Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Devenir paysans : première visite officielle


Publié le 21 novembre 2018 par Madame Ophrys

Bon, maintenant on a une maison et un terrain, pour pas très cher en plus. Cool ! Maintenant, il faudrait qu’on puisse habiter dedans maintenant, pour bien faire.

Première visite pour faire l’état des lieux

Bon, jusqu’ici Chéri et moi avions visité la maison uniquement à deux, et avions donc jugé de son état à l’œil nu. Notre grosse crainte était que nous nous soyons précipités et que la maison se révèle être un cadeau empoisonné. Nous savions qu’il y avait des travaux à faire, mais impossible d’en estimer le montant. Et puis s’est posée la question : à qui confier les travaux ? Pour rappel, Chéri et moi habitons en Belgique, à environ 500 km de notre nouvelle maison.

Pas facile donc de faire faire des travaux lorsque l’on est pas sur place.

  • Déjà, on ne sait pas à qui s’adresser : enfin si, mais ils sont belges et sont moyennement chauds pour aller bosser si loin
  • On a peur de se faire arnaquer : ben oui, ni Chéri ni moi n’y connaissons rien, alors si l’entrepreneur me dit qu’il y en a pour 500 000 € de travaux, je serai obligée de le croire
  • Et on n’est pas là pour surveiller : l’entrepreneur peut me facturer une semaine de présence alors qu’il n’y a pas mis les pieds plus de 2h, ou alors il y a envoyé un apprenti / sous-traitant pas qualifié, on n’en saura jamais rien.

Puis, en discutant avec ma famille, je me rappelle d’un cousin éloigné, belge mais qui habite maintenant en France, qui est zingueur et qui bosse dans l’entreprise de son beau-père, spécialisée dans la rénovation de bâtiments. Problème, il habite en Auvergne, pas à côté de chez nous donc. Pour rappel, notre maison si situe à la jonction Orne-Sarthe, ou Normandie-Pays de la Loire, selon ce qui te parle le plus (moi je mélange encore les départements et les régions). Je lui téléphone donc pour lui expliquer mon problème et lui demande s’il n’a pas quelqu’un à me conseiller dans la région. Il m’explique alors que lui et son beau-père seraient ravis de se charger de nos travaux, et que la distance ne leur fait pas peur. En effet, ils sont habitués à se déplacer dans toute la France pour leurs divers chantiers, ce ne sont pas 400 petits km qui vont les effrayer.

Ah ben très bonne surprise ! Au moins à eux je suis sûre de pouvoir faire confiance pour faire du travail de qualité et pas sur-facturé. Première étape : une visite sur place, pour voir à quoi ça ressemble. C’est également l’occasion de faire visiter la maison à ma famille. Ma maman étant alitée (grosse opération du dos, je t’en parlais déjà sur Mademoiselle Dentelle), mon grand-père avait fait la route depuis l’Italie afin de rester à son chevet. Il est plus qu’enthousiaste à l’idée de venir voir notre acquisition, lui qui a entièrement rénové sa maison lui-même dans sa jeunesse, afin d’en faire une petite ferme à la campagne (c’est d’ailleurs celui qui me soutient le plus dans ce projet). Mon père étant également disponible, on embarque tous les 4 direction la France, et on retrouve mon cousin et son beau-père sur place.

Devenir paysans : première visite officielle de la maison achetée

Crédit : jarmoluk (CC)

Grosse appréhension sur le trajet, car mon père me soutient dans mon projet, mais pas inconditionnellement : pour lui, prudence avant tout. J’ai donc peur qu’il soit déçu de l’état de la maison, qu’il y voie surtout un gouffre financier pour sa petite fille chérie. On arrive donc sur place, on visite la maison entière ainsi que toutes les dépendances, mon cousin va même inspecter les toits…

Verdict : la structure est saine et solide. En réalité, toute la structure est en béton armé (même les poutres au plafond ne sont pas en bois mais en béton). Comme le dira le maçon présent sur place : « C’est un vrai bunker que vous avez acheté ! Même pour chez moi je n’ai pas mis autant de béton ! ». Ouf, nous voilà rassurés, il ne faudra pas raser la maison ! Bon ok il faut refaire toute la plomberie, l’électricité et l’isolation, mais ça on le savait. Par contre tout est nickel pour les fondations, les murs et les toits, et ce dans tous les bâtiments.

