Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Réduire mes déchets : comment je procède


Publié le 24 mars 2015 par Nefret

Dans son livre, Béa Johnson explique comment mettre en pratique toutes les règles, dont je te parlais la dernière fois, pour les différentes pièces de la maison et dans les situations de la vie quotidienne, en se basant sur son expérience. Et c’est impressionnant comme ça semble facile !

Mais il s’agit tout de même de réviser son mode de vie, et ça, ce n’est pas forcément évident en pratique. Manque de temps, d’énergie, d’idées, de motivation… Ce n’est pas grave ! On n’est pas obligés de tous faire pareil et de tous en arriver au zéro déchet ! Mais on peut, tous, faire de petits progrès par-ci par-là, et réduire un peu la quantité de déchets que nous produisons…

Moi qui suis une bonne flemmarde, et pas plus passionnée que cela par les sujets « écolos », je ne suis prête à faire que les efforts… qui ne me demandent pas d’efforts. Et ca tombe bien, parce que c’est comme ça qu’on a le plus de chances de les tenir dans la durée.

Réduire mes déchets : comment je fais

Crédits photo (creative commons) : Denise Sebastian

Petit état des lieux des habitudes que j’ai toujours eues (ou presque)

  • Garder mes sacs plastiques pour en faire des sacs poubelles ou des sacs pour ranger mes chaussures dans la valise sans tout salir, etc.
  • Garder, quand je ne m’en sers pas immédiatement, la feuille de papier sulfurisée fournie avec les pâtes feuilletées, pour m’en servir plus tard à la place de mon rouleau de papier cuisson.
  • Garder les fournitures scolaires inutilisées pour l’année d’après. Les cahiers d’avance oui, mais aussi les pochettes de crayons de couleur entamées, les stylos, récupérer les classeurs et leurs intercalaires…
  • Se refiler les affaires dans la famille ou avec mes amis : petite, j’ai porté une bonne partie des anciens vêtements et joué avec des jeux de mes frère-sœur-cousins-cousines-enfants-des-amis-de-la-famille. Ça marche aussi pour la calculatrice top qu’on te fait acheter au lycée et qui ne ressert plus jamais ensuite !
  • Garder mes affaires tant qu’elles ne sont pas VRAIMENT usées : bon là, c’est plus une manie personnelle, qui frise le TOC : je ne jette mes chaussettes que quand elles sont vraiment lamentablement trouées, je demande à ma mère de réparer les accrocs sur mes vêtements (hum je sais, j’ai des mains… mais le gène de la couture s’est un peu perdu je crois), je garde mes converses-trouées-qui-ont-plus-de-10-ans pour les jours de travaux/peinture/jardin etc.
  • Donner les habits qui, vraiment, ne me vont plus (pareil, j’ai du mal à m’en séparer, mais quand ca fait 6 ans que je n’ai pas mis quelque chose, je finis par devenir raisonnable) : dans la famille ou à Emmaüs, selon si la pièce concernée tente un de mes proches ou non.
  • Garder le papier de soie avec lequel on te livre parfois certaine commandes, quand il est en bon état : je le réutilise ensuite pour emballer des cadeaux.
  • Garder les boîtes genre Séphora pour y ranger des trucs (j’ai toujours des trucs à ranger !)
  • Utiliser des e-billets quand je voyage. Ce qui est relativement fréquent. Plus de gros billet de train qui prend plein de place dans le sac à main, qu’on a toujours peur d’avoir oublié, qu’il faut penser à composter… tout est sur ma carte ! (Tu peux aussi les avoir sur ton téléphone.)
  • Ramener mon repas de midi au travail. J’ai fait ce choix pour plein d’autres raisons à la base, mais quand je vois les quantités de boîtes vides que mes collègues jettent tous les midis, je me dis que j’aime vraiment beaucoup ma boîte en verre-hermétique-qui-va-au four-et-au-congel.
  • Garder mes restes, et les réutiliser, congeler pour manger plus tard etc.
  • Parfois, manger des produits dont je n’ai pas vu passer la date de péremption. Attention, là il faut y aller en douceur. Pour les produits ayant une DLUO, Date Limite d’Utilisation Optimale, indiquée par la mention à consommer de préférence avant le, il n’y a pas de risque : même 10 ans après, un paquet de sucre en poudre correctement conservé (au sec quoi) ne risque rien. Pour les produits avec une DLC, Date Limite de Consommation, portant la mention à consommer avant le, il s’agit là d’une vraie limite, et il faut faire attention. Il est parfois possible de faire quelques exceptions, mais tout dépend du produit, des conditions dans lesquelles il a été conservé, de la personne qui envisage de le manger… Bref à manipuler avec précaution !
  • Les demi essuie-tout ! C’est un gros rouleau comme un autre, mais les feuilles sont deux fois plus petites. Ainsi, la plupart du temps, tu ne prends qu’une demi-feuille, ça suffit amplement ! Et en cas de besoin, il est toujours possible d’en prendre deux, ça te fait l’équivalent d’une feuille classique.
  • Garder les feuilles de papier qui ne sont utilisées que d’un côté pour imprimer des choses moyennement importantes de l’autre, ou en faire des brouillons, ou en couper plein en quatre pour faire un carnet de listes de courses…
  • Utiliser des éponges lavables en micro-fibres : une couleur pour la cuisine, une couleur pour la salle de bain ! Sèches, elles peuvent aussi servir de chiffon à poussière.
  • Bon, et bien sûr, trier mes déchets.
  • Et ne pas les abandonner dans la rue. Ni à la plage, ni à la montagne, etc.

