Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Les erreurs à éviter lors d’une procédure de recrutement


Publié le 30 avril 2018 par Miss Chat

Le titre parle de lui-même : aujourd’hui, comme promis, je vais te parler des erreurs à éviter lorsque tu postules !

Je te listerai ici uniquement ce sur quoi j’ai vraiment personnellement buté en tant que recruteuse : tu peux trouver facilement sur Internet une liste des choses à ne pas faire mais la plupart sont pour moi assez logiques, telles que « être polie » ou « arriver à l’heure ». Ca me semble tellement la base de n’importe quelle relation professionnelle que je ne vois pas d’intérêt à les répéter. Je vais donc essayer d’être un peu plus spécifique.

Ca veut aussi dire que certains recruteurs ne réagiront pas forcément de la même façon que moi face à ces comportements donc ces conseils ne sont pas une vérité absolue ! J’ai tout de même essayé de rester objective.

Alors, d’après toi, qu’est-ce qu’il ne faut vraiment pas faire quand tu postules dans une entreprise ?

Faire un CV à rallonge

5, 6, 7… 15 pages ! (oui oui)

Honnêtement, aucun recruteur n’a le temps de lire tout ça. La lecture de CV n’est qu’une portion de nos attributions et, même si on aimerait avoir plus, notre temps par personne est limité. On n’a pas besoin non plus d’avoir autant d’informations à ce stade ; un résumé de ton parcours est alors largement suffisant. On entrera dans le détail pendant l’entretien d’embauche. Je ne suis pas de ceux qui affirment pompeusement qu’on se fait une idée d’un CV en 10 secondes mais dans l’ensemble, on ne peut pas non plus y consacrer une heure.

Ensuite, soyons pragmatiques : une tartine à lire n’est attrayante pour personne et ça laisse penser au recruteur que tu n’es pas capable de viser l’essentiel, de synthétiser, une compétence souvent cruciale aujourd’hui.

Je te conseillerais donc de garder ton CV dans la limite d’une à deux pages maximum.

Crédits photo (creative commons) : Aymanjed

Mettre une photo sur le CV

Il y a des pour et des contre. Il est agréable pour le recruteur de savoir « qui » il regarde, de mettre un visage sur un profil. Personnellement, j’aime bien savoir à l’avance à quoi ressemble la personne que je vais rencontrer (et devoir deviner qui est mon candidat dans un hall plein de gens n’est pas ma meilleure expérience : « C’est vous, Machin ? Non ? Bon, où est mon candidat… »)

Toutefois, je mets de côté mes préférences ici. Mettre sa photo sur son CV laisse également la porte ouverte aux discriminations. Tous les recruteurs ne sont pas aussi géniaux que moi (hi hi) et la présence visible d’un tatouage, signe religieux ou d’un IMC trop important peut te desservir. Ce sont d’ailleurs des traits qui peuvent jouer inconsciemment sur l’avis du recruteur, c’est ce qu’on appelle les « biais de recrutement ». Lutter contre un parti pris inconscient, c’est difficile évidemment…

Ne pas mettre de photo ne desservira pas ta candidature non plus, on ne te le reprochera pas, alors évite les ennuis potentiels, mets toutes les chances de ton côté… et laisse le recruteur deviner à quoi tu ressembles !

Ne pas motiver… ta lettre de motivation

Ca a l’air bête, non ? Pourtant, c’est l’erreur la plus fréquente que je rencontre.

Je tiens d’abord à préciser une chose une bonne fois pour toutes : toutes les offres d’emploi ne nécessitent pas forcément une lettre de motivation. Cela dépendra des habitudes de ton secteur, du type de métiers, etc. Dans le doute, fais-en toujours une. Tu auras peaufiné l’exercice et n’auras rien perdu.

En revanche, si tu en fais une, tu as intérêt à bien la faire ! La majorité des gens va se contenter de phrases toutes faites où ils décrivent leur profil et leurs compétences. C’est perdre de vue l’intérêt d’une lettre de motivation, qui sert à motiver (je sais, incroyable !) et expliquer les raisons qui te poussent à candidater. Il faut donc impérativement dire pourquoi tu postules dans cette entreprise précise, pourquoi tu veux ce job précis, pourquoi cela t’intéresse, ce que tu pourrais apporter dans ce job, etc. Une énumération de tes expériences ou des commentaires tels que « je pense faire un bon travail dans cette fonction » ne nous sont d’aucune utilité !

Harceler le recruteur

OUI, JE SAIS ! Tu veux savoir si j’ai bien reçu ta candidature, si on a déjà pris une décision, si tu as été retenue… 3 mails en 3 jours. Comment dire… On se sent légèrement harcelée et agacée en tant que recruteuse. Il faut que tu saches plusieurs choses sur le recrutement et ses ouailles (moi, quoi).

