Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Cachez cette vieillesse que je ne saurais voir


Publié le 12 septembre 2018 par MlleMora

Elle se regarde dans le miroir. Elle compte ses cheveux blancs, elle observe ses rides, ses cernes. Et ses tâches suite à sa grossesse. Elle palpe ses seins tombants. Elle touche les vergetures sur son ventre. Elle tire sa peau des cuisses dans l’espoir de voir disparaître sa cellulite. Elle se trouve flasque.

Crédit photo : Free-photos

Elle a rendez-vous chez le coiffeur pour une coupe, un balayage et une petite couleur. Elle applique sa crème hors de prix anti-ride de jour après avoir utilisé un savon spécial jeunesse. Elle a fini sa douche par un jet d’eau froide sur la poitrine. Elle masse son ventre avec une crème anti-vergetures puis termine par un soin anti-cellulite. Elle se maquille. Ravalement de façade comme elle aime à dire. Fond de teint, mascara, crayon noir. Rien de trop chargé, il faut avoir l’air naturel.

Elle s’habille. Elle a retrouvé un jean qu’elle portait quand elle avait seize ans. Il lui va toujours. Elle l’enfile avec satisfaction, pourtant, son homme ne la félicite pas pour cet exploit. Est-ce qu’il se rend compte, lui, que c’est rare d’avoir une femme de 35 ans qui peut mettre ses fringues d’il y a 20 ans après deux grossesses ?

Sa fille lui dit « tu es belle maman », et même si son cœur fond d’amour, le « maman » à la fin de la phrase lui rappelle qu’elle n’est plus la fille de vingt ans sifflée par les mecs.

Elle perçoit encore le regard des hommes sur elle quand elle se balade seule : mais c’est tellement rare depuis qu’elle est maman.

C’est une bonne élève pour le concours de celle qui paraîtra le plus jeune, le plus longtemps.

Il n’y a plus rien à faire, le temps a été plus fort que les crèmes, les couleurs, le sport, le maquillage et tous les autres artifices qu’elle a testé et usé pendant toutes ces années.

Assise dans son fauteuil, les articulations meurtries par le temps passé sur des talons hauts, les mains tâchées trahissant son âge, sa peau flasque de partout, son visage ridé, ses cheveux gris, elle regarde les photos du passé. Celles du temps béni où elle était jeune et jolie.

Les rares regards qu’elle croise aujourd’hui sont empreints de pitié ou de dégoût. Elle n’existe plus pour les hommes alors qu’elle se sent encore si jeune, dans sa tête.

Elle a pourtant tout fait pour ralentir la course de la vieillesse. Mais rien n’y a fait. Elle a fini par devenir vieille et moche. Comme toutes les autres, celles qui étaient dans la course, celles qui n’y participaient pas. Au final, elle ressemble à n’importe quelle autre femme de 80 ans.

Toutes ces années à se torturer le corps avec des artifices, est-ce que ça valait vraiment la peine ?

Elle lance un regard à son mari. C’est un vieux monsieur, lui aussi. Un vieux monsieur au regard rieur, vestige d’une jeunesse amusante. Il n’a jamais eu peur de vieillir, lui. Il n’a jamais tenté de ralentir la course, lui. A peine s’il a pensé à surveiller son poids. Il a laissé le temps glisser sur lui, et personne ne lui a reproché. Personne ne lui a dit qu’il se laissait aller, ou qu’il devrait « prendre soin de lui ».

Ils ont vécu ensemble, toutes ces années. Mais… Ils n’ont décidément pas eu la même vie.

Et toi, comment abordes-tu le fait de vieillir ? Penses-tu qu’il existe une égalité homme/femme face à la vision de la vieillesse ?

