Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Les raisons qui nous ont poussé à devenir propriétaires


Publié le 18 juin 2014 par Madame Givrée

La dernière fois, je t’ai parlé de la façon dont le rêve de mon mari est devenu le mien. C’est décidé, si nous devons avoir une maison rien qu’à nous, ce sera une maison en bois.

Notre cheminement pour décider de devenir propriétaires

Ces dernières années ont posé les jalons de notre vie de couple : premier, second, troisième… cinquième appartement, maison en location, premier emploi, titularisation pour tous les deux, mariage… Nous voilà prêts à commencer le reste de notre vie.

Pour moi, cela signifie fonder une famille. Il m’a fallu longtemps pour en arriver à cette envie de fonder une famille. J’ai vécu des moments très difficiles et cette envie est comme une victoire pour moi. Je veux ma famille, maintenant. Je veux voyager également. J’aimerais voir l’Europe, aller au Canada, en Australie, au Japon.

Pour Sir Givré, il s’agit d’abord de construire notre nid, avoir un toit sur notre tête, nous défaire de l’obligation de payer un loyer pour enfin rembourser un crédit sur 20-25-30 ans. Je comprends bien vite que, pour réaliser MES ambitions, nous devons d’abord réaliser les siennes. Âme de patriarche oblige, Sir Givré ne se voit pas fonder une famille avant que le combiné mariage-maison-voiture ne soit assuré.

dans la cuisine préparation du repas en couple

Crédits photo (creative commons) : Cristian Bortes

Il faut dire que nos famille nous poussent à devenir propriétaires le plus rapidement possible, à grands renforts de conseils :

  • « J’ai commencé à 35 ans, j’en ai 45 et je regrette ! »
  • « Quand vos enfants auront la vingtaine et seront étudiants, vous n’aurez plus de maison à payer. »
  • « On a acheté à 22 ans, quand vous êtes nés nous n’avons pas eu à déménager, c’est un avantage incroyable. »

Les arguments ne manquent pas.

En outre, je dois avouer que nous avons multiplié les déceptions, côté locations : notre premier appartement, un studio de 18m², était humide et sombre.

Le second appartement avait un mur moisi (« ça sera restauré avant votre entrée dans l’appartement, » avait dit l’agent immobilier), pas d’électricité dans la chambre ni dans l’entrée (« on ne pouvait pas savoir, c’était coupé depuis longtemps ». Ça n’a jamais été réparé par la suite.), des fentes gigantesques autour des fenêtres (tu imagines vivre dans un appartement où ta bouteille d’eau gèle sur ta table en plein hiver ?).

Ce deuxième appartement reste pour moi le pire dans lequel nous ayons vécu : nous y sommes restés 7 mois, j’ai eu une horrible toux asthmatique pendant 7 mois.

appartement vétuste

Le troisième appartement était situé dans un immeuble vétuste (« c’est en cours de travaux, » avait dit l’agent immobilier lors de notre visite. Il y avait des câbles qui pendaient du plafond, des inondations, l’horreur). Peu de temps après notre arrivée, une canalisation lâche : le plafond du hall est percé, les gens pataugent, de l’eau jusqu’aux chevilles… alors que de ces mêmes plafonds pendouillent je ne sais combien de câbles et fils électriques ! J’appelle les pompiers, qui viennent aspirer l’eau. Le plafond et la canalisation ne seront jamais réparés.

Ce jour là, Sir Givré et moi décidons de chercher un autre appartement en urgence, tant nous craignons pour notre sécurité. En effet, outre la vétusté des lieux, un fou furieux dans l’immeuble d’en face s’amusait à tirer à la carabine sur les voitures du parking à chaque fois qu’il voyait du mouvement ! Je tremblais à chaque fois que je revenais du travail… Et malgré de nombreux appels à la police, rien n’a jamais été fait.

plafond endomagé après rupture d'une canalisation

Le quatrième appartement avait un loyer trop élevé. Le cinquième était parfait, mais trop loin de nos (nouveaux) lieux de travail. La maison que nous louons actuellement, bien que de construction très récente, n’est pas isolée du tout et nous souffrons beaucoup du froid. En hiver, le thermomètre ne dépasse jamais les 14° chez nous, malgré TOUS les chauffages électriques allumés à longueur de journée.