La maison étant à l’abandon total depuis 3 ans (et probablement pas très bien entretenue durant les dernières années avant la saisie bancaire), nous avions très peur que l’humidité se soit infiltrée dans tous les murs et que ce soit irrécupérable. En réalité, l’humidité ambiante est uniquement due au manque d’aération (3 ans sous ouvrir les fenêtres), et d’ailleurs l’odeur humide s’est estompée lorsque l’on a tout ouvert. Les entrepreneurs n’en revenaient pas, surtout au prix où nous l’avions acheté. Mon cousin m’a même dit que c’était parce que j’étais de la famille, sinon il me dirait que c’était une ruine, me la rachèterait pas cher et la revendrait 3x son prix sans aucun souci. J’ai bien ri ^_^. Mon père et mon grand-père étaient rassurés, mon cousin et sa famille croyaient en notre projet (ils avaient vu le film-documentaire « Demain » peu de temps avant la visite, quelle coïncidence !), bref on était reboostés à bloc.

Devenir paysans : première visite officielle de la maison achetée

Crédit : Amigos3D (CC)

Par quoi on commence ?

Bon, sans surprise, quel que soit le montant des travaux, il fallait passer par un prêt bancaire. Et oui, nous avions eu la chance de pouvoir acheter cash notre maison, mais là nos économies étaient à sec, nous n’avions donc pas d’autre choix. Cependant, Chéri et moi avons les crédits en horreur, et même s’il fallait bien passer par là, on ne se voyait pas faire un crédit sur 20 ou 30 ans, comme cela se fait habituellement. On espérait s’en sortir avec un prêt de plus courte durée, et nous nous étions donc fixé un budget travaux d’environ 100 000 €, en tout cas pour démarrer. L’idée était de rénover petit à petit par la suite, en étalant nos dépenses au fil des ans.

Ayant ceci en tête, le mois suivant cette première visite, nous nous retrouvons une fois de plus à la maison avec mon cousin et ses collègues pour évaluer le montant des travaux. Il est vite apparu que 100 000€, ça n’allait pas couvrir tous les frais de travaux de la maison principale, tout simplement parce qu’il y a plus de surface donc plus d’isolant à prévoir, de tuyaux de plomberie, de câbles électriques, bref tu vois le topo. Donc soit on faisait ces gros travaux-là (qui ne peuvent être qu’en une seule fois et pas pièce par pièce) et on aménage ensuite que 2 ou 3 pièces entièrement, les autres restant « en attente » (pas de carrelage au sol, pas de placo aux murs et surtout pas de meubles), ou alors… On rénove la petite maison (c’est-à-dire la dépendance principale), qui est plus petite et est composée de 2 étages (+ RDC).

Bon ben on n’a pas hésité longtemps : on préfère avoir un pied-à-terre entièrement rénové et habitable mais pas très grand, plutôt qu’une grande maison à moitié rénovée avec des pièces inachevées. Mon cousin et son équipe sont ensuite venus plusieurs fois pour prendre des mesures précises des lieux, tester l’étanchéité et l’épaisseur des murs etc., pour pouvoir nous présenter des plans de rénovation et un devis en bonne et due forme. Nous avons discuté quelques petites choses, mais en gros nous étions très enthousiastes par rapport à leurs propositions. Déjà toutes les finitions seront en bois, murs inclus. Ça donnera une superbe ambiance chalet, contrastée par les châssis en aluminium et une barre de support métallique laissée apparente au plafond.

Devenir paysans : première visite officielle de la maison achetée

Crédit : kirkandmimi (CC)

Ça donnerait une ambiance un peu dans ce goût-là

Bon même si on reste dans le budget, les travaux coûtent tout de même très cher, car il y a pas mal de choses à changer dans la structure : percer des ouvertures pour les fenêtres ainsi que pour les escaliers (on part d’échelles et de trappes, autant dire rien de confortable), il faut même déplacer la porte d’entrée (donc reboucher l’ouverture et en percer une autre). De même, il y a un colonne verticale de soutien sur les 3 étages qui prend beaucoup de place et que l’on aimerait enlever, ce qui nécessite l’installation de barres de soutien horizontales au plafond pour compenser.

