Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Les cinq langages de l’amour


Publié le 5 mars 2018 par Madame Givrée

Tu connais ? C’est un concept inventé par Gary Chapman, un auteur, conseiller conjugal, conférencier et pasteur américain. La première fois que j’ai entendu parler de lui, c’était pendant notre préparation au mariage religieux, avec Sir Givré. Depuis, j’ai souvent eu envie de t’en parler mais je ne savais pas trop comment aborder le sujet sans paraître trop prescriptive. J’ai régulièrement repris la plume – que dis-je, le clavier – pour rédiger quelque chose à ce sujet parce que je suis persuadée que ce concept permet de mieux vivre sa vie de couple (même si j’oublie souvent de le mettre en action…), mais à chaque fois, j’avais le sentiment d’écrire un article sur « comment être une meilleure femme / compagne » et ça hérissait mon poil féministe. Et me voilà en train de faire une énième tentative !

Crédits photos (creative commons): 5688709

Les cinq langages de l’amour, c’est un livre qui propose la théorie suivante: nous avons tous une préférence sur la façon dont nous voulons que l’autre nous communique son amour. Cette préférence est appelée un « langage d’amour ». Il en existe cinq, et il y en a forcément un (ou deux) qui domine(nt) chez chacun d’entre nous. Ces cinq langages sont:

  • Le toucher : une main posée sur celle de l’autre, un bisou, une bise, une embrassade… c’est par ce biais que ces personnes expriment leur amour. Attention à ne pas se méprendre, communiquer son amour par le toucher, ça ne passe pas forcément par la relation sexuelle, d’autant plus que les langages d’amour ne s’appliquent pas uniquement au contexte amoureux. Il paraît que ce langage est le plus facile à appliquer. Pour ma part, en dehors de Sir Givré et de deux ou trois personnes très proches, c’est celui qui me paraît le plus compliqué.
  • Les cadeaux : Qu’ils soient achetés avec amour ou fabriqués avec soin, emballés avec attention ou cueillis dans les champs quelques minutes auparavant, certaines personnes ont besoin de cette preuve physique, tangible, matérielle de l’amour des autres. J’ai tendance à penser que c’est le langage qui me parle le moins, mais je n’ai qu’à me remémorer comme je suis contente de recevoir des dessins des élèves, ou un cadeau de Sir Givré pour savoir qu’en fait, il me parle un petit peu ce langage…
  • Les paroles valorisantes : que ce soient des encouragements, des compliments, des petits noms donnés à une personne, des mots gentils, ou un merci, je crois que c’est le langage qui a l’effet le plus instantané !
  • Les services rendus : Je pense que ce langage parle de lui-même, non ? Je suis partie dans un grand éclat de rire, une fois, en lisant un article racontant que ce langage était principalement celui des hommes: je crois qu’en fait, je suis un homme.
  • Les moments de qualité passés ensemble : et par « qualité », j’entends « sans distraction à la noix comme une personne qui te parle sur les réseaux sociaux ou ton chef qui veut savoir à quelle heure tu arrives demain ».

Ce qui est intéressant, c’est de savoir si tu as le même langage d’amour que la personne qui partage ta vie.

Crédits photos (creative commons): congerdesign

Par exemple, Sir Givré et moi sommes assez différents sur le sujet, ce qui n’est pas forcément étonnant puisque nous sommes différents en presque tous les points (ce qui ne nous empêche pas d’être très heureux ensemble, j’insiste, l’un n’empêche pas l’autre). J’ai besoin qu’il fasse des choses pour moi pour me sentir aimée, et je suis sensible aux moments de qualité passés ensemble, alors que son langage d’amour passe plutôt par le toucher. Cette différence de langage d’amour a souvent mené à des situations où je me mettais en colère parce que je voulais préparer le repas, et il venait me prendre dans ses bras, alors que j’aurais préféré qu’il prenne un couteau pour couper les légumes.

Encore maintenant, il m’arrive d’avoir des coups de déprime pendant lesquels je dis à Sir Givré que je ne me sens pas aimée. Parce qu’on n’a pas les mêmes langages d’amour, et que je trouve qu’il ne prend pas assez souvent en compte le mien. Les jours où je suis fatiguée, je suis capable de me mettre très en colère ou d’être très triste pour des choses qui, le reste du temps, me paraîtraient triviales.

Cela dit, ça compte pour moi aussi. Je sais que par le passé, Sir Givré a pu se sentir rejeté parce que je ne lui montrais pas mon amour dans le langage qui lui parlait le mieux. Je suis capable de me plier en quatre pour lui, de me lever une heure plus tôt le dimanche pour lui faire des pancakes et mettre la table, m’assurer que son pull préféré sent bon et lui proposer de regarder son émission préférée ensemble en prenant le petit déjeuner, et je sais qu’il apprécie ces petits gestes du quotidien, mais, plus que ça, il aime que je l’embrasse, que je le prenne dans mes bras ou que je me mette à côté de lui quand il est assis dans le canapé.

Tu l’auras compris, ces deux situations sont un peu caricaturales. Je pousse un peu le trait pour illustrer mon propos, mais le fond est quand même le même: nous avons chacun une façon d’exprimer notre amour, qui ne correspond pas forcément au langage de l’autre.

Et toi, quel est ton langage d’amour ? Tu ne sais pas trop où te situer ? Peut-être que ce test, plein de réponses absolues et de certitudes (haha!), t’aidera à te situer. Viens nous faire part du résultat en commentaire !