Déjà, tous les recruteurs n’ont pas la chance de disposer d’un système informatique performant, permettant d’envoyer des réponses automatiques. Le recrutement n’est pas forcément notre unique tâche (moi, je fais aussi toute la gestion du personnel et administrative par exemple) et même si c’était le cas, envoyer une réponse manuelle dans la journée n’est pas toujours logistiquement possible. Ce n’est pas juste une question dédaigneuse « d’avoir autre chose à faire », c’est littéralement que j’ai eu autre chose à faire, comme par exemple une journée complète d’entretiens, de réunions et de projets urgents.

Je trouve les questions de type « je voudrais m’assurer que vous avez bien reçu mon CV » particulièrement énervantes : à l’ère du numérique, si tu n’as pas reçu de mail d’erreur, c’est que oui, j’ai bien ton CV dans ma boîte ! S’il y avait un bug dans le fichier (ça peut arriver), je te renverrai un mail pour le signaler. Et si c’est une façon détournée de questionner l’avancement du processus de recrutement… hé bien, demande-le de manière transparente ! Rien ne sert de tourner autour du pot !

Ensuite, une procédure de recrutement prend du temps : cela se compte en semaines, voire en mois. Surtout si tu postules dans une entreprise ou un emploi prisés, inutile de me demander après une semaine si on a évalué ta candidature : soit je n’aurai pas encore eu le temps de l’ouvrir, soit je serai encore occupée à faire un premier tri. Personnellement, j’attends d’avoir eu toutes les candidatures (quand il y a une date limite pour postuler par exemple) avant de contacter qui que ce soit.

En résumé, harceler le recruteur de mails, c’est juste s’assurer qu’il partira avec un mauvais a priori sur toi parce que oui, on est humain aussi et quand on nous titille, on finit par grogner !

Oublier de poser des questions pendant ou à la fin de l’entretien

Cela équivaut à montrer son désintérêt vis-à-vis de l’entreprise, du poste convoité ou de l’équipe en place. Tu n’as pas de questions à poser ? C’est que tu ne t’es pas assez préparée !

Il faut donc se renseigner sur l’organisation au préalable et dresser une liste de questions que tu pourras poser à ton interlocuteur. Tu peux y inclure des questions sur :

  • Les tâches précises que tu devras effectuer, si tu ne les connais pas encore, les objectifs imposés, les préférences de l’entreprise en matière de méthode dans ton domaine, etc.
  • Le cadre dans lequel tu devras les effectuer, si c’est pertinent (par exemple pour un poste de commercial itinérant ou quand on travaille dans une industrie ou une usine), si des déplacements sont compris, les systèmes avec lesquels tu serais amenée à travailler, etc.
  • L’équipe éventuelle avec qui tu devras travailler : qui sont les gens, quelles sont leurs attributions, la structure hiérarchique, comment ils s’organisent entre eux, etc. Si tu le sens bien, tu peux même pousser le vice jusqu’à demander à ton interlocuteur ce qu’il trouve de l’ambiance de travail (personnellement, j’essaye toujours de donner une idée à mes candidats à ce niveau, je trouve que ça aide à se projeter dans un job).
  • L’entreprise en elle-même mais surtout des informations que tu ne peux pas trouver sur leur site Internet (sinon ça donnera l’impression que tu n’as même pas pris la peine de te renseigner un peu) : type de clientèle, d’organisation structurelle, etc.
  • Le salaire : à moins que le recruteur n’aborde le sujet de lui-même, évite d’aborder le champ des avantages salariaux hors salaire dès le premier entretien, ça fait mauvais genre (« vous avez des tickets-restaurant ? » BOUH !). En revanche, t’assurer que tes attentes salariales sont en lien avec le budget que l’entreprise est prête à mettre est primordial, je trouve. Rien ne sert de continuer le processus si vous êtes sur deux planètes différentes et qu’aucun n’est prêt à faire un compromis !
  • La suite de la procédure de recrutement : quand va-t-on te recontacter, quelles sont les prochaines étapes, qui tu rencontreras etc.

Souvent, le premier entretien est avec un recruteur ou une personne des ressources humaines, qui n’aura pas forcément la réponse à toutes ces questions. Mais ce n’est pas grave, pose-les quand même : ça montrera que tu es préparée, que tu sais de quoi tu parles, que tu es curieuse et intéressée par ce qu’ils proposent et ce qu’ils sont.

Ne pas demander de feedback après un entretien

Ce n’est pas à proprement parler une erreur mais je trouve qu’en tant que candidate, c’est toujours utile de savoir pourquoi on a été refusée. Rien ne coûte de demander au recruteur ce qu’il a pensé de ton entretien et ton profil, ça ne pourra que te servir.

