Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Avoir peur de tout


Publié le 11 septembre 2017 par Elodie

Ça fait un moment que j’ai envie d’écrire sur la santé mentale, sans savoir par quel angle l’approcher. J’ai essayé d’écrire sur mon syndrome prémenstruel invivable, sur le fait que j’ai consulté cinq psys en dix ans, que j’ai été en dépression l’an dernier. Mais tous revenaient à une chose : j’ai peur de tout.

J’ai toujours été nerveuse. Angoissée. Phobique sur les bords, jamais très rassuré. Avec des phases plus ou moins intenses. J’avais réussi à me libérer de pas mal de phobies ces dernières années mais l’an dernier, une dépression les a réveillées. Depuis, c’est l’angoisse… littéralement. Dépression et anxiété sont souvent de bonnes copines et il est parfois difficile de les distinguer. Les symptômes que je vais te décrire peuvent parfaitement recouper ceux d’une dépression – ça tombe bien, elle s’accroche, ma gentille petite dépression.

Mon trouble de l’anxiété généralisée, c’est avoir peur. Tout le temps. De tout. De rien. D’avoir peur de la peur.

Mon trouble de l’anxiété généralisée, c’est perdre ma capacité à réfléchir avec recul sur des problèmes simples et se retrouver avec des pensées qui font des nœuds jusqu’à transformer le problème et mes nerfs en pelote, au lieu d’avancer linéairement, posément avec une réponse.

Mon trouble de l’anxiété, c’est avoir épongé toutes les angoisses de ma famille, elle-même probablement dépressive et angoissée, et ne pas arriver à les oublier. On dit que l’angoisse généralisée est héréditaire, et je pense aussi que quand on grandit avec une famille qui a peur de tout, et nous dit d’avoir peur de tout, on finit par prendre des automatismes.

Mon trouble de l’anxiété généralisée, c’est tout bêtement ne pas pouvoir oublier, me souvenir d’absolument tout ce qu’on m’a dit d’atroce, d’horrible et de tragique qui est arrivé à la terre entière, quel que soit le degré de pertinence dans  ma vie.

L’anxiété généralisée, c’est tout voir en noir, même le plus beau paysage. (source : Giuseppe Milo)

Parce que ça m’est arrivé une fois en 30 ans, je vais redouter à tout jamais de me faire agresser dans le métro, de me faire voler mon vélo, d’avoir un dégâts des eaux en mon absence, de tomber en panne en voiture, de me blesser en prenant les escaliers.

Parce que j’en ai entendu parler une fois à la télé ou ailleurs, je vais redouter à tout jamais de mourir dans un incendie dans un tunnel, dans un ferry qui chavire ou dans une collision entre un avion et un missile, de mourir d’une piqûre d’insecte à l’étranger, d’être enlevée en vacances, de voir éclater la troisième guerre mondiale, de voir une guerre civile en France, de tomber à l’eau avec ma voiture, de prendre la foudre sur la maison.

Parce qu’on m’a raconté des histoires d’horreur, je vais redouter toute ma vie de faire exploser la maison en jouant avec l’interrupteur, de contracter le botulisme en mangeant une conserve cabossée, de me transpercer la main avec ma machine à coudre, de perdre un œil en me prenant une branche dans le visage, de me faire virer de mon logement parce que j’ai payé le loyer avec deux jours de retard, de perdre mes cheveux en essayant une nouvelle coloration, de faire exploser un plat au four ou un verre avec un liquide trop chaud, de devenir tétraplégique en tombant de ma terrasse.

Je me souviens de tout ça à chaque fois que je me trouve dans la situation en question. À chaque fois. Chaque fois.

C’est ridicule, j’en suis consciente, mais je ne peux m’empêcher d’y penser. Selon mon humeur, je peux rationaliser, mais j’y aurai pensé quand même. Ce qui fait que j’y penserai la fois suivante. Qui sait comment on débranche des pensées ?

Je sais aussi que tout ce que je t’ai cité peut arriver. Certaines histoires d’horreur sont arrivées à des proches, d’autres m’ont été relatées. Ce n’est pas parce qu’on est paranoïaque qu’on ne va pas nous faire la peau, tu connais l’adage ? Mais quel est le risque ? Est-ce que m’inquiéter 24 heures sur 24 n’est pas un prix un peu fort par rapport au risque réel ?

Mon trouble de l’anxiété, c’est vivre en imaginant constamment le pire. À chaque fois.

Mon trouble de l’anxiété généralisée, c’est aussi une fatigue généralisée. C’est épuisant de penser toujours au pire. Ça finit par se transformer en cernes, en anémie, en fatigue musculaire, en insomnies. Rappelez-moi la dernière fois où j’ai été en pleine forme ? Ça se voit dans ma peau, qui va finir par me donner un visage où mon anxiété se lira à mon front plissé en permanence depuis mes 12 ans.

Si tu es parent, tu vas dire que c’est normal de vivre avec la peur au ventre. Non. Non. Ce n’est pas normal d’avoir peur que son enfant se fasse enlever à chaque fois qu’il part à l’école. D’avoir un accident de voiture à chaque fois qu’on prend la voiture. De retrouver son chat mort à chaque fois qu’on le laisse seul le week-end. On apprend à vivre avec sans doute, mais ça n’en reste pas moins handicapant, encore plus avec l’âge. J’aimerai te donner des solutions mais je ne peux que partager mon expérience, en espérant qu’elle t’aide à mettre un mot sur ce que tu vis si toi aussi, tu t’inquiètes de tout et de rien, tout le temps.

