Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Ce que j’aurais aimé savoir avant d’adopter un chiot


Publié le 9 mai 2016 par Nya

Après avoir été maman de chat pendant huit ans, me voici désormais à la tête d’une famille nombreuse : un petit samoyède de 2 mois a rejoint notre foyer en février. Et si on a voulu ce chiot pendant des années, disons qu’on n’était pas forcément préparés à la réalité des choses. Après deux mois de cohabitation, voici un petit bilan et ce que j’aurais aimé savoir avant de me lancer.

Si tu as déjà eu un chiot, tu penseras fatalement que toutes mes remarques tombent sous le sens. Sans doute, mais je t’assure que même en lisant des livres sur l’éducation du chiot pendant de nombreux mois avant l’adoption, il y a pas mal de choses dont je n’avais pas mesuré l’ampleur.

Un chiot a une toute petite vessie

Parlons tout de suite des questions de pipi-caca, avant de passer à autre chose.

Un chiot a une petite vessie. Non, sérieusement, j’ai connu un lapin qui pouvait se retenir plus longtemps. À 2 mois, mon chiot avait une autonomie d’environ quarante-cinq minutes en journée. Ce qui signifie que je devais le sortir toutes les quarante-cinq minutes (parce que, si tu te souviens, j’habite pas très très loin du Pôle Nord, et non, un chiot ne reste pas dehors en hiver dans nos contrées).

Il faut donc immédiatement lui apprendre la propreté. Tu sais que ton éducation porte ses fruits quand tu as tellement bien dressé ton chien à associer « promenade » et « pipi » qu’il fait dans l’entrée à l’instant où tu décroches la laisse.

Bref, un chiot, ça produit des excréments un peu partout, tout le temps, dehors, dedans, sur le carrelage et aussi sur le canapé, si tu as été assez naïve pour le laisser venir faire un câlin sur tes genoux (histoire vécue). L’avantage, c’est que le vomi hebdomadaire du chat semble bien inoffensif, désormais.

Moncton Photographer Caro Photo (185 of 290)-bis

Oui, j’ai fait une séance photo avec mon chien, et oui, on a immortalisé le Pipi du Roi. Tu noteras aussi le mur à moitié mâchouillé à gauche.

Corollaire : un chiot ne fait pas ses nuits

…et il te faudra te lever à 3h du matin pour le sortir en pyjama par – 20°C (OK, ça, c’est juste chez moi) pour :

  • le regarder faire son affaire, si tout se passe bien,
  • le regarder se laisser distraire par de la neige qui vole et la prendre en chasse, en oubliant complètement ce pourquoi il a aboyé à la mort dix minutes plus tôt, si tu as la poisse…

Toi, pendant ce temps, tu dors debout, mais ne crains rien : tu n’arriveras pas en retard au travail, puisque ton chiot te réveillera sans faute à 5h50, avec le lever du soleil.

Moncton Photographer Caro Photo (237 of 290)-bis

Et ensuite, il n’hésitera pas à se payer une bonne tranche de sieste en pleine journée avec un petit sourire en coin.

Un chiot ne peut pas rester tout seul

Tu l’as lu dans tous les livres d’éducation canine : un chiot ne peut pas rester une journée tout seul. Sauf si tu as une pièce entièrement dépourvue de tentations, que tu peux garnir de tapis absorbant… et que tu es prête à retrouver des lambeaux de tapis absorbant et des excréments partout en rentrant après une journée entière d’absence.

Tu as donc intégré qu’un chiot ne pouvait pas rester tout seul à cause de ses besoins. Ce que tu n’avais pas forcément compris, c’est que lorsque tu restes avec ton chiot la journée, il te demande de l’attention. Beaucoup d’attention. Disons durant tout son temps d’éveil.

Si tu es une bonne poire, qui pense qu’elle doit tout faire pour avoir un chiot équilibré, tu passeras donc une bonne partie de tes journées à lui lancer des jouets divers et variés, à le brosser, à lui apprendre des ordres… et il suffira d’un rien pour que tout ton temps libre tourne autour du chien, jusqu’au moment où tu ne pourras plus le voir en peinture.

Ce que j’ai compris maintenant, c’est qu’il n’y a pas de mal à mettre son chien dans son panier-cage l’espace d’une heure ou deux (s’il arrive à se retenir assez longtemps) ou à la garderie pour chiens une journée par semaine. Ça ne fait pas de toi une mauvaise maman chien, et ça lui apprend aussi à être indépendant. Et toi, pendant ce temps, tu peux travailler pour lui acheter des croquettes, ou te détendre au calme (le bébé chien peut aussi être bruyant).