Les habitudes que j’ai adoptées récemment

  • Les serviettes hygiéniques lavables ! Je ne connaissais pas du tout jusqu’à l’article de Mme Givrée. Je l’ai lu, je me suis dit, « Tiens, pourquoi pas, il faudra tester un de ces jours. » J’ai testé, j’ai adoré ! Bon je ne te détaille pas les nombreux avantages, elle l’a très bien fait, mais j’insiste, c’est top ! Et plus de poubelles puantes à évacuer de la salle de bain, yahouu !!
  • Du coup, je suis aussi tombée sur les lingettes démaquillantes lavables ! En coton, eucalyptus, bambou, ce sont des disques de tissu, à utiliser exactement comme les cotons jetables… Sauf qu’ensuite, on en les jette pas, on les lave ! Et si tu as des chutes de tissu, tu peux même te les confectionner toi-même. Théoriquement, on les mets avec la lessive suivante, perso je les lave juste après leur utilisation avec un peu de savon pour être sûre qu’il ne reste pas de traces de mascara, et ainsi, troisdisques me suffisent (objectif Réduire !).
  • Toujours dans la salle de bain, mais avec un résultat bien plus mitigé : j’ai tenté de récupérer les chutes de tissu pour enlever mon vernis à ongles. Mais après quelques essais, il faut bien reconnaître que ce n’est pas du tout aussi efficace que les disques en coton : j’utilise plus de dissolvant et cela me laisse tout de même des résidus de vernis à la limite entre l’ongle et la peau. (Je ne te raconte même pas le résultat cradoc lors de mon premier test… avec du vernis marron. Ahem.) Bref je laisse tomber cette idée, je reviens aux cotons pour le moment. Si tu as une autre solution à proposer, je suis tout ouïe !
  • Je suis passée au shampoing solide (et sans flacon en plastique donc). Au début, je trouvais que c’était un peu plus long à mousser qu’un shampoing classique, mais on s’y fait rapidement. Et je me suis aperçue depuis que cela dépendait du shampoing utilisé. Mes cheveux sont très bien à la sortie, ça prend bien moins de place… adopté !
  • Ne pas prendre de sacs plastiques. Au supermarché, c’est devenu une habitude pour beaucoup de gens, mais on peut très bien faire de même dans les magasins de vêtements, de cosmétiques, de livres, de jeux… de tout ! Il suffit d’emporter un ou deux sacs en tissu quand on va faire une séance shopping. Et après m’être retrouvée surprise lors d’achats impromptus (pff les séances shopping qui vous tombent dessus comme ca, quelle horreur !! Trop dure ma vie !), je garde désormais au fond de mon sac à main un sac très léger qui se roule en boule dans une toute petite pochette. Au cas où !
  • Utiliser une pochette en tissu pour ranger mon livre en cours dans mon sac à main (avant j’usais des sacs en plastiques) – le but étant de protéger le livre.
  • Je me suis achetée une gourde, et comme ca, plus besoin de bouteilles d’eau en plastique pour mon repas de midi !
  • Lorsque je pars faire mes courses, je glisse dans mon cabas quelques-uns des innombrables sachets de fruits et légumes que je stocke inlassablement depuis des années : et quand je suis au rayon fruits et légumes, je me sers de ces sachets au lieu d’en prendre des nouveaux !
