Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Nya

Voyageuse. Scribouillarde. Écolo. Traductrice. Mariée. Bobo. Félinophile. Sans enfants. Blogueuse. Gourmande. Insomniaque. Végétarienne. Féministe. Expatriée. Tout ça et bien d'autres choses encore...

Suis-moi sur Instagram : @arpenter_le_chemin

Ses contributions

Comment je suis devenue végétarienne

À l’instar de ma chronique sur la façon de faire pour créer son entreprise, j’avais envie de compiler ici une série d’échanges avec des amis qui s’engagent sur la voie du végétarisme.

Cela fait dix ans que je suis devenue végétarienne. Ou plutôt, flexitarienne, puis végétarienne. J’ai eu pas mal de temps pour mûrir ma démarche, mon engagement et j’aimerais partager cela avec toi, qui te demandes si tu ne deviendrais peut-être pas végétarienne. Tout le monde ne souhaite pas se lancer dans l’aventure et je ne cherche à convaincre personne, mais si tu cherches déjà des pistes en cette direction, cette chronique pourra peut-être t’aider.

Créer son auto-entreprise : par où commencer ?

Comme je suis à mon compte depuis 2007, les aspirants entrepreneurs viennent souvent me consulter pour me demander des conseils, et je me suis dit que ce serait intéressant de reprendre certaines réponses que j’ai données récemment, en espérant que les personnes concernées ne m’en voudront pas.

Si tu as envie de monter une activité indépendante, qu’elle soit complémentaire ou à plein temps, voici quelques pistes pour t’aider à y voir plus clair. Je parle ici de l’auto-entreprise parce que c’est le statut le plus simple aujourd’hui, mais c’est loin d’être le seul possible (tu peux aussi être en portage salarial, en EURL…).

Et toi, qu’est-ce qui t’anime dans la vie ?

Quand on est petits, on nous demande tout le temps ce qu’on voudra faire quand on sera grands. C’est une question louable, mais je pense qu’elle est imprécise.

On devrait plutôt nous demander ce qu’on voudrait *tout court* quand on sera grands.

Trois semaines entre travail et détente au Guatemala

Depuis ma semaine en amoureux à Cuba, je n’vais pas fait de long et grand voyage. Six mois sans partir à l’exception d’un ou deux week-ends, je commençais à avoir la bougeotte. En novembre 2016, je me suis envolée pour trois semaines au Guatemala, en solo cette fois.

Pourquoi le Guatemala ? L’an dernier, une amie elle aussi traductrice s’était délocalisée un mois à Bali. Bavant d’envie devant ses photos, je me suis dit que je tenterais bien la même expérience : partir travailler loin, prenant mon ordinateur et mes commandes sous le bras pour profiter d’un cadre agréable lors d’un mois assez pourri, le mois de novembre…

cosplay

Je débute le cosplay

Tu connais le cosplay ? Ce mot-valise formé à partir de costume et play, désigne l’art de se déguiser en personnage de fiction. Il a vu le jour au Japon et évoque le plus souvent le fait de se déguiser en personnage de manga, d’animé ou de jeux vidéo, mais n’importe quel personnage de fiction s’y prête.

J’ai toujours admiré les cosplayeurs hors pair et je me suis lancée doucement là-dedans l’an dernier, profitant de la période d’Halloween pour créer mes premiers costumes.

Être enfant unique

Être enfant unique : que des avantages… ou presque

Mettons tout de suite les choses à plat. Je n’ai pas connu de fratrie. Ce n’est pas comme si on m’avait enlevé quelque chose. Je n’ai aucune idée, littéralement, de ce qu’est le sentiment fraternel. Il ne m’a donc jamais manqué.

J’entends souvent des amis se dire qu’ils vont faire un deuxième enfant « parce que sinon, ce serait trop cruel pour le premier ». Mais non ! Le premier, il s’en cognera complètement de grandir en enfant unique, il ne s’en portera pas plus mal.

Les petites hontes avec un chien

Tu sais que ton chiot veut te mettre la honte quand…

… quand il saute dans la première flaque de boue venue juste après son toilettage. Alors que tu y as passé tout l’après-midi, parce qu’avec un chien à poils longs, il faut au moins ça.

… quand il se roule dans des débris de tonte après son passage dans la boue. C’est moi ou ce chien n’aime pas être propre ? Ou alors, c’est l’odeur du shampoing. La prochaine fois, j’achète un shampoing « débris de tonte ».

