Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

La Magie de Noël me donne plutôt envie de vomir…


Publié le 20 décembre 2012 par Diane

La magie de Noël, ça te parle sans doute à toi aussi. Oui car tout le monde t’en rebat les oreille depuis quelques semaines. Et là, tu vois qu’elle va bientôt pointer son nez et que tu vas l’avoir dans le pif.

Car oui, tu es peut-être comme moi, la magie de Noël c’était génial quand tu étais petite.

lumières de Noël

Crédits photo (creative commons) : Thunderchild7

Quand tu attendais des cadeaux que tu n’avais pas eu à acheter et qu’un Monsieur tout habillé de rouge et blanc volait dans les cieux pour te les apporter.
Quand tu n’avais pas les courses à faire pour le réveillon.
Quand tu ne devais pas passer ta journée à cuisiner.
Quand tu pouvais te faire toute belle et rêver de ce que tu allais découvrir au pied du sapin.
Quand tu n’engloutissais pas un smic en cadeaux et te demandais si tu allais pouvoir tenir au régime Royco Minute Soup pendant 1 mois.

Mais voilà, tu as grandi. Tu sais maintenant que le Père Noël n’est qu’un être imaginaire créé pour déculpabiliser les enfants qui font une liste d’un montant de 2000 euros à leurs parents.
Que farcir une dinde de 10 kilos revient à faire de la spéléo avec une lampe frontale.
Que se taper 1h à chercher une place pour aller acheter les cadeaux est juste horripilant.
Et qu’à l’arrivée de tes invités tu embaumes davantage l’odeur de friture que celle de N°5 de Chanel.

Et il y a aussi les cadeaux que tu reçois de la part des autres convives qui eux aussi se sont pris la tête (ou pas) pour trouver ce qui te ferait plaisir. C’est ainsi que tu peux te retrouver avec une magnifique écharpe écossaise (la même que celle que tu portais dans les années 80), la superbe robe de chambre en courtelle (ton mari adore quand tu la portes, autant te dire), des mouchoirs en tissus ou d’autres offrandes improbables. Mais tu les reçois toujours avec un grand sourire et un « Wahou génial, justement il m’en fallait une » … avant de les refiler à la Croix Rouge. Ça pourra toujours faire plaisir à quelqu’un qui ne partage pas tes goûts, en plus de ta bonne action.

Et pourtant, c’est un jour incontournable. Bien sûr, tu peux faire ta rebelle, et décider que non, Noël c’est pas pour toi, que tu te fiches de toute la signification religieuse ou commerciale qui se cache derrière.

Mais déjà, si tu as des enfants, leur expliquer que non, vous ne ferez pas de sapin, ne fêterez pas ce jour là autour d’un bon repas en famille et surtout qu’ils n’auront pas de cadeaux, je te souhaite bon courage ! Tes convictions anti-Noël, tu vas devoir les réviser un peu. On ne parle pas de la Fête des Grands-Mères créée par une marque de café. On parle de Noël, LA fête que tout le monde célèbre (sauf convictions et cultures religieuses non chrétiennes ) presque partout dans le monde, depuis des siècles. Donc sauf si tu préfères exclure voire traumatiser tes enfants par pur esprit de rebellion et pour t’épargner des heures de casse-tête de quoi offrir à qui, libre à toi mais bon…

Et puis en dehors de tous ces aspects « logistiques », Noël c’est aussi une prise de tête pour les familles recomposées. Ben vui, non seulement il faut se caler avec le père (ou la mère) des enfants pour savoir qui les recevra et pour quel jour mais surtout tu arrives dans une nouvelle famille qui a elle aussi ses propres règles de fonctionnement traditionnels. Certaines fêtent davantage le réveillon et d’autres le 25. Et ça ne colle pas toujours avec les habitudes de ta propre famille.

Dans ma famille, on ne fête pas le réveillon et on avait pour habitude de tous se retrouver ensemble le jour de Noël. On prenait la route le matin du 25, faisions 120km pour nous rendre dans les Landes faire notre sacro-saint déjeuner de Noël chez mon oncle et ma tante. Mes ex-beaux-parents fêtant eux le 24 et non le 25, ça collait pile poil. C’est ainsi que pendant 19 ans les invitations et les traditions étaient figées, pas besoin de se casser la tête.

Sauf que lorsque j’ai rencontré mon amoureux actuel (devenu mon mari, si tu as tout suivi), c’était la même chose dans sa famille. Génial, me diras-tu !

Pas du tout, bien au contraire ! Chaque année c’était un choix cornélien. Mon Mari ne voulant surtout pas renoncer à son déjeuner en famille, et moi étant dans le même esprit, nous passâmes des Noël chacun de son côté, avec nos propres enfants. Et il y eut aussi d’autres variantes tout aussi sympas les unes que les autres.

Et une année sur deux, on se retrouvait le 25 au soir, tous les deux avec tous les enfants à la maison pour leur offrir nos cadeaux. C’était un bon compromis et les enfants y trouvaient leur compte : wahouuuuuu 4 fois des cadeaux à ouvrir au pied du sapin !

Et puis mon ex-mari voulait aussi avoir ses enfants à ses côtés, ce qui est parfaitement légitime. Du coup, parfois il les prenait pour le réveillon et d’autres années ses propres contraintes familiales l’obligeaient à fêter le 25 et non le 24. Grrrrrrrrrrr.

Nous avions donc mis en place un système d’alternance qui ne fonctionnait pas forcément sans clash, puis en avons essayé d’autres. Pareil.

