Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Quitter la région parisienne – Episode 1 : Paris, je t’aime mais je te quitte


Publié le 19 février 2018 par Madame Zou

Aujourd’hui, je viens t’annoncer une grande nouvelle : moi et ma famille, nous quittons Paris. Mon amie chroniqueuse Chacha d’Avril a inauguré sa série « Et si on partait ? » ; et bien pour nous, ce serait plutôt « Comment nous avons su que nous allions quitter Paris du jour au lendemain ».

Ainsi je vais t’écrire toutes les étapes, notre cheminement, toutes les démarches, etc… Je navigue pas mal sur internet pour me renseigner, et il y a bien quelques sites intéressants mais finalement, les informations restent très limitées sur le ressenti des familles au moment où elles ont sauté le pas.

Quelques informations avant de commencer :

  • Je parle parfois de région parisienne, car je ne vis pas dans Paris intra-muros mais en banlieue – bref, j’ai tendance à mélanger les deux !
  • Je ne suis pas du tout parisienne d’origine contraitement à mon mari (et je pense que cette différence a une importance pour la suite

Les débuts !

Je suis arrivée à Paris, il y a 8 ans, comme beaucoup de jeunes étudiants en quête d’un premier emploi. Commencer à Paris, c’était pour moi une opportunité : la possibilité de trouver rapidement un emploi et de commencer ma carrière dans de grandes entreprises. En province, les emplois bac+5 ne courent pas les rues. Cette décision a donc été une décision de raison, mais j’avoue aussi que c’était stimulant de se dire que j’allais me retrouver dans une ville au centre de tout et avec une vie culturelle riche.

Pourquoi j’y suis restée 8 ans ? Parce que j’ai rencontré mon mari qui lui est originaire d’Ile-de-France. Je dois être honnête : nous avions bien profité de la vie parisienne. Concerts, festivals, sorties dans des arrondissements branchés, grands restaurants, etc… En outre, j’y ai trouvé un quartier sympa dans lequel nous avons eu la chance d’acheter un appartement et avec de bons médecins, de bons commerces de bouche, etc… Bref, j’aime vraiment Paris pour ses commodités, pour sa richesse et son vivant.

Crédit : Pixabay

Quand les choses ont basculé…

Cette vie était vraiment chouette mais il y a eu l’évènement qui a fait changer ma vision de Paris : l’arrivée de notre enfant ! D’un coup, notre vie de jeune couple parisien a été transformée. Plus question de sortir en semaine, plus le temps pour les concerts, etc… Et surtout la galère des nounous et de crèche, mais aussi la course effrénée pour récupérer mon enfant le soir dans les temps…

A partir de là, la perception des choses a changé : je me suis mise à détester les transports qui me mettaient en retard pour récupérer mon petit bout, à détester le bruit et la pollution en me disant que ce n’est pas bon pour mon enfant, à ne plus supporter d’être les uns sur les autres au parc… Bref, j’ai commencé à avoir l’impression de ne plus respirer et de passer à côté de ma vie. Est-ce vraiment cette vie que je voulais pour ma famille ? Surtout que même avec deux bons salaires de cadre, il ne nous reste plus grand-chose chaque mois entre la crèche, l’emprunt et le coût de la vie. Je suis donc arrivée à la conclusion : pourquoi rester à Paris si nous n’en profitons pas et si notre qualité de vie se dégrade ?

Convaincre ma moitié

A partir de ce moment-là, j’ai commencé à en parler à mon mari. Ce n’est pas un sujet qui est arrivé sur la table du jour au lendemain (même si la décision s’est prise par la suite très brusquement). L’idée, c’était de le préparer à un éventuel départ, puisque je risquais de toutes les manières d’être mutée par mon entreprise. J’ai senti beaucoup de réticence de sa part au départ. Et il y a toujours de la réticence aujourd’hui, car contrairement à moi qui n’aie pas d’attaches ici, lui a tous ses amis d’enfance ainsi que sa famille.

Mais finalement, je n’ai pas vraiment eu à le convaincre. Je crois juste que mon mari s’est fait à l’idée, car il voyait bien que notre quotidien n’était plus tenable. Nous nous sentions malheureux à courir tout le temps et nous avons souffert de nos problèmes de mode de garde (abordés dans Dans Ma Tribu). En outre, mon mari n’étant plus très épanoui dans son travail, cela a sans doute facilité les choses.

