Menu
A la une / témoignage

Je me mets à la photo : le matériel

Je ne sais pas chez toi, mais dans ma famille, la tradition des cadeaux de Première communion comporte entre autres une montre, et un appareil photo. J’ai donc reçu, alors que j’avais une dizaine d’années, mon propre appareil photo argentique tout simple, que j’emportais en week-end et vacances ! Il fallait bien compter ses photos pour ne pas gaspiller la pellicule, et ne pas oublier le flash le soir ou à l’intérieur !

Crédit photo (creative commons) : Free creative stuff

Quelques années plus tard, les appareils numériques se sont développés. Avant que mes parents en achètent un, mon père empruntait un appareil performant auprès d’un collègue, et nous photographiions les événements familiaux avec. Puis ma sœur et moi avons reçu chacune le nôtre en cadeau de Noël, et finalement, faire de la photo ne fut plus réservé aux grands événements et souvenirs, mais est désormais un geste fréquent de notre quotidien !

Quel appareil ?

J’ai cependant toujours eu des appareils compacts, jusqu’en 2017. Pratiques à ranger dans un sac à main ou une poche de manteau, flash et zoom intégrés, je les trouvais très bien mais, à force de voir de belles photos, de mieux cibler ce que je voulais photographier, je me suis rendu compte des limites techniques des appareils que j’avais pu avoir en main, ou du compact que je souhaitais acheter pour remplacer le dernier en date. A la même période, une amie a reçu un appareil hybride pour son anniversaire, alors, en grande curieuse que je suis, je me suis empressée de me documenter sur ce type d’appareil.

Ça a été le déclic ! Je cherchais un appareil aux possibilités plus étendues qu’un compact (rares sont les compacts à pouvoir faire de belles photos dans de faibles conditions lumineuses et à avoir un zoom puissant, je cherchais néanmoins à cumuler les deux), mais pas aussi encombrant qu’un reflex (souviens-toi, j’aime le glisser dans un sac ou mon manteau !). Je vais donc te parler ici de mon choix d’appareil hybride…

L’appareil photo numérique hybride

J’ai donc été conquise par la combinaison petite taille (même si ça dépend des modèles !) et possibilité de changer d’objectif (fixe, zoom) et donc, de faire varier les capacités techniques de mon appareil.

Crédit photo (creative commons) : Satermedia

Après plusieurs recherches et comparatifs, comme toutes les marques ne proposent pas d’hybrides dans leurs catalogues, je me suis tournée vers Olympus, qui fait partie du groupement « Micro 4/3 » (c’est la taille du capteur). Cette norme permet à des marques différentes (Panasonic via les modèles Lumix, et les objectifs de marque Sigma ou Tamron) de proposer une grande variété d’objectifs qui tous s’adapteront sur le boîtier hybride concerné. Je trouve donc que c’est encore plus versatile qu’un format spécifique à une marque (il existe d’autres marques qui proposent des hybrides, comme Sony, Fujifilm). Petit clin d’œil, c’est aussi la marque de l’appareil que mon père empruntait à l’époque, et donc, un retour vers une qualité que j’avais appréciée !

Autre « avantage » du 4/3 : pour connaître la distance focale réelle de l’objectif (par exemple l’objectif 25mm), il suffit de multiplier par 2 ! Je sais donc que mon objectif 25mm correspond à un objectif de 50mm pour un appareil 24×36, et par conséquent, correspond à un cadrage très proche de la vision humaine.

Quel objectif ?

Une fois le boîtier acheté, avec quel(s) objectif(s) démarrer ? Je n’ai pas fait très original, j’ai choisi un modèle qui était vendu en kit avec 3 objectifs, de manière à pouvoir dès le début de mon apprentissage varier les plaisirs.

J’ai donc eu pour démarrer un zoom 14-42mm, me permettant de faire des photos de paysages et des plans plus rapprochés, une focale fixe de 45mm recommandée pour les portraits, et en bonus, un zoom plus puissant de 40-150mm. J’ai été un chouïa frustrée sur ce point, parce que j’utilisais avant un compact qui me permettait de zoomer jusqu’à 480mm (en équivalence 24×36), alors que cet objectif s’arrête à 300mm. Y’a pire, hein, mais il s’agissait de me réhabituer !

Crédit photo (creative commons) : Mengliu Di

Pendant un moment, je n’ai d’ailleurs pas beaucoup utilisé ce zoom puissant, le zoom 14-42 suffisant à mes sorties, et le 45mm étant un chouette terrain de jeu pour son ouverture.

Deux ans plus tard, après des cours, des essais, de très nombreuses photos-souvenirs, j’ai affiné mon utilisation, et je me suis fait offrir un autre objectif à focale fixe à grande ouverture : le fameux 25mm, équivalent 50mm (qui lui est souvent fourni « de base » avec un réflex). Et aujourd’hui, j’aime beaucoup cet objectif : je le laisse très souvent monté sur le boîtier, je pars en promenade ou fête de famille avec, et je glisse juste le 14-42 dans ma poche (pour avoir des cadrages plus variés en cas de très beaux panoramas ou photos de groupe !).

Et toi, que fais-tu comme photo ? Avec un hybride, un reflex, un compact ? Raconte-moi tout, c’est un univers qui m’intéresse beaucoup !

A propos de l’auteur

Recette de la Rusalka : musique (classique surtout), tricot, lecture, bons petits plats, et une paire de lunettes !

3 Commentaires

  • sarah
    4 avril 2020 at 8 h 33 min

    Un article qui fait plaisir à lire dès le matin 🙂
    Je me suis mise à la photo il y a presque 10 ans quand j’en ai eu marre de voir que mes photos de coucher de soleil étaient toujours fades, ou cramées.
    J’ai tout de suite misé sur un reflex et j’ai appris à me servir du mode manuel. Y’a pas photo (hoho) entre les ‘capacités’ de la bête et un compact !
    J’ai affiné ma pratique au fil du temps et maintenant j’ai un canon 6D full frame et mon objectif préféré un 24-105mm pour le paysage, mon terrain de jeu préféré.
    Si je devais changer de matériel maintenant il est clair que je partirai sur les nouveaux modèles hybrides car même si niveau poids ils ne sont pas tous plus intéressant que les reflex, je pense que c’est la technologie qui va se développer le plus dans les prochaines années et le reflex deviendra ce qu’est l’argentique aujourd’hui…

    Reply
    • Rusalka
      4 avril 2020 at 17 h 52 min

      Je suis ravie que mon article t’ait plu !
      Je trouve aussi comme toi que ces technologies autour de l’apn hybride peuvent donner de belles perspectives à la photo amateur.
      Après, ceux qui, comme toi, sont bien équipés en reflex et objectifs, n’ont pas forcément envie de redépenser un ou deux bras pour changer de matériel ! D’ailleurs, ton objectif 24-105 a une belle amplitude, je comprends que ce soit ton préféré !

      Reply
  • Clement Renaut
    6 avril 2020 at 14 h 17 min

    Tres bon choix que celui des hybrides pour débuter.

    Les olympus sont tres bon et les objectifs en m4/3 restent abordables. Par contre du coup, avec le capteur qui ne fais que 50% d’un reflex plein format, on perd les tres grands angles.

    Reply

Laisser un commentaire