Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Changer de maison : les travaux – Partie 2 – Mettre la main à la pâte


Publié le 22 mai 2019 par Colombine

La dernière fois, je t’ai parlé de nos « gros » travaux qui ont été effectués par divers artisans. De notre côté, il restait des choses « simples » (selon Mon Chéri) à privilégier avant d’emménager : détapisser et repeindre les murs, refaire la cuisine, s’occuper du parquet.

Bref, ça ne paraît pas trop long dit comme ça.

Quand les choses se compliquent

Sauf que les choses ne se sont pas passées si facilement. Nous aurions dû avoir notre maison en tout début d’été mais suite à des retards de l’assurance, de la banque et du notaire, nous n’avons signé que mi-septembre. Moi qui rêvais de travaux tranquilles durant les vacances c’était raté : nous avons été obligés de nous y mettre tous les week-ends de libres que nous avions. Et globalement, tout a été beaucoup plus long que nous ne le pensions et nous a pris 7 mois et non 6 semaines comme nous l’envisagions.

Crédits photo : whitesession

Ce à quoi j’aurais bien voulu ressembler durant les travaux

De plus, le chauffage n’a pas été installé en temps et en heure. Nous avons travaillé dans le froid. Heureusement que l’automne a été clément et l’hiver avec peu de journées de grand froid. Un poêle à pétrole nous a permis d’atteindre 12 voire 13°c même si cela compliquait les choses : impossible en effet de travailler dans 2 pièces différentes. Il fallait donc être stratégique et privilégier celle où nous pouvions être sur le même travail ou sur 2 travaux différents sans nous gêner.

Les petites choses et les mauvaises surprises se sont ensuite accumulées, en dehors de ce que nous avions prévu :

  • changer la cuvette des toilettes qui fuyait.
  • enlever le placard de la salle de bain pour que l’électricien puisse passer ses câbles.
  • le fait d’avoir dû casser le faux-plafond nous a fait découvrir un ancien dégât des eaux assez important (assez pour provoquer un léger affaissement) qui avait été réparé par le doublement d’une poutre maîtresse. Cependant, nous avons constaté que la poutre touchée avait développé des champignons que nous avons traités.
  • la cheminée qui prend énormément de place dans le salon ne peut pas être enlevée comme nous en avions l’intention. Et pour l’utiliser, il faudra enlever le tuyau en amiante qu’elle contient pour l’utiliser (les joies de l’ancien !).
  • refaire un faux-plafond par un professionnel c’est bien. Encore faut-il le peindre ! C’est encore du temps non prévu à la base. Heureusement, ma maman est venue à la rescousse : non seulement elle aime peindre les plafonds mais en plus elle est douée.
  • casser le carrelage dans la cuisine pour le refaire car trop ancien à notre goût.
  • reboucher les fissures, menus dégâts à droite et à gauche, reclouer ceci, visser cela, ajouter une grille à tel endroit…

Pas à pas

Les murs

La tapisserie a été une horreur à enlever. Tu penses que j’exagère ? Que nenni !! Elle ne s’arrachait que par petits bouts. Mon frère nous a prêté un aspirateur vapeur : cela nous a réellement sauvés. Nous avons mis 6 week-ends pour venir à bout.

Une fois tout enlevé nous avons découvert des murs très abîmés que nous avons rebouchés et lissés avec de l’enduit, ce qui nous a pris un temps considérable. Sans grand succès : après avoir peint la chambre de Belle-Fille, nous nous sommes rendus compte qu’avec une couleur comme le blanc on ne voyait pas grand chose mais sinon c’était catastrophique (coucou belle-maman qui encore une fois m’avait prévenue et avait raison !). Pour les chambres, nous avons donc choisi des couleurs claires sur lesquelles les défauts étaient atténués (seul un mur de la chambre de Belle-Fille déjà peint en bleu très foncé est resté tel quel).

