Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Vers une vie avec moins de déchets : pourquoi et comment ?


Publié le 9 mars 2015 par Nefret

Depuis quelques mois, j’essaie de faire attention, afin de limiter la quantité de déchets que nous produisons. Je ne suis pas (encore ?) dans une démarche zéro déchet (comme Béa Johnson, dont je te recommande le très bon livre intitulé…[roulement de tambours] Zéro déchet, qui est parvenue à réduire le volume de déchets non recyclables produits par sa famille à environ… 1 litre par an !), mais plutôt « un peu moins de déchets » : chacun son niveau !

réduire sa quantité de déchets

Crédits photo (creative commons) : S. H.

Quel est l’intérêt ?

Outre de ne plus avoir à descendre ses poubelles (ce qui est déjà pas mal !), réduire sa quantité de déchets présente plusieurs avantages :

  • Dans de nombreuses villes, hélas, les déchets sont simplement entassés dans d’immenses décharges, rendant très moches des endroits qui pourraient être jolis. En polluant, perturbant les animaux du coin… (Ne mentionnons même pas les odeurs et les nuisances pour les riverains…)
  • Même quand les déchets sont incinérés correctement, c’est une opération qui coûte du temps, de l’énergie, de l’argent… et qui pollue aussi.
  • La valse matinale des camions-poubelles est également coûteuse et polluante.

Au final, quand on y réfléchit, une grande partie du contenu de notre poubelle ne nous aura servi que très brièvement ! Et pourtant, pour la fabriquer et l’emmener jusqu’à nous, mais aussi ensuite, pour l’en éloigner et la recycler/traiter, il aura fallu de nombreuses ressources, et beaucoup d’énergie… Un gros gaspillage donc. Et je ne sais pas pour toi, mais le gaspillage, je n’aime pas ça !

Bon je ne te parle même pas des gens qui jettent leurs déchets dans la rue ou dans la nature, ni du 6e continent…

Quelles sont les pistes pour réduire ses déchets ?

À chacun de trouver les actions qui lui conviennent, qui s’intègrent facilement à son mode de vie, à ses habitudes, à son logement, à sa motivation, etc. Mais globalement, l’idée est de respecter, dans l’ordre, les principes suivants :

  1. Refuser : si déjà, on ne laisse pas entrer chez soi des choses dont on n’a pas besoin… on n’aura pas à les jeter !
    À la sortie du métro, quand un étudiant te tend un énième prospectus, tu sais pertinemment que tu ne le liras pas et qu’il finira à la poubelle dès que tu seras arrivée chez toi ? Autant ne pas le prendre !
  2. Réduire : tout simplement, éviter de consommer plus que ce dont on a besoin.
    Tu as une télé au salon ? Tu n’as peut-être pas besoin d’en avoir une autre dans la chambre.
  3. Réutiliser : mais oui, tout un tas de choses peuvent aisément resservir si on y pense quelques instants !
    Ce bocal en verre de haricots ? On le lave, et hop ça fait un récipient parfait pour la compote maison qu’on avait prévu de préparer demain aprem. Ou pour mettre au frigo le reste de ratatouille de midi.
  4. Composter : on rend à César ce qui est à César, et à la Terre… bon, tu vois.
    Le concept est très simple : épluchures de légumes et cie, zou, au compost, ça fait de l’engrais ! Facile à dire si tu as un jardin… plus compliqué autrement. Il existe toutefois des composteurs utilisables en appartement : il y en a plusieurs sortes (selon la place disponible, le type de déchets à composter etc.), mais ce n’est tout de même pas évident dans les petits appartements. Il y a également dans certaines villes des projets permettant d’effectuer du compost en commun avec tes voisins ou dans le parc du quartier.
    Dans certains pays, il y a même du ramassage de « déchets à composter » organisé par les villes, qui fonctionne exactement comme le ramassage des déchets classiques. Ensuite, la ville produit le compost et se sert de l’engrais pour les jardins publics, ou le redistribue aux habitants.
  5. Recycler : eh oui, ça ne vient qu’en dernier ! Quand vraiment on n’a pas pu appliquer les règles précédentes, et qu’on a produit un déchet, on le traite le mieux possible.