Au pire, tu embêtes la personne et elle ne te répond pas (méchant recruteur !) Au mieux, tu as une meilleure idée de comment améliorer tes prochaines candidatures.

Fais pas ci, fais pas ça…

Je te dirais encore que ne pas préparer ses points faibles et forts ou ne pas réfléchir à quoi répondre à la question « que vous pourriez-vous apporter à notre entreprise ? » sont de grosses erreurs aussi. Bien s’y préparer revient une fois de plus à montrer qu’on sait pourquoi on est là et pourquoi on vaut la peine d’être pris en considération.

Je pourrais te citer encore beaucoup d’autres choses à ne pas faire mais elles sont plus minimes voire anecdotiques par rapport à celles ci-dessus.

J’espère que ces quelques lignes t’auront aidé à y voir plus clair et à te donner les bons outils et réflexes pour ta prochaine candidature !

As-tu découvert de nouveaux conseils en me lisant ou était-ce déjà des réflexes que tu avais ? Quels sont tes bons plans pour postuler efficacement ?

Commentaires

13   Commentaires Laisser un commentaire ?

Sarah

J’ai l’occasion de participer à des entretiens à mon poste aussi, pour recruter mes futurs collègues. J’interviens donc lors du 2 ou 3ème interview souvent en face à face avec la personne. En plus de tous les points que tu cites et que je valide totalement je rajouterais:
– ne pas envoyer de demande de connexion Linkedin ou pire harceler ses futurs collègues via ce réseau social.
– être transparent sur la raison pour laquelle tu choisis une entreprise plus qu’une autre, en mentionnant les raisons personnelles s’il y en a MAIS en mentionnant aussi les raisons professionnelles. Déjà entendu « j’aime bien votre site en bord du lac, je pourrais aller plonger le soir et je ne cherche qu’en suisse pour le salaire » ahemmm.
– donner des exemples très concrets de son travail. Dire j’ai l’habitude de manager des gens, ok. Mais concrètement tu fais quoi? tu approuves justes ses heures, tu le coach?

Par contre pour le feedback, même si je suis totalement d’accord qu’une entreprise devrait en donner un s’il est demandé, ce n’est pas toujours le cas et parfois même mal vu. J’en ai fait l’expérience une fois, où la personne m’avait sèchement répondu en me faisant comprendre que mon « insolence » pourrait me porter préjudice si je postulais dans cette boite à nouveau à l’avenir … ok. merci message compris je ne postulerai plus du tout ^^ J’espère que je suis une petite insolente isolée et que peu réponde de cette manière 🙂

le 30/04/2018 à 08h54 | Répondre

Miss Chat

Hmm pour LinkedIn, je dirais surtout qu’il vaut mieux attendre d’avoir rencontré réellement les gens si on veut vraiment les ajouter (moi ça ne me choque pas que les candidats m’ajoutent après entretien). Au-delà de cela, ce site sert à étendre son réseau donc si on n’ajoute que des gens qu’on connaît, il n’a AUCUN intérêt 😉 Bon, par contre, effectivement le harcèlement, c’est mal par mail, par LinkedIn,… partout !
Pour le détail du « manager les gens », c’est en effet quelque chose que je rencontre souvent. Mais j’ai le sentiment que beaucoup de gens essayent de gonfler leur CV par ce moyen et donc évitent volontairement d’être trop précis.
Franchement t’as pas eu de chance, j’ai jamais entendu quelqu’un traiter un candidat comme ça ! Je suis même choquée… Même des collègues que je trouvais peu humains par ailleurs n’ont jamais dit ça à des candidats.

le 30/04/2018 à 15h08 | Répondre

Marjorie

Je fais partie de ceux qui apparemment font de mauvaises lettres de motivation… Mais franchement quand je postule dans un supermarché pour payer mon loyer et que ça me rebute au plus au point, je vois pas trop ce que je pourrais faire de mieux 😀

le 30/04/2018 à 09h05 | Répondre

Miss Chat

Je te dirais que ce n’est pas grave pour ce type de postes 😉 Les recruteurs ne sont pas stupides, on sait que ce n’est pas un poste dont les gens rêvent, on ne s’attend pas à ce qu’ils trouvent des raisons fabuleuses.
Du moment que tu es engagée, c’est que c’était la bonne façon de faire 🙂

le 30/04/2018 à 15h13 | Répondre

Sarah Turan

Je déteste vraiment le processus de recrutement, ça me gonfle au plus haut point. Rédiger une lettre de motivation, faire bonne impression, attendre des réponses qui ne viennent souvent jamais, devoir « se vendre »… Et puis d’un recruteur à l’autre, on n’a pas les mêmes conseils : par exemple, on m’a dit plusieurs fois que sans photo sur le CV, j’avais beaucoup moins de chances que ma candidature soit retenue (et je ne suis pas Gisèle Bundchen hein) Alors on fait quoi ? C’est la jungle quoi.

