Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Nya

Voyageuse. Scribouillarde. Écolo. Traductrice. Mariée. Bobo. Félinophile. Sans enfants. Blogueuse. Gourmande. Insomniaque. Végétarienne. Féministe. Expatriée. Tout ça et bien d'autres choses encore...

Suis-moi sur Instagram : @arpenter_le_chemin

Ses contributions

Je me lance dans le jardinage

Le jardinage est l’un des passe-temps préférés des Français. Pour ma part, j’ai grandi à la campagne, et j’aidais souvent au jardin… pas forcément par choix. Parce qu’à sept ans, ou treize ans, je pouvais trouver une infinité d’activités qui m’intéressaient plus qu’arroser les fleurs ou enlever des pucerons des rosiers un par un. Disons, me couper une jambe ou m’arracher les ongles à a petite cuillère, ça m’aurait plus intéressé.

Mes rituels de l’été

Ce n’est pas ma saison de prédilection, mais je lui trouve une ambiance unique. Au fil des ans, j’ai développé des petits rituels pour cette saison qui fait office de parenthèse enchantée où l’esprit des grandes vacances de mon enfance flotte toujours un peu.

J’ai testé le compteur de pas

Pour Noël, j’ai reçu un petit cadeau assez étrange : un compteur de pas. Il en existe énormément et les modèles se ressemblent dans les grandes lignes, je vais donc me permettre de généraliser. Après quelques mois d’utilisation, j’avais envie de t’en parler, parce que je trouve ce petit gadget assez amusant.

Comment s’engager pour faire bouger les choses ?

En 2016, le jour même de mon anniversaire, Donald Trump a été élu président des États-Unis. Ce qui aurait dû être une belle journée s’est transformée en hallucination éveillée, les messages d’anniversaire reçus en ligne noyés dans la masse de commentaires inquiets. Sur Facebook, sur Tumblr, sur Twitter, les messages des minorités craignant pour leurs droits m’ont pris à la gorge. On se disait que ce ne serait que de l’esbrouffe, on se rassurait comme on pouvait.

Et si tu mourais ?

Tu as sûrement eu un mouvement de rejet en lisant ce titre, et je te comprends : la société occidentale n’aime pas la mort et en a fait un tabou. On n’est que très peu en contact avec elle, et elle ne se rappelle à notre présence que par l’entremise du journal télévisé qui égrène les morts désincarnées (300 morts en Syrie… 23 morts en Irak…) ou lors de la mort d’un proche. Personnellement, j’ai dû aller à cinq enterrements de toute ma vie. Je n’ai jamais vu de personne morte, encore moins quelqu’un passer de vie à trépas.
Pourtant, nous allons tous mourir.

Mes condiments préférés

Les fins de frigo… Les moments de flemme… Les jours où on a juste envie de faire bouillir une casserole d’eau pour y déverser des pâtes, ou qu’il ne reste que de la salade verte et une boîte de haricots rouges…

C’est pour ces moments-là que j’ai (presque) toujours mes condiments magiques, ceux qui réveillent instantanément l’assiette la plus fade qui soit !

Trois semaines de road-trip dans l’Ouest américain

Un road-trip dans l’Ouest ? C’est une destination vue et revue non ? Certes, c’est un grand classique des voyages de noces et des blogs de voyage. Mais honnêtement, lors de ce séjour, où j’ai mis pour la première fois les pieds sur la côte Ouest américaine, j’ai compris que cette destination n’a rien de surfait. Les paysages sont fabuleux, l’ambiance est démente, on se croit dans un film, dans un rêve, dans le passé, sur une autre planète, bref c’est le dépaysement total !

Comment je suis devenue végétarienne

À l’instar de ma chronique sur la façon de faire pour créer son entreprise, j’avais envie de compiler ici une série d’échanges avec des amis qui s’engagent sur la voie du végétarisme.

Cela fait dix ans que je suis devenue végétarienne. Ou plutôt, flexitarienne, puis végétarienne. J’ai eu pas mal de temps pour mûrir ma démarche, mon engagement et j’aimerais partager cela avec toi, qui te demandes si tu ne deviendrais peut-être pas végétarienne. Tout le monde ne souhaite pas se lancer dans l’aventure et je ne cherche à convaincre personne, mais si tu cherches déjà des pistes en cette direction, cette chronique pourra peut-être t’aider.