Commentaires

11   Commentaires Laisser un commentaire ?

Virg

Cet article est très mélancolique, bien écrit mais à la fois un fond de tristesse ou de regret et un bon message à la fin. Est-ce quelqu’un que tu connais ou te projettes-tu ?
Pour ma part, quelques décès autour de moi m’ont appris une bonne leçon que j’essaie d’appliquer chaque jour, mais ce n’est pas facile : c’est maintenant qu’il faut vivre 😉

le 12/09/2018 à 09h15 | Répondre

MlleMora

C’est vrai, on oublie beaucoup de vivre l’instant présent.
Cet article m’a été inspiré par une conversation que j’ai eu avec une amie, pour qui l’apparence physique est très importante, elle fait tout pour rester « jeune ».
Je trouve ça triste que les femmes se mettent autant de pression face aux hommes qui, eux, prennent juste de la maturité, deviennent sages…

le 12/09/2018 à 10h38 | Répondre

Doupiou

C’est vrai que les femmes ont une pression bien plus importante que les hommes pour rester jeune. Du moins « paraître » jeune. Mon beau-frère est très pressé d’avoir des cheveux blancs car ça fait mature pour lui ! A-t-on déjà entendu une femme dire qu’elle avait hâte d’avoir des cheveux blancs ?!
Et puis ce besoin de plaire sans cesse. Pourquoi n’arrive-t-on pas à nous trouver jolies à travers notre propre regard ?

le 12/09/2018 à 09h29 | Répondre

MlleMora

C’est clair, on n’entendra jamais une femme avoir hâte des cheveux blancs !!
Y a encore du boulot pour les femmes, mais j’imagine que ça ne plairait pas trop à l’industrie de la cosmétique si on s’acceptait toutes comme on est ! 😀

le 12/09/2018 à 10h40 | Répondre

Maye

Moi j’ai hâte d’avoir des cheveux blancs xD Je trouve ça hyper joli ! Même si j’adore mes cheveux et leurs couleur aujourd’hui, je serais bien contente d’avoir les cheveux blanc (mais a tous les coups j’aurais un poivre et sel dégueulasse, loi du destin xD)

le 12/09/2018 à 21h04 | Répondre

Sarah

Plus jeune je faisais trop jeune et j’essayais de me vieillir à coup de maquillage. Maintenant je fais sûrement encore plus jeune que mon age mais je m’en fiche. J’ai quelques rides et des cheveux blanc et tant pis.
J’ai arrêté de me maquiller pour des raisons écologiques il y a un an. J’ai juste gardé un crayon noir, un ral et un anticerne pour le boulot (faudrait quand même pas effrayer les clients :p ) j’ai appris à vivre avec moins lors de voyages au fin fond de nulle part et j’en ai retenu qu’on se met beaucoup de pression à cause des normes de la société 🙂

le 12/09/2018 à 10h59 | Répondre

Nala

Très bel article MlleMora… et tellement criant de vérité pour beaucoup de femmes ! J’espère que le regard d’autrui sur l’apparence de chacun (et surtout de chacune) finira par évoluer.

Ma jeunesse est derrière moi à présent, et honnêtement je m’en fiche. Je tombe sur quelques photos parfois, que je regarde avec tendresse plus qu’avec regrets 🙂
A presque 40 ans, mon état d’esprit a changé et même si je conserve quelques rituels beauté, je n’essaie plus de masquer à tout prix mes cheveux blancs (bien que je continue les colorations, plus par habitude qu’autre chose finalement) et mes rides naissantes – quoique je l’avoue, j’ai la chance de ne pas en avoir trop… 🙂
Je vis ma vie comme je l’entends, et je suis bien plus préoccupée par le bonheur et l’avenir de mes enfants que par mon apparence physique ! ^^

le 12/09/2018 à 11h13 | Répondre

Madame Colombe

Je trouve cet article bien écrit mais extrêmement triste. Me rendant souvent en maison de retraite, je constate que même âgés un homme ou une femme peuvent rester beau/belle.
J’approche de la quarantaine, j’ai un physique très banal et n’accorde pas beaucoup d’importance à l’apparence physique. Mes cheveux blancs sont laissés tels quels.
Cela dit lorsqu’on a été une belle femme, je comprends que l’on puisse éprouver de la nostalgie face à ce que l’on a été.
Toutefois, à mon âge, je suis plus préoccupée par mon développement personnel, par le bonheur de mes proches et par le fait d’être sensible aux petits plaisirs.