Un chiot ne comprend pas les ordres

Tout bêtement, ce n’est pas parce qu’on dit « assis » qu’un chien va s’asseoir. Il faut le lui apprendre, ce qui demande force patience et friandises. C’est amusant quand le chiot comprend vite (je ne suis pas peu fière de dire qu’à 2 mois, il savait s’asseoir !), et nettement moins quand ça ne marche pas (on travaille toujours à « couché » actuellement…).

Tout comme il faut lui apprendre à ne pas mordiller les doigts, ne pas ronger les plinthes, ne pas sauter sur les gens… Un chiot est une toile blanche. Il faut parfois se souvenir, surtout si on a côtoyé des chiens adultes, qu’un chiot ne sait pas ce qu’on attend de lui, et qu’il ne va pas se réveiller un matin en sachant comme par magie se coucher, se lever, rester silencieux, ne pas mordiller, etc. Bien malheureusement, d’ailleurs.

Moncton Photographer Caro Photo (225 of 290)-bis

« Assis ! Assis ! Debout ! Allez quoi, assis ? S’il te plaît ? En échange de croquettes ? »

Un chiot et un chat adulte, ça ne fait pas forcément bon ménage

Le chiot n’est pourtant qu’amour et bonne volonté, mais le langage corporel des chiens et des chats étant diamétralement opposé, la cohabitation peut être source de malentendus.

– Chien : « On joue ? On joue ? On joue ? » *queue qui remue et position couchée*
– Chat : Une queue qui remue ? Il est couché ? Il veut m’attaquer ? *miaulements venus de l’enfer et salve de coups de griffes*
– Chien : « … Aïe-euh. »

Moncton Photographer Caro Photo (211 of 290)

Un chiot, ça peut mordre

Un chiot ne sait pas qu’il a des petits poignards dans la bouche. Et surtout, il ne sait pas les utiliser. Les petites morsures accidentelles sont donc légion : quand on donne des croquettes, quand on reprend un jouet, quand on le caresse… Le tout étant de canaliser ce comportement somme toute naturel (et aucunement signe d’un chiot violent, attention) avant que la bête ne grandisse.

La solution : pousser des jappements, comme les chiots dans une portée, qui poussent de petits cris aigus quand l’un des membres de la fratrie se montre un peu trop violent dans ses velléités de jeu. C’est ainsi que nous nous retrouvons à japper en public, sous les regards consternés des passants.

Remarque : un chiot peut comprendre qu’il ne doit pas mordre la main (le truc rose et mou), mais il a un peu plus de mal avec le gant (le truc bleu et poilu). Ce qui produit une certaine incompréhension quand ladite main se trouve dans le gant. Ça vaut aussi avec les orteils et les chaussettes.

Moncton Photographer Caro Photo (115 of 290)

Ne te fie pas à sa petite bouille. Il est sans pitié avec les orteils.

Un chiot, c’est têtu

Ça dépend des races, mais nous avons choisi un petit cabochard. Du style qui s’assoit quand il veut. Ou qui n’hésite pas à nous donner des coups de patte quand on a tendance à trop traîner pour lui donner sa croquette de récompense quand il s’est assis.

Il faudra donc te livrer à un subtil exercice de domination pour devenir la cheffe de meute, sans en faire trop, pour arriver à manipuler ton chien pour qu’il ait envie de faire ce que tu lui demandes, quand tu lui demandes.

Pas facile facile quand on se situe déjà en bas de l’échelle hiérarchique de la maison comme moi.

Un chiot, c’est, en gros, comme un enfant

Pour schématiser, adopter un chiot sans avoir d’enfant, c’est passer directement du statut « sans enfant » au statut « avec un enfant qui marche partout, met ses doigts dans la prise, tombe dans les escaliers et ne peut pas rester sans surveillance ». C’est un petit choc en terme de qualité de vie, d’habitudes et de loisirs.

On se retrouve avec des portillons pour bébé dans le salon, une nursery avec des jouets partout, on parle beaucoup de transit intestinal, de savoir s’il « fait ses nuits », de qui le « conduit à la garderie », à « ses cours » (de dressage) ou encore chez le véto… Ça prend du temps et de l’énergie comme on n’imaginait pas du tout.