Ça, ce sont les grandes lignes. Je te raconterais la semaine prochaine comment s’est passée la mise en pratique, ce que j’ai réussi à faire, ce que je n’ai pas encore testé…

Et toi ? Tu appliques déjà quelques unes de ces pistes ? Tu cherches à réduire la taille de tes poubelles ? Tu fais d’autres choses qui ne rentrent pas dans ces 5 grandes lignes, mais qui contribuent à la réduction des déchets ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

26   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Vélo

Vaste sujet que la réduction des déchets ! à chacun ses petites astuces et là dessus l’échange d’expériences et d’idées reste la meilleure façon de s’améliorer. J’applique la règle des « 4 R » mais je suis sûre que je peux encore faire mieux. Un très bon moyen de réduire ses ordures ménagères c’est de cuisiner au lieu d’acheter des produits industriels (moins d’OM mais plus de déchets compostables…qu’il faut pouvoir composter derrière !)

le 09/03/2015 à 09h39 | Répondre

Amélie C (voir son site)

Entièrement d’accord avec la remarque de Madame Vélo, la solution la plus efficace est de cuisiner soi-même. Lorsque j’achète mes légumes, j’évite au maximum de les prendre dans les sachets plastiques, mais dans des petits sacs maisons. Pour les œufs et le lait, nous avons la chance d’avoir une ferme bio pas très loin, donc on va les acheter la plupart du temps là-bas, en vrac. Donc on ramène nos bouteilles pour les faire remplir et nos propres boites à œufs, c’est vraiment super !!! En en faisant le max de choses soi-même (pain, dessert, glaces, confitures…) c’est vrai qu’on a quasiment plus de déchets, sauf une montaaaagne de déchets organiques ! 🙂
On a la chance que dans notre ville, Zürich en Suisse, la mairie organise le ramassage des déchets organiques qu’elle utilise ensuite pour la ville. Et ça, c’est juste top quand on habite en appart comme nous !!

Par contre, le seul déchet que je n’arrive pas à réduire, c’est la litière pour chat… On a essayé l’espèce de litière en bois aggloméré, mais pas convaincu par l’efficacité, on a pour l’instant pas trouvé mieux que la Catsan en billes d’argile, qu’on met à la poubelle, et pas avec les déchets organiques… et avec deux chats, ça fait pas mal ! Donc si quelqu’un a trouvé une solution, je suis preneuse ! 🙂

le 09/03/2015 à 10h11 | Répondre

fée bleue

pour la litière, j’utlise la canada litter (que je trouve chez truffaut ou animalis en France) et c’est une litière agglomérante vraiment efficace.

le 09/03/2015 à 11h24 | Répondre

Coco

Cette litière va à la poubelle ou tu peux la mettre au compost?
Ça m’intéresse beaucoup car prochainement ma commune va passer aux poubelles à puce (Belgique) et c’est vrai que la litière de mon chat pèse lourd! 😉

le 11/03/2015 à 16h04 | Répondre

Nya (voir son site)

La marque allemande Cat’s Best produit de la litière compostable : Öko Plus. Cela dit, n’importe quelle litière 100 % naturelle (argile, fibres de bois) peut être compostée, à condition de ne pas la vider d’un coup dans le composteur. Il faut l’ajouter petit à petit au compost, par exemple en la conservant dans un seau à côté, pour ne pas entraver la bonne maturation du compost.