Commentaires

8   Commentaires Laisser un commentaire ?

Virg

C’est rigolo, tu décris exactement mon quotidien : mon mari part souvent la semaine, du coup, le weekend, je m’arrange pour qu’il mange bien, qu’il ne se soucie de pas grand-chose mais lui voudrait surtout ma présence à ses côtés. Le coup de la cuisine est un classique chez nous.
Merci pour cet article, il m’a fait comprendre beaucoup de choses.

le 05/03/2018 à 09h17 | Répondre

Mademoiselle Black

Ce livre est tellement génial ! Nous aussi nous l’avions découvert pendant notre préparation au mariage religieux, et ça nous a été bien utile!!!

le 05/03/2018 à 13h02 | Répondre

Madame Zou (voir son site)

Je suis en train de le lire en ce moment, et je trouve qu’il donne pas mal de pistes intéressantes. J’aime le fait que finalement l’amour, ce n’est pas que physique ou de grandes déclarations (ça nous ressemble pas trop d’ailleurs). Bref, en le lisant, ça me permet de voir que mon mari m’envoie plein de signes d’amour que je ne vois pas forcément 🙂 et vice versa !

le 05/03/2018 à 13h57 | Répondre

Mademoiselle Bulle

C’est trop drôle que tu fasses un article là-dessus, je m’étais justement dit que ce serait bien qu’il existe un article sur le sujet dans Sous notre toit !!
Ce concept me parle beaucoup, je pense que tu as bien réussi à le présenter. Je pense qu’il ne s’agit pas d’être une meilleure femme/compagne, le but est vraiment de comprendre l’autre (pas forcément le conjoint, comme tu le dis), et de pouvoir lui parler de façon à ce que le message soit clair. La communication, il n’y a que ça de vrai 😉

De mon côté, je suis effectivement plus comme toi : le langage qui me parle le plus est celui des services rendus, et les moments de qualité doivent bien arriver en 2e position.

le 05/03/2018 à 14h05 | Répondre

Madame Rêveuse

J’ai découvert ce livre lorsque j’étais étudiante (ça fait donc pas mal d’années maintenant !) et il a été comme mon livre de chevet. Je me suis toujours dit que ce serait sûrement la clé la plus simple pour réussir une vraie relation de couple, comme j’en rêvais à l’époque !
Je trouve que ça met des mots sur nos envies et celles de l’autre, on comprend des situations incompréhensibles auparavant, et ça nous apprend aussi à mieux se connaître et à communiquer avec l’autre sur ce que qu’on aime tous les 2.
Beaucoup de séparations sont malheureusement dues à une incompréhension mutuelle et un manque de communication, alors qu’il y a encore de l’amour. Ce livre peut aider dans ce sens à mon humble avis.

Quant à mon langage, le test confirme ce que j’avais déjà observé de mon quotidien : je suis sensible aux moments de qualité 🙂 Et mon mari lui, comme beaucoup d’hommes je crois, est sensible au toucher ! 😀

le 05/03/2018 à 19h53 | Répondre

La comtesse bleue (voir son site)

Merci merci merci pour cet article ! Notre couple ressemble pas mal au votre sur la répartition des différents langages. Et comme toi, j’ai un peu de mal avec le langage du toucher, il me faut toujours quelques secondes d’adaptation pour accepter un contact physique aussi simple qu’une main sur l’épaule (je ne te parle même pas des gens qui me frôlent dans le métro !)

le 07/03/2018 à 10h00 | Répondre

Delphine

Encore un article très intéressant Madame Givrée !

Alors moi clairement, je suis tactile. ^^
J’adore « tripoter » mon conjoint (en tout bien tout honneur) : lui faire des bisous sur le front, dans le cou, sur ses joues rasées, farfouiller dans ses cheveux, le serrer dans mes bras… Et j’aime lui tenir la main dans la rue, peau contre peau. Ça le fait râler car en hiver on a les mains gelées et en été, on a les mains dégoulinantes de transpiration. ^^

Quand j’étais étudiante à l’IUT, lors d’un cours le prof nous a fait faire un test de mémoire : visuelle, auditive, etc…
Moi j’étais kinesthésique. Sensible à l’ambiance, capable de détecter l’atmosphère qui règne dans une salle, qui a besoin de toucher… Ces personnes ont souvent leur stylo préféré, leur petit calepin attitré, elles ont besoin de se sentir bien être concentrées.

Bref, ce livre m’intrigue, je pense que je vais me le procurer. ^^

le 08/03/2018 à 14h00 | Répondre

Rose

J’adore ce livre ! Il nous a été offert pour notre mariage (en 2 exemplaires par 2 couples d’amis !). Je m’en sers aussi car avec mon mari nous animons les journées de préparation au mariage pour notre paroisse. ça m’a beaucoup aidée lors du début de notre vie commune, car pour le coup mon mari parle plutôt le langage des « services rendus » alors que moi mes langages préférentielles sont plutôt le toucher et les paroles valorisantes. Maintenant donc je sais que si mon chéri se met à ranger le linge, la vaisselle, étendre la lessive, c’est par amour, alors qu’à la base moi je considère juste ça comme des choses normales à faire, sans implication sentimentale. Et il m’arrive par contre de lui rappeler que pour me sentir aimée j’ai besoin qu’il me prenne dans ses bras, parce que pour le coup pour lui c’est pas indispensable 😉 !

le 28/03/2018 à 16h39 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?