En cette année 2012, nous décidons que nous en avons eu assez de dépendre de propriétaires plus prompts à encaisser le loyer qu’à prendre leurs responsabilités. Il est temps de penser à être propriétaires !

Comment s’y prendre pour devenir propriétaires et construire une maison ?

Oui, mais par où commencer ? Nous avons la base : nous voulons une maison en bois. Pour quel budget ? Et comment ? Et où ? Et combien de temps ça prend ? Beaucoup de questions se bousculent.

Il y a de nombreux sites qui te donnent des conseils, des étapes à suivre. Je dois t’avouer qu’à l’époque, l’idée de faire une recherche sur Internet pour avoir une idée de la marche à suivre ne nous a pas effleurés. Du coup, je viens de faire une rapide recherche internet, qui m’a indiqué que les étapes conseillées par nombre de sites semblent être : trouver un terrain, (faire) dessiner des plans, obtenir un permis de construire, choisir le bon type d’entrepreneurs, assurer la construction.

Il me semble qu’il manque tellement d’étapes à cette liste qui, pourtant, paraît exhaustive quand tu la lis pour la première fois ! Vomment financer la construction ? Et pourquoi faire des plans et contacter des entrepreneurs si tu ne sais même pas quel est ton budget réel ? Enfin, comment obtenir un permis de construire avant même de savoir avec quel entrepreneur tu vas réaliser ton rêve ?

Voici comment Sir Givré et moi avons procédé.

Tout d’abord, nos recherches ont été un peu « brouillon ». Nous regardions les annonces de vente de terrain tout en parcourant les sites internet qui nous permettaient d’avoir une estimation de notre budget global. Nous avons décidé que la meilleure façon de procéder était de contacter des banques d’abord, pour connaître notre budget maximal, puis de chercher un terrain, et en parallèle chercher un constructeur.

Chercher les deux en parallèle en ayant une bonne idée de notre budget nous donnerait le temps de réfléchir à ce que nous souhaitions réellement, d’affiner nos critères, et de nous rendre compte de la réalité du marché dans notre région, forcément en décalage avec ce que l’on imaginait. C’est ainsi que début 2013, nous avons commencé à démarcher les banques…

Et toi, quelles sont les raisons qui te poussent à acheter, ou à rester locataire ? Quelles étapes envisages-tu pour trouver ton bonheur ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

3   Commentaires Laisser un commentaire ?

Marina

En fait il y a deux systèmes différents : soit signer un contrat de maîtrise d’oeuvre avec un architecte, qui établira le projet de construction, et c’est avec son aide que vous choisirez les entreprises qui vont intervenir et c’est vous-mêmes qui signez les contrats avec eux (les marchés de travaux) ; soit signer un contrat de construction de maison individuelle avec un constructeur, et c’est lui qui sous-traite les différents lots (chauffage, gros oeuvre…) à des entrepreneurs qu’il choisit. Les deux systèmes sont différents et il faut bien se renseigner sur les avantages et inconvénients. Une chose à ne surtout, surtout pas oublier : souscrire une assurance dommages-ouvrage : s’il y a un problème avec la maison (un mur qui se lézarde, l’assainissement qui déraille…) c’est elle qui vous indemnise et vous n’avez pas à vous soucier d’aller chercher la responsabilité de tel ou tel entrepreneur, c’est elle qui se retournera vers eux.
C’est la juriste qui parle 😉

le 18/06/2014 à 15h30 | Répondre

Coco

Nous habitons tous les deux chez nos parents respectifs quand nous avons décidé de nous mettre en « ménage ». Tout de suite, on s’est aperçu que louer revenait plus cher que d’acheter dans notre cas. C’est comme ça qu’on s’est lancé!

le 18/06/2014 à 18h53 | Répondre

MadameGeek

Pour notre part ce qui nous a poussé à devenir propriétaires c’est l’arrivée de BébéGeek d’une part, et d’autre part le fait que, quitte à payer un loyer mensuel, autant que ça ne soit pas « à perte » et que nous puissions en profiter.
Alors pour notre cas, ce n’est qu’on achat transitoire en attendant de stabiliser nos carrières et pour pouvoir accueillir BébéGeek comme il se doit. Nous achèterons probablement à nouveau quand nous déciderons de mettre BébéGeek 2.0 en route 🙂

le 19/06/2014 à 10h27 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?