Crédits photo : stux

Pour les 2 pièces de vie (cuisine et salon/salle à manger), nous avons donc opté pour de la tapisserie à peindre (le coût nous a dissuadé de faire la même chose dans toutes les pièces). Le souci est qu’au moment de la pose la tapisserie s’est décollée entre chaque joint. Manque de colle ? Maison non chauffée ? (nous avons fait ce travail au plus froid de l’hiver, avec 5°c dans la maison). Qualité de la tapisserie ? Nous n’avons pas la réponse. Je te laisse imaginer mon désespoir quand cela s’est accentué après avoir passé la sous-couche. Mon Chéri toujours optimiste s’est chargé de systématiquement recoller entre chaque couche de peinture. La troisième était la bonne : le résultat n’est pas impeccable (certains joints et défauts du mur sont visibles) mais je dirais que c’est une réussite quand on voit ce que c’était au départ…

Deux murs en particulier étaient irrécupérables et nous avons dû poser du placo. A l’heure où j’écris, je ne sais toujours pas comment nous allons faire pour le mur de l’escalier qui est lui aussi très dégradé.

Le sol

Nous voulions une maison avec des parquets. Nous avons été servis mais quel boulot ! La précédente propriétaire s’occupait de son parquet « à l’ancienne » : cire et huile de coude ! C’était impensable pour moi. D’une part car cela demande un entretien régulier une à deux fois par an. D’autre part, j’ai beaucoup de mal à supporter l’odeur de la cire. Nous avons décidé de poncer et vitrifier toutes les pièces.

Si l’étage a été plutôt simple à faire, nous avons eu des sueurs froides pour les pièces de vie en rez-de-chaussée. Dans la cuisine, un lino avait été collé (la colle avait une couche très épaisse) sur un ragréage en ciment fait directement sur le parquet et cela nous a pris un temps fou (4 jours complets de travail pour 12m2) pour avoir un parquet propre.

A droite la colle, au centre le ciment et à gauche le parquet ! (photo personnelle)

La moquette de la pièce principale était également collée directement sur le parquet. Trois week-ends complets avec une ponceuse professionnelles ont été nécessaires pour obtenir un plancher propre et net, sans compter le temps que mon papa a passé à poncer le long des murs. Teinter puis vitrifier a été comparativement simple et rapide.

Dans 2ème partie de la cuisine, il y avait un carrelage à l’ancienne que nous avons cassé avec facilité car il ne couvrait que 8m2.

Après seulement 1h de casse (photo personnelle)

Il a ensuite fallu refaire une dalle en ciment puis coller le nouveau carrelage (après avoir évacué l’ancien, et ça pèse !) Mon Chéri s’est vraiment pris la tête et après plusieurs déboires (et un petit tour aux urgences !) nous avons pu admirer le résultat. Un travail qu’il avait estimé à 2 jours et a finalement pris le triple…

La cuisine

Parlons-en de la cuisine. Elle était minuscule mais la pièce attenante que nous trouvions inutilisable en l’état (sombre, mal située et sans utilité bien définie) n’était séparée que par une cloison que nous avons fait tomber. En moins de 10 minutes c’était fait : nous avons mis bien plus de temps à ramasser les gravats. Nous voici avec un grand espace de 20m2.

Côté tuyauterie, il a fallu refaire l’arrivée d’eau dans la cuisine. Mon Chéri a passé 2 journées entières sans réussir à raccorder correctement. Il est têtu et persévérant mais nous avons finalement fait appel à un plombier qui a réglé le souci en 30 minutes.

Crédits photo : roegger

Ce à quoi je ressemblais en vrai (sans la barbe)

Les meubles de cuisine qui devaient être posés facilement n’ont pas été si évident que ça à monter et Mon Chéri y a passé énormément de temps. Il fallait en outre attendre que le gaz soit relié pour finir et comme cela s’est fait très tard le chantier n’avançait pas.

Et nous avons dû poser du placo sur l’un des murs.

Quand on en voit le bout…

Le pire je pense, c’est se rendre compte à 3 semaines de déménager que certains éléments déjà peints étaient à refaire :

  • les plinthes dans une chambre à repeindre : quelle idiote d’avoir oublié d’enlever le ruban de masquage qui a écaillé toute la peinture quand j’ai voulu le retirer.
  • l’un des murs de la chambre de belle-fille car la condensation d’une fenêtre avait coulé et fait des auréoles.
  • les portes de la pièce principale qui ne se fermaient plus une fois peintes et qu’il a donc fallu raboter.

