Passer du jetable au durable

Maison écologique

La tendance actuelle est de respecter l’environnement en utilisant des produits davantage durables. De plus en plus de personnes adoptent une attitude écologique, en choisissant des produits réutilisables et non pas jetables. Dans cet article, nous vous proposons quelques idées pour remplacer vos produits à usage unique par des produits durables.

Les emballages alimentaires

Un bon point de départ pour passer du jetable au durable consiste à remplacer les emballages à usage unique que l’on trouve habituellement dans les supermarchés. Les sacs de fruits et légumes en plastique sont un excellent exemple.

En effet, chaque année, des milliards de sacs en plastique sont jetés ou brûlés, alors que la majorité d’entre eux peuvent être recyclés ou réutilisés. La solution est simple : optez pour des sacs réutilisables en tissu ou en coton qui sont disponibles dans la plupart des magasins. Ces sacs noués en haut peuvent contenir jusqu’à 7 kg sans se déchirer et sont aussi économiques que le plastique.

Vous pouvez également acheter des contenants hermétiques en verre ou en acier inoxydable qui sont très robustes et qui pourront vous accompagner pendant de longues années. Ils sont pratiques et faciles à nettoyer et à transporter partout.

Les serviettes en papier

Les serviettes en papier constituent une alternative intéressante pour les produits jetables. En effet, il existe des serviettes en bambou biodégradables qui sont très absorbantes et peuvent être lavées et réutilisées. Elles sont également très confortables, ce qui en fait un produit très apprécié.

Une autre option consiste à utiliser des serviettes en coton et en lin qui sont réutilisables et qui peuvent être lavées et séchées en machine. Ces serviettes sont très douces sur la peau et sont généralement fabriquées à partir d’un mélange de fibres naturelles qui sont plus durables que le papier.

Les vêtements

Le secteur textile est l’un des plus polluants au monde et la production de masse met à rude épreuve notre planète. Il est donc important de se tourner vers des options plus durables.

Optez pour des matières naturelles comme le coton bio et le lin, qui sont beaucoup plus écologiques que le polyester et les autres tissus synthétiques. Privilégiez également les marques qui limitent leur impact environnemental en adoptant des pratiques responsables, comme la fabrication locale et/ou l’utilisation de matériaux recyclés.

Si possible, achetez des articles vintage, car ils sont généralement faits de matériaux durables et ont une histoire. En général, ils ont été conçus pour durer et sont souvent beaucoup moins chers que les articles neufs.

Les ustensiles de cuisine

Les ustensiles de cuisine sont l’un des principaux consommateurs de plastique et de métaux à usage unique. Des alternatives durables et écologiques existent pour tous les ustensiles dont vous aurez besoin.

Pour les couverts : optez pour des couverts en bois ou en bambou, qui sont biodégradables et beaucoup plus durables que les couverts en plastique.

Pour les assiettes : vous pouvez choisir entre des assiettes en porcelaine, en céramique ou en bambou qui sont plus résistantes et plus durables que les assiettes en plastique.

Pour les tasses : les tasses en inox sont très populaires car elles sont étanches, durables et réutilisables.

Cadeaux durables pour les autres

Trouver le cadeau parfait peut parfois s’avérer difficile. Mais si vous cherchez quelque chose qui soit à la fois original et durable, voici quelques idées.

  • Des plantes ou des graines potagères pour encourager l’amour de la nature chez votre ami(e).
  • Des livres à offrir aux petits et grands lecteurs.
  • Des produits cosmétiques naturels, comme des savons solides sans emballage supplémentaire.
  • Des bougies ou des accessoires faits à la main.
  • De la vaisselle en bois, en céramique ou en verre.
  • Des habits faits à partir de matières recyclées.

Il y a tellement de choses que vous pouvez faire pour créer votre propre style durable. Trouvez des pièces uniques et durables pour compléter votre maison et votre garde-robe. Par exemple, vous pouvez opter pour une couverture en laine ou un tapis en fibre naturelle, et opter pour des vêtements en coton biologique ou des vêtements faits à partir des chutes de tissu.

Passer du jetable au durable est un changement positif qui peut avoir un impact significatif sur l’environnement. Une fois que vous commencerez à appliquer ces principes à votre routine quotidienne, vous constaterez rapidement qu’il est facile de penser sur le long terme et de prendre des mesures positives pour protéger l’environnement.

