Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Quitter la région parisienne – Episode 2 : C’est décidé, nous partons !


Publié le 27 juin 2018 par Madame Zou

Dans mon premier article, je t’expliquais comment dans mon esprit, j’en suis arrivée à vouloir à quitter Paris. Il est temps d’expliquer comment nous avons sauté le pas. Je dis bien « nous », car c’est une vraie décision familiale, qui bouleverse totalement notre famille.

Contexte & prise de décision

Avant de prendre la décision de partir, il faut savoir que j’étais en mobilité professionnelle avec cette possibilité de quitter notre belle capitale. Le fait de potentiellement partir n’est donc pas arrivé dans nos vies du jour au lendemain ! Mon mari quant à lui cherchait un nouvel emploi sur Paris. Oui, tu as bien lu. Contradictoire, n’est-ce pas ? Je pense que les mois précédents notre départ, étaient un petit peu étrange : « en flottement ». La promotion que j’attendais en interne n’arrivant pas, je me suis mise donc à l’ « écoute du marché ». Un jour, par hasard, j’ai vu une offre qui me plaisait : exactement, ce que j’attendais en termes de responsabilités et de compétences. J’ai donc postulé… un peu sans y croire !

Et, on m’a rappelé et je l’ai eu ce poste. En deux semaines, c’était plié. Oui, tu as bien lu : j’ai trouvé un job en province, en deux semaines, un peu par hasard, mais qui correspondait totalement à mes attentes. Je ne m’étais pas limitée sur les recherches géographiques, mais plus en termes de poste. Mon mari m’a encouragé à aller à la fin du recrutement, cela va donc de soi que j’allais donc accepter l’offre si elle me convenait. Bref, un vrai coup du destin.

Mais cela n’empêche pas que j’ai passé quelques jours difficiles. Comment savoir si nous partons dans une bonne région ? C’est aussi imposer à mon mari, un chômage pour suivi de conjoint ! Bref, un sacré pari : quitter une situation confortable pour une région qu’on ne connait pas, sans famille, sur un job nouveau et en plus avec un enfant en bas âge. Oui un sacré challenge ! J’ai été quelque peu rassurée, dans le sens où nous partons dans une région avec pas mal de villes de taille moyenne, et avec un bassin d’emploi. C’est une région bien située géographiquement. Au niveau de la qualité de vie, cela nous parait pas mal (en dehors du temps, mais bon on ne peut pas tout avoir !).

Crédits photo (creative commons) : geralt

Notre état d’esprit : la prise de risque

A l’époque où j’ai eu la proposition, nous étions tellement épuisés psychologiquement mon mari et moi que cela nous a paru être une ouverture. Une bonne nouvelle. Pas pour autant un Graal, mais quelque chose qui valait peut-être le coup. Je pense que quand on décide de partir, il ne faut surtout pas idéaliser le départ. C’est une nouvelle vie, et je pense qu’il faut faire preuve d’humilité et de prise de recul. On n’a rien sans rien. C’est une bonne nouvelle, mais c’est aussi refaire sa vie ailleurs : une nouvelle maison, de nouveaux emplois, de nouveaux amis, etc… On quitte un certain confort, et je pense qu’il faut avoir en tête les difficultés potentielles. Je suis plutôt optimiste, mais il faut rester prudent. Les angoisses sont là et légitimes. Cependant il faut savoir prendre des risques dans une vie pour ne pas avoir de regrets et de ne pas passer à côté de choses intéressantes. C’est aussi un sacrifice, car on ne peut pas tout avoir. En prenant cette décision, nos enfants ne seront pas d’âge rapproché (coucou futur bébé 2 !) et nous nous éloignons de nos amis et de la famille de mon mari. Pour résumer, nous savons déjà tout ce que nous perdons mais pas encore ce que nous allons gagner.

Attention, il y a bien sûr des motivations suffisamment fortes pour prendre ce risque ! Pour moi, partir veut dire avoir enfin le poste que je recherchais, la fin des « une heure de transport » matin & soir, mais aussi une vie plus agréable avec l’opportunité d’avoir plus d’espace. Bref juste vivre mieux avec ma famille tout en ayant un emploi intéressant. Pour mon mari, partir, c’est aussi se projeter sur de nouvelles possibilités professionnelles : changer d’emploi, potentiellement se reconvertir et apprendre à vivre différemment (même si sur ce dernier point il va falloir que je l’aide en tant que bon parisien !).

Bref, j’ai donc accepté l’offre et de changer notre vie, et les choses se sont donc décidées très très rapidement. Malgré les doutes et les craintes liées à cette décision, voilà c’est décidé : nous partons. A l’heure où j’écris ces lignes, nous sommes à deux mois du déménagement et je suis dans un état de stress plutôt important ! Est-ce bien la bonne décision ?

Et toi, as-tu aussi été amené à prendre une décision aussi importante important toute ta famille ?

Commentaires

4   Commentaires Laisser un commentaire ?

Virg

Notre vie de couple est jalonnée de ce type de décision et nous ne regrettons rien 😉 j’espère que ce sera votre cas. Allez quoi, ça met un peu de piment dans une vie 🙂 🙂 😉 des projets, c’est toujours une prise de risque 😉 et on se plante … ou pas. Ça nous est arrivé de nous planter mais ça nous a généralement servi de booster, on est du genre « bob ba on dormira moins c… ce soir, quel sera notre prochain coup ? » 😉
Je vous souhaite un bon re-départ

le 27/06/2018 à 09h32 | Répondre

Jess (voir son site)

J’ai lu tes deux articles et je trouve que tu as exactement le bon état d’esprit avant le départ … Comme le dit Virg, ca met du piment dans la vie et on en apprend tellement !
Perso je suis partie à l’étranger assez jeune (21 ans) et j’ai tout de suite su que je ne pourrais plus vivre en région parisienne. Etre loin de la famille, surtout maintenant que j’ai un petit c’est évidemment pas toujours évident mais ça peut avoir ses avantages (j’avais écrit un poste à ce sujet là http://lemamazine.com/mamie-distance/) et surtout je ne m’imposerais le rythme parisien pour rien au monde 🙂
Hate de lire la suite de vos aventures !

le 27/06/2018 à 12h25 | Répondre

Sarah Turan

Ah Paris : j’étais une parisienne indécrottable avant de partir à l’étranger et d’y passer 11 ans. Quand je suis rentrée en France, j’ai décidé de ne pas y retourner : déjà, la ville a changé et pas en bien, et vu ma situation pro et celle de mon conjoint, on aurait eu une qualité de vie merdique, du genre à 3 (avec notre fille) dans 20m3 en banlieue. Je vis donc en province et ça me plait. Maintenant quand je vais à Paris voir famille et amis, je n’ai quasi que les bons côtés. D’ailleurs, de plus en plus de Parisiens de mon entourage tentent l’aventure en province.

le 27/06/2018 à 12h41 | Répondre

Magali

« La province » hihi, ça ne veut rien dire !!! Il n’y a que les parisiens pour dire « la province » comme si en dehors de Paris, tout le reste n’était qu’un seul même et vaste territoire hostile !!!! La vie sera différente que tu vives au Sud ou à l’Est, que tu vives dans les Hauts de France ou en région PACA… Donc s’il vous plait, cessez de dire « la province » comme si toutes les régions se ressemblaient !!
Madame Zou, bravo pour tenter cette aventure !

le 07/11/2018 à 19h51 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?