le 13/03/2015 à 01h58 | Répondre

Yaelle

ici la question du recyclage est réglée on paye au ramassage, plus on remplis sa poubelle plus on paye! je suis aussi partisante du « un peu c’est mieux que pas du tout » . j’essaie de limiter mais j’avoue que je n’en fait pas une fixette! j’ai fais l’expérience des couches lavables pendant qlq mois mais au final je suis tout de même revenue aux jetables mais avec 1 seul enfant et une meilleure organisation ca aurait pu le faire :). j’avoue que je suis plus dans une démarche produits naturel et déchets recyclable que réduction des déchets mais c’est une excellente initiative il faut que je m’y mettent sérieusement!

le 09/03/2015 à 12h37 | Répondre

Nefret

@Yaelle, oui ca va souvent ensemble ces différentes démarches. Je m’en suis aperçue après coup, mais depuis que j’ai commencé à essayer de réduire mes déchets, je me tourne plus souvent vers des produits naturels! Tout bénéf tout ca 🙂
Mais je suis bien d’accord, il ne faut surtout pas en faire une fixette (comme pour tout en fait!). Vous allez le voir, il y a des tonnes de choses qui sont peut-être facile mais que je ne fais pas, ou pas encore! Je préfère m’y mettre petit à petit, au fil de mes envies, des bonnes idées que je croise… et n’adopter que les habitudes ou astuces qui me plaisent et me conviennent parfaitement, quitte à être loin, très loin, de la perfection! Mais je me dis que chaque petit effort est déjà quelque chose de gagné, ce n’est pas la peine de s’obséder à atteindre la perfection. Et puis c’est comme ca qu’on a le plus de chance de garder ses bonnes habitudes sur le long terme de toute façon!
Et puis de toute façon, une partie de la motiv est de « vivre mieux » d’une certaine façon, alors hors de question que ca passe par des prises de tête 🙂

le 12/03/2015 à 18h24 | Répondre

Marion

Je dirais aussi, passer au « tout lavable » : couches, serviettes hygieniques, eponges, lingettes, essuie tout… Avec de la lessive bio bien sûr !
Et aussi, reparer plutot que jeter, et acheter d’occasion plutôt que du neuf, ce qui evite à quelqu’un de jeter aussi !

le 09/03/2015 à 13h20 | Répondre

Madame Vélo

Oui tout à fait. Pour notre bébé qui va bientôt arriver j’envisage de commencer directement avec les couches lavables (bon, sauf à la maternité !). J’utilise la coupe menstruelle plutôt que tampons et serviettes, pas de lingettes, même mes légumes que j’essuyais avec du sopalin avant je les essuie avec un torchon spécifique maintenant.
La seule chose que je n’arrive pas à réduire ce sont les mouchoirs et le papier toilette !

le 09/03/2015 à 13h27 | Répondre

Jojo

Les mouchoirs en tissu, ça existe aussi (j’en ai eu pendant toute ma jeunesse). Tu as déjà essayé ?

le 10/03/2015 à 18h44 | Répondre

Madame Vélo

Oui j’y ai bien pensé aux mouchoirs en tissu, mais je n’arrive pas à passer le pas. Comme pour beaucoup de choses relatives au « changement de comportement » il y a plusieurs étapes et là je reste bloquée à l’étape 1 ! mais qui sait, ça viendra bien un jour !

le 11/03/2015 à 13h47 | Répondre

yaelle

pour ma part j’ai fais le compromis de prendre des mouchoir en papier recyclé un peu plus cher mais c’est toujours ca de pris! pour ce qui est du papier toilette j’ai essayé aussi mais vraiment pas convaincue ^^

le 12/03/2015 à 13h19 |

Nefret

J’ai un peu hésité pour les mouchoirs, et j’ai récupéré quelques mouchoirs en tissu au fond d’un placard chez mes parents, en me disant « on verra »…. et bin ca c’est fait presque tout seul! la première fois ca m’a fait un peu bizarre : avec la sensation du tissu sur mon nez, j’avais inconsciemment l’impression que j’allais me moucher dans un habit ^^ Mais passé ce moment un peu étrange, c’est très vite devenu un réflexe. En plus le tissu c’est bien plus doux que les mouchoirs jetables, donc adieu les vilaines irritations que ceux-ci me causaient souvent!
Et (ce que je craignais le plus), ca se lave très bien, soit au lavabo avec de l’eau et du savon quand je suis pressée ou en voyage, soit dans la machine avec le reste.
Mais comme pour tout, il vaut mieux attendre d’avoir le « déclic » pour se lancer! Si tu ne le sens pas sur ce point là, franchement, ne forces pas! ca viendra peut-être un jour… et sinon? bah tant pis! tu en fais déjà beaucoup!!