Alors, profitez des possibilités offertes par la technologie et adoptez des produits durables qui permettront à votre famille et à votre communauté de s’engager dans des pratiques plus écologiques pour les années à venir.

Relatetd Post

37 Comments

  • Julia

    8 juin 2015

    Tout d’abord merci pour cet article, je ne connaissais pas le cure-oreille et c’est un idée super top. (Ouais carrément les deux à la fois)
    Je voulais rajouter que pour celles qui ont des bébés, on peut aussi utiliser des lingettes lavables. C’est le même principe que pour les carrés demaquillants. On peut les acheter ou mieux pour celles et ceux qui savent crocheter les faire soi même.

    • Nya

      10 juin 2015

      On m’a aussi soufflé que le cure-oreilles peut aussi être remplacé par l’auriculaire sous la douche : hop, un objet en moins si cette méthode nous convient !
      Je n’ai pas d’enfants et je ne suis donc pas au fait des astuces durables pour les petits, mais tout ce qui est lavable sera forcément mieux que le jetable 🙂

  • Claire Gezillig

    8 juin 2015

    Merci de ces pistes. J’ai déjà franchi le pas pour certains mais pas pour tous, ça va faire avancer ma réflexion.
    Pour ma part, j’essaie de limiter les emballages plastiques, ici, ça fait légion… Chez mon marchand de fruits et légumes, ils préparent des sacs pré-remplis de chaque produit pour « faire des les courses plus vite ». Du coup, j’essaie de soit prendre les produits en vrac et mettre directement dans mon cabas, soit je ramène leurs sacs plastiques pour les re-remplir.
    J’essaie aussi (mais je dois encore bosser sur la systématisation) de ne pas prendre de sac du magasin quand je vais faire du shopping ; j’ai toujours dans mon sac à main un sac en tissu et si je vais faire une grosse razzia, j’emmène des sacs déjà utilisés.
    Mais ça prend du temps de perdre les mauvaises habitudes quand on est une tête de linotte 😉

    • Nya

      10 juin 2015

      Ah les sacs plastiques… Au Canada, ils sont toujours en libre-service, et pire encore : c’est le rôle de la caissière de les remplir, et elle met deux articles par sac… l’ENFER ! La solution du petit sac en tissu toujours dans le sac à main est une bonne solution pour les achats impromptus.

  • Madame Vélo

    8 juin 2015

    Merci pour ces idées. J’utilise déjà certaines choses que tu expose dans ton article, mais c’est vrai qu’on peut toujours aller plus loin.
    Je me permet juste de rajouter pour la partie épilation : l’épilateur est aussi une solution sans jetable… bon, ok ça utilise de l’électricité à l’usage et des matériaux pour la fabrication (qui sont finalement jetés quand l’appareil est devenu obsolète, mais pour partie recyclés), mais au quotidien : zéro déchets !
    Comme dit Claire, le plus dur c’est de perdre ses mauvaises habitudes…

    • Nya

      10 juin 2015

      Bonne idée ! Je n’y ai pas pensé car je suis une énorme douillette, l’épilateur et moi ça fait deux…

      • Alex

        24 octobre 2016

        Bonjour,
        Pour l’epilation tu peux aussi faire ta cire toi même avec du sucre du miel un peu d’eau et du citron, c’est assez facile lorsqu’on a les bonnes proportions et utilisable avec des bandes en tissus lavable, le résultat et vraiment top !

  • Cécile

    8 juin 2015

    Ah justement ma commande de tissus pour debarbouillettes et carrés démaquillants est arrivée ce matin !!!! Petit à petit j’avance 😉

    • Nya

      10 juin 2015

      Bravo ! Les as-tu déjà utilisées ? Tu en es contente ?

      • Cécile

        10 juin 2015

        Il faut déjà que je sorte la machine à coudre 😉

  • Marina

    8 juin 2015

    Et pour aller jusqu’au bout de la démarche écolo 0 déchet, pour les femmes… y’a çà : http://rue89.nouvelobs.com/2015/06/06/flux-instinctif-libre-les-regles-sans-serviettes-ni-tampons-259534
    Après « l’hygiène infantile naturelle », voilà « le flux instinctif libre ». Je vous laisse apprécier le concept…
    Autant la coupe, j’ai vraiment envie de m’y mettre, autant là… ben non…

    • Nya

      10 juin 2015

      Euhh… Je ne sais pas quoi en penser. Cela me semble mettre une énorme pression sur quelque chose qui n’est pas contrôlable. Mais si quelqu’un essaie, il nous FAUT une chronique là-dessus !