  • J’ai acheté (chez Lush) deux tissus à furoshiki. C’est quoi ca ? Une ancienne technique japonaise pour emballer des objets dans du tissu, grâce à de savants et élégants pliages, et que l’on peut utiliser pour emballer des cadeaux… à l’infini !! (L’utilisation, pas les cadeaux.) N’étant pas très savante en la matière, ma présentation n’était pas vraiment au top de l’élégance (et j’ai triché en utilisant une petite épingle à nourrice), mais ces deux morceaux de tissu étaient super jolis, donc ca ne rendait pas trop mal, et les personnes qui ont reçu ces cadeaux étaient ravies ! Depuis, j’ai changé de système : j’ai acheté du joli tissu (avec des motifs hivernaux, des pères Noël…),et j’y ai découpé des rectangles de différentes tailles. Ensuite, il faut faire un petit ourlet ou surjeter les bords pour ne pas que ca s’abîme. J’ai aussi acheté (au mètre) du ruban de différentes couleurs, tailles, textures… et à Noël, j’ai emballé mes cadeaux dedans ! Sans faire de pliages artistiques, simplement comme je l’aurais fait avec du papier cadeau classique. Ensuite le ruban permet de faire joli et de maintenir le tissu en place. Honnêtement c’est peu cher, très facile… et super joli ! Je vais acheter ensuite des tissus avec d’autres motifs et couleurs, afin de ne pas avoir que des emballages de Noël et de pouvoir continuer ce système tout au long de l’année.
  • Ramener à ma maison, pour les y jeter proprement dans le bac à papier, les vieux cahiers et autres papiers dont je n’ai plus besoin au boulot. Un jour, on aura des corbeilles à papier pour le papier au bureau, un jour (ou la technique de l’auto-persuasion).
  • Utiliser des mouchoirs en tissu à la place des mouchoirs jetables. J’ai récupéré des vieux mouchoirs de l’époque où cette pratique était bien plus répandue, joliment décorés, mais tu peux aussi découper des carrés dans du tissu, tout simplement ! J’avoue que j’étais un peu mal à l’aise au départ, mais je m’y suis rapidement habituée : ça se lave très bien (à la main avec un peu de savon, ou à la machine), et le contact du tissu irrite beaucoup moins la peau du nez que les mouchoirs jetables. [Minute glamour on] Je n’ai pour le moment testé qu’avec des écoulements légers… pas encore sûre d’avoir le courage de tester quand je serai vraiment malade ! – mais avec un peu de chance, ca n’arrivera pas cette année, l’hiver est presque fini, pas vrai ? [Minute glamour off]

Les habitudes que j’aimerais tester

Oui, il reste encore plein de choses à faire ensuite pour limiter sa production de déchets. Il y a probablement plein d’habitudes qui te paraissent évidentes et dont je n’ai pas parlé. Il y en a probablement plein que je ne connais pas. Et il y en a aussi plein dont j’ai entendu parler, mais qui ne me tentent pas, qui me paraissent trop contraignantes ou déplaisantes : chacun ses goûts là-dessus ! Pour moi, le but du jeu est vraiment que chacun trouve les astuces qui ne viennent pas perturber sa vie quotidienne, qui ne lui demandent pas d’efforts, voire qui l’arrangent !
Personnellement, voici ce que j’aimerais essayer ces prochains mois :