le 12/03/2015 à 18h33 |

Nefret

Haha le papier toilette je n’essaie même pas! Chacun ses blocages^^ Disons qu’on verra quand j’en serai à un excellent niveau sur tout le reste… et comme on en est très loin 😉

le 12/03/2015 à 18h36 |

Mailys

Je suis très curieuse de suivre tes prochains articles. J’ai dévoré le livre de Béa Johnson l’été passé, et depuis nous avons fait de nombreux efforts en ciblant avant tout la cuisine, et notre façon de faire les courses. Nous achetons désormais énormément d’aliments en vrac dans les magasins Day by Day, utilisons les mêmes sac ziploc pour achater nos fruits et légumes, faisons nos propres yaourts… comme toi ce n’est pas du zéo déchets, mais la réduction est déjà significative !

le 09/03/2015 à 14h57 | Répondre

Mlle Moizelle

Comme Mailys et Marion, mes efforts « réduction des déchets », c’est surtout acheter en vrac et en lavable au lieu du jetable. Un verre se renverse? Tout le monde court vers le sopalin… Mais la serpillère, elle sert à quoi? 🙂 et bien sûr, je composte, mais en location mitoyenne des proprios pas du tout écolo, ils tirent un peu la tronche… Vivement notre « chez nous » ou on mettra même en place des toilettes sèches! 🙂 En tout cas, bravo à tous ceux qui essaient. On est tous des gouttes d’eau qui forment l’océan!

le 10/03/2015 à 17h35 | Répondre

MailysDW

Nous aussi on composte, mon copain a fabriqué un lombricomposteur cet été, et ça marche plutôt pas mal ! On l’a mis dans notre cave, faute de place en extérieur. Au début je craignais les odeurs, mais finalement aucun souci à ce niveau !

le 11/03/2015 à 18h41 | Répondre

Nefret

lombricomposteur maison, classe! c’est vraiment bien de pouvoir composter, ca me donne trop envie! au prochain déménagement j’espère bien pouvoir commencer!

le 12/03/2015 à 18h42 | Répondre

Nefret

hiii vive les gouttes d’eau! C’est vraiment ca en plus!!

le 12/03/2015 à 18h38 | Répondre

MlleMora

J’ai bien envie de savoir comment tu y parviens au quotidien, c’est un défi immense !

le 11/03/2015 à 15h47 | Répondre

Nefret

Suite au prochain épisode Mlle Mora!! ^^
En fait je peux déjà spoiler : la réponse est que je n’y parviens pas très bien^^ Mais j’ai découvert ces derniers temps plusieurs petits trucs qui permettent, tout doucement, de réduire un petit peu… et que j’ai adopté ceux qui me plaisaient. C’est ca que je vais essayer de vous lister la prochaine fois. Et j’espère que vous me raconterez les vôtres!!!

le 12/03/2015 à 18h45 | Répondre

Coco

Le sujet des déchets est un sujet très intéressant. Depuis que je suis propriétaire, j’essaie de les gérer (compost, mouchoirs en tissu, sacs réutilisables pour les courses, articles de 2ème main) mais j’aimerais faire plus.
Conseilles-tu le livre « Zéro déchets »? Est-il vraiment intéressant?
Merci pour le partage!