Créer son auto-entreprise : par où commencer ?

Comme je suis à mon compte depuis 2007, les aspirants entrepreneurs viennent souvent me consulter pour me demander des conseils, et je me suis dit que ce serait intéressant de reprendre certaines réponses que j’ai données récemment, en espérant que les personnes concernées ne m’en voudront pas.

Si tu as envie de monter une activité indépendante, qu’elle soit complémentaire ou à plein temps, voici quelques pistes pour t’aider à y voir plus clair. Je parle ici de l’auto-entreprise parce que c’est le statut le plus simple aujourd’hui, mais c’est loin d’être le seul possible (tu peux aussi être en portage salarial, en EURL…).

Et toi, qu’est-ce qui t’anime dans la vie ?

Quand on est petits, on nous demande tout le temps ce qu’on voudra faire quand on sera grands. C’est une question louable, mais je pense qu’elle est imprécise.

On devrait plutôt nous demander ce qu’on voudrait *tout court* quand on sera grands.

Trois semaines entre travail et détente au Guatemala

Depuis ma semaine en amoureux à Cuba, je n’vais pas fait de long et grand voyage. Six mois sans partir à l’exception d’un ou deux week-ends, je commençais à avoir la bougeotte. En novembre 2016, je me suis envolée pour trois semaines au Guatemala, en solo cette fois.

Pourquoi le Guatemala ? L’an dernier, une amie elle aussi traductrice s’était délocalisée un mois à Bali. Bavant d’envie devant ses photos, je me suis dit que je tenterais bien la même expérience : partir travailler loin, prenant mon ordinateur et mes commandes sous le bras pour profiter d’un cadre agréable lors d’un mois assez pourri, le mois de novembre…

cosplay

Je débute le cosplay

Tu connais le cosplay ? Ce mot-valise formé à partir de costume et play, désigne l’art de se déguiser en personnage de fiction. Il a vu le jour au Japon et évoque le plus souvent le fait de se déguiser en personnage de manga, d’animé ou de jeux vidéo, mais n’importe quel personnage de fiction s’y prête.

J’ai toujours admiré les cosplayeurs hors pair et je me suis lancée doucement là-dedans l’an dernier, profitant de la période d’Halloween pour créer mes premiers costumes.

Être enfant unique

Être enfant unique : que des avantages… ou presque

Mettons tout de suite les choses à plat. Je n’ai pas connu de fratrie. Ce n’est pas comme si on m’avait enlevé quelque chose. Je n’ai aucune idée, littéralement, de ce qu’est le sentiment fraternel. Il ne m’a donc jamais manqué.

J’entends souvent des amis se dire qu’ils vont faire un deuxième enfant « parce que sinon, ce serait trop cruel pour le premier ». Mais non ! Le premier, il s’en cognera complètement de grandir en enfant unique, il ne s’en portera pas plus mal.

Les petites hontes avec un chien

Tu sais que ton chiot veut te mettre la honte quand…

… quand il saute dans la première flaque de boue venue juste après son toilettage. Alors que tu y as passé tout l’après-midi, parce qu’avec un chien à poils longs, il faut au moins ça.

… quand il se roule dans des débris de tonte après son passage dans la boue. C’est moi ou ce chien n’aime pas être propre ? Ou alors, c’est l’odeur du shampoing. La prochaine fois, j’achète un shampoing « débris de tonte ».

Pourquoi bloguer

Serial blogueuse : la vie mise en scène

D’où vient cet attrait pour l’écriture de blogs ? Je ne dois pas être la seule, non ? Je peux envisager plusieurs pistes pouvant expliquer pourquoi l’écriture de blogs séduit, voire pire encore : pourquoi elle est addictive.

Elle témoigne évidemment d’une certaine mise en scène : si je te parle de telle sortie ou de tel restau, c’est qu’ils doivent être géniaux. Et par extension, que ma vie doit être géniale, non ? On peut aussi penser que j’ai un besoin clinique de laisser une trace, et ce n’est sans doute pas faux.