  • Acheter des aliments en vrac, pour éviter tout plein d’emballages inutiles… mais j’ai du mal à trouver un magasin qui vende des produits en vrac. Et c’est encore plus dur quand tu veux éviter les produits « parfaits »(trop) : bio-locaux-éthiques-sans OGM-cultivés uniquement à la pleine Lune-ramassés de la main droite. Bon je n’ai rien contre tout ca, mais c’est un peu trop cher pour que j’en achète au quotidien ! (Et ca me fait parfois doucement rigoler aussi, si tu veux tout savoir.)
  • Passer mes gambettes à l’épilation au laseeeeeeer !! OK, mes motivations principales sont tout autres. N’empêche, si ca peut aussi éviter de jeter des tas de bandes pleines de cires, bah… tant mieux !
  • Composter. C’est tout simple, tout bête, et tout bénéf ! Je faisais ça chez mes grands-parents petite, mais dans mon petit appartement sans balcon en pleine ville, c’est un chouilla plus compliqué. Mais des composteurs collectifs vont peut-être bientôt être installés dans les parcs de mon quartier, donc je croise les doigts !
  • La consigne. J’ai eu l’occasion de tester ce système en Allemagne, et c’est super chouette ! Tu gardes tes gros pots de yaourt en verre, tes bouteilles de jus de fruit/bière quand ils sont vides, et tu les ramènes au supermarché aux courses suivantes, et on te rend la consigne ! Les pots et bouteilles eux, sont ensuite lavés et réutilisés. Bon pareil, il faut croiser les doigts pour que les magasins d’ici s’y mettent…
  • Refuser systématiquement les échantillons qu’on me propose parfois quand je fais mes courses. J’y arrive désormais souvent, mais ça m’arrive encore de me laisser surprendre et de les accepter !

Bon voilà, ma maison est encore très loin du zéro déchet (et honnêtement, je ne suis vraiment pas sûre qu’elle y sera un jour !), mais elle est « un peu moins de déchets », et je me dis que c’est déjà pas mal. Surtout quand c’est en ne faisant que des choses qui ne m’embêtent pas, voire qui m’arrangent !

Et toi ? Tu essayes de limiter ta production de déchets ? Tu as toujours eu des habitudes allant en ce sens ? Quelles sont les nouvelles attitudes que tu essaies d’adopter ? Tu as tester certains trucs qui se sont avérés peu concluants pour toi ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

24   Commentaires Laisser un commentaire ?

Nya (voir son site)

TU es déjà en très bon chemin ! Je pense aussi que chacun fixe sa limite selon ce qui lui est facile de faire ou non, même si se contenter de refuser l’inutile et de bien choisir ses emballages contribue déjà énormément à réduire le volume de déchets !

J’ai éliminé à peu près tout ce qui jetable chez moi, mais effectivement, le vernis a été problématique. J’ai contourné la question en achetant du vernis à l’eau, qui s’enlève avec une sorte d’huile : on laisse poser, il suffit ensuite de frotter ses ongles avec l’autre main et le vernis s’enlève. Après, forcément, c’est un vernis qui tient moins bien que les vernis classiques, mais j’aime bien ce compromis relativement écolo.

Pour les aliments en vrac, tu peux en trouver dans les épiceries bio (La vie claire par exemple) ou chez Botanic.

Je ne sais pas si tu es cliente de Starbucks ou d’autres cafés du genre, mais tu peux aussi tout à fait demander à être servie dans ta gourde quand tu prends à boire à emporter (ça te vaudra quelques regards de travers, mais on s’y fait) : c’est toujours un gobelet, un couvercle, une paille et une serviette en moins à chaque fois !

le 24/03/2015 à 12h50 | Répondre

Nefret

Des vernis à l’eau?? Trop bien, je ne connaissais pas! Bon, la prochaine fois je teste ceux là alors! Merci du tuyaux 🙂

Oui les aliments en vrac, c’est au programme des prochaines semaines : faire le tour des épiceries bioes pas trop trop loin pour voir dans lesquelles ca se fait le mieux. En attendant qu’un Day by Day ouvre près de la maison!

le 25/03/2015 à 21h25 | Répondre

Nya (voir son site)