Ah et aussi, détail amusant : il faut soulever le plafond de 40-50 cm, car actuellement on peut à peine se tenir debout. Et remplacer la toiture tant qu’à faire, car ici elle est composée de tôles ondulées en amiante (et comme tu le sais, l’amiante c’est moyennement sympa pour ta santé). Bref, ce sont des travaux de gros oeuvre qui coûtent cher, mais en tassant bien par ci et en poussant par là, on arrive à tout faire rentrer dans le budget.

Bon ben c’est pas tout ça, mais encore faut-il les financer, ces travaux. Et donc faire un prêt à la banque. Mais ça n’a pas été de tout repos, oh la non ! Mais ça, je te le raconterai dans une prochaine chronique.

Et toi, étais-tu anxieuse lors de la visite de ta famille dans ton nouveau chez-toi ? As-tu fait estimer la santé de ta maison par un spécialiste ? As-tu réalisé d’importants travaux avant d’emménager ? Raconte-moi !

Commentaires

17   Commentaires Laisser un commentaire ?

Nathalie (voir son site)

Je trouve tes chroniques passionnantes, on se croirait dans une série 😂!

Clairement pas pour moi ce genre d’investissement, je ne me projette pas du tout du tout dans de gros travaux, mais j’aime beaucoup suivre les avancées (des autres !).

le 21/11/2018 à 12h48 | Répondre

Madame Ophrys

Merci de suivre assidûment mes aventures dans ce cas ^_^

le 21/11/2018 à 19h26 | Répondre

Virg

Jusqu’ici, je suivais bien l’intrigue ( 😉 Nathalie) mais là je m’interroge : la structure des bâtiments est bonne mais finalement vous y touchez. Du coup, quel est l’intérêt d’avoir acheté des structures existantes ? Hormis le prix, hein ? Une construction neuve n’aurait-elle pas coûté moins cher ?

le 21/11/2018 à 13h16 | Répondre

Madame Ophrys

Ta question est très pertinente, en effet je n’ai visiblement pas été complète dans mon article donc voici quelques explications supplémentaires.
Comme tu l’as lu, nous rénovons en premier la dépendance principale, qui était jusqu’ici utilisée comme une étable au RDC et un endroit de stockage dans les 2 étages. Or nous voulons le transformer en maison, ce qui nécessite tout de même de toucher un peu à la structure :
– relever le plafond du dernier étage pour qu’on puisse s’y tenir debout (alors qu’à la base c’était un grenier),
– percer des trous pour passer des escaliers corrects (on était sur des bêtes échelles, avec des trous de 50 cm de large…),
– et à cause de l’escalier, on doit déplacer la porte d’entrée car elle s’ouvrirait littéralement dessus.
Donc oui, on touche à la structure toit-murs en effet, c’est d’ailleurs pour cela que ça coûte cher.
Mais on s’en sort pour environ 100 000€ de travaux (isolation, plomberie et électricité incluses), et je pense sincèrement que construire le même bâtiment à partir de rien nous aurait coûté beaucoup plus cher.

le 21/11/2018 à 20h30 | Répondre

Madame Ophrys

Et surtout, ne pas oublier que ce n’est ici que la dépendance principale. La maison elle-même est de plein pied, et a toujours été utilisée en tant que maison. Donc la structure est nickel, on ne change ni la toiture ni les murs (à part peut-être abattre 1 cloison ou 2).
Et donc je pense que même s’il y a beaucoup plus de surface que dans la dépendance, les travaux ne concerneront pas le gros œuvre, ce qui élimine une bonne part des coûts de rénovation. Je pense donc qu’on en aura pour à peu près le même montant de travaux (mais là je m’avance peut-être trop, à voir…).

Et enfin dernier point (mais pas des moindres) : ici je ne t’ai parlé que de la dépendance principale et de la maison. Mais il ne faut pas oublier que l’on a la totalité (le terrain de 1 ha, la maison principale et les 6 dépendances) pour 60 000€, donc bon, je trouve que même avec les travaux, ça reste une bonne affaire, enfin selon mes critères.

le 21/11/2018 à 20h31 | Répondre

Nathalie (voir son site)