le 12/09/2018 à 12h13 | Répondre

Raphaelle

C’est un très bel article si mélancolique! la « société » ne met décidément pas la beauté dans les bonnes « cases ». « On » décide arbitrairement d’une série de critères (changeants) qui ont tous en commun d’être lié à une sorte de jeunesse éternelle. Pourquoi? Parce que c’est « bankable », c’est une histoire, un mythe qui va fasciner et pour lesquels les gens seront prêts à payer : des crèmes, des pilules, des fards, des procédures chirurgicales, des teintures.. il ne faut pas oublier que derrière toutes les pubs dont on nous matraque et qui finissent par pourrir notre vision de la beauté, il y a du business. Et il y a aussi quelque chose de facile, de presque rassurant, dans ce business : on nous offre sur un plateau d’argent des « solutions pour être enfin belle. » Mais si on arrive à prendre du recul par rapport à tout ce matracage, je pense qu’on peut voir que la beauté est ailleurs (et plus fragile et difficile à obtenir) : elle ressort en nous quand notre âme est belle, la bonté, la générosité, l’amour de la vie, la douceur, l’intelligence.. toutes ces choses-là créent une sorte d’aura, de je-ne-sais quoi indescriptible qui rend certaines personnes âgées tout simplement fascinantes et des jeunes à qui cela manque très fades. Quand à la course à ralentir les effets du temps, il faut garder en tête qu’on ne peut pas la gagner. A quoi cela sert-il finalement d’être la plus lisse du cimetière? Combien d’efforts pour en arriver là? Ma mère fait très très jeune pour son âge, et elle l’a mérité par une vie de précautions infinies et d’heures d’efforts chaque jours. Et même si « ça marche » j’ai pour ma part pris la décision de ne pas suivre ses pas. Advienne que pourra, je préfère utiliser mon précieux temps à autre chose. Par ailleurs j’ai la chance (?) d’avoir eu mes premiers cheveux blancs à 20 ans (je les laisse vivre), ce qui m’évitera j’imagine d’avoir le choc du « je vieillis! » qu’on peut avoir en découvrant ses premiers fils d’argent à 40 ans. Mes premières rides sont aussi apparues très tôt mais pour le moment en tout cas je ne les déteste pas, elles me rappellent les haut et les bas d’une vie pleine de turbulences, d’aventures et de rebondissements. Les signes du temps sont avant tout les signes de notre vie vécue, et je ne voudrais en rien l’effacer, elle.

le 12/09/2018 à 15h19 | Répondre

audrey

je n’ai « que » 32 ans mais cet article me parle beaucoup. Je n’ai jamais été jolie, on m’a tres souvent répété (par des personnes tres différentes) que je n’étais pas une personne dont on se souvenait car je n’avais rien de remarquable. ALors plus jeune, je me disais, ce n’est pas grave, quand tu seras plus agée tu deviendra enfin une belle femme.

Sauf que ce n’est jamais arrivée, et que maintenant ça ne le sera jamais. J’en fais mon deuil, mais ça fait mal. Peur de me retrouver seule si mon mari venait à me quitter (tout se passe bien ente nous, mais on ne sait jamais), de n’interesser plus personne….

Pourtant j’essaie de profiter de chaque instant, chaque petit bonheur car tout peut nous être enlevé si vite.

le 13/09/2018 à 09h50 | Répondre

Madame Colombe

Bonjour Audrey,

Je trouve votre commentaire bien triste.

Il n’y pas que les personnes belles physiquement qui intéressent les gens. Bien au contraire, je dirais.

En effet, les gens qui sont beaux attirent les autres personnes ( parfois) pour de mauvaises raisons. Je suis convaincue que seule la beauté intérieure est primordiale.
Votre mari est avec vous car il aime ce que vous êtes à la fois physiquement et du point de vue des qualités humaines.
Ce n’est pas grave de ne pas être une belle femme. Pour ma part, je le vis bien.
Il n’y a qu’à voir le triste sort de certaines célébrités ( Dalida pour ne citer qu’elle) belles et séduisantes, mais au final malheureuses.

le 13/09/2018 à 15h17 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?