le 30/04/2018 à 11h21 | Répondre

Miss Chat

Non, tous les recruteurs ne sont pas du même avis (et c’est bien normal, on a chacun nos préférences). Pour la photo, c’est de plus en plus une pratique répandue de ne pas mettre de CV, justement dans un but de lutte anti-discrimination. Ici, en Belgique, l’état le déconseille d’ailleurs. Bon, par contre, si tu postules pour des jobs de « présentation » comme commerciale/vendeuse/mannequin, alors oui c’est souvent un requis.
Je crois que peu de gens aiment ce processus, tu sais 😉 (moi je ne l’aime pas non plus en tant que candidate !) Par contre, je ne vois pas vraiment de solution à ce que tu lui reproches !

le 30/04/2018 à 15h20 | Répondre

Sandrine Coeurdevey Louis

Hello,
Très intéressant cet article, beaucoup de choses que je savais en effet !
Je rajouterais aussi que lors de l’entretien, quand on parle de son emploi précédent, il ne faut JAMAIS dénigrer (même un tout petit peu) son dernier employeur ou ses anciens collègues !! Oui, je sais, c’est logique mais ça arrive très souvent.
Merci beaucoup, à bientôt 🙂

le 30/04/2018 à 14h18 | Répondre

Miss Chat

Alors, dénigrer, non évidemment, il ne faut surtout pas le faire. Ce qui ne veut pas dire que tu ne peux pas leur reprocher des choses : si tu as quitté ton emploi, il y avait bien une raison et on s’en doute ! Le tout est de le formuler correctement.
Dire « mon patron était irrespectueux envers ses emplyés » pas de souci ; « mon boss était un gros c*nnard qui se foutait de tout le monde » c’est tout de suite beaucoup moins attrayant…

le 30/04/2018 à 15h30 | Répondre

Claude (voir son site)

Bonjour. Je suis déjà les conseils donnés dans ce néanmoins intéressant article mais ça ne fonctionne pas vraiment. Le hic se situe donc autre part. Et le feedback, comment dire, on ne peut pas dire que les recruteurs soient des plus courageux … je suis plutôt d’accord avec Sarah, un peu gonflant tout ce cinéma. Mais bien obligé de s’y plier.

le 30/04/2018 à 18h43 | Répondre

Miss Chat

Non, les conseils que j’ai donnés ne sont que des pistes pour la ‘forme’ ! Le contenu de la candidature (compétences, expérience, personnalité) restera le principal élément pris en compte par un recruteur mais là il est très compliqué de faire un article convenant à tout le monde évidemment…
Pour le feedback, non nous ne sommes pas courageux ! Mais certaines raisons qui nous poussent à refuser un candidat ne sont littéralement pas bonnes à entendre (quand ça touche à la personnalité) ou parfois sont illégales (l’âge !).
Le souci aussi, c’est que les gens partent du principe qu’on ne va pas être honnêtes et de manière générale, se font des films sur notre métier 😉 Les recruteurs qui aiment le cinéma justement, les réponses toutes faites ou qui mentent aux candidats sont justement plus l’exception que la règle. Mais c’est la seule chose qu’on retient…

le 02/05/2018 à 09h28 | Répondre

Virg

J’ai tout noté, merci ! Je n’ai pas osé te relancer par mail, ne voulant pas déranger mais je me permets de poser notre question du moment : le recruteur a-t-il le droit de contacter ton entreprise avant de te contacter lorsque tu es en poste ? Si tu passes par là, merci de ta réponse 🙂

le 30/04/2018 à 20h51 | Répondre

Miss Chat

Coïncidence, je vois seulement ton message : je suis, là tout de suite, en train de te répondre hihi 😉
Alors ici la réponse est sans ambiguïté possible : NON, un recruteur n’a pas le droit de contacter comme ça un employeur !!! Il doit même demander l’autorisation au candidat de contacter tous les employeurs qu’il a pu avoir, passés ou présent. Ca rentre sous la loi de protection des données personnelles !

le 02/05/2018 à 09h34 | Répondre

Miss Chat

Et pour celles et ceux que cela intéresserait, je viens de lire cet excellent article qui donne de très bonnes pistes pour rédiger sa lettre de motivation : http://www.rhquivousveutdubien.com/2018/04/pourquoi-recruteurs-ne-lisent-pas-LM.html

le 25/05/2018 à 13h10 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?