Heureusement, le chiot grandit beaucoup plus vite qu’un enfant, et atteindra donc le stade où il reste pépère dans son panier en un an ou deux, contre environ vingt dix ans pour un enfant. Je trouve qu’on ne s’en sort pas si mal.

Moncton Photographer Caro Photo (25 of 290)-bis

Normalement, toute chronique de ce type appelle une conclusion du type « un chiot, ce n’est que du bonheur » ou « mais un chiot, ce n’est que de l’amour ». Honnêtement, notre chiot est ultra mignon, mais nous en bavons. Si tu le veux bien, je garderai donc les conclusions mièvres pour un autre article d’ici quelques mois, quand j’aurai enfin le beurre et l’argent du beurre, le chien bien élevé et les nuits entières (ou presque).

Je suis consciente que nous n’avons pas forcément fait le meilleur choix en adoptant un chiot (en opposition à un chien adulte) alors que nous ne voulons pas d’enfant, mais je suis persuadée que nous allons l’aider à devenir un grand chien équilibré et que nos efforts payeront.

Toutes photos : avec l’aimable autorisation de Caro Photo.

Et toi ? Tu as adopté un chiot, récemment ? Imaginais-tu que c’était si dur de s’en occuper ? Est-ce que c’est devenu plus facile avec le temps ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

36   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Fleur (voir son site)

Ton article me rappelle tellement de souvenirs que je ne sais pas par où commencer.
Déjà je vais dire que ton chiot est juste trop trognon !!! Vrailent, je ne connaissais pas cette race et je le trouve trop chou.
Sinon concernant l’éducation, en effet ce n’est pas facile. Quand j’étais plus jeune, mes parents ont adopté un bébé chien. Et aussi mignon soit il les premières nuits c’était horrible. Ses hurlements étaient pire que ceux d’un bébé. Et en effet un chien cela s’oublie beaucoup, surtout au début et il faut sans cesse répéter pour leur apprendre les choses. Et des fois, ben y a des ratés aussi. Du courage à vous deux (trois pour le chat) et tu verras, au final on finit par les aimer tellement qu’on oublie ces mauvais moments.

le 09/05/2016 à 07h51 | Répondre

Nya (voir son site)

Ça ne fait pas longtemps que je connais, non plus. À la base, on voulait un montagne des Pyrénées (Belle de Belle et Sébastien), mais c’est une race vraiment immense et pas facile à dresser du tout. On a pris le modèle inférieur : toujours blanc, touffu et chien des neiges, mais relativement plus malléable et plus gérable en terme de taille.
Je ne peux pas encore dire que j’aime mon chien inconditionnellement, mais on sent qu’on progresse !

le 10/05/2016 à 03h13 | Répondre

Marln

Huuum la garderie pour chien j’en rêve! En France, ca se fait pas trop malheureusement… Un chien apprend énormément par mimétisme, du coup c’est plus facile à lui apprendre des ordres lorsqu’il y en a déjà un à la maison (ou alors si tu en croises à l’extérieur notamment lors des cours d’éducation). Et prendre un chien adulte n’est pas forcément plus évident parce qu’il connait déjà plein de choses et qu’il est beaucoup moins malléable. Il est sacrément mignon en tout cas!

le 09/05/2016 à 08h21 | Répondre

Nya (voir son site)

Maintenant que tu le dis, je ne connaissais pas le concept de la garderie pour chien avant d’arriver au Canada – peut-être parce que je ne m’y intéressais pas. On en compte au moins trois pour ma petite ville de 150 000 habitants, c’est bien pratique.

le 10/05/2016 à 03h10 | Répondre

Kitsuné

Trop mignon votre chiot ! J’espère qu’il deviendra rapidement plus autonome… Je rêve d’avoir un chien aussi mais ce sera pour la retraite je pense, car impossible de lui consacrer nos journées comme tu le fais… Bon courage à vous et caresses au chat !

le 09/05/2016 à 08h25 | Répondre

Nya (voir son site)

Merci ! C’est sûr que c’est du travail, bien plus qu’avec un chat qui est quand même un animal formidablement autonome 🙂

le 10/05/2016 à 03h07 | Répondre

Mme Pétillante

Il est juste trop beau !!! Bon courage pour les nuits 😀

le 09/05/2016 à 08h30 | Répondre

Nya (voir son site)