Et il y a eu le jour où nous avons pris conscience que ça y était, tout était prêt à nous accueillir. Certes, nous allions vivre encore quelques années dans les travaux car beaucoup de choses étaient encore à réaliser : refaire entièrement la salle de bain (chantier prioritaire cette année), isoler et aménager la véranda, créer une bibliothèque, poncer et repeindre les volets, nettoyer et isoler la cave, changer les toilettes, refaire l’entrée et la cage d’escalier, nous occuper entièrement de la 3ème chambre, de la cheminée, du volet qui se descelle, du jardin… J’arrête, ça me fait peur rien que de l’écrire. Mais voir ce qui était accompli a été un réel plaisir et une grande fierté !

—–

Et toi, quels travaux as-tu fait chez toi ? As-tu eu des mauvaises surprises ? Sais-tu bien évaluer le temps qu’il te faut pour les travaux ?

Commentaires

7   Commentaires Laisser un commentaire ?

Melinda

Waouh ! Je suis à la fois effrayée et admirative de ce que vous avez accompli ! Je crois que j’aurais été tellement découragée à chaque mauvaise surprise… Vous êtes très persévérants !

le 22/05/2019 à 07h42 | Répondre

Colombine

On n’a surtout pas eu le choix. Mais je reconnais que mon mari a dû à plusieurs reprises me remonter le moral !

le 23/05/2019 à 08h58 | Répondre

Marion

Ah, les délais des travaux ! Ca me parle tellement ! Maintenant, quand mon mari me dit qu’il pense que ça va prendre 1 heure, je compte mentalement 2 heures de plus …
Nous aussi on avait prévu de faire les travaux de notre appart nous-même pendant 6 semaines au mois d’août. On a mis 5 mois pour terminer les pièces indispensables, puis 1 mois pour la chambre d’enfant (easy, on était rodé).
Le pompon, ça a été la cuisine, 4 mois de travaux avant la pose (il n’a fallut que 2 jours au cuisiniste) pour enlever un foutu papier peint métallique doublé et enduit de peinture, sur les murs ET le plafond. Puis enduit de rebouchage, ponçage, enduit de lissage, ponçage, enduit de lissage, ponçage, re-ponçage, nettoyage, sous-couche et peinture en 2 couches. Murs et plafond of course.
La palme de la galère revient au joint de carrelage, qui sèche super vite et qu’on s’est retrouvé à gratter à 4 pattes à 1 heure du mat, la veille de la pose de la cuisine. O joie !
Le plus simple finalement, c’est de faire tomber du carrelage. Mon petit plaisir inavouable !

le 22/05/2019 à 12h45 | Répondre

Colombine

Pour le carrelage ça dépend : mon papa a essayé d’enlever celui des murs de la salle de bain mais il a arrêté en nous disant qu’il était tellement bien collé qu’il allait finir par faire tomber le cloison !

Je n’ose imaginer la galère que ce papier peint : quelle idée de le coller au plafond !! Ça a dû être épuisant à retirer.

le 23/05/2019 à 09h03 | Répondre

Marmotte

Ah les travaux…. 3 ans ici pour ce qui était prévu en 7 semaines ! Normalement cet été on finit réellement le séjour ( meublé bibliothèque /télé sur mesure et home made par Monsieur), quelques détails dans l’entrée ! Et on attaquera l’isolation et l’aménagement de nos 80m2 de grenier… 3 ans c’est le temps qu’il a fallu pour économiser pour faire intervenir un carreleur et un maçon ! Mais sinon effectivement maison des années 60 dans son jus mais sans joli parquet 😉
Quant au jardin ça commence à être vraiment pas mal !

le 22/05/2019 à 16h57 | Répondre

Colombine

Ici aussi mon mari va faire le meuble télé et la bibliothèque sur mesure. Tu dois être impatiente de pouvoir enfin profiter des pièces de vie terminées.

Ici nous avons laissé le jardin à l’abandon. Mais ma maman qui adore s’en occuper nous l’entretien en attendant qu’on s’y mette.

le 23/05/2019 à 09h07 | Répondre

Kechari

Merci pour l’article

le 18/06/2019 à 10h15 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?