J’utilise la marque Scotch Naturals qu’on trouve sur certains sites bio. Pas donné, mais comme beaucoup de produits de substitution un peu plus verts que leurs homologues certes hyper abordables mais pas propres 🙂

le 26/03/2015 à 14h12 | Répondre

Yaelle

en ce qui concerne les habitudes de tjs j’ai a peu près les mêmes . pour le récent ( 1 an environ ) il y a eu la cup et serviettes lavable et le savon a la place du gel douche. .. a vrai dire ma démarche est plus dans la réduction des produits chimiques. .. les mouchoirs en tissus je peux pas perso mais je prends tjs des mouchours en papier recyclé 🙂 les couches lavables ont été un vrai échec je le regrette vraiment. là j’aimerais bcp reduire le plastique alimentaire mais certaines choses ont l’air très compliqué comme les briques de lait ou le pot de yaourt activia aux fruits celui ci et pas un autre de mon mari… en tout cas bravo très bonnes initiatives

le 24/03/2015 à 12h51 | Répondre

mlle madame

ohlala, moi aussi ça a été un échec les couches lavables et je le regrette. les cuisses de mon bébé devaient etre trop petites, ça dépassait de partout, pour le moindre pipi.
je recommencerais l’essai pour le deuxième !

le 24/03/2015 à 13h42 | Répondre

Mlle Moizelle

Je n’ai pas encore d’enfant, mais pour mes 2 dernières soeurs, ma mère à utilisé des couches lavables, et je compte en faire autant quand je serai mère à mon tour. Elle a dû essayé plusieurs marques pour trouver la bonne, les différentes coupes ne conviennent pas à tous les bébés, c’est vrai. Bien sûr, c’est un peu cher donc on ne peut pas forcément se permettre d’acheter plusieurs marques, ma mère a pu en tester plusieurs qu’on lui a prêté/donné… Tout ça pour dire: n’abandonnez pas! 🙂 les couches jetables sont vraiment une horreur de pollution…
En tout cas, bravo pour celles qui essaient de réduire leurs déchets par des petits gestes, même si la limite est différente pour chacune, bravo à toutes! 🙂

le 24/03/2015 à 13h57 | Répondre

yaelle

mon soucis c’etait surtout d’avoir deux mini en couche et pas des la naissance! ma fille avait 18 mois et ca ne lui plaisait pas des masses , mon fils ca allait pendant 3 mois environs puis il a grandit d’un coup et ses couches n’allait plus j’etais démoralisée surtout niveau financier! j’ai eu pas mal de soucis pour trouvé qlqchose qui convenait puis au final j’ai laisser tomber, trop d’energie et bcp de désagrements mais c’est vrai que toutes ces couches c’est l’horreur! un seul bébé a la fois et de l’organisation et ca le fais 🙂

le 24/03/2015 à 16h17 | Répondre

Nefret

Ah oui, les pains de savon à la place du gel douche et du gel pour les mains, on a fait ca aussi! J’ai oublié de le mentionner^^
C’est tellement simple ca pourtant! En plus ca fait faire pas mal d’économies. Le top de l’action facile et efficace 🙂

Oui du côté des provisions, c’est pas facile… mais bon, par petites touches, on va bien finir par réduire un peu ca!

le 25/03/2015 à 21h28 | Répondre

Nya (voir son site)

Selon ta nature de cheveux, tu peux aussi essayer le savon de Marseille (cheveux courts !), l’association bicarbonate+vinaigre de pomme, ou le no-poo. Avec mes cheveux, le bicarbonate marche bien, mais seulement par périodes de 2-3 mois max, après j’ai besoin de changer.

le 26/03/2015 à 14h13 | Répondre

Marlaine

Pour le compost en appartement, il existe le lubricompostage : des vers dans un contenant fermé dans le noir (un placard fait l’affaire) et hop tu as un compost chez toi! Le tout c’est de trouver l’astuce pour pas que ca sente: de la terre tout simplement. Des amis en ont dans un appart sous les toits et honnêtement on n’y pense pas.