Merci ! Il nous réveille une fois dans la nuit, mais surtout très tôt le matin (et j’ai horreur de me lever tôt…) !

le 10/05/2016 à 03h06 | Répondre

Marjolie

Excellente idée cette séance photo, ton chien est tellement beau!!
J’attendais cet article avec impatience et je ne suis pas déçue. Enfin, si, comment dire: tous mes espoirs de chien depuis que j’ai 7 ans viennent de voler en éclats… Ca veut dire qu’on ne peut vraiment pas avoir un chien quand on travaille (sauf travail à domicile). Mais comment font tous ces gens qui otn des chiens??
Combien de temps ça dure, cette phase hyper contraignante? (notamment pour les sorties, je pensais que ça s’espaçait en quelques semaines)
Je suis dans le même cas que toi (désir de chien, pas de désir d’enfant) : je n’aime pas du tout mettre enfants et animaux sur le même plan mais ça représente manifestement le même type de contrainte. Je m’interroge donc d’autant plus sur ce choix (le tien et celui que je voudrais bien faire!). Comment l’analyses-tu, si ce n’est pas trop personnel?

le 09/05/2016 à 08h53 | Répondre

Nya (voir son site)

Je rectifie : on ne peut avoir de chiot quand on travaille (sauf si tu peux rentrer à midi le soulager). On peut très bien avoir un chien adulte, qui lui est propre et a normalement dépassé la phase de mâchonnage intempestif des meubles 🙂 Mon billet a surtout pour but de faire réfléchir (en riant) sur l’adoption d’un chiot en opposition à celle d’un chien : veut-on forcément un chiot ? Adopter un chien adulte ne serait-il pas plus adapté ?
Indiana a actuellement 4 mois et demi. Il peut rester seul une demi-journée sans accident.

Quant à mon choix, disons que j’ai été embarquée dans le rêve de mon homme d’avoir un chien à lui. Je me suis appropriée ce rêve en le transformant en projet commun, malgré des réserves sur la charge de travail que cela représentait. J’avais probablement une vision fausse de l’élevage d’un chiot, conçue à partir d’expériences qui s’en approchaient de plus ou moins près : les chiens de ma famille (adoptés adultes), le chien de ma belle-famille (complètement apathique déjà petit), l’éducation de mon chat (quelle éducation ?)… Bref je me suis un peu gourée, mais maintenant que le petit pépère est là, il reste !

le 10/05/2016 à 02h49 | Répondre

Marjolie

Merci pour ta réponse!
Tu as complètement raison pour chien/chiot. On a adopté nos lapins adultes en association et il ne me serait jamais venu à l’esprit de sacrifier mes convictions pour avoir la – certes extrêmement mignonne mais très brève – période du lapin bébé. Sans compter qu’on évite aussi la période du lapin ado crado (qui n’est peut-être pas aussi productif en volume qu’un chiot, mais en intensité et fréquence c’est autre chose!! et qui a lui aussi un sacré carafon pas toujours facile à éduquer).
Mais je ne sais pas pourquoi, je n’arrive pas (pas encore?) à l’envisager pour un chien… Peut-être parce que je n’ai jamais eu de chien et que j’aimerais vivre l’expérience complète? peut-être parce que j’ai l’impression stéréotypée (et peut-être fausse?) que ce serait plus facile de tisser des liens avec un chiot? On verra si j’arrive à évoluer sur ce point…
Quoiqu’il en soit ça reste purement du fantasme car mon mari, lui, ne veut pas de chien. Je rêve d’arriver à transformer mon rêve en projet commun comme tu l’as fait mais je pense qu’il subirait de toutes façons quelque chose qui resterait mon envie viscérale et pas la sienne. Et ça, pour l’adoption d’un animal, c’est très embêtant…
Bref courage! Il va finir par être propre et tu vas l’aimer inconditionnellement, j’en suis sûre 🙂

le 10/05/2016 à 09h32 | Répondre

Maëlys

Hahaha super article! J’ai bien rigolé!
J’ai eu ma chienne – qui a aujourd’hui 3 ans 1/2 (en photo) – quand elle était encore toute chiotte 🙂
Je ne peux que te conseiller de faire appel à un éducateur canin mais attention, un éducateur utilise la méthode positive et amicale. Ca nous a vraiment aidé, nous appliquons cette méthode au quotidien et c’est un véritable plaisir!

le 09/05/2016 à 09h01 | Répondre

Nya (voir son site)