Commentaires

11   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Bobette (voir son site)

Ces peurs sont tellement irrationnelles que c’est vraiment difficile de s’en débarrasser. C’est un peu ce que j’ai vécu un temps avec ma peur de vomir (j’en avais fait un article ici) mais heureusement, j’ai fini par m’en sortir, je ne sais par quel miracle.
Je te souhaite aussi de pouvoir en sortir un jour ou du moins que ces peurs ne soient plus autant présentes dans ta vie au quotidien.
Bon courage 🙂

le 11/09/2017 à 12h18 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Cet article, j’aurais pu l’écrire ! Merci d’en parler, des fois je me sens tellement seule avec ses angoisses qui me font honte tellement de l’extererieur elles peuvent paraître ridicules.
Si cela peut t’aider, moi je vois un psy spécialisé en thérapies cognitives. Et cela va beaucoup mieux. Tout n’est pas réglé mais j’y arrive mieux !

le 11/09/2017 à 12h55 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

C’est très intéressant de lire ce qui peut se passer dans ta tête et je me dis que ça m’aidera peut-être à mieux comprendre d’autres personnes dans ce cas à l’avenir. J’espère qu’un jour tu trouveras le moyen d’éloigner au moins une partie de ces pensées.

le 11/09/2017 à 13h37 | Répondre

Cricri2j

Je suis aussi une grande angoissée! Mais depuis que j ai des enfants c est l horreur j ai tellement peur de tout pour elles 🙁

le 11/09/2017 à 13h45 | Répondre

sarah (voir son site)

Dans une mesure beaucoup moindre j’ai aussi connue cette phase il y a 2 ans.
C’est arrivée d’un coup, je me suis mise à avoir peur et être angoissée en permanence. Je voyais un psy en thérapie cognitive au même moment qui m’a aussi beaucoup aidé et m’a fait prendre conscience que je ne pouvais pas tout contrôler, et que ce qui devra arriver arrivera. Pas la peine de se mettre la rate au cours bouillon à l’avance ca ne changera rien.
J’ai donc fait un gros travail sur moi même pour apprendre à relativiser, à prendre du recul et ces angoisses sont un peu plus loin de moi maintenant… même si je les sens planer de temps en temps quand mon humeur est un peu plus morose.

J’espère qu’à ton tour tu trouveras un apaisement à ces angoisses.

le 11/09/2017 à 14h56 | Répondre

Choupichette (voir son site)

J’ai ressenti énormément de tristesse à la lecture de ton article.
Je n’ose imaginer ce que ça peut être de vivre dans l’angoisse permanente de tout…
Je te souhaite bien du courage et j’espère que l’aide extérieure te seras bénéfique pour que tu puisses juste profiter de la vie, et voir le verre à moitié plein

le 11/09/2017 à 16h31 | Répondre

Mademoiselle Red

J’aurai pu écrire cet article. Vraiment. Hormis le passage sur la famille, cet article me décrit à la perfection. Il décrit parfaitement ce que je ressens, et je me send moins seule. Je l’ai fait lire à mon mari pour qu’il comprenne mieux, et tu as admirablement écrit cet article. Merci.

le 11/09/2017 à 18h45 | Répondre

Xyn

Je souffre également d un TAG comme on dit dans le milieu medical. J aurai pu écrire cette article. Néanmoins même si j ai un traitement pour aller mieux il existe des solutions pour faire baisser le niveau des peurs:
La méditation
La tcc avec un psychologue
Ce sont des pistes longues a mettre en oeuvre mais qui ont fait leur przuves. De mon côté tout n est pas résolu mais j ai enfin retrouvé le sommeil que j avais perdu en faisant crise sur crise d angoisse…
Bon courage.

le 11/09/2017 à 21h01 | Répondre

MlleMora

Ca ne doit pas être évident à vivre, effectivement… Je n’ai aucune idée de ce que tu vis, car je suis plutôt du genre à chasser ce genre de pensée de ma tête, sinon je serai très mal…
J’imagine que tu vois un professionnel pour parler de ces angoisses et que tu as cherché des solutions pour t’aider à vivre mieux avec…

le 12/09/2017 à 13h17 | Répondre

Madame Zou (voir son site)

Je comprends très bien ton article. Surtout depuis que je suis maman. En fait, ce qui est épuisant, c’est stressé dans l’anticipation. Une fois qu’on doit prendre la route ou l’avion par exemple, mon stress s’évapore. En gros, je me stress avant… et bien souvent pour rien ! J’ai beau être anxieuse sur beaucoup de chose (et je suis d’accord avec toi – c’est de famille… merci papa !), je gère plutôt bien les épreuves. J’arrive aussi à dire stop et à me recentrer sur moi même. Bref, j’arrive à gérer mon anxiété. C’est sans doute plus difficile quand je suis fatiguée, mais j’ai accepté d’avoir des moments de stress et d’angoisse. Du coup, je le vis bien 🙂 Courage tout plein !

le 12/09/2017 à 15h22 | Répondre

Magnol

Bonjour je suis un homme de36ans né en pleine campagne , avant je n’avais peur que de peu chose mais hélas j’ai vécu beaucoup de drame le suicide d une soeur que nous avons tous fais pour la sortie de ces mauvais choix de vie…… 29ans 3enfants…. Et la des mauvaises personnes veulent cassé ça tombe .à ces éléments je peux rajouter un procès qui malgré mon innocent je risque d’être condamné …. Je suis ruiné même ma maison à etez vendu …..10 ans de merde un livre ……la chose que j arrive a protège entre parenthèses mes enfants ma femme m aide beaucoup mais à ce jour j ai peur du téléphone de jardine j ai même après avoir fais une réparation sur le toit de mes parents et ci l échelle avait cassé ci j avais glisse que aurais fais mes enfants après ces travaux pendant 4jours j ai rien dormi …. conduire c est dur je suis devenu andouille … Je me force mais je vous comprends maintenant ………

le 12/10/2017 à 11h09 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?