Pourquoi bloguer

Serial blogueuse : la vie mise en scène

D’où vient cet attrait pour l’écriture de blogs ? Je ne dois pas être la seule, non ? Je peux envisager plusieurs pistes pouvant expliquer pourquoi l’écriture de blogs séduit, voire pire encore : pourquoi elle est addictive.

Elle témoigne évidemment d’une certaine mise en scène : si je te parle de telle sortie ou de tel restau, c’est qu’ils doivent être géniaux. Et par extension, que ma vie doit être géniale, non ? On peut aussi penser que j’ai un besoin clinique de laisser une trace, et ce n’est sans doute pas faux.

cosmétiques naturels

Mes cosmétiques naturels

Aujourd’hui, ce n’est pas la féministe, ni l’entrepreneure qui te parle, mais la bobo hippie, pour changer !

Je vais te parler de ma salle de bain, qui est en train de subir une sérieuse cure d’amincissement en vue de ne contenir plus que des produits naturels.

Les critiques quand on est engagé

Le manichéisme, cette plaie en société

Aujourd’hui, j’ai envie de parler d’une idéologie que l’on peut tou.te.s subir dès lors qu’on exprime des convictions marquées : le manichéisme.

Le manichéisme consiste à tout voir en noir et blanc, sans nuances de gris (aucun rapport avec un roman à succès…). À tout interpréter selon une vision du monde où il y a les bons et les méchants, où l’on adopte une ligne de conduite à 100% ou l’on ne l’adopte pas du tout, où l’on est pour quelque chose ou contre quelque chose.

gâteau courge-banane halloween

Gâteau banane-courge d’Halloween

As-tu déjà remarqué comment, selon les pays, certains aliments sont assignés à un goût sucré ou salé, et comment celui-ci change selon les cultures ? L’avocat ? Salé chez nous, aussi sucré au Maroc ou au Mexique. La banane ? Sucrée chez nous, salée au Sénégal dans sa version plantain. Et la courge ? Salée en France, et le plus souvent sucrée en Amérique du Nord.

Étonnant, non ? Mais dès qu’arrive l’automne, au Canada, nous sommes envahis de produits à la citrouille, qui ont tous une connotation sucrée. En l’honneur de l’automne et d’Halloween que j’adore, voici une recette de gâteau banane-courge qui, je l’espère, te fera découvrir la courge d’un autre œil.

Reconnaître une relation toxique

Petit précis de comportements toxiques

J’ai subi des relations abusives, comme tout le monde, mais à l’époque, je n’ai pas mis de mots sur ce que je vivais. L’amie un peu trop regardante, le conjoint un peu trop critique… J’aurais aimé savoir ce qui m’arrivait, tout simplement.

La plupart du temps, une relation toxique est la somme de nombreux comportements décrits ci-dessous. Isolés, ils semblent inoffensifs, mais bout à bout, c’est tout un tissu anxiogène qui est créé…

Gérer son argent

Idées pour gérer et faire fructifier son argent

Des fois, je me prends à rêver à un cursus scolaire qui aurait compris des éléments qui servent vraiment dans la vie d’adulte : remballer un garagiste malhonnête, remplir sa déclaration d’impôts, gérer son argent. On peut dire que c’est le boulot des parents d’enseigner ça, mais honnêtement, un module « vie pratique » au lycée, ça n’aurait pas été du luxe. Parce qu’on sait tous calculer le théorème de Pythagore, mais alors pour remplir la feuille 2042C de la déclaration d’impôts, il n’y a plus personne.

Bref, mon sujet d’aujourd’hui, c’est la gestion de l’argent. Pas évident non plus, hein ?

Politiquement correct

Être politiquement correcte fait-il de moi une nunuche ?

Il y a quelques semaines, on m’a reproché d’être politiquement correcte. La question mérite qu’on s’y arrête. L’expression est voulue comme une accusation, un synonyme d’entrave à la liberté d’expression.

Est-ce vraiment un défaut ? Être politiquement correcte fait-il de moi une nunuche ?

Nostalgie du passé

C’était mieux avant

Je comprends parfaitement que passé un certain âge (quel âge ? 50 ans ? 60 ans ? L’âge où le monde devient effrayant ?), on soit nostalgique de sa folle jeunesse et qu’on ait tendance à idéaliser un tantinet la période qui allait avec. Certes.

Mais j’entends aussi énormément cette phrase de la bouche de mes contemporains. De gens qui ont à peine 30 ans, voire bien moins. Et qui, souvent, n’ont même pas vécu la période à laquelle ils font référence.