On prend des cours de dressage avec une méthode positive, cela nous aide beaucoup !

le 10/05/2016 à 02h52 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Merci pour ce super article ! Par ou commencer… 1. Ton chien est TROP mignon merci pour ces photos… 2. Je n ose jamais trop le dire mais ayant eu un bebe chien et un bebe humain je confirme : il y a enormement de similitudes ! 3. Je trouve ca bien que tu rappelles la realite. Quand je vois certains se lancer avec une boule depoils, je ne suis jamais sure qu ils aient bien pense a tout cela et on connait ensuite le nombre d abandons… 4. Pour avoir eu une chienne formidable pendant 14 ans (elle est morte l an passee) je dirais que les debuts et la fin sont en effet difficiles. Tout le reste c est un bonheur magique inter- especes 🙂 .

le 09/05/2016 à 10h01 | Répondre

Nya (voir son site)

Haha je voulais faire un article comparant les deux sortes de bébés mais je n’ai pas osé ! Lance-toi ? 😉
Même en étant ultra préparée (du moins je le pensais), je me suis prise une immense claque. Le doggy blues, ça existe aussi ! Je n’ose pas imaginer les personnes qui adoptent sans réfléchir (mais peut-être ont-elles alors moins de scrupules à donner leur chien à la SPA).

le 10/05/2016 à 02h53 | Répondre

Claire Cest du gâteau (voir son site)

Oh oui, un chiot, c’est comme un enfant !
Quand j’étais étudiante, mes parents ont acheté un chiot (nous avions déjà un autre chien). À son arrivée, j’étais en période de révision de partiels et tout le monde travaillait. J’étais donc seule la journée avec cette petite chienne et malgré mon intention initiale de réviser toute la journée, j’étais tellement occupée à ramasser les pipis/cacas, l’empêcher de faire des bêtises, courir après elle pour récupérer les objets chipés, la regarder faire ses bêtises en rigolant… qu’au final je ne révisais que 2 heures par jour… et uniquement parce que je la maintenais fermement sur mes genoux et qu’en la caressant pour la calmer, elle s’endormait sur mes genoux. Erreur : elle a gardé cette habitude et bon, un chien sur les genoux en hiver, c’est sympa, mais en été ça tient chaud. Et encore, c’est un petit modèle. Faut pas faire ça avec un chiot Saint Bernard !
Bref, au bout de 3 semaines de garde de chiot, j’ai dû passer la nuit ailleurs que chez moi… Quel déchirement au moment de quitter mon bébé. Sans rire, c’est comme un gamin.
Perso, au bout de ces 3 semaines, elle était propre, mes efforts n’ont donc pas été vains !

Merci pour cet article qui me rappelle de bons souvenirs et pour les photos aussi, parce que ton petit chien est vraiment trop mignon !

le 09/05/2016 à 10h37 | Répondre

Nya (voir son site)

On a failli prendre l’habitude qu’il dorme sur le canapé à côté de nous, on aurait dit que ça l’apaisait… et un jour, il s’est oublié dessus. Depuis, il dort dans sa cage.
Bravo pour la propreté au bout de trois semaines ! Nous ça fait deux mois et demi qu’on l’a, ce n’est toujours pas ça si on le laisse hors de notre vue, il faut toujours être dans la même pièce que lui. Ça viendra, hein (hein ?! HEIN ?!!) ? 😉

le 10/05/2016 à 02h56 | Répondre

Claire Cest du gâteau (voir son site)

Lol, oui ça viendra. J’ai oublié de préciser que notre petite chienne est arrivée chez nous au mois de juin et que nous vivions donc avec les portes-fenêtres grandes ouvertes. Beaucoup plus pratique pour apprendre la propreté qu’en hiver où il faut se couvrir avant de sortir.
Et puis j’imagine que le parallèle avec les enfants s’applique toujours : chacun son rythme, mais ça viendra 😉

le 10/05/2016 à 09h13 | Répondre

Miss Chat

Aaaaaah ce chien est trop mignon, à croquer !!! Si on n’habitait pas dans une région aussi « chaude » pour le samoyède, il ferait définitivement partie de notre wishlist 😉
Bon je fais partie des gens qui ont toujours eu des boules de poils canines du coup je te dirais : ben c’est évident !
Mais c’est vrai qu’on oublie très vite comment ça se passe avec un jeune toutou…… Mon dernier chiot remonte à 15 ans du coup ton article m’a fait remonter des souvenirs à la surface et effectivement, je me retrouve dans beaucoup d’aspects avec un bébé 😉

le 09/05/2016 à 11h47 | Répondre

Nya (voir son site)