      • Lutine Chlorophylle

        11 juin 2015

        Les personnes qui décident d’utiliser cette méthode trouvent qu’au contraire, c’est contrôlable, justement, malgré ce qu’on imagine. 😉
        Bon moi je ne me sens pas du tout prête pour faire cette expérience (je ne suis pas suffisamment à l’écoute de mon corps pour ça actuellement, je pense), et j’en resterais donc aux protections intimes non-jetables. 🙂
        Mais pourquoi décrier cette méthode si elle convient à certaines et est sans danger ? Personne n’est obligé de faire pareil à ce que je sache, elles disent juste que « c’est possible », il n’y a pas lieu de se sentir agressée par cela… 😉

  • Mariounche

    8 juin 2015

    Article très intéressant, je fais déjà certaines choses mais je me rends compte que je peux faire facilement attention pour d’autres comme pour le papier sulfurisé par exemple, que j’utilise automatiquement pour faire des tartes ou des biscuits, je pourrais facilement faire autrement.
    Mais je suis passée à la coupe menstruelle et ici on utilise aussi des mouchoirs en tissus mais c’est souvent mal perçu à l’extérieur.
    Après il y a d’autres choses qui me paraissent plus difficiles à mettre en place pour moi mais ton article amène une réflexion et les choses peuvent bouger petit à petit.

    • Nya

      10 juin 2015

      Tout à fait d’accord sur la perception par autrui : soit la personne utilise elle aussi des mouchoirs en tissu, et le fera savoir, soit ce n’est pas le cas et on aura droit à des regards dégoûtés/affolés/incrédules. Mais plus on se mouchera dans des mouchoirs en tissu en public, et plus on habituera les autres à ce geste.

  • Maelisa

    8 juin 2015

    Je commence progressivement à faire plus attention également 🙂
    coupe menstruelle depuis un an, carrés démaquillants lavables depuis quelques mois, j’ai aussi acheté des « débarbouillettes » et des carrés de change lavables pour mon bébé à venir (ainsi, pas besoin de lingettes ou de coton)… Mais je ne peux pas encore me résoudre aux couches lavables.
    Prochaine étape : je pense effectivement depuis quelques temps aux mouchoirs en tissus (enfant, j’en avais chez mes parents, finalement, ça reviendra vite).

    • Nya

      10 juin 2015

      On reste malgré tout libre de placer le curseur où on le souhaite : si les couches lavables sont hors limite pour toi, c’est très bien. Le but n’est pas de se forcer à des gestes qui te dégoûtent/t’épuisent parce qu’ils représentent une trop grosse charge de travail 🙂

    • Julia

      16 juin 2015

      Après tu peux toujours essayer, Ç´est beaucoup moins compliqué qu’il n’y paraît. Et tu n’es pas obligée de n’utiliser que ça. Ou de le faire pour tous tes enfants. Franchement je recommande à toutes les mamans, en mettant un petit bémol quand même, si tu n’as pas d’espace assez grand pour faire sécher ton linge. Et si tu attends une petite fille, il faut faire attention aux mycoses (minute glamour de la journée). Sinon ça vaut le coup au niveau des déchets et des économies.

  • Clem

    9 juin 2015

    Je suis admirative devant tant de détermination. De mon côté je suis loin de t’arriver à la cheville mais j’essaye de faire attention à ce que j’achète : des Produits plutôt dans des boites en cartons que plastique. Pour les restes je les mets dans des Tupperwares, pour la cuisson je n’utilise pas de papier sulfurisé vu que tous mes plats sont anti adhésifs…
    Je pense que si déjà tout le monde commençait par trier ses déchets ca serait pas mal, parmi mes amis il y en a plusieurs qui ne trient toujours pas. Je ne sais pas quoi dire pour les convaincre sans passer pour la fille chiante…

    • Nya

      10 juin 2015

      Haha si mon homme ne s’en mêlait pas, je vivrais sûrement au fond des bois habillée de feuilles ! Mais ce n’est pas un concours non plus : si tu es satisfaite de ta démarche actuelle, c’est très bien ! Je ne suggère que des pistes pour celles qui en recherchent, libre à vous de les appliquer ou non.
      Je suis tout à fait d’accord pour le tri des déchets, moi aussi je connais des gens qui s’en moquent éperdument.