Bref, de manière réaliste, mais aussi par la force des choses, il était peut-être temps de songer à vraiment quitter Paris. La prochaine fois, je t’explique comment cette opportunité s’est présentée et comment nous nous sommes décidés à sauter le pas.

Et toi, envisages-tu de changer de lieu de vie ? Quelles sont tes motivations ?  Y-a-t-il eu un élément déclencheur à ce désir de changement ?

Commentaires

3   Commentaires Laisser un commentaire ?

Floconnette

Bonjour Mme Zou,
Je suis originaire de la « campagne », dans l’Est de la FRance. J’ai fait 2 ans d’études en apprentissage à Paris donc à moitié étudiante e tà moitié dans le monde professionnel. A l’issue de mon apprentissage, j’avais 24 ans, on m’a proposé de rester et de m’embaucher. j’ai délciné en sachant qu’après ça serait plus compliqué de mettre fin à un CDI et de rechercher ailleurs, une fois vraiment installée. Je suis donc revenue dans l’Est et j’ai trouvé un bon CDI que j’occupe toujours (8 ans plus tard).
J’ai détesté Paris pour un tas de raisons qui font que certains l’adorent (dont un de mes frères qui y vit). Tout le monde est si différent. Des amies parisiennes ne comprennent pas que je ne m’ennuie pas dans ma petite campagne au pied des montagnes. Mais moi j’ai mon jardin, l’été on vit sur laterrasse comme si on était en vacances H24, les enfants jouent dehors, se promènenet, ont la piscine au coin de la rue. On a toutes les commodités (école jusqu’au collège, cours de musique et de sports variés), des restaurants, des spécialistes, on ne manque de rien. Ca nous va 🙂
Je ne supportais pas l’oppression du « trop de monde » à Paris, du bruit tout le temps, je n’aime pas. Malgré l’accès culturel certain, ça ne compensait pas.
j’y vais souvent pour mon travail , sur la journée, et je suis toujours ravie de repartir le soir 😀
Je comprends tout à fait qu’on aime cette vie, mais ce n’était pas pour moi, ni pour mon époux (que j’ai connu après en être partie) et encore moins pour mes enfants.
Cela dépend des familles, certains ne veulent rien d’autre et d’autres détestent. Heureusement qu’il faut de tout pour faire un monde 🙂
Bon courage dans vos projets 🙂

le 19/02/2018 à 13h09 | Répondre

Titine

Ici opportunité de changement il y a 3 ans. Mon mari a pu avoir une opportunité de carrière dans une nouvelle region. Aujourd’hui aucun regret, on y est tellement bien.
J’espère qu’il n’y aura pas de mutation encore pendant un certain temps car on a gagné en qualite de vie et nos enfants vivent plus tranquillement qu’en région parisienne (où nous etions).
Bon courage et hâte de lire la suite

le 19/02/2018 à 14h35 | Répondre

Madame Nounours (voir son site)

Je suis née et j’ai vécu à Paris jusqu’à mes 28 ans mais aujourd’hui j’habite en province mais j’ai encore beaucoup de famille qui y vit. Je pense que la vie à Paris a ses avantages et ses inconvénients notamment pour se faire de l’expérience professionnelle ou pour les loisirs mais c’est vrai que le fait que les transports en communs peuvent parfois être un cauchemar ou que la qualité de vie comme pouvoir se loger est horrible. Bien que j’apprécie Paris, il est certain que pour rien au monde je ne voudrais y revivre, je suis trop habituer à ma vie dans une ville de province et franchement je comprends les personnes qui veulent s’en aller. J’ai plusieurs amis qui ont le projet de vouloir partir de la région parisienne car comme toi et ton mari, ils commencent à saturer notamment avec les transports. Ca fait six ans que j’habite à Lyon et franchement je ne regrette pas même si c’est vrai que pour certains aspects comme les concerts, salons, boutiques ou restaurants on a pas forcément le même accès qu’à Paris mais sinon j’ai une qualité de vie que je n’aurai pas eu si j’avais continuer à vivre sur Paris. J’ai hâte de lire la suite de votre projet de déménagement en province.

le 19/02/2018 à 15h11 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?