Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

J’habite à la campagne, les avantages


Publié le 16 mai 2020 par Doupiou

Quand mes parents, on construit la maison dans laquelle mes sœurs et moi allions grandir, elle était située dans un petit lotissement en périphérie d’une commune plutôt citadine. Nous avons grandi entourées de champs et notre jeu préféré était de mettre des pétards dans les bouses de vaches et revenir à la maison tous crottés !

Idem pour Mari Barbu qui vivait dans une maison construite dans un lieu-dit plutôt éloigné d’une petite commune rurale.

Quand Mari Barbu et moi avons cherché un appartement pour notre premier aménagement, nous avons visité quelques biens en ville mais nous étions d’accord sur un point non négociable : il nous fallait rester en campagne, pour notre santé mentale !

Je peux donc dire, que je n’ai jamais habité en ville. Aujourd’hui, notre maison est située dans une vraie commune rurale d’à peine 1000 habitants. Alors laisse-moi te présenter les avantages à la vie de campagne !

Crédit photo (creative commons) : Frederico Respini

La circulation

Etant dans un coin montagneux, je ne peux malheureusement pas me passer de ma voiture pour aller à mon travail situé à 7 minutes montre en main de ma maison. Le dénivelé est beaucoup trop important pour y aller en vélo (où alors il faudrait que je m’entraîne à fond !). Toujours est-il que je jubile de n’avoir aucune circulation ni le matin, ni le soir. Aucun embouteillage, à la limite un renard ou une biche qui traverse la route mais j’ai appris à reconnaître leur lieu de passage et je ralenti sur ce corridor faunistique.

Quand je discute avec mes sœurs qui sont des citadines pures et dures, entre l’une qui met trois quart d’heure pour faire deux kilomètres et l’autre qui a choisi le bus, je mesure la chance que j’ai.

De plus, la proximité de l’école et de l’assistante maternelle fait que je peux poser mes enfants à pied le matin puis prendre ma moto quand la météo le permet, un vrai bonheur !

Crédit photo : photo personnelle

L’air frais

Ce n’est pas du tout un cliché ! L’air à la campagne est bien plus respirable que celui des grandes villes. D’ailleurs quand je me rends à la ville, depuis ma campagne en altitude je vois le nuage de pollution au loin. Lorsque j’y arrive, j’ai souvent des quintes de toux et si j’y passe la journée, mon coton à démaquiller ma peau ressort noir.

Dans ma campagne, on peut être légèrement incommodés par les odeurs de lisier ou de purin. Mais moi cela ne m’a jamais dérangé.

L’espace

J’ai aussi la chance d’avoir un grand terrain entouré de champs. Aucun vis-à-vis. Je peux ouvrir les fenêtres et mettre la musique un peu fort quand je fais le ménage, je peux laisser mes enfants courir à moitié nus dehors, je peux aller chercher du bois mort parmi les arbres à côté de chez moi.

Bref, aucunes limites ! C’est vraiment un grand bonheur de pouvoir ouvrir les volets sur des paysages vides et ne pas avoir de vue directe sur la salle de bain du voisin !

Dès que la remise de terres liées à la construction de notre maison sera terminée, nous allons pouvoir faire notre potager ! J’ai tellement hâte !

Le calme

Le silence. Actuellement, je n’entends que le bruit des oiseaux et de claquement des touches de l’ordinateur (et aussi Barbouille et PetitePerle qui jouent aux voitures). Le soir, quand les enfants sont couchés, je prends du plaisir à m’installer sur la terrasse et écouter les bruits du crépuscule.

Jamais mon sommeil n’est troublé par des bruits de klaxon, des gens parlant un peu fort ou des restaurants en terrasse.

Le silence de la campagne a quelque chose d’apaisant, de serein.

Tu me trouves un peu trop tranchée n’est-ce pas ? Peut-être es-tu citadine et tu te dis que je suis bien arrêtée sur mes idées des bienfaits de la campagne ? Et bien, dans un second article à paraître bientôt, je vais te dire quels sont les inconvénients à habiter à la campagne !

Et toi ? Tu es plutôt citadine ou campagnarde ? Quels autres avantages trouves-tu à la vie à la campagne ? Dis-nous tout !