le 24/03/2015 à 14h18 | Répondre

Nefret

Oui j’avais regardé ca; il en existe aussi sans vers, avec des bactéries qui font le boulot à la place, perso ca me plaît mieux (je sais, je suis bizarre^^)… on essaiera de prendre ca au prochain appart, là, je ne vois vraiment pas où on pourrait le poser en fait :s
J’ai hâte de tester!

le 25/03/2015 à 21h31 | Répondre

Vic

Merci pour ton article!
Pour le vernis il existe des pots avec une sorte d’éponge à l’intérieur, pleine de dissolvant, tu plonges tes doigts dedans et ils ressortent tout propres! Et quand il n’y en a plus tu remets juste du dissolvant. On en trouve chez Sephora, Monoprix… Ça ne marche que pour les mains mais c’est déjà ça.
En tout cas bravo pour tes bonnes résolutions, même si tu dis que ça ne te demande pas beaucoup d’efforts tu as le mérite d’y avoir réfléchi!

le 24/03/2015 à 15h34 | Répondre

Athéna

Ici aussi on essaie d’avoir de moins en moins de déchet.
Comme toi j’ai quasiment les même habitudes de base. Je me met ce mois ci à la cup, je vais m’essayer aussi au produit Lush, je n’ai encore jamais tester mais je n’en entend que du bien et il faut que j’achète des bocaux le parfait afin de pouvoir prendre mes produits en vrac (je ne sais pas pour toi, mais ici le Auchan a un super grand rayon de vrac et pas forcément de bio et pas forcément plus cher).

Par contre, pour ce qui est des DLC, honnêtement, ce sont des dates pour la plupart mise aléatoirement par le producteur car c’est devenu obligatoire par la loi (mais si tu regarde bien certain gel douche, lessive etc on une DLUO, c’est complètement débile), a savoir aussi qu’un produit destiné a vente en France et le même produit destiné pour l’étranger peu être confectionné en même temps et avoir plus d’un mois de différence de durée de DLC.

Je peu t’assurer que dans mon frigo j’ai des yaourts « périmés » depuis quasiment 2 mois et qui sont encore tout a fait mangeable, ils sont pareil qu’en temps normal (pas d’altération de texture ni de goût).
Chez nous on mange quasiment tout après la date. Il faut se fier à son odorat. Si le produit te semble bizarre d’aspect, tu jette.
En règle général le seul truc que l’on ne mange pas après la date c’est le poisson (ça c’est hyper fragile), sinon la viande tu peu la manger encore quelques jours après la date, les fromages, yaourts, beurres, produit préparer genre les pizzas, les cordons bleu, les rillettes…, plusieurs semaines après date.
En plus comme ça tu fais des économie car certain magasin solde les produits qui arrivent en date courte…

le 24/03/2015 à 17h45 | Répondre

Nefret

Je n’en ai pas à proximité, mais effectivement j’ai déjà entendu plusieurs fois parler de Auchans qui avaient un rayon vrac, c’est super! J’espère que ca fonctionne bien et que ca va donner envie à d’autres supermarchés de suivre l’idée 😉

Pour les produits périmés… on y va aussi allègrement. Après un bout de formation en agro et quelques années d’expérience, on est devenus des experts^^ Mais bon là dessus, à chacun de faire ses expériences, et de composer avec son cas particulier! Tel produit ca va mais faut bien le cuire, tel c’est OK mais à éviter avec les enfants… tel faut voir l’odeur, tel c’est forcément OK, tel ca dépend des conditions de conservation… A chacun d’acquérir son expérience! Même si on n’a jamais eu le moindre petit mal de ventre, je ne voudrais pas que quelqu’un mange un steak tout vert et ensuite m’en veuille!!^^

le 25/03/2015 à 21h42 | Répondre

Mlle Moizelle

Salut les filles, pareil, nous on mange bien après la date limite (et il y a beaucoup de produits que je ne peux acheter que lorsqu’ils sont en date limite et donc en promo, puisque je suis au 100% bio avec pas un gros budget). Je m’interroge cependant pour une future grossesse: vous avez des enfants? Vous avez fait plus gaffe pendant les 9 mois? + allaitement? Bref, si vous avez des retours d’expériences, je suis preneuse! 🙂
(qu’est-ce que c’est chouette de blog ou on discute de tout et on est plus tout seul à être « bizarre »! ^^)