  • Clem

    9 juin 2015

    Et aussi j’achète du thé en vrac plutôt qu’en sachets. Vu ma consommation c’est important

    • Nya

      10 juin 2015

      Excellente idée, merci !

  • Lutine Chlorophylle

    11 juin 2015

    Pour les toilettes, il y a aussi la main gauche. 😆 (Je sens l’enthousiasme général là ! 😛 ) Ok, pour le coup, j’aurais du mal à me passer du fameux papier. Encore que, pour un petit pipi, il m’est arrivé d’utiliser un gant de toilette humide, alors pourquoi pas (pourquoi pas une version non jetable, pas pourquoi pas la main gauche !).

    Le cure-oreille est non seulement plus écolo que les coton-tiges, mais aussi plus sûr : en effet, le coton-tige « pousse » la cire dans l’oreille… Et il semblerait que certaines personnes aient eu quelques désagréments suite à cela. Ici je n’en utilise pratiquement pas : l’auriculaire a un nom tout désigné pour cette utilisation. 😉 Et puis très régulièrement, le jet de la douche. J’utilise parfois un coton-tige tout de même, mais c’est très rare (et non, mes oreilles ne sont pas dégoutantes !).

    En guise de « lingette » pour la vaisselle, j’utilise un chiffon en microfibre (plus solide que ceux qui se déforment quand on les regarde de travers), je trouve ça très efficace ! J’ai tout de même une éponge en renfort, notamment pour le côté grattant (je sais qu’on peut n’acheter que le bidule grattant, mais pour le coup, j’ai du mal à m’en servir !). Mon mari par contre n’a pas le réflexe du chiffon microfibre, et il use les éponges à une vitesse assez hallucinante, ça me désespère. 🙁

  • Maelisa

    11 juin 2015

    J’ai oublié : on a construit un bac à compost dans le fond de notre jardin : c’est impressionnant de voir tout ce qu’on y jette (épluchures en grande partie, mais aussi marc de café, thé …) et par conséquent ce qui ne finit plus dans les sacs poubelle !
    Et l’avantage de pouvoir utiliser le compost par la suite pour le jardin 🙂

  • Floconnettebis

    17 juin 2015

    Article intéressant !
    J’aime bien le passage sur les mouchoirs en tissu. J’en avais plein petite et même ado mais souvent les réflexions entendues font que je n’en utilise plus (sauf l’été quand on transpire c’est plus agréable). Et quand un de mes élèves sort un mouchoir en tissu il a souvent droit à des réflexions, j’ai l’impression que le mouchoir en tissu est devenu totalement ou presque méconnu. D’ailleurs rien que le fait de remettre un mouchoir (en papier) usagé dans leur poche les fait frémir d’horreur !
    D’ailleurs ça me fait réfléchir, je vais les ressortir mais je ne pourrais plus leur en donner (de mouchoirs en papier) !

  • Milune

    9 juillet 2015

    J’ai beaucoup évoluée durant ces dernières années et je suis passée pas mal au réutilisable. Je n’ai pas totalement éradiqué l’essuie tout et les mouchoirs en papier chez moi. Mais j’en utilise vraiment rarement ce qui fait qu’un rouleau de sopalin peut me durer un bon mois voir un mois et demie et un sachet de mouchoir en papier presque un an sauf si un gros rhume passe par là.
    En revanche j’avoue que m’essuyer aux toilettes avec une lingette réutilisable j’ai un peu de mal. Mais qui sait un jour je franchirais peut-être le cap. Je pense que c’est surtout une question d’organisation, non?

  • Manuella

    4 septembre 2015

    Nous à la maison pas de jetable! Jeune j ai été habitué aux serviettes de table en tissu! J ai continué aujourd hui avec mon mari et mes enfants. Chacun sa serviette et son rond! Et franchement ça prend pas de place dans la machine! On les change 2 ou 3 fois par semaine.

  • Guérin

    19 avril 2016

    Bonjour, sur quel site peut on trouver les debarbouilettes pour faire la vaisselle ? Merci

    • Guillaume Adeline

      28 juillet 2016

      Salut !
      Pour maplein de tutos sur le net. On les appelle aussi  »tawashi ». Moi j’ai choisi le modèle à tricoter 😉

  • Delph Dolce

    20 juin 2016

    Je fais presque tout ^^ (pas le papier toilette, ni le mouchoir… )
    Pour l’épilation, je viens de me procurer un épilateur électrique (20€ à lidl) qui est bien loin de l’épilateur d’il y a 20 ans, à ressorts qui faisait extrêmement mal 😀
    Ton article est similaire à mon brouillon actuel ^^
    A bientôt,
    D.