Heureusement que la mémoire humaine oublie ce qui lui en a fait baver, sinon on ne ferait plus grand chose 😉
Sauf si tu habites sous les tropiques, le samoyède résiste bien à la chaleur grâce à sa fourrure qui l’isole du chaud. Par contre, de ce que j’ai vu cet hiver, il adoooooore aussi la neige !

le 10/05/2016 à 02h59 | Répondre

Pauline (voir son site)

Très bon article !
Tu m’as perdue sur le passage à propos de la dominance, puisque, bonne nouvelle, nul besoin de dominer son chiot !
Et oui, même après 6 chiots (et ceux des autres), à chaque fois je me dis qu’on a oublié la fatigue (et le bonheur!!) que c’est un petit puppy 🙂

le 09/05/2016 à 13h46 | Répondre

Nya (voir son site)

Je vois que tu as éducatrice canine, si tu as envie de nous écrire une petite chronique sur comment survivre à son premier chiot, je suis preneuse 😉
(ps c’était de l’humour pour la domination hein ! Les rapports de pouvoir, très peu pour moi)

le 10/05/2016 à 03h02 | Répondre

Pauline (voir son site)

Très facile : de la patience, de la patience et … de la patience 😉

le 10/05/2016 à 08h44 | Répondre

Mam' Agrume

Haha, le truc qui me rebute, le dressage. J’ai des chats, c’est pas dressable (sauf manière forte) donc je suis tranquille.

Mon fils est fondu de chiens, et si ça ne lui passe pas (il a 17 mois) je me demandais si je ne prendrai pas d’ici quelque temps un chien d’assistance ou d’aveugle retraité (le chien, pas l’aveugle), genre déjà bien dressé (plus que bien, même).
Je sais que du coup on perd toute la mignonitude et le lien qui se crée avec un chiot, mais à la limite rien ne l’empêchera d’avoir un chiot quand il sera en mesure de lui-même dresser un chiot 🙂

le 09/05/2016 à 20h17 | Répondre

Nya (voir son site)

Le dressage de chats… Ce sont eux qui nous dressent à répondre à leurs moindres caprices !

Donner une belle retraite à un chien d’aveugle serait tout à ton honneur, et une belle manière d’intégrer un chien à ta famille.

le 10/05/2016 à 03h06 | Répondre

Mélimélanie

Il est juste ultra méga chou ton chiot!!!

Ici on a juste un chat relou mais plus tard on a bien envie d’avoir un chien (enfin surtout mon mari). Mais quand je vois le boulot que ça demande je me dis que finalement le chat ce n’est pas mal :-p

le 10/05/2016 à 11h11 | Répondre

Elodie

Nous avons un doberman et un labrador que nous avons tous les deux eu tout petits. Nous n’avons pas rencontré tous ces soucis car nous avons la chance de vivre dans le pacifique donc nos chiens vivent sur le terrasse. Par contre, ils n’ont le droit de faire leur besoin que derrière un seul arbre du jardin, et ils l’ont très vite appris, et ne font jamais ailleurs donc c’est nickel.
Au début, quand ils étaient seuls, ils s’attaquaient à notre mobilier de jardin, à la balançoire etc j’ai tout badigeonné de piment, ça été radical! Ils n’y ont plus JAMAIS touché 😉

En s’y mettant 30 minutes chaque jour, ils ont vite appris les bases, assis, couché, le rappel, attends ( quand on veut qu’ils marchent derrière nous car il y’a des poules sur le chemin par exemple) donc ne te décourage pas 😉 Il faut juste le faire régulièrement