le 11/03/2015 à 16h07 | Répondre

Nefret

Oui Coco, si tu as l’occasion de le lire, je te le recommande vraiment : ca explique très bien les grands principes, ensuite ca liste tout un tas d’astuces, par pièces de la maison et occasions. Et surtout je trouve que l’auteur explique très bien comment elle et sa famille sont parvenus à ce résultat impressionnant : elle ne cache pas les difficultés rencontrées, mais explique comment ils ont réagi plutôt (et c’est parfois un peu drôle en plus). Enfin, elle insiste bien sur le fait que chacun doit trouver les méthodes qui conviennent à son mode de vie, et que ce n’est pas la peine de se forcer à adopter des habitudes qui ne nous conviennent pas, bref, contrairement à certains, elle ne culpabilise pas du tout les gens! J’ai beaucoup aimé ce côté positif, on ne ressort pas de là en se disant « oh mon dieu c’est horrible les quantités effroyables de déchets que je produis » mais plutôt « tiens, moi aussi j’ai envie de m’y mettre! Bon je vais commencer par tenter ceci ou cela »
De rien, et bonne lecture! 😉

le 12/03/2015 à 18h54 | Répondre

Lutine Chlorophylle

Pour limiter les déchets ET l’empreinte écologique générale, on peut… cultiver son jardin. Chose forcément impossible en ville. Sur un balcon ou une terrasse on peut aussi cultiver quelques plants, c’est toujours ça de pris ! (Et puis du basilic ou du persil frais, c’est délicieux, mais quel budget quand on l’achète déjà coupé, et ça se conserve mal. Là, il suffit de couper juste ce dont on a besoin au moment où on en a besoin. 🙂 )
Je compte m’y mettre prochainement, quand on aura déménagé. En attendant je dévore les bouquins de jardinage. 😆

Comme en France la collecte de produits compostables est loin d’être généralisée (ce qui est d’ailleurs assez incroyable !), et si on n’a pas envie d’installer un lombricomposteur chez soi, peut-être est-il possible de s’arranger avec des proches qui, eux, compostent ? En amenant toutes les 2-3 semaines son seau à déchets compostables (pas plus que 2 semaines en été, sinon les petits vers et moucherons commencent à proliférer), c’est possible. C’est ce qu’on fait en ce moment. 🙂

Merci pour cet article plein de bonnes pistes ! 😉

le 11/03/2015 à 19h24 | Répondre

Nefret

Oui, de façon générale, en faire un maximum soi-même, autant à la cuisine qu’au jardin permet de réduire sans même s’en apercevoir! Et souvent en ayant en plus du meilleur, au goût comme à la santé!
Pareil que toi, j’ai commencé (et vu mon appart je n’irai pas plus loin^^) une jardinière de plantes aromatiques sur le bord de la fenêtre 🙂 et j’adore au milieu d’une recette, prendre mon sécateur « ah, il faut du laurier, là, bon je vais au jardin en chercher »! ^^ (oui, il en faut peu…)

Pas bête pour le compost chez les amis… je ne crois pas connaître des gens qui fassent du compost dans ma région, mais je vais me renseigner, on ne sait jamais.

le 12/03/2015 à 19h02 | Répondre

Nya (voir son site)

Je suis le blog de Béa Johnson depuis quelques années et sa démarche est admirable et source d’inspiration. Je ne vais pas aussi loin qu’elle mais j’essaie d’aller aussi loin que possible :
– en éliminant les produits à usage unique. J’utilise donc des torchons au lieu du sopalin, une coupe menstruelle au lieu de tampons, des mouchoirs en tissu, des coupons à démaquiller en tissu…
– en compostant. À Lyon, où j’habitais avant, il existe des composteurs de quartier, et je sais que cette initiative est présente dans d’autres villes. Dans ma ville actuelle, les déchets organiques sont pris en charge par les collectivités.
– en achetant de seconde main électroménager, vêtements, meubles…
Le plus dur dans l’histoire, ce n’est pas d’être (presque) zéro déchet, c’est de convaincre son conjoint réticent ou la famille de ne pas consommer et produire de déchets à outrance… C’est loin d’être évident.

le 13/03/2015 à 01h55 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?