le 26/03/2015 à 14h52 | Répondre

MlleMora

J’aime bien le principe de faire ce qui ne demande pas réellement d’effort, du coup en te lisant, je m’aperçois que je fais pas mal de choses sans m’en rendre compte ! hihi
J’avoue que revenir aux mouchoirs en tissus (qui ont fait partie de mon enfance pourtant), ça me rebute un peu… lol
Je compte bien passer à la cup (faut que je l’achète…), et concernant les couches lavables pour les bébés et bien, j’ai testé mais malheureusement c’était une cata rien qu’avec un pipi alors… on est passé aux couches bio suédoises, qui n’utilisent pas la chimie des autres, ça fait un compromis quoi…

le 25/03/2015 à 14h39 | Répondre

Nefret

Hihi oui pas d’effort, c’est toujours mieux 😉

Oui pareil il faudra aussi que je teste la cup, pour l’été ca pourrait être utile…

Qu’est ce que c’est les couches suédoises? (désolée, je ne m’y connais pas trop en couches :s)
En tout cas je suis bien d’accord, les compromis qui te conviennent c’est beaucoup mieux que les solutions théoriquement parfaites qui ne te conviennent pas (ou à tes enfants).

le 25/03/2015 à 21h45 | Répondre

Mlle Moizelle

Oui, ça m’intéresse aussi ces couches suédoises… Qu’ont-elles de particulier? Et le prix, c’est comment?

le 26/03/2015 à 14h53 | Répondre

anne th

pour info le pot « dissolvant+éponge » pour ôter le vernis existe aussi pour les pieds 😉 , j’ai testé, cela marche très bien! Chez nous on a fait cet hiver beaucoup de jus (de fruits et de légumes ) maison, pour éviter les bouteilles, et on a mis au compost les déchets végétaux obtenus…on fait nos yaourts avec la yaourtière depuis des années, on a économisé beaucoup de pots de yaourts jetables, on achète en vrac ( chez satoriz les sucres, les farines, les céréales de petit déj…)… et tout le reste on fait tout pareil que toi! j’ai eu une idée pour recycler les inombrables enveloppes du courrier reçu ( j’ai la chance d’avoir pu décider d’avoir une corbeille « papiers ») : je récupère les dos d’enveloppe pour faire des « blocs de feuilles à liste », (avec un massicot, une perfo et des vis à papillon… recyclage du matos de scrap!)

le 25/03/2015 à 16h09 | Répondre

Mlle Moizelle

Mes enveloppes servent aussi de « supports de listes multiples et variées », mais à la sauvage, sans transformation préalable, la flemme! Mais contente de voir quelqu’un recycler les enveloppes aussi, je croyais que j’étais isolée dans cet extrême! :-p

le 25/03/2015 à 16h18 | Répondre

Nefret

Waou, quelle organisation Anne, j’admire!
Pareil que Mlle Moizelle, chez moi c’est plus… euh des supports à gribouillis on va dire^^

le 25/03/2015 à 21h47 | Répondre

Lutine Chlorophylle

Je crois avoir malheureusement perdu davantage d’habitudes qui allaient en ce sens, plutôt qu’en avoir adopté de nouvelles.
Mes parents sont « écolos de la 1ère heure », ma mère récupère les dos d’enveloppes pour faire des listes, réutilise environ 1540 fois chaque papier cadeau, papier d’alu qui entoure le chocolat etc. On a toujours fait du compost, ils achètent peu d’aliments transformés, se chauffent avec un poêle à bois, ont des poules et un jardin…