Avec un contrat chez Netflix, y a moyen de retaper les autres dépendances et la maison principale rapidement 😂

le 22/11/2018 à 14h52 | Répondre

Madame Ophrys

Un contrat chez Netflix ???
Je ne comprends pas…

le 22/11/2018 à 18h20 | Répondre

Madame Ophrys

Ah si c’est bon je viens de comprendre !
Désolée je n’avais pas tous mes neurones connectés hier ^_^ »
En effet, si un producteur passe par ici et est intéressé par mon histoire, il peut me joindre via mlleophrys@mademoiselle-dentelle.fr (^_^)

le 23/11/2018 à 07h11 | Répondre

Cricri2j

Je me pose un peu la même question que Virg. Une maison neuve sur le terrain n aurait elle pas couté moins chère?
Hate de connaître la suite en tout cas!

le 21/11/2018 à 17h59 | Répondre

Madame Ophrys

J’espère avoir répondu à ta question (et celle de Virg) ci-dessus, mais n’hésite pas s’il reste des zones d’ombre.
Et merci de me suivre, ça fait vraiment plaisir de voir que vous vous y intéressez à ce point !

le 21/11/2018 à 20h32 | Répondre

Viviane

Exactement ce qui me fait peur. Pas cher au départ, et une facture qui grimpe, qui grimpe sans visibilité. Et l’isolement qui impose deux voitures et qui coûte cher. Tout ceci me confirmer que j’ai raison de vivre en ville près des transports publics,! J’espère que votre projet va se concrétiser sans trop de désillusions.

le 24/11/2018 à 15h15 | Répondre

Madame Ophrys

Et oui, le côté effrayant quand on retape une maison, c’est qu’on est jamais sûr de la date de fin ni du montant final (à l’inverse d’un achat neuf ou sans rien à changer).
Mais bon, pour nous qui souhaitons devenir fermiers/paysans, trouver un gros terrain en centre-ville c’était compliqué ^_^

le 26/11/2018 à 15h30 | Répondre

Viviane

^^ mais sur ma parcelle altoséquanaise* de 250 m2, j’ai 4 plans de tomates coeur de boeuf qui ont bien produit tout l’été, et j’ai même pu faire de la confiture de tomates vertes à la Toussaint !

* : des Hauts de Seine (92)

le 26/11/2018 à 16h39 | Répondre

Madame Ophrys

C’est super ça ! Et alors, ça a meilleur goût quand on les produit soi-même hein ? ^_^

le 27/11/2018 à 12h48 | Répondre

Elodie

Nous avons aussi acheté une maison (mais donc notre coin c’est trèès cher) à retaper (enfin moins que vous quand même 😉 ) idem structure très saine (malgré quelques petites surprises) et très solide (même un peu trop donc surcoût pour casser les murs en béton armés!) C’est vrai que les factures grimpent vite.
Mais on n’a pas de regret car avant de se lancer on a pris le temps d’étudier le coût des constructions + achat du terrain et c’est bien moins cher de retaper dans notre cas.

Même si une fois passés partout vous atteignez les 150 000 euros de travaux, ça vous fera une immense maison à votre goût, rénovée + terrain non négligeable et des dépendances pour un peu plus de 200 000 euros, on peut difficilement faire moins je pense. Bien sûr c’est isolé mais c’est un choix de vie.

le 26/11/2018 à 01h20 | Répondre

Madame Ophrys

Bravo, tu as parfaitement résumé notre réponse lorsque des gens nous font part de leurs craintes (justifiées ou non) ^_^
Certes les travaux vont durer longtemps (et quand la 1ère maison sera finie, on attaque la 2ème, donc on en a pour des années) et on ne sait pas déterminer avec exactitude le montant final des travaux.
Néanmoins, le prix d’achat du terrain et habitations (au pluriel je rappelle) + le montant total des travaux n’équivaudra pas le prix de tout ça 100% neuf, donc c’est pas une mauvaise affaire en soi, c’est juste que ça prend beauuuuuuucoup de temps pour se sentir enfin « chez soi ».
Et je tiens tout de même à rassurer tout le monde : nous sommes à 10 min en voiture (ou 20 min en vélo) de la gare de la ville, à partir de laquelle on peut atteindre toute grande ville.
Donc oui, il nous faudra une voiture, mais pas forcément pour l’entièreté de nos déplacements.

le 26/11/2018 à 15h39 | Répondre

Virg

Des expériences autour de moi, je dirai qu’une maison neuve… ba tu ne sais pas non plus à quel montant de travaux tu dois t’attendre 😉

le 26/11/2018 à 17h53 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?