le 10/05/2016 à 12h05 | Répondre

virginie

Loooooooooool excellent !
Alors je ne sais pas d’où tu nous écris mais, en France, on ne se lève pas pour promener le chien la nuit, au secours ! Et les vétérinaires déconseillent decles sortir avant les premiers vaccins qui se font donc généralement un peu plus tard. On commence donc par lui dédier une pièce pour la nuit, genre salle de bain carrelée où rien ne craint, où il n’a pas d’eau (un chiot ne contrôle pas sa soif, il boit pour le plaisir), son panier et un papier journal/absorbants pour les besoins. La journée le jeu consiste à voir que le chiot a envie de faire ses besoins et de le pousser sur ledit papier journal/absorbant.
Si tu contrôles un peu les moments où il peut boire, tu finis par identifier aussi ses horaires pour les besoins.
Les chiots en sont à savoir où faire dans la maison quand on en arrive aux vaccins et enfin aux sorties. Donc à partir de là, le but est de le sortir quand tu sais qu’il a envie et surtout de rapprocher de plus en plus près de la porte son papier journal/absorbant… jusqu’à arriver dehors.
Chacun ses méthodes !
Je plussoie, nous n’avions que des animaux jusqu’ici, et il nous est souvent arrivé de comparer les histoires de nos amis jeunes parents à celles que nous avons vécues avec notre tribu 🙂 🙂 🙂
Alors, oui, un chien grandit plus vite mais, attention, toute ta vie ta place dans la meute tu devras conserver sans faillir et surtout toute sa vie le chien te testera, rien n’est acquis, tout est répétitif 🙂 🙂 🙂 🙂

le 10/05/2016 à 16h20 | Répondre

virginie

Ah oui ! Aussi, d’autres méthodes existent pour l’apprentissage. Si tu lui apprends des trucs en amusement, ça rentre bien et pas besoin de le récompenser autre qu’une caresse puisque c’est un jeu 😉

le 10/05/2016 à 16h23 | Répondre

Nya (voir son site)

Je n’ai pas élevé de chien en France, mais il me semble bien qu’il y a des différences de méthodes avec le Canada. Ici, on ne jure que par la cage : la nuit, on enferme le chien dans une cage pour lui apprendre à se retenir (il ne fait pas ses besoins où il dort) et on le sort quand il pleure.
On a essayé les tapis absorbants. C’était pratique : si on voulait que le chien ne fasse PAS à un endroit, on y plaçait le tapis absorbant, et on était sûrs de trouver plein de pipis tout autour. Et au bout d’une semaine, Indiana s’est dit qu’un tapis absorbant, c’était un jouet fabuleux, ça se déchire bien, ça fait plein de petits bouts rigolos. Une grande réussite pour nous, les tapis absorbants 😀

le 10/05/2016 à 19h05 | Répondre

Mlle Folie douce

Je ne suis pas spécialement fan de chiens mais le vôtre est très craquant ! Et ton article m’a fait rire (notamment le dialogue chat/chien et le passage sur les morsures). Nous on a des poules et c’est quand même moins contraignant (mais beaucoup moins câlin !).

le 10/05/2016 à 17h40 | Répondre

Nya (voir son site)

Tu as des poules ?! Je VEUX une chronique sur les poules ! Ça te plairait ? J’adorerais lire comment tu fais, quelle relation tu as avec elles et si les œufs frais sont vraiment meilleurs ? 😉

le 10/05/2016 à 18h31 | Répondre

Mlle Folie douce

Désolée de te répondre si tardivement mais oui j’ai 2 poules et pourquoi pas faire un article là-dessus un de ces jours si ça intéresse des lecteurs/trices !

le 24/05/2016 à 23h41 | Répondre

virginie

+1 pour l’article sur les poules ! Nous envisageons d’en avoir, je suis aussi très intéressée par la sécurisation de leur enclos contre les prédateurs 🙂

le 25/05/2016 à 07h56 | Répondre

pagesversicolores.wordpress.com (voir son site)

(Lire ton article au boulot dans un bureau avec plusieurs personnes et essayer de rester sérieuse…check!)

J’ai plusieurs points communs avec toi, enfin deux, mon mari et moi ne voulons pas d’enfant et deuxièmement on a un chien qui a maintenant 6 ans.
Ce chien est arrivé chez nous chiot dès notre emménagement, même pas le temps de s’habituer à une vie à deux qu’on devait s’occuper du chien (je l’ai profondément regretté que ce soit aussi aussi rapide). la première année a été horrible: il a fallu un an pour qu’il soit propre … C’est Border Collie donc il demande beaucoup d’attention et d’activités, moi qui étais pas sportive à la base, je le suis devenue.

Bon tout ça pour dire que pour l’instant c’est peut-être difficile mais tu vas voir un chiot/chien c’est génial. Je ne pourrais plus m’en passer même si’ j’ai eu de profondes envies de meurtre! 🙂

le 15/07/2016 à 12h20 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?