/2017 à 21h40 | Répondre

Madame Givrée

Est-ce que la gouttière a été efficace pour toi ?
Merci pour le conseil, mais le crédit est fait :). Mon dentiste ne l’a pas proposé, et, comme je le disais au-dessus, je ne l’ai pas demandé. D’un autre côté, j’ai fait un crédit à un très petit taux, étalé sur très longtemps, si bien que je paie très peu par mois. Ce n’est pas handicapant, et ça me permet de continuer par ailleurs à réaliser les projets que je m’étais fixés dans les temps que je m’étais donnés…

le 06/12/2017 à 22h17 | Répondre

Miss Chat

Je rejoins Clara… Je suis également d’avis que les enseignants ne sont pas particulièrement bien payés au vu de l’importance de leur travail… et pour moi, devoir faire un prêt pour aller chez le dentiste ou même se faire soigner, ce n’est pas avoir un niveau de vie correct. (j’irais même au-delà en disant que faire un prêt pour une voiture et ne pas partir chaque année en vacances ne correspond pas à un niveau correct pour moi mais c’est déjà beaucoup plus subjectif et ça dépendra de la vision de chacun, je crois 😉 )
Ce qui ne change rien au fait que c’est triste d’en arriver là en France en 2017, en effet. A part en prenant des assurances dentaires, difficile de passer outre les frais dentaires. Cela dit, à ta place, je regarderais quand même ce qui se fait dans ce domaine, pour prévenir les prochaines dents, non ?

le 08/12/2017 à 15h45 | Répondre

Madame Givrée

Je crois qu’on peut se lancer dans un débat sans fin sur la question de la rémunération des professeurs :).
Pour ce qui est du niveau de vie correct, je crois qu’il faut mettre les choses en perspective : j’aurais très bien pu m’acheter une voiture moins chère, mais cash. Mais nous avions envie d’une jolie voiture, toutes options, avec une belle motorisation qui nous permet d’avoir de chouettes sensations de conduite, relativement neuve et avec peu de kilomètres pour ne pas dépenser beaucoup en entretien. Cette voiture représente un budget, on aurait pu économiser quelques années pour se la payer mais on a préféré faire un crédit. On fait énormément de kilomètres (que ce soit pour le boulot pour ma part, ou pour les sorties du week-end), donc on voulait quelque chose qui nous plaisait vraiment.
Pour ce qui est des vacances une fois par an (voire moins), il ne faut pas oublier qu’on a construit notre maison il y a peu de temps, qu’on y a mis toutes nos économies, qu’on a fait l’étage nous-mêmes sur nos deniers personnels et qu’on a payé une partie des taxes liées à l’achat et à la construction nous-même. On ne peut pas tout faire, mais encore une fois c’était un choix. Et puis Sir Givré a moins de congés que moi, donc on ne pourrait pas partir plus souvent. On compense avec des sorties et weekends quand on peut, mais ça ne compte pas comme des vacances pour moi.

le 10/12/2017 à 21h14 | Répondre

Madeleine

Et encore, on a plus de chance que nos voisins. J ai halluciné quand j ai su que bcp d américaines n ont aucune échographie pdt leur grossesse, car trop cher.

le 08/12/2017 à 17h31 | Répondre

Madame Colombe

Tant mieux si le crédit ne « plombe »pas votre budget.

De mon côté,le port de la gouttière a été bénéfique.
On pense tous à mettre un peu d’argent de côté au cas où,mais la vie est tellement chère que l’argent mis de côté n’y reste pas bien longtemps .

le 10/12/2017 à 18h00 | Répondre

Flora

C’est fou en effet de devoir en arriver là chez nous en 2017… Quid des assurances complémentaires ?
Je trouve très sain ta façon de considérer que la solution n’est pas de gagner plus. Je suis d’accord avec toi tout est une question de choix (je suis en plein travaux et je suis aussi exposée à la problématique laisser traîner ou se mettre à sec). Tant mieux si vous avez trouvé un crédit intéressant et j’espère vraiment que les choses vont évoluer.

le 11/12/2017 à 16h32 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?