Commentaires

6   Commentaires Laisser un commentaire ?

Virg

J’ai grandi en ville et nous sommes partis à la campagne dès nos études terminées. Je connais parfaitement les avantages et inconvénients des deux en tant qu’adultes. Toutefois, changement de boulot pour Monsieur, nous devons retourner en RP. Une question nous taraude : en tant qu’enfant, puis ado, quel est le mieux ? Un village rural ou une petite ville de banlieue ? Réseau or not réseau ? Toujours les mêmes têtes de la maternelle au lycée ou changement de décors au collège ? Qu’en penses-tu ?

le 16/05/2020 à 08h14 |

Doupiou

Pour ce qui est de mon enfance, il y avait une dizaine d’enfants de nos âges parmi les voisins. Du coup je n’ai pas vraiment souffert de l’éloignement de la ville jusqu’à mon entrée au lycée environ.
Là, ça c’est un peu compliqué. Quand mes amies prenaient le bus pour aller faire du shopping ou au cinéma, je devais systématiquement demandé à mon père (qui travaillait à la ville) de m’emmener et de me récupérer après son travail. Comme il finissait le boulot assez tôt, j’étais tributaire de ses horaires de travail.
Pour mes enfants, ils sont pour l’instant trop petits pour être en demande de lien social avec les camarades. Mais je sais que cela pourra être problématique plus tard. D’ailleurs, une des mamans d’une petite dans la classe de ma fille m’a dit qu’elle quitterait la commune dès que la fin de l’école primaire pour se rapprocher des commodités de la ville et de l’aspect social pour sa fille.

le 16/05/2020 à 11h06 |

Virg

Merci beaucoup pour ton retour

le 18/05/2020 à 07h51 |

Sarah

Je suis une vraie ‘campagnarde’ puisque j’ai habité un hameau loin de tout, à côté de la ferme familiale. Il y avait 2 maisons séparées par un grand champ. Niveau tranquillité, le pied ! Par contre ado je détestais ça forcément. Je ne prenais pas le même bus scolaire que mes copines, il fallait que j’aille au village à 3km en vélo … ça n’a pas vraiment aidé pour ma vie sociale et je pensais que plus tard j’habiterai en ville. Eh ben après 5 ans en ville pour mes études je ne rêvais que de retrouver le calme de la campagne 🙂 Un autre point positif que tu ne mentionnes pas c’est que je trouve les gens bien plus sympathiques, moins stressés et en général tout le monde se connait plus ou moins (ce qui peu aussi être un inconvénient). Bref, team campagne aussi

le 16/05/2020 à 10h10 |

Doupiou

Effectivement, j’avais pensé à mettre cette notion du « tout le monde se connait » mais impossible de savoir si c’est un avantage ou un inconvénient !
Je suis élue dans ma commune et forcément, cette petite communauté peut être à double tranchant !

le 16/05/2020 à 11h07 |

Julie

Salut,
J’ai habité à Genève pendant 25 ans. La campagne très peu pour moi. Miss shopping et sorties je ne comprenais pas les gens qui aimaient « s’ennuyer » à la campagne.
Puis j’ai rencontré mon mari ou nous avons habité une petite ville de 3000 habitants. Quelques années plus tard nous devions déménager car il nous fallait plus d’espace que notre appartement devenus trop petit avec nos enfants. Il nous fallait 4 chambres et les prix dans notre petite ville était inaccessibles.
Mon mari voulait un grand jardin, car enfant il habitait la campagne avec 200 âmes ! Nous n’avions pas les moyens d’un loyer ou crédit trop onéreux.
Petit à petit les recherches se tournait vers les villages de campagnes. Car près des villes nous ne trouvions pas une maison avec nos critères (mon. Mari ne voulais pas trop de proximité avec les voisins.)
J’avoue je me suis laissé guider par lui.
Enfants j’adorais la nature, sur mon balcon je faisais pousser des salades ! 😁
Un jour cette maison cosy c’est présenté à nous… Charmante un grand jardin, dans un village de 400 habitants, et en montagne. On a fait le saut.

Mes début on été difficile… La ville et son effervescence me manquaient, mes amies, mes petits achats compulsifs !
Faut dire qu’on a emménager en automne, saison où il pleuvait beaucoup. Je me suis ennuyé dans cette nouvelle maison ou je ne connaissais personne. Premier hiver difficile mais 60 cm de neige ! Quel bonheur !

Je n’avais en plus, pas le permis ! Oui j’ai beaucoup pleuré, mais 2 année plus tard mon’mari m’a acheté une voiture sans permis. Elle a été mon sauvetage.
Cela fait maintenant 8 ans que je vis là. Je me suis très bien intégrée, j’ai beaucoup d’amie de village et j’adore nos conversations sur les histoire lié à la campagne. Je vais tous les jours chercher le lait de la ferme, je vais en courses tout les 10 jours et cela me suffit amplement. J’ai créé mon potager, mes fleurs. Je fait beaucoup de créativités de toute sorte, j’ai appris à bien cuisiner et pâtissier avec de bons produits, et ceux de mon jardin.

C’est surtout lors du confinement que je réalise le bonheur de cette maison ou finalement je ne me suis pas sentie confinée.
Depuis ce moment là je n’en veux plus à mon mari et cette maison qui au début me semblait une prison dorée.

le 17/05/2020 à 11h16 |

Les commentaires sur cet article sont fermés.