Moi… Je n’ai pas les mêmes exigences esthétiques et culinaires. 😉
Réutiliser les papiers cadeaux, oui. Mais pas quand ils ont tellement servi qu’ils sont plein de plis dans tous les sens. En plus j’adore le kraft, pas cher et joli, malheureusement je trouve que ça ne supporte pas trop la réutilisation : une matière brute un peu abimée fait tout de suite « sale ». Mais j’ai commencé à utiliser des tissus (pour l’instant ça ne sert pas à tout emballer, loin de là) achetés au mètre : c’est idéal pour emballer des cadeaux volumineux et/ou sans forme là où c’est galère avec du papier !
Je ne récupère pas systématiquement les enveloppes… Mais je garde toujours pléthore de papiers de brouillon (en fait j’en ai déjà tellement que les enveloppes augmenteraient encore leur volume, sans qu’on en utilise suffisamment), de diverses tailles, qui servent pour faire des listes de courses, des listes de pas-courses aussi…
Ne me sentant pas bien chez moi, je ne prend pas toujours le temps de cuisiner. Mais j’aime faire la cuisine. Chez mes parents, la cuisine est très rudimentaire (jamais vu une quiche de mon enfance pour tout dire !), la soupe est toujours la même (pourtant ils auraient de quoi varier)… En effet, j’utilise plus de plats préparés qu’eux, parce que j’ai besoin de plus de variété qu’eux, en plus du manque de motivation.
Actuellement, on préfère aussi faire des économies que tout acheter en bio.

Bon sinon, on composte malgré qu’on soit en ville (d’abord via une association, maintenant en ramenant notre compost chez mes parents). Au début on ne le faisait pas, ça nous faisait vraiment bizarre ! (La famille de mon mari n’est pas écolo, mais ils sont économes, le compost fait aussi partie de leurs habitudes). Pour le jardin, on s’y mettra bientôt (progressivement, l’autonomie, on en causera plus tard !), avec le compost évidemment. Pour les poules… Je ne sais pas si ça viendra. (J’ai du mal à l’idée de m’occuper d’un animal qui n’est pas un mammifère…)
J’utilise des serviettes hygiéniques lavables depuis 6 ans, et après mon accouchement je pense me mettre à la cup. On utilise peu de Sopalin, on a des serviettes de table en tissu (c’est le genre de truc qui me paraît évident, mais je me suis aperçue récemment que chez beaucoup de gens, c’était serviettes en papier ou Sopalin ! Le choc ! 😆 ), on lave au vinaigre et savon noir, on n’utilise pas de sèche-linge… Me passer de mouchoirs en papier pour l’instant je ne suis pas prête. (Pourtant pas de soucis avec les couches lavables… Va comprendre la logique !)
L’un des petits trucs simples à faire pour une étape suivante, ça pourrait être de passer aux stylos rechargeables, à encre (plume ou roller) mais aussi à bille. (Mais avant, on va utiliser tout notre stock de stylos jetables, ça serait bête de s’en débarrasser alors qu’ils sont parfaitement opérationnels.)

Puis à côté de ça, l’un des conseils de Béa si j’ai bien suivi, c’est de commencer par faire le vide. Là-dessus, j’ai encore beaucoup de progrès à faire… Mais je suis déjà bien plus avancée que ma maman qui garde tout. 😆 (Tu connais la fameuse scène où tu cherches un stylo, tu en essayes 8 et y’en a pas un qui fonctionne ? 😛 )
Et je fais moins d’achats compulsifs, je crois.
On est pas si mal ! 😉

le 26/03/2015 à 10h59 | Répondre

Aurelie / Catmini

Merci pour le tweet, qui me permet de découvrir ce post!
Depuis mon article, j’ai testé le liquide vaisselle home made et je demande ma baguette de pain sans le papier qui va avec (une vraie victoire, la boulangère n’étant pas commode!)

le 27/03/2015 à 16h30 | Répondre

Jojo

Et plus tu utilises tes mouchoirs en tissu (et donc plus tu les laves), plus ils deviennent doux 😉 N’ais pas d’inquiétude pour les gros rhumes, il se peut juste qu’en une fois ton mouchoir soit plein, mais ça n’a jamais « débordé » quand j’avais de gros rhumes étant enfant.
Pour les bouteilles consignées, ça existe : ma maman achetait bière (Kro, Fischer), eau gazeuse (Lisbeth, la meilleure ! 😉 ), limonade en bouteille en verre (pas l’eau plate : elle vient du robinet chez nous 😉 ). C’est déjà pas mal comme début, je trouve 😉

le 30/03/2015 à 14h43 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?