  • Mademoiselle Bulle

    8 août 2016

    J’essaie aussi d’éviter au maximum le jetable à présent ! Merci pour les idées supplémentaires !
    De mon côté, je ne m’épile plus, mais j’utilise une tondeuse (celle pour les cheveux, tu sais, le genre à te permettre de faire une coiffure « boule à zéro »). Hé ben, ça ne fait pas mal (ça devrait te plaire Nya), ça ne prend pas beaucoup de temps, et je n’ai plus de petits points rouges sur les jambes (le genre qui apparaît après les rasages) !! Après tout, pourquoi il faudrait forcément souffrir pour être belle ? Zut alors (pour ne pas dire autre chose…) !

    • Nya

      9 août 2016

      S’épiler à la tondeuse ? Mais c’est une idée géniale ! Tu nous en dis plus (ici ou carrément dans une chronique !) ? 🙂

  • FUCHS

    11 août 2016

    Coucou tout le monde. Chez moi on s’est mis à la réduction des déchets il y a trois mois. Depuis je suis passée d’une poubelle de 50l par semaine à une poubelle de 10 L en une semaine et demi. Entre les mouchoirs en tissus, les carré cousu mains au lieu des cotons ect… je vais chez le boucher/crémier avec mes tup tup. La gentille dame me sert directement dedans. Zero emballage et du coup direct au frigo quand j’arrive à la maison. J’ai aussi cousu des petits sacs en tissus pour le vrac, sucre, légumineuses, riz, café, pâtes, oléagineux et j’en passe se trouvent facilement en vrac en magasin bio. Et hop dans des bocaux à la maison. J’aimerais aussi tester la douchette pour les WC. Mais je n’en ai pas trouvé. Si quelqu’un sait où chercher je prends. Idem pour les tawashi, je pense que je vais essayer d’en tricoter dans les jours qui viennent. Mais quelle laine, coton faut-il? Merci pour l’idée du rasoir sécurisé.Par contre où mets tu les lames après? Dernière chose, fabrication du savon maison. Très facile,de l’huile végétale, de la soude, un tour de main, quelque mois de patience et j’ai des supers savons d’Alep! Merci pour toutes vos idées. On avance!

  • Marine

    24 mai 2017

    J’ai fait des recherches concernant les alternatives au papier toilettes et elles ne sont pas tres concluantes.
    En effet, niveau consommation (comptant eau, lessive etc) malheureusement le papier toilette est moins coûteux au final et gagne aussi niveau bactéries (et nous parlons du papier toilette doux triple epaisseur). Niveau bactérie aussi, il est très mauvais de ne pas s’essuyer. Je pensais aussi que la meilleure méthode était de simplement se laver à l’eau tiède mais non, ce n’est pas recommandé.
    je cherche encore une bonne alternative à ce produit.

  • Amélie

    8 novembre 2017

    Bonsoir!
    Chouette article! Je me rends compte que j’ai déjà pris de très bonnes habitudes, je suis assez fière de moi!
    Personnellement j’ai aussi investi dans des sacs en cotons très fins et légers que j’utilise pour les achats de fruits et légumes. Cela me permet de plus utiliser de sacs en plastique/papiers dans les commerces ! Pour information je les ais acheté dans un magasin bio très connu 😉

  • Emma

    24 septembre 2019

    Pour le papier toilette : quand je fais des voyages à vélo (et bivouacs dans la nature) j’utilise ma gourde de vélo comme « petite douchette ». Je fais couler de l’eau sur mes doigts, je m’essuie l’entre jambe, je refais couler de l’eau sur mes doigts (autant de fois qu’on s’estime encore sale) et je m’essuie avec une petite serviette. A la maison, je le fais au lavabo. J’avais pris l’habitude en Asie où il est d’usage de se laver à l’eau. Au début ça fait vraiment bizarre c’est vrai, mais maintenant je ne peux plus m’en passer, je crois bien que c’est plus propre de s’essuyer les fesses comme ça qu’avec du papier sec 🙂

  • VAUTRIN

    8 janvier 2020

    D’accord pour presque tout, mais pour mon compte personnel, pas du tout pour les toilettes. C’est répugnant de voir traîner ces récipients et le risque d’envoyer des éclaboussures d’eau de javel sur les vêtements n’est pas exclu

Leave A Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

11 + 2 =