Aujourd’hui les choses sont (enfin) simples : suite à des mauvaises expériences de jour de Noël chez leur père, nous avons mes enfants le 24 ET le 25. Ils vont plus tard chez mon ex-mari récupérer leurs cadeaux. C’est leur choix et aussi celui de leur père, avouons-le ! Et ça m’arrange en tout point : je profite de mes enfants avec mes parents, à la maison le 24 au soir et nous partons retrouver la famille de mon homme et ses filles le 25 midi chez ma belle-mère, sauf mon fils aîné qui se fait un repas en amoureux avec sa chérie.

Donc, tu vois, autant te dire que la Magie de Noël a tellement de fois tourné en cauchemars avec conflits, souffrances, organisations tendues qu’en plus des corvées cadeaux et tout le toutim, chaque année j’aimerais soit hiberner dès le 15 décembre et me réveiller le 2 janvier, soit partir loinnnnnn avec tous nos enfants (c’est d’ailleurs dans nos projets immédiats… si nous décrochons la grosse cagnotte de l’Euro Millions).

Toi aussi, tu appréhendes les fêtes avec frilosité ou bien tu as gardé ce magnifique esprit de Noël intact en toi ? Raconte !

Commentaires

4   Commentaires Laisser un commentaire ?

Mme Lutine

Eh bé, ce n’est déjà pas forcément simple lorsqu’un couple se crée, avec des traditions familiales incontournables de chaque côté, de composer ses nouvelles traditions, de ne fâcher personne… C’est sûr qu’avec une famille recomposée, c’est prise de tête puissance 10 !

Ici, la magie de Noël me parle complètement. Malgré le fait que je n’ai jamais vraiment goûté au Noël idéal. Dans un cadre froid et fait de bric et de broc, avec, certes, un sapin… Qui est loin de magnifier l’espace, puisque ledit espace est vilain ! Et en bien trop petit comité. Des Noëls où j’étais bien évidemment ravie de découvrir les cadeaux, mais qui m’ont toujours parus bien froids, même quand j’étais petite.
Et pourtant, je n’ai jamais cessé de rêver à ce Noël idéal, d’avoir les yeux qui brillent lorsque les jardineries mettent en place les villages de Noël et lorsque que les décorations s’emparent de la ville !

J’ai hâte d’avoir le cadre adapté pour pouvoir créer un Noël comme je l’entends ! 🙂
En attendant, je suis ravie lorsque je fête Noël chez mes beaux-parents, où le cadre fait bien plus rêver, où les bougies de l’avent s’allument chaque soir…
(Mais cette année, ce sera chez mes parents, parce qu’on ne va tout de même pas les abandonner à cette période pour une histoire de décoration ! 😆 )

NB : quand le parle de cadre vilain chez mes parents Vs joli cadre chez mes beaux-parents, ce n’est pas que s’opposent une maison en ruine et un château hein ! 😛 Financièrement, nos familles sont à peu près de niveau équivalent. Et par rapport à la vue qui s’étend sous les fenêtres, ce sont mes parents les mieux lotis… Mais pour l’intérieur, y’a pas photo.

le 20/12/2012 à 09h33 | Répondre

Madame Croco

Ah Mme Diane, que je t’aime de dire tout ça haut et fort ! Moi non plus je n’aime pas Noël, et quand j’en parle on me regarde généralement avec des yeux exorbités ! Je n’adhère pas à la magie de Noël et je trouve ça pathétique de se sentir obligé de le fêter. Sans compter les dépenses en cadeaux dont je trouve vraiment, il faut bien le dire, que c’est n’importe quoi ! L’année dernière pour Noël, je n’avais pas mes filles avec moi (nous avons solutioné le problème avec leur père : 24 et 25 une année avec lui, la suivante avec moi, etc…)Je pensais naïvement pouvoir faire un petit réveillon tranquille avec chéri. Et bien râté ! J’ai du fêter le 24 et le 25, et sans mes filles en plus ! Parce que comme tu le dis si bien, si on cède à la tradition de Noël, c’est bien pour nos enfants avant tout. Bref…. difficile de s’affranchir de Noël (qui est quand même soit dit en passant une fête religieuse et pourtant fêtée par un tas de non croyants)
Une amie a trouvé la solution : à Noël, elle part en vacances avec son mari et son fils ! ça ne la libère pas de l’acahat de cadeaux mais au moins elle évite tout le cérémonial des fêtes de fin d’années

le 20/12/2012 à 11h48 | Répondre

Nya

On vit ici aussi le problème des familles recomposées, puisqu’IronMan est issu d’une famille de ce type. Cela donne donc des marathons culinaires réveillon du 24/déjeuner du 25/dîner du 25 entre trois familles différentes…

Toujours est-il que j’apprécie plus Noël depuis que j’ai compris que je pouvais me réapproprier cette fête :
donner des cadeaux maison au lieu de me ruiner
demander à recevoir des expériences et non des bibelots
participer à la confection du repas, autant de de moments qui rapprochent
assumer de fêter Noël culturellement (puisque je suis athée) et non religieusement (exit, l’obligation de messe de minuit)
se sentir partie d’une famille plutôt que simple « pièce rapportée ».

Il y a encore du chemin avant mon Noël idéal, mais on avance !

le 29/12/2012 à 19h16 | Répondre

les inséparables

Nous avons un problème plus que de taille puisque mon mari maintenant ne parle plus à son frère depuis noel 2011 car je n’étais pas invité.
Mes beaux parents sont obligés de faire un année avec l’un et ensuite avec l’autre tout en sachant que son frère à des enfants.
De mon côté Noel n’existe plus car nous avons perdu un membre de la famille ce jour la.
Donc chez nous le 27.
Mais le jours ou il y aura des enfants sa sera pas la même.

le 